Windows 10 et Snapdragon 835, des performances trop en retrait

Après quelques jours de disponibilité en test des machines équipées du duo Windows 10 et Snapdragon 835, le web affiche assez de matériel pour se faire une idée véritable des performances du duo. Et ce n’est franchement pas glorieux.

On se souvient de la promesse forte de Microsoft à l’annonce de ce reboot de Windows RT. Le duo Windows 10 et Snapdragon 835 devait proposer tous les avantages du monde : Autonomie et compatibilité, performances et connectivité. Les engins ainsi équipés ne sont pas encore réellement sortis mais les retours de tests sont sans équivoque. La solution ne fonctionne pas bien, pas assez bien du moins pour que le jeu en vaille la chandelle.

Asus Novago

Les tests des deux engins disponibles sous Windows 10 et Snapdragon 835 que sont les HP Envy x2 et Asus NovaGo sont sans équivoque. Les engins ne sont pas à la hauteur de la somme demandée par les fabricants. Ils ont des avantages et notamment une belle autonomie et une connectivité 4G, mais leurs performances laissent trop à désirer pour sérieusement envisager l’achat. A 599$ pour le Asus et 999$ pour le HP, des tarifs Hors Taxes qui devraient évoluer dans le mauvais sens en euros, ces machines sont tout simplement surévaluées.

La performance ne fait pas tout, j’en suis bien conscient. Mais le positionnement haut de gamme des deux engins dans des enveloppes identiques à des propositions classiques ne permettent pas de les extraire d’une comparaison de format. A encombrement et prix égal, on aura plus performant sous processeur x86 avec un Windows 10 classique. Si l’un de ces appareils avait changé de paradigme en proposant une autre diagonale ou un équipement innovant empêchant la comparaison, cela aurait peut être retrouvé du sens, à l’heure actuelle le bilan est beaucoup trop au désavantage de la nouvelle formule. 

qualcomm-snapdragon-835-tout-savoir-processeur-smartphones-2017

Comme indiqué lors des premiers retours de tests, avoir en main une machine proposant une superbe autonomie est un vrai plus mais si cela doit se traduire par des performances très entrée de gamme, cela n’a aucun sens. Aujourd’hui, à la lecture de multiples tests, les performances d’un engin comme le HP Envy X2 annoncé à 1000$ peuvent se retrouver dans des engins sous Celeron N3150 à 170€. Et c’st un gros problème. Alors, certes, on aura tout l’avantage d’une solution mobile proposant 15 heures d’autonomie et un modem 4G. C’est un plus indéniable. Mais le retour de bâton est un traitement impossible à supporter de certaines applications, des latences énervantes et des crises de nerfs en puissance.

Dirt 3 sous Celeron N3050

Ces engins nient, par exemple, toute possibilité ludique autre que les applications disponibles sur le Store de Microsoft. Des jeux peu gourmands qui tournent correctement sur de vieux Celeron sont impossibles à exécuter sur la plateforme. Prenons Dirt 3, par exemple. Un jeu de voiture sorti en 2011. Il tourne sur un Celeron Braswell N3050 dans la vidéo ci dessus. Ce n’est pas très joli, ce n’est pas en très haute définition mais cela fonctionne. 

Voilà ce qu’en dit le testeur de LaptopMag une fois lancé sur l’Asus Novago en version 8 Go de mémoire vive, un modèle plus cher que celui annoncé à 599$ aux US en 4Go : “Quand j’ai essayé de lancer Dirt 3, un jeu de course peu gourmand qui tourne même sur des machines à 250$, le système était tellement lent qu’il a fallu 10 minutes juste pour passer l’animation sur l’écran de lancement. Le jeu n’a pas pu se lancer”.

Autre souci, si la plateforme Windows 10 et Snapdragon 835 exécute un Microsoft Office sans soucis, elle refuse d’exécuter les commandes macro d’Excel du testeur. Chrome se lance mais reste très lent et bute même entre chaque onglet dans une navigation poussive. Toujours dans le même test, la description de l’usage des applications 32 bits est sans équivoque :

“Une fois que vous commencez à lancer des applications 32 bits [des applications x86 émulées par le Snapdragon ARM], ce que la plupart des gens vont vouloir faire, les ralentissements sont palpables. J’ai fréquemment rencontré des blocages avec les interfaces du système comme le simple fait de cliquer pour fermer une fenêtre ou exécuter un zoom. Même dans Edge, qui fonctionne beaucoup mieux que Chrome, j’ai pu noter des ralentissements notables quand je cliquais pour ouvrir un nouvel onglet”.

Et de comparer son expérience sous Windows 10 et Snapdragon 835 avec un de ses protocoles de test habituels : Celui d’ouvrir une douzaine d’onglets sous Chrome puis de lancer une vidéo Youtube. Simple routine sur la plupart des machines modernes, cette expérience ne se passe pas bien sur le Novago.  La vidéo devient peu fluide et à l’ouverture d’un document Word le délai entre la frappe d’une lettre et sa prise en compte par le système prend alors 1 bonne seconde…

2018-03-30 13_02_39-minimachines.net

Même son de cloche chez TechSpot qui compare le tarif de la l’HP Envy x2 à celui d’un engin sous Celeron Apollo Lake situé dans entre 250 et 300€ chez les grands constructeurs. Que le Snapdragon 835 se positionne dans un test comme PCMark 8 sous un Core i7 ou un Core i5 semble des plus logique. Mais qu’il se place largement sous un Celeron N3450 d’un PC comme le Chuwi  LapBook Air est plus problématique. Le N3450 est 51% plus rapide que la puce de Qualcomm.

On pourrait croire que c’est à cause de l’émulation x86 que ce résultat est si problématique… Mais TechSpot complète son jugement avec un constat clair : Même dans les applications parfaitement compatibles avec ARM comme Edge, le Snapdragon 835 propose un niveau de performances “équivalent à un processeur Intel Celeron N3450 quadruple coeur Apollo Lake.”

2018-03-30 13_15_25-minimachines.net

TechSpot a choisi le test en ligne Google Octane pour mettre en valeur ce résultat. L’avantage de ce test est qu’il existe en version x86 et en version ARM que le Snapdragon 835 peut donc l’exécuter nativement sous le navigateur Edge sans passer par l’émulation x86. Le résultat est sans appel. La puce de Qualcomm affiche un score de 10712 points. Soit un score à moins de 100 points qu’un Celeron N3450… Une fois passé sous Chrome, pour basculer à nouveau en émulation x86 pour le SoC Snapdragon 835, le score tombe à un famélique 3500 points. Pour information, l’Atom N270 des netbooks affichait un score de 3347 points lors de mon dernier test de ce type sur la plateforme de Google en 2015… On n’est pas très loin.

 

2018-03-30 13_08_44-minimachines.net2018-03-30 13_13_19-minimachines.net

Sous Photoshop, les traitements sont catastrophiques. Un filtre de flou sur une image de 288 Mo est également catastrophique. Le HP Envy X2 demande 684 secondes pour effectuer la tâche quand un Celeron N2450 n’en demandera que 152. 11 minutes d’attente contre 2.5 minutes… Certes, ces engins ne sont pas faits pour ces tâches là et personne n’aurait l’idée de faire ce genre d’effets sur une image de ce poids sur une machine de ce type. Mais ce choix d’un énorme fichier n’est là que pour mettre en évidence le problème. Si le traitement d’un fichier prend 6 fois plus de temps au global que sur un engin vendu plus de quatre fois moins cher en règle générale, on a un souci. Au quotidien, cela se traduira par une perte de temps et de productivité importante. Sans parler de la douloureuse exaspération que cela ne manquera pas de provoquer à l’utilisateur.

2018-03-30 13_25_32-minimachines.net

2018-03-30 13_25_43-minimachines.net2018-03-30 13_26_05-minimachines.net

 

 

TechSpot propose d’autres tests qui ne sont pas forcément très justes car l’usage de ces machines n’est pas dans l’encodage de films mais qui montre à chaque fois les performances abyssales de la solution. On note cependant des éléments où le Snapdragon 835 passe devant le Celeron ! En compression Winrar 5.0, dans le test de 7-Zip ou dans le test Monte Carlo d’Excel, la puce surpasse le Celeron. Ce qui n’est pas, rappellons le, une grosse vicoire. La puce d’Intel est commercialisée comme son entrée de gamme juste au dessus de l’Atom X5…

 

GPD Pocket / Trouveur

Le GPD Pocket

Que conclure ? Une simple chose à mon avis. Passez votre chemin.

Les propositions des constructeurs n’ont aucun sens. Ni HP ni Asus ne proposent de solutions satisfaisantes. Pas plus en terme de prix qu’en positionnement dans le paysage actuel des machines. A mon sens, le couple Windows 10 et Snapdragon 835 aurait eu beaucoup de sens dans un engin de tout petit calibre. On aurait largement pardonné ses faiblesses techniques dans un engin de faible encombrement. On aurait profité de sa 4G et de sa grande portabilité. La faible consommation de la puce Qualcomm aurait permis de conserver une autonomie correcte sans avoir à embarquer une grosse batterie. Je rêve d’un engin comme le GPD Pocket équipé d’une de ces solutions. 

Mais en l’état quel intérêt ? L’autonomie ? Certes, ces engins offrent entre 3 et 5 heures de plus d’utilisation que des solutions Core i5 et entre 2 et 4 heures à des machines sous Core M3… Mais elles sont tellement plus lentes que le gain en autonomie se répercutera simplement par un temps d’attente plus long pour effectuer la même tâche. La 4G est un vrai gros plus pour la plateforme et c’est un atout pour le moment imbattable. Seul cet argument peut avoir du sens pour investir réellement dans ces engins. 

Quel espoir alors pour cette offre ? La sortie de machines placées au niveau tarifaire là où se situe leur vitesse de traitement, c’est à dire sous une barre haute de 400$. Car il faut bien comprendre qu’hormis les applications ARM natives, toutes les autres en émulation 32 bits seront pénibles à utiliser. L’autre solution pour Microsoft et ses partenaires serait un déplacement de cible vers des engins au form factor différent. Les petites diagonales semblant être la meilleure voie à suivre en correspondant vraiment aux autres points forts de la plateforme : faible gourmandise en énergie et présence d’une vraie 4G. 

63 commentaires sur ce sujet.
  • 30 mars 2018 - 14 h 01 min

    Ca montre que le x86 n’est pas encore mort surtout.

    Répondre
  • 30 mars 2018 - 14 h 07 min

    … et encore, la 4G, à l’heure des téléphones mobiles qui font modem et des forfaits 100 Go à une dizaine d’euros, est-ce vraiment un avantage tellement significatif (sachant qu’il nécessite, de surcroît, une puce et donc un abonnement à part…) ?

    Répondre
  • 30 mars 2018 - 14 h 11 min

    je viens de faire le test sur google avec octane 2.0, j’ai un OnePlus 5 avec un 835 et android 8.0, j’obtiens un score de 11874.

    Répondre
  • 30 mars 2018 - 14 h 15 min

    “La 4G est un vrai gros plus pour la plateforme et c’est un atout pour le moment imbattable.”
    Il suffit que la 4G se généralise sur les machines à base Intel pour que ce ne soit plus un avantage. En tout cas, Windows et ARM ne sont vraiment pas fait pour s’entendre.

    Répondre
  • dja
    30 mars 2018 - 14 h 22 min

    @Le Breton: Ca montre surtout que Microsoft a tenté un coup de com en sachant trés bien que passer par une couche d’émulation allait tout flinguer. Microsoft est incapable de faire tourner sa soupe en natif sur autre chose que des x86… et même en émulation, ils échouent (Excel qui refuse de lancer ses macros?! j’ai bien ri).
    Ce qui ferait avancer la science au final, ca serait un monde sans Microsoft.

    Répondre
  • 30 mars 2018 - 15 h 08 min

    Quel intérêt d’avoir 2x plus d’autonomie quand les tachent prennent 2x plus longtemps…

    Répondre
  • 30 mars 2018 - 15 h 14 min

    tristesse, effarement, douleur
    La palette des émotions sera t’elle assez large pour exprimer la surprise sur ce qui était prévu ?

    Répondre
  • 30 mars 2018 - 16 h 12 min

    Je suis d’avis de laisser un peu de temps au produit quand même. Il avait bien été indiqué que cette solution lors des premiers lancement des applications x86 créerait puis compilerait un code compatible arm et qu’avec le temps la machine deviendrait de plus en plus performante sur ces applications.
    La on dirait des testeurs de la page “nouvelles technologies” du supplément Figaro Madame…

    Sinon pour ce qui est des macros c’est tout à fait logique et c’était annoncé… d’ailleurs elles ne sont pas non plus exécutable sur android, mac, comme elle ne l’était pas sur WindowsPPC à une époque un peu plus ancienne.

    Par contre l’utilisation de benchmark x86 pour tester une machine arm c’est complètement crétin.

    Répondre
  • 30 mars 2018 - 16 h 38 min

    @Image de présentation de l’Article :
    Je sais pas qui est le Clou
    et qui est le Marteau ?!
    Mais en tous cas, les utilisateurs vont avoir mal aux doigts !!!

    A ces prix, ces produits sont Mort-nés…
    car même 400 Usd, c’est déjà beaucoup trop !
    Même si je voulais faire une Nouvelle Expérience,
    il faudrait plutôt me payer pour essayer…
    car je suis content de mes vieilles machines !!!

    Répondre
  • 30 mars 2018 - 16 h 58 min

    Un remix Mini sous remix OS est à env 2800 points sur Octane 2.0

    Je serais curieux de voir ce que donne un Celeron N3450 avec Remix OS x86

    Répondre
  • 30 mars 2018 - 18 h 41 min

    des les premières annonces on savait que les perf allai etre pourri, poubelle de suite, encore des millions de perdu pour rien

    Répondre
  • 30 mars 2018 - 21 h 15 min

    Windows 10, l’OS va être abandonné je le sens avec le départ de Terry Myerson, Nadella s’oriente vers le cloud et l’IA.
    Bref, la fin des PC tels que nous l’avions connu est pour très bientôt.

    Répondre
  • 30 mars 2018 - 22 h 55 min

    @lc_lol:
    Ces forfaits là, c’est très français. En dehors de la France, je ne connais pas de pays qui a des forfaits 4G avec des sommes absurdes de data comme on a. Aux Pays-Bas, les bonnes offres sont à quelques Go pour 30€, et avec un engagement de 2 ans…

    Comme souligné par d’autres, je vois pas l’intérêt d’avoir 2x plus d’autonomie si c’est pour faire tout 2x plus lentement. Une chose à retenir: Windows, c’est du x86, et rien d’autre. On peut attendre quelque chose d’un autre OS en ARM, mais pas pour Windows.

    Ce qui m’amène à la question suivante : quid d’un Linux ARM sur une machine de ce calibre ? Je sais, c’est complètement con vu qu’on jette à la poubelle la compatibilité x86. Mais pour l’exercice, juste pour voir ce que ça fait ? Est-ce qu’on peut avoir des perfs honnêtes avec un navigateur moderne comme Chromium / Vivaldi (qui sont dispos pour Raspberry Pi, donc pour de l’ARM déjà) ? Comment évoluerait l’autonomie ? Ou même, quid d’un Android installé dessus ?

    Nan, parce que on peut quand même essayer d’en faire quelque chose, de ces laptops à Snapdragon. Au moins, pour voir le résultat.

    Répondre
  • 30 mars 2018 - 23 h 54 min

    @Yattoz: +1 !
    honnêtement, j’ai pas osez (et comme le “système” semble de toute façon largement sponsorisé par MS, j’y crois pas un instant)
    mais oui, + 1000 même !!!
    (même si je pense que cela restera un doux rêve…comme d’hab…)

    Répondre
  • 31 mars 2018 - 0 h 18 min

    Le projet “RT” (désormais renommé) ne sert qu’á permettre à Nadella de faire apparaitre un gros point de plus sur ses powerpoints. Les ventes n’ont pas la moindre importance. Ce qui compte c’est donner l’impression que MS est présent dans l’univers ARM aussi.
    Annexement, ça sert aussi à justifier aux yeux de développeurs sur l’appstore MS de l’utilité de compiler non seulement pour 386 mais aussi pour ARM le tout dans un “universal fat binary”. En effet, sans la présence sur le marché de la moindre machine WIN32/ARM comment expliquer de telles options de compilation?

    Répondre
  • 31 mars 2018 - 1 h 11 min

    Les soc ARM même avec leur montée en puissance année après année restent quand même très loin des APU X86.

    Pour faire simple tout le monde à un PC avec Wifi et tout le monde a un smartphone avec forfait 3G/4G pouvant partager sa connexion internet avec un autre appareil en Wifi. J’en conclue qu’un simple câble USB – micro USB ou type C (afin d’utiliser le PC portable pour garder la charge du phone) me coûtera moins cher (sans oublier l’économie d’un 2e forfait)

    Bien tenté mais non !

    Répondre
  • 31 mars 2018 - 1 h 59 min

    Pour ma part, hormis les questions de bibliothèque logiciel et des performances, ce qui me vient à l’esprit c’est peut-on installer autre chose que Windows dessus ? Si non et si Windows 10 on ARM ne fonctionne pas (les débuts ne sont pas très encourageant) on se retrouvera avec une brique qui ne sera plus mis à jour et qui prendra la poussière sur une étagère. ça fait chère la brique.

    Windows 10 S, Windows on ARM, décidemment Microsoft fait tous pour incité les utilisateurs à passé par son magasin d’application et ainsi suscité l’intérêt des développeurs. Mais bon, comme ils disent dans les dramas Coréens, Fighting!!

    Répondre
  • 31 mars 2018 - 2 h 08 min

    @Yattoz et @Diddy: Lzq machines seront surement plus que verrouillées. Les SoC Qualcomm ne sont pas spécialement Open Source. Rien n’a été publié pour compiler un Linux efficace dessus. A moins de vouloir installer un Android sur la machine….

    Répondre
  • 31 mars 2018 - 10 h 20 min

    @Will:
    Non, le Raspberry PI3B et donc l’ARM 64 bits 4 coeurs qu’est le Cortex-A53 est au niveau d’un X7 d’après mon ressenti. Mais il bouffe autant du coup.

    Il y a quelques comparaisons ça et là sur le Net.
    En voici une https://blog.cloudflare.com/arm-takes-wing/
    Où l’on s’aperçoit qu’entre ARM et Intel c’est comparable à la fois en performance et … en consommation hélas.
    Et que le plus gros souci c’est l’adaptation des bibliothèques au monde ARM.

    db

    Répondre
  • 31 mars 2018 - 11 h 49 min

    @zafira500:

    Si tu savais le nombres de machines ARM qui fonctionnait sous windows au quotidien. Windows c’est pas seulement des machines avec le menu démarrer. C’est aussi des millions de caisses enregistreuses, d’automates de ventes (billets de trains, pompe à essence, bonbons, distributeurs de billets…), outils de prises de commandes en salle de restaurant, diffuseur vidéos, …
    La branche windows embeded est assez profitable pour micro$oft ;)

    Répondre
  • 31 mars 2018 - 14 h 21 min

    Je pense que MS cherche surtout a calquer le modèle économique, trés rentable, des smartphones.
    Avec d’un coté, l’obsolescence logiciel façon Android sur des appareil de type Samsung et un verrouillage total du système d’applications a la apple/iphone…sans compter que tu paye pour un os qui siphonne tes données pour les revendre lol
    Bref, te vendre un truc hors de prix, fermé, intrusif, bancale, irréparable et jetable au bout de 2 ans, le pire des deux monde google/apple.
    Du bondage high tech!!

    Répondre
  • 31 mars 2018 - 14 h 24 min

    D’ailleurs, MS ça ne voudrait pas dire Maso Sado??

    Répondre
  • 31 mars 2018 - 14 h 54 min

    @wanou
    Je parle du monde PC bien sûr (auquel on peut ajouter les tablettes au passage).

    Répondre
  • 31 mars 2018 - 15 h 40 min

    C est surtout un prob d émulation. Si on prends par ex le score d un intel z3735 sur antutu(android) et qu on le compare au score d un s835, c est 6x plus faible. Le z3735 a un passmark d environ 1000~1200 sur Windows…

    Mais bon le s845 qui a environ 30% de perf en plus que le s835 devrait déjà diminuer pas mal les lenteurs

    Répondre
  • 1 avril 2018 - 11 h 44 min

    @wanou:
    Mouais, on ne va pas attendre non plus 107 ans. Dans 6 mois, il y aura mieux et plus performant. La fenête est étroite.
    Ça ne fonctionne pas dès le départ ==> c’est mort.
    C’est la loi du marché et ce sont les même Qualcomm et uSoft qui nous l’ont enseignée.
    Ce serait malvenu de leurs laisser le temps.
    db

    Répondre
  • 1 avril 2018 - 11 h 58 min

    @wanou:
    Mouais ben il serait grand temps de changer.
    Je n’ai rien contre les développements Win32/64 mais beaucoup de choses à dire contre les gestionnaires de configuration.
    Encore une fois c’est la faute du même à savoir uSoft. OuinOuin est un système fait pour qu’il y ait constamment quelqu’un derrière et pas pour être autonome ou alors il faut passer à un ouinouin serveur.
    Donc faudrait arrêter les conneries avec ce WinEmbed qui n’est absolument pas maîtrisé parce que considéré comme un Windows utilisateur alors qu’on est dans l’industriel avec un niveau de services et d’exigences bien supérieur.
    Du reste comment maîtriser un système qui change tout le temps ?

    Faut arrêter les conneries oui : planter une série de caisses parce que Defender a eu un coup de chaud, afficher des notifications sur les écrans SNCF parce qu’on n’a pas pensé à les désactiver, afficher dans une boîte de dialogue, par dessus les horaires, que les mises à jour se sont bien déroulées (ou pas) et que la machine est prête à être redémarrée, qu’il manque une carte SIM (!?), qu’un virus a été détecté, que l’application (d’affichage) a rencontré une erreur inattendue avec le code 0x80005678 (démerde-toi avec ça).

    Les sociétés qui développent ce genre de système ne veulent pas entendre parler de Linux parce que c’est compliqué, qu’on connaît pas et qu’elles ont donc l’impression (excessivement fausse) que parce qu’on a fait copain avec un OuiOuin 7 ou 10 ça va être bien plus simple. C’est la force d’un uSoft mais c’est l’énorme faiblesse de tous ces intégrateurs.
    Le service réclame de l’exigence, de la maîtrise et une absence d’erreur tout ce qu’un OuinOuin utilisateur (embarqué ou pas) ne propose pas.

    Ce we j’ai vu un écran d’affichage sous Ubuntu au dessus des caisses d’un supermarché.
    Excellent !
    Hélas, il en était resté au panneau de connexion, rien d’autre.
    Maîtrise … où es-tu ?

    db

    Répondre
  • 1 avril 2018 - 12 h 07 min

    @Gaduc:

    Moi je tourne sous mint et je pense que Windows 10 est un cancer. Mais on peut éviter de dire des conneries aussi et laisser un peu le temps aux choses de de faire. Non ?

    Répondre
  • 1 avril 2018 - 13 h 57 min

    est-ce que les gens pensaient acheter ce genre de machine pour utiliser photoshop?

    ça reste pour moi un produit majoritairement fait pour faire du web…. tel un smartphone

    Répondre
  • 1 avril 2018 - 16 h 29 min

    @Gaduc:

    J’avais raté celui là. Lors de la bascule ppc/Intel ça a mis des mois voir des années pour que la bascule se face proprement.

    Et puis franchement se baser sur des benchmark win32 et une application win32 sur un test d’une journée pour proclamer “c’est de la merde” je suis désolé mais je trouve que c’est un peu rapide….

    Répondre
  • 1 avril 2018 - 22 h 28 min

    Même si j’utilise majoritairement Linux aujourd’hui (OpenSUSE + Plasma 5.12), j’aimerais quand même nuancer les propos négatifs que je lis concernant Microsoft.

    A mon sens, la révolution du “Personal computer” aurait peut-être pris une décennie de retard sans le couple Windows/IBM Compatible PC (de facto Intel et AMD). Et encore, sait-on vraiment si le PC aurait était aussi ouvert qu’elle est aujourd’hui (BIOS, processus de boot etc…).

    Microsoft sans même le vouloir à contribué à établir un standard de fait, le X86, ouvrant les portes du monde numérique à des milliards de personne et établissant ainsi “LE” fondement suivi par des milliards de “Pécéiste” à travers le monde qui est que “si ça bip, ne le jette pas ça pourra servir” (Fiston, neveu, Mamie, Tatie,…)

    Savez-vous quelle est la colline la plus célèbre au monde ?
    Bravo ! Tu as trouvé, la colline du fond d’écran de Windows XP.
    Que serions nous sans Windows 95 et son Plug and PRAY :-) , Windows 98, Windows 2000 et surtout Windows XP SP2 ?

    Mettons nous à la place de Microsoft cet héritage parait lourd à porter et il est normal de vouloir s’en débarrasser pour enfin avancer et “pouvoir faire comme les autres”. Même s’il est vrai que je me suis posé la question de savoir si la révolution ne dérivait pas vers le totalitarisme après l’affaire des collectes des datas pour les utilisateurs de Windows 10.

    Bref, en fournissant un OS universel installable sur la totalité des machines X86, il est clair que Bill Gates et Microsoft sont ici les vrais révolutionnaire de l’informatique personnel car ils ont permis au moins nantis (c’était vraiment la dèche) de pouvoir se monter un PC à base d’AMD Duron et ainsi goutter aux joies de l’internet à 128K (téléchargement d’un film en DivX en trois jours avec éMule. Révolutionnaire je vous dis).

    Aujourd’hui la plupart des distributions Linux s’appuie sur cet héritage. Linus Torvalds déclarait lui même dans une interview que le meilleur matériel pour faire tourner Linux était un PC X86.

    Et dire qu’un peu avant la vague des IBM Compatible PC, Intel avait failli abandonner le X86.
    Comme quoi, Merci qui ?? Tonton Bilou !!

    Répondre
  • 2 avril 2018 - 11 h 40 min

    @Diddy: Je n’utilise pas windows, linux exclusisement et tu as tout a fait raison mais le problème n’est pas ce que MS a fait et a été, bien au contraire et merci tonton Bill, oui.
    Le problème c’est ce qu’est devenu MS/windows et plus envore ce dont il tend a devenir…du apple bancal.
    A vouloir bouffer a tout les râteliers, ils vont vraiment finir par se casser les dents.
    15h d’autonomie pour mettre deux a trois fois plus de temps pour une tache ou mettre un processeur “puissant” pour au final faire tourner du 32bit aussi bien (oui, j’exagere un peu) qu’un netbook sous n270 de 2008…. C’est pas ce que l’on pourrait appeller “une révolution”.
    Mais bon, a voir dans le futur.

    Répondre
  • w
    2 avril 2018 - 11 h 49 min

    @Madwill:

    Justement il y a un truc qui va pas dans ton raisonnement. Toi personnellement, tu testerais un version chrome x86 via un émulateur sur une machine arm ou bien tu testerais un navigateur compilé arm ? Pierre lui même indique que le résultat n’est pas à la ramasse avec un navigateur compilé arm.

    Le benchmark 7zip x86 (qui nécessite donc de l’émulation) est mauvais. Alors que windows permet nativement de la décompression les résultats seraient-ils aussi en défaveur de ce windows ARM ?

    Le test de photoshop avec une application de filtre sur une image de 288mb est complètement hors de propos, on ne fait jamais ce genre de traitements sur ce genre de machines…

    Répondre
  • 2 avril 2018 - 13 h 31 min

    @w: ce serait de la mauvaise fois ,de ma part, que de te contredire, seulement, je me mets a la place d’un utilisateur lambda a qui ce produit parait destiné.
    Je me pointe au super marché high tech pour remplacer mon laptop viellissant en core i3, voire i5.
    Je regarde Apple…c’est beau mais c’est cher et c’est pour “se la raconter”
    Je regarde android…bah, c’est pas fait pour bosser, et pour mes applications sous windows dont j’ai l’habitude et que j’ai aussi peut être payé, ça ne marche pas.
    Je regarde tout ce qui se tourne sous windows et la, c’est pas compliqué, pour moi, windows c’est windows! arm ou x86(i3 ou i5, même gamme de prix), ça ne me parle pas, le vendeur me dira et a juste titre “pas de souci monsieur, arm ou x86, vos logiciels fonctionneront (parfaitement?), sauf qu’avec arm snapdragon835 c’est 15h d’autonomie et la 4g! c’est le même processeur que sur les smartphone ultra haute gamme a 1000e, le tout avec un desing ultra fin, ultra leger, bla bla bla”
    Cool, un petit laptop aussi beau q’un macbook pour moins cher ;)
    Il risque d’y avoir de la déception tout de même quand je vais vouloir utiliser mes appli x86…

    Répondre
  • 2 avril 2018 - 14 h 06 min

    Par contre, ce type de produit peut très bien tenir la route pour une flotte de commerciales…sous certaines conditions ;)

    Répondre
  • 2 avril 2018 - 17 h 55 min

    @Madwill: Justement c’est ce que Microsoft a été qui semble plomber aujourd’hui l’expérience Windows sur ARM. car il doit se trainer une couche d’émulation lourde et poussive pour satisfaire les utilisateurs d’applications X86 pas loin de 95% de PDM PC là ou Apple environ 2% de PDM peut se permettre une transition Powerpc vers x86 en 2 ans.

    Répondre
  • 2 avril 2018 - 18 h 00 min

    @madwill:

    Effectivement je plaçais la conversation et mon avis au niveau de l’audience touchée par minimachines. Pour moi le gros problème se situe plus sur le prix que sur la performance de ces machines. Car à 1100€ je préférerai prendre effectivement un vrai macbook air plutôt que ça car le HP ne sera pas en dessous de 1200€.

    Répondre
  • 2 avril 2018 - 18 h 23 min

    Misèèèère ! On a compris. Windows 10 ARM, ce n’est pas encore pour tout de suite ! :/

    Les constructeurs, en plus de viser un prix haut de gamme immédiatement (ce que je redoutais il y a 2 ans !!!), se sont plantés grave en vendant un ordinateur ARM bidon.

    Hé bé mes amis, l’informatique n’en finit pas de connaître des années sombres… Ca fait quoi ? Déjà au moins 6 ans depuis la fin des netbooks !!! 6 longues d’années où rien n’a bougé finalement !! :/

    Répondre
  • 2 avril 2018 - 19 h 51 min

    @wanou: oui, je ne sais pas pourquoi, mais je n’arrive pas a imaginer un prix au dessus de 600€ pour ce type de produit.
    D’où mon raisonnement “Cool, un petit laptop aussi beau q’un macbook pour moins cher ;)” mais du coup, même la ça ne va pas pour l’utilisateur lambda…et même pour le lecteur minimachines, enfin je crois.

    Répondre
  • 3 avril 2018 - 7 h 50 min

    @w: Juste 2 choses :

    – Le benchmark 7Zip est très pertinent. Pourquoi ? Parce que le produit est vendu comme compatible avec des applications x86. Et les gens vont préférer retrouver leurs habitudes, à savoir PKZip plutôt que la gestion de Windows. Montrer aux gens susceptibles d’êtres intéressés que non ce n’est pas le même niveau de performances et qu’il y aura un impact à moins qu’ils changent leurs habitudes est me semble t-il pertinent.

    – Pour Photoshop cela permet de mettre l’accent sur le problème. Personne ne travaille effectivement des photos de 288 Mo sur ce type de machines mais moi je sort des clichés de 28-30 Mo depuis mon reflex et je les traite sur mon Xiaomi 12.5″ par lots. ce que l’on voit ici c’st un passage de 264 à 871 secondes pour le même traitement. Si sur une image de 28.8 Mo au lieu de 288 Mo on retrouve un temps de 26.4 au lieu de 87.1 secondes le problème est le même. et pour des images de 2.88 Mo un temps de 2.64 au lieu de 8.71 secondes cela reste un handicap.

    Le soucis est l’écart entre la promesse et le résultat : La promesse dés l’annonce de Microsoft était un traitement dans Photoshop x86 identique à un traitement depuis une machine x86 et on voit bien qu’au final ce n’est pas le cas.

    Répondre
  • 3 avril 2018 - 9 h 11 min

    @Diddy:

    Apple a aussi certains avantages de l’open source (avec un choix de licence BSD moins contraignant pour son business) qui facilite les transitions. D’ailleurs l’action Intel perds presque 10% sur des rumeurs d’un nouveau changement d’architecture processeur en 2020.

    Alors on a au final le cas d’école de 2 approches pour une même finalité (qui s’était déjà vu dans la tentative de .NETisation de tout l’applicatif au dessus de Windows pour se placer face au couple Androïd/Java, mais win32 a la vie dure!):

    -Microsoft fait une tentative ARM… plombée, comme prévu, par le boulet de l’émulation x86 dont ils ne savent décidément pas sortir (en soi, cette tentative est en filigranes un sacré aveu d’échec à le faire).

    -Apple, qui va passer tout son écosystème sur une archi déjà supportée par sa base BSD. Sans devoir passer par la case émulation matérielle et avec un écosystème de développeurs déjà habitués à la plateforme ARM sur le côté mobile.

    Répondre
  • 3 avril 2018 - 10 h 23 min

    @Will: “Les soc ARM même avec leur montée en puissance année après année restent quand même très loin des APU X86” Oui…oui. Mais quels sont les APU X86 qui sont capables de motoriser des smartphones ?!!! Comparer ça c’est comme comparer une voiturette de golf à une voiture turbo diesel (vielle techno passée sous stéroïdes, comme le x86) et affirmer que l’électrique n’aura jamais les perf des turbo diesel. Ça ne aucun sens puisqu’une voiturette et une voiture ne sont pas destiner au même marché.

    Si on veut comparer de l’ARM qui a été développé pour être sur le même marché que du x86, alors on peut voir Qualcomm avec sa puce pour serveur. Très prometteur : http://armdevices.net/2018/03/29/keynote-datacenter-trends-with-qualcomms-dileep-bhandarkar-at-linaro-connect-hong-kong-2018/ …et ce n’est qu’un tout début.

    @gaduc: “Où l’on s’aperçoit qu’entre ARM et Intel c’est comparable à la fois en performance et … en consommation hélas.” Quoi ???!!! Pourquoi tu n’as pas lu la toute dernière phrase de la conclusion ?!!! Un passage dans DeepL ça donne “La plus grande victoire de loin pour Falkor (la puce Qualcomm) est la faible consommation d’énergie. Bien qu’il ait un TDP de 120W, lors de mes tests, il n’a jamais dépassé 89W (pour le benchmark de go). En comparaison, Skylake et Broadwell ont tous deux dépassé 160W, tandis que le TDP des deux CPU est de 170W.”
    L’avantage à Qualcomm est énorme vu l’importance du coût de l’énergie pour l’alimentation et le refroidissement des serveurs.

    Sur ARM, il y a encore de la marge sur l’optimisation logiciel en dehors du smartphone et de l’IoT. Il y a pas mal de logiciels cross-compilés pour pouvoir fonctionner sur ARM alors qu’ils ont été développés et optimisés pour x86.

    Répondre
  • 3 avril 2018 - 10 h 37 min

    @Pierre Lecourt:

    On en arrive à un autre problème, celui du choix des outils en toute connaissance de cause :
    – manque de vendeur qualifié qui doivent vendre le bon produit au bon client (mais c’est pas rentable)
    – acheteur qui manque de connaissance, les acheteurs achètent en fonction d’un prix et pas d’un besoin

    @yann:

    Le changement d’architecture provoque forcément de la casse, lors du passage ppc/intel que j’ai vécu ça a été une horreur au début, les applications étaient compatible sans aucun problème mais il y avait tout de même une émulation qui se faisait et celle-ci n’était pas toujours performante. S’il y a un passage de x86 vers arm sur OSX il y aura les mêmes problèmes que ce qu’ont voit en ce moment car les applications sont compilés pour un type d’architecture. La seule différence c’est qu’à l’époque du passage ppc/x86 le saut de performance était significative.

    Répondre
  • 3 avril 2018 - 10 h 41 min

    @wanou: Il y a plus que cela, un vrai problème de fond au final car ici le vendeur ne peut pas aller contre le discours du fabricant. quand MS présente photoshop x86 qui tourne sous ARM le message est clair : Cela peut remplacer un CPU AMD/INTEL. Or dans la pratique il n’en est rien. Aucun vendeur n’est payé pour aller à l’encontre du produit qu’il vend.

    MS a eu le même travers ici qu’avec la sortie de RT, le monde tel qu’il a été décrit était trop loin de la réalité au départ. Cela changera peut être mais le mal sera déjà fait pour certains.

    Répondre
  • 3 avril 2018 - 10 h 50 min

    @Le Breton: sur serveurs, la concurrence ARM commence à émerger. Sur pc, si la sauce prend alors on va voir arriver des puces ARM taillées pour ce marché avec les prix de la concurrence ARM.
    Intel a voulu faire mieux que sont x86 en faisant des i960, le marché n’en a pas voulu mais ça montre bien que le x86 n’est pas idéal.

    @zafira500: https://www.lemagit.fr/actualites/450414708/Microsoft-devoile-deux-serveurs-ARM-et-porte-Windows-Server-sur-ARM
    Sur le lien de @gaduc quand on voit le test NGINX, les 214 requêtes/Watt de l’ARM contre seulement 99 et 77 requêtes/Watt des Intel donne l’impression que les Intel doivent émuler l’ARM ! :D

    Répondre
  • 3 avril 2018 - 12 h 27 min

    @Skwaloo:
    Emuler l’ARM, c’est sans doute pas si faux: Le x86, pour évoluer tout en restant compatible, a depuis longtemps dû évoluer vers une architecture RISC tout en gardant (vu de l’extérieur, du moins) un jeu d’instruction CISC. Entre les deux, il y a de la traduction matérielle d’un jeu d’instruction externe CISC vers du RISC. Mais pas un jeu ARM, sinon ils devraient payer pour!

    Répondre
  • 3 avril 2018 - 12 h 29 min

    @wanou:
    Je ne dis pas le contraire: De la casse il y a le temps de la migration des applicatifs. Simplement il y a un cas ou on s’en sort avec une période difficile et l’autre ou tout ce qui a pu être tenté a échoué!

    Répondre
  • 3 avril 2018 - 12 h 43 min

    @Le Breton:
    Franchement, quand votre partenaire historique du Wintel en est réduit à s’essayer maladroitement au Winarm tandis que côté Apple des fuites indiquent qu’on travaille aussi, je dirais que ça ne sent quand même pas bon.

    Et pour les autres marchés, c’est pas gagné: Intel coupe les nouvelles branches si la pompe n’amorce pas en deux ans (cf IoT), plantant ceux qui s’étaient risqué à leur faire confiance… Et si certains veulent aller au x86 en venant d’ailleurs, ils verront leurs ingés ayant connu autre chose se boucher le nez devant ce tas de m…. et trouver que la marche arrière, pour venir au travail le matin, c’est encore un peu rapide.

    Répondre
  • 3 avril 2018 - 13 h 14 min

    @yann: Bien que n’étant pas développeur, j’ai toujours vu d’un bon oeil la promotion de .Net et le soutien du projet Mono (portage de .Net sur Linux/UNIX) par Microsoft.

    Mais ils ont tellement profiter pendant trop longtemps de leur logithèque Win32 pour promouvoir Windows que pour tout le monde, des Développeur aux utilisateurs, Windows est devenu indissociable de Win32.

    Google peut potentiellement avoir le même problème à savoir que pour beaucoup Android peut devenir indissociable de Dalvik/Art (les machines virtuelles Java d’Android). Mais Dalvik/ART eux sont multi-OS (Android, Chrome OS…) et multi-architecture processeur du coup ce n’est pas trop dérangeant. Et je suis d’accord avec toi Yann c’est ce vers quoi veut tendre Microsoft, devenir au moins multi-architecture même si je pense que l’idée d’un magasin d’application multi-OS a dû leur traverser l’esprit.

    Au final Windows 10 on ARM n’est qu’une architecture de plus que supportera Windows et non un basculement complet d’architecture processeur comme Apple lorsqu’ils sont passé de Powerpc à x86.
    Est-ce que le jeu en vaut la chandelle ? Transformer Windows en un fourre-tout supportant tablette, 2en1, PC x86, PC ARM… au contraire de la concurrence.

    Bref, mon sentiment général est que tout ceci (Windows RT, Windows 10S, Windows on ARM…) est la continuité de la tentative d’assassinat par Microsoft de win32 le dictateur. Mais bon, George W. en sait quelque chose, on ne déloge pas aussi facilement un dictateur si on n’a pas quelqu’un de solide et de reconnu par tous à mettre à la place et pour l’instant le magasin d’application de Microsoft ressemble à Bagdad, aucun touriste ne veut y aller.

    Répondre
  • 4 avril 2018 - 16 h 08 min

    @yann: +1
    C’est un handicap des x86 que n’aura jamais les ARM ou RISC-V.

    Répondre
  • 4 avril 2018 - 19 h 25 min

    Il existe pourtant des “perles” sur ce magasin bagdadi que je n’ai trouvé nulle part ailleurs… Perso je préfère peu mais bon que beaucoup et pas terrible.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *