CES 2014 : Razer Project Christine, une fausse bonne idée de PC

Avec Razer Project Christine, la marque de gaming propose une nouvelle vision de la modularité des composants PC: retrouver à l’extérieur d’un PC ce que cet univers propose, par défaut depuis toujours, dans chaque boitier. Une belle idée qui se transformerait inévitablement en une prison dorée pour l’utilisateur.

Je ne sais pas combien j’ai pu monter de PC dans ma vie, 500 ? 1000 ? Plus ? Aucune idée. Mais, lorsqu’avec mon compère Valentin, je jouais du tournevis chez Eurisko.fr à la fin des années 1990, c’était notre lot quotidien de monter, chaque jour de la semaine et 6 jours sur 7, des ordinateurs sur-mesure. Nous montions bien des machines identiques d’un jour sur l’autre, nos config’ phares de l’époque, les GameStation et autres FunStation partaient comme des petits pains, mais la plupart du temps les gens venaient nous voir pour une bonne raison : Notre configurateur en ligne.

Un outil web qui permettait, en quelques étapes, de construire un engin montable et compatible : Entendez par là qu’il était impossible de choisir avec notre système des composants impossibles à assembler, et cela malgré un catalogue de plusieurs milliers de pièces PC différentes. Des centaines de machines passaient chaque jour sur ce configurateur, nous nous étonnions de voir le succès de cet outil et le nombre de variations imaginées par des clients. Ainsi des engins de toutes les tailles et de tous les tarifs défilaient devant nos yeux. Plus tard, j’ai appris que beaucoup de concurrents, ayant accès au même matériel que nous, utilisaient notre outil pour éviter de faire des boulettes et proposaient ainsi des PC qu’ils pouvaient assembler.

Puis, petit à petit, la mode est passée, pour deux raisons majeures, l’apparition de portables de plus en plus performants et de moins en moins chers qui ont eu la préférence de la majorité des acheteurs, même si les joueurs n’y trouvant pas leur compte continuaient à préférer des tours que l’on pouvait modifier dans le temps. Autre élément qui a précipité la chute de ces machines: des solutions pré-assemblées vendues en supermarché à des tarifs imbattables et proposant, sur le papier, des composants identiques aux nôtres.

Au final, l’utilisateur PC a fait une croix sur une des capacités les plus intéressantes de ce type de machine: sa grande évolutivité. L’acheteur de PC en carton de grande surface ne le savait pas vraiment, mais le découvrait le jour où il venait nous voir pour mettre à jour sa configuration : Il fallait changer beaucoup d’éléments pour simplement rajouter de la mémoire vive ou une nouvelle carte graphique : Alimentation prévue au watt prêt pour le materiel installé, composants qui s’emboîtent presque les uns dans les autres de manière à gagner en espace, pas de slots libres pour la mémoire ou le stockage et des composants fabriqués sur mesure rendant tout changement impossible.

RAZER Project Christine

Ce que propose Razer au CES 2014 avec son Project Christine est, ni plus ni moins, la même chose: La marque promet une grande modularité, et c’est tout à fait vrai que l’idée de Razer est évolutive. C’est d’ailleurs tout son argument.

Le Razer Project Christine, c’est un PC aux composants externalisés, mis en scène de façon originale dans des blocs qui s’emboîtent les uns dans les autres sur une sorte d’arbre tout en hauteur. Des fabricants de boîtiers ont déjà proposé ce type de design modulaire mais jamais d’une manière aussi poussée que celle-ci.

RAZER Project Christine

L’idée est double : Permettre aux utilisateurs néophytes de modifier les composants de son PC sans avoir à ouvrir son boitier mais aussi assurer la compatibilité de l’ensemble dans la durée. Mieux, Razer parle d’un abonnement permettant d’avoir toujours une machine “à la page”. Le tout profiterait en outre d’un système interne de refroidissement à eau silencieux et efficace.

RAZER Project Christine

Chaque élément serait intégré à une sorte de cartouche que l’on pourrait brancher et débrancher pour faire évoluer le processeur, la mémoire vive ou la partie graphique de l’engin. De la même manière, ajouter un disque ne demanderait pas spécialement de compétences techniques, juste un clic d’enclenchement d’un module adéquat.

Si l’on ne peut qu’applaudir à la réalisation du système, cette solution est un enfermement total aux bonnes volontés de Razer qui déciderait, à la place du propriétaire de la machine, quels composants seraient compatibles. En proposant de son côté les différents modules pour le processeur, la mémoire vive ou la partie graphique de votre machine, il ne vous offrirait plus la possibilité de la faire évoluer comme bon vous semble. Finie la bonne affaire, fini le recyclage d’une pièce dans un second ordinateur ou bien la revente d’une pièce pour amortir les frais d’achat de la nouvelle. Pire, passer de 8 Go de mémoire vive à 16 Go signifierait racheter les 8 premiers Go puisqu’ils sont enfermés dans des boîtiers spécifiques. Si Razer ne veut pas entendre parler d’une baisse de prix sur une génération de composants qui devient, de fait, la meilleure affaire possible du marché, vous n’y aurez pas droit non plus.

RAZER Project Christine

Ce que montre en réalité ce Razer Project Christine, c’est qu’un des atouts du monde PC est sa modularité et son évolutivité : Ce que présente ce prototype est clairement la partie émergée d’un iceberg de possibilités. Et, contrairement à ce que beaucoup de gens croient, la difficulté à monter ou démonter un composant à l’intérieur d’une tour est vraiment très faible. Ultra codifié, le monde du PC empêche de commettre des erreurs grossières, armé d’un bon guide d’achat pour choisir des composants compatibles et d’un bon tournevis cruciforme, il y a très peu de chance de faire une bêtise en faisant évoluer les entrailles de sa machine.

RAZER Project Christine

Il y a peu de chance que ce prototype de Razer ne voit jamais le jour, le public réellement intéressé par un tel enfermement est peu nombreux à priori et la marque nous a habitués à des annonces de ce type, non suivies d’effets à plusieurs reprises.

15 commentaires sur ce sujet.
  • 13 janvier 2014 - 13 h 54 min

    Je pense qu’il est clair que Razer ne pourra jamais sortir ce type de machines.
    Par contre Apple possède la force (et surtout l’enfermement) nécessaire pour sortir ce type de produits. Je suis pas client chez eux mais je pense que les mac-addicts foncerait. A moins que ce soit trop compliqué pour eux?

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 13 h 55 min

    par contre, du point de vue design, c’est vraiment audacieux !

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 14 h 10 min

    Pale copie du Thermaltake Level 10 annoncé en 2009! Et dessiné par le bureau de design de BMW…

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 15 h 37 min

    En fait il réinvente la carte mère?

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 16 h 42 min

    C’est vrai qu’on pensait que les PCs de l’époque assemblés sur mesure possèdaient une grande évolutivité.
    Mais la réalité était tout autre et elle l’est tout autant aujourd’hui :

    Les changements de socket, de mémoire (Ddr, DDR1, 2 etc.), de port pour carte graphique rendaient osbolètes n’importe quelle config soi-disant évolutive.

    Pourquoi pas rajouter 16Mo de SDRAM, mais bon XP réclamait 256Mo de DDR1 et les applis avaient appris à utiliser ces ressources. Il ne restait plus qu’à changer la bécane alors qu’on l’avait acheté il y a 2 ans, persuadé que, 2 ans plus tard, on changerait le processeur ou autre.

    Aujourd’hui, l’évolutivité est valable pour les jeux, mais les configs de base suffisent à faire tourner bien des choses, et le monde du logiciel a bien du mal à concevoir des softs gourmands en ressources, qui nécessiteraient carrément de revvoir la config dite “de base”.

    Acheter en supermarché n’est pas si terrible surtout quand on peut remplacer une CM Foxconn introuvable, si ce n’est d’occasion pour 200€, par une ASUS à 40€ garantie 3 ans.

    Enfin bref, merci pour cet article qui met bien en contraste la solution proposée par Razer, mais c’était ma réflexion du jour. :-)

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 16 h 48 min

    En outre on perd quoi avec ce Projet ? La possibilité de choisir entre Intel ou Amd a la volée ? Ha bah non connecteur proprietaire propre a la carte mère. Celui de changer la CG alors ? Ha oui mais entre deux changement faut souvent changer d’alimentation ( port pcie en 2 prise au lieu d’une et ne me parlez pas des connecteurs molex archi instable qui grille la belle gtx 7xx toute neuve en 3 mois ou alors les 200W manquant.) La ram est intercompatible mais que vers le bas,les disque dur de même , sans compter la dissipation thermique a chaque changement de processeur et ce pour tout assembleur serieux toute cette partie est a revoir,si toutefois le socket est compatible ce qui tend a se reduire dans le temps.) Ils font ce que tous les fabriquant essayent de faire depuis le debut,dompter un marché trop libre au premier abord mais en fait completement dependant du bon vouloir de quelques un ( nouveau OpenGL = changement de gamme de CG etc).
    Rien de nouveaux donc

    Répondre
  • fpp
    13 janvier 2014 - 16 h 49 min

    Moi qui viens pour la Nième fois de changer une bonne partie de l’intérieur de mon boîtier (qui a plus de 10 ans) pour le moderniser, et de recycler les morceaux d’il y a 5 ans (et qui marchent toujours bien) dans une vieille tour pour mon fiston (merci Minecraft :-), je ne peux que souscrire !

    Assembler un PC, même avec watercooling (pour le silence, pas l’OC) est en effet devenu dérisoirement simple. Dans les années 90, c’était autre chose :-)

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 18 h 12 min

    Il y a tout de même un élément central difficile à faire évoluer dans le temps par la faute d’Intel puis d’AMD: Le processeur.

    A cause des changements de socket/tensions d’alim etc… quasiment tous les ans, poussant à faire évoluer la mobo.

    Les logements deviennent aussi plus exigus, sans forcément avoir un bureau à consacrer au PC.

    Ceci dit, tout espoir n’est pas perdu: Bien des déçus du “transportable”, qui a eu un succès certain ces dernières années, existent aussi.

    Et les barebones de petite taille, sans avoir l’évolutivité d’une tour, permettent au moins les réparations ou changements d’éléments défaillants ou le choix d’éléments plus qualitatifs (l’écran en particulier, point noir récurrent des laptops). Pour un encombrement restant acceptable.

    En prime cela permet d’éviter windows 8…

    Répondre
  • 13 janvier 2014 - 23 h 21 min

    On accepte bien l’uefi et Windows alors la liberté de changer un composant ….

    Répondre
  • 14 janvier 2014 - 2 h 38 min

    C’est une super idée, il suffit juste de normaliser le connecteur, pour qu’on puisse melanger les pieces, les fournisseurs, et que ca soit pérenne. Comme du PCIe, mais version externe quoi.

    D’ailleurs, il faudrait la meme avec les dock tablettes / smartphone.

    Par ailleurs, meme remarque que pour le design précéent qui y ressemblait (un machin Porsche ou BMW ou …): un voit bien que les nerds ne font jamais la poussiere ^^

    Répondre
  • 14 janvier 2014 - 7 h 46 min

    Comme obarthelemy, je pense que le concept est très bon à condition que les connecteurs et les modules soient normalisés et que de nombreux fabricants puissent proposer leurs modules. Un pc modifiable avec des modules ‘plug and play’ peut tout à fait avoir son public. Cependant, je suis un peu sceptique sur le refroidissement des modules du concept présenté par Razer, du moins, sous cette forme, c’est très clairement élitiste.

    Répondre
  • 14 janvier 2014 - 8 h 18 min

    Mais mais je… En fait il y a déjà des connecteurs normalisés et tout le toutime avec des solutions vachement bien pensées mais juste à l’intérieur d’un boitier lui même normalisé. Il y a même des boitiers qui n’utilisent plus de tournevis…

    Répondre
  • 14 janvier 2014 - 8 h 54 min

    @Pierre

    :-D mais oui ! mais je pense à un public qui n’ose pas ouvrir le boîtier et prendre le temps de lire la doc de la carte mère pour savoir quel connecteur correspond à quoi. Je sais que ça peut paraître un peu ridicule, mais c’est loin d’être à la portée de tout le monde d’assembler ou d’upgrader un pc classique.

    Par ailleurs, je sais que ce n’est pas du tout l’objet du site Minimachines, mais je serais très intéressé de connaître les meilleurs boîtiers sans outils, si jamais tu as des produits à conseiller dans ce genre là, je suis preneur.

    Répondre
  • 15 janvier 2014 - 12 h 18 min

    @Yram:

    1- Pas si normalisé que ca: faut quoi comme mémoire dans mon PC ? Quelle carte video rentre dans mon boitier Sugo je sais plus quoi ? Et quelle alim ? Ah zut, le ventilo ne passe plus. Quel proc je peux mettre sur ma CM socket machintruc ?

    2- Et surtout, 99,9% des gens autour de moi n’oseront jamais se lancer dans l’assemblage d’un PC, meme pas dans l’ouverture pour rajouter une barette de RAM ou changer un disque.

    Un systeme de type Lego serait vachement plus user-friendly.

    Répondre
  • 15 janvier 2014 - 17 h 51 min

    Risc PC ? l’ordinateur modulaire d’Acorn, même concept, 20 ans avant.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *