Weibu annonce 5 portables Windows sous Snapdragon 850

Weibu est un OEM, un fabricant qui propose des machines à d’autres marques pour qu’elles y collent leurs logos et assurent les ventes. La marque n’annonce pas moins de 5 nouveautés portables sur le marché, toutes équipées du duo Windows 10 et Snapdragon 850.

5 machines, de 10.8 à 13.3 pouces, toutes équipées d’un SoC Qualcomm Snapdragon 850, toutes faisant tourner Windows 10 ARM. C’est ce que propose désormais à son catalogue la marque Weibu. Un fabriquant OEM qui fournit de nombreuses autres marques asiatiques ou non.

Avec un compte en banque suffisamment garni pour honorer un minimum de commandes, il sera donc possible de demander à Weibo 500, 1000, 2000 ou plus de machines encore et de les faire apparaître sous sa marque. Weibu peut s’occuper de la totalité de l’opération de marketing. Proposer un logo de votre choix sur l’engin, une marque, un packaging et une documentation à vos couleur. De telle sorte que vous puissiez en tant que marque, depuis le bureau d’une société sans usine, livrer un client sans jamais avoir mis le doigt dans l’engrenage infernal de la gestion du processus de fabrication d’un PC. Pour se faire, il suffit d’avoir un rendez-vous avec le constructeur et de pousser la porte d’une des VIP Room visibles sur l’image d’illustration en second plan. Une fois le contrat signé, quelques mois plus tard, vous recevrez un container de machines prêtes à la commercialisation.

Ainsi, n’importe qui va pouvoir commercialiser un PC sous Windows 10 ARM et Snapdragon 850. La marque Pipo a déjà commencé en présentant un engin il y a une semaine. D’autres vont suivre et il est probable qu’une avalanche de machines calibrées ainsi sortent dans les mois qui viennent. Notebook Italia dénombre pas moins de cinq configurations prêtes à l’achat présentées à HKTDC electronics de Hong-Kong. Il s’agit là des modèles encore disponibles chez Weibu parmi une probable galaxie d’autres machines déjà retenues par d’autres fabricants.

2019-10-22 11_34_34-minimachines.net

On découvre d’abord un modèle de base en 10.8 pouces affichant en 2560 x 1600 pixels baptisé Weibu QT108QA-MT. L’engin pèse 700 grammes et mesure 259.8 x 175.8 x 8.5 mm avec un clavier jouant également le rôle de protection.

2019-10-22 11_34_56-minimachines.net

Une solution très proche des Windows Surface donc mais équipée d’un Qualcomm Snapdragon 850 cadencé à 2.96 GHz avec de 4 à 8 Go de mémoire vive et un stockage UFS 2.1 allant de 128 à 256 Go. 

2019-10-22 11_38_26-minimachines.net

Un capteur photo 13 MP est présent au dos de l’appareil. Pas d’infos plus précises sur ce modèle mais on peut facilement deviner des éléments. Le SoC Qualcomm fournissant un Wifi5 et du Bluetooth. Un lecteur de cartes MicroSDXC semble également de la partie ainsi qu’une prise jack audio.

2019-10-21 18_01_24-minimachines.net

Les tablettes Weibo H123GA-MT et H116QA-MT sont des solutions hybrides de même diagonale en 12.3 pouces. La première est une 3000 x 2000 pixels. Une solution qui colle donc exactement à la proposition de Pipo en terme de spécifications.

2019-10-22 11_25_42-minimachines.net 2019-10-15 10_05_37-minimachines.net

A gauche la solution de Weibu et à droite celle de Pipo…

D’ailleurs, sur une des photos du dos du Weibo H123GA-MT, on devine une étiquette de spécifications qui reprend exactement le même format que celle de Pipo… Sauf que l’étiquette de Pipo a été déchirée en haut et en bas. En haut, parce que le nom du modèle était indiqué. En bas, probablement parce que la source de la machine était indiquée. Autrement dit, 3 stands plus loin que Weibu, Pipo proposait une machine de Weibu sous sa propre marque. Cette dernière proposait 8 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage. Particularité de cet engin chez Pipo, il est annoncé comme coûtant moins de 400$ prix public… 

2019-10-21 18_01_08-minimachines.net

Le second modèle de 12.3″, le Weibo H116QA-MT reprend exactement le même design, mais est une version FullHD de la machine. Ces engins sont proposés de 4 à 8 Go de mémoire vive et de 64 à 128 Go de stockage UFS 2.1. Elles disposent d’un Wifi5, de Bluetooth 4.2 et d’un duo MicroSDXC et lecteur de cartes SIM pour profiter du modem LTE. La version FullHD est équipée d’une batterie 4000 mAh, 1000 de moins que la version 3Kx2K.

2019-10-22 11_42_56-minimachines.net

Weibo H133Q-MT

Enfin deux portables 13.3 pouces sous les noms de codes Weibo H133Q-MT et H133QA-YD  sont également prévus. Le premier est une solution classique et le second un portable convertible. Les deux afficheront en 1920 x 1080 pixels. Chaque client de Weibu pourra demander une implantation à sa sauce avec plus ou moins de mémoire vive ou de stockage, un lecteur de cartes SIM ou non pour profiter de la 4G proposée par le SoC. 

2019-10-22 11_43_54-minimachines.net

Weibo H133QA-YD

On devrait donc retrouver, à terme, une véritable galaxie de machines sous Windows 10 et ARM dans les étals. A tous les tarifs et dans différentes diagonales. Il est également possible que certaines marques se soient appropriés des designs en exclusivité et que Weibu ne les distribue donc plus sur ce genre de salon. Enfin, il est fort probable que d’autres constructeurs OEM, autres que Weibu, se soient penchés sur le berceau des solutions Qualcomm/Microsoft. 

C’est peut être cela la nouvelle stratégie du duo, revenir avec leur proposition via des marques moins connues que les ténors du marché. Ces dernières sont légèrement échaudées par les ventes de leurs précédentes tentatives. C’est également uns stratégie de séduction intéressante pour ces produits. Car si on a du mal à accepter qu’un engin de marque vendu entre 650 et 999€ se comporte avec les performances d’une solution dont le prix est situé entre 300 et 450€, la pilule passera sans doute beaucoup mieux si la proposition Snapdragon 850 est posée au même tarif que des engins Intel en Celeron… Avec la 4G en plus.

Source : Notebook Italia


Soutenez Minimachines.net !
14 commentaires sur ce sujet.
  • 22 octobre 2019 - 12 h 41 min

    On arrive à une niveau de prix qui compense la moindre performance en émulation (uniquement car le système est en ARM natif). Donc ça peut engendrer un peu de volume pouvant justifier auprès des éditeurs une version ARM. Sachant que c’est juste une target à choisir à la génération c’est pas la mer à boire.

    Répondre
  • 22 octobre 2019 - 13 h 07 min

    “la pilule passera sans doute beaucoup mieux si la proposition Snapdragon 850 est posée au même tarif que des engins Intel en Celeron… Avec la 4G en plus.”

    Même pas certain, en fait, quand il est si facile de se faire un AP Wifi à partir de son débilophone… tandis que les options multi-sim pour utiliser un même abonnement sur 2 appareils restent souvent payantes (5€/mois chez Orange il me semble, loin d’être anodin même si moins cher qu’un second abonnement avec un quota de data réaliste pour un laptop 4G).

    Donc côté particuliers, pour moi c’est mort en l’état des offres.

    On peut sans doute imaginer des utilisations professionnelles profitant de cette meilleure intégration 4G, mais AMHA ca risque là aussi d’être fort limité car le mobile Android pro est déjà la norme, qu’il peut donc aussi assurer la connexion mobile à un laptop en déplacement et que les outils pour les gérer sont déjà en place.

    Il faudrait vraiment se battre sur les prix pour espérer en vendre à des acheteurs alors prêts à prendre le risque. Avec Qualcomm qui doit peser lourd dans le BOM et qui n’est pas vraiment du genre à sabrer ses marges, inutile de trop y compter.

    Au final, je serais fort étonné que la proposition rencontre le succès et j’aimerais connaître les dessous de table derrière cette soudaine profusion de modèles: Un gros chèque de Redmond?

    Répondre
  • 22 octobre 2019 - 14 h 15 min

    Très intéressants, mais il manque encore beaucoup d’informations, prix, autonomie…

    Personnellement, je reprendrai à peu près les mêmes recettes…
    mais avec des processeurs ARM qui ne soient pas de Marques Qualcomm,
    pour abaisser les coûts et mettre des OS Androïd et Chrome,
    a la place de Windows 10 version ARM !
    Ce qui permettrai encore d’abaisser de 100 à 200 Usd les coûts de tels machines,
    ce qui aurais beaucoup de sens vis à vis d’un marché de masse…

    Car je ne comprends toujours pas l’intérêt de Windows 10 sous ARM,
    sous x86, pas de problèmes, bien sûr !

    Quand Vous regardez les différentiels techniques et de prix de ces machines,
    avec les GOOGLE PixelBook GO, le TROU va se creuser très défavorablement
    vis à vis de GOOGLE…

    Ça serait à croire que la Très Haute incompétence marketing de GOOGLE,
    dans ce cas précis de figure est de ‘volontairement’ passer à côté du marché ?!
    Quels sont les objectifs de GOOGLE avec ses PixelBook Go ?!

    Google veuillez avoir la gentillesse de me faire un chèque de 100.000 Euros,
    pour ces pertinents conseils, qui devrait Vous permettre de faire beaucoup d’économies !
    PS : Pensez à virer les ingénieurs qui ont fait les cahiers des charges des PixelBook GO,
    car ils ne méritent vraiment pas de travailler pour Vous ! lol

    Répondre
  • 22 octobre 2019 - 15 h 33 min

    C’est plus une architecture de tablette avec tout soudé qu’une de PC avec des éléments amovibles.

    Après il y a le rapport perf/prix qui n’est folichon.

    Répondre
  • 22 octobre 2019 - 16 h 10 min

    @Will:

    Microsoft qui essaye depuis un moment de se sortir du tout Intel… Le problème étant qu’ils se retrouvent alors dans un écosystème fort différent qui ne colle pas trop avec leur histoire.

    Toute la détection matérielle chez Microsoft/Intel est une symbiose résultant de l’architecture ouverte du PC (donc des configurations très variées à supporter avec le même OS) et des impératifs de compatibilité ascendante. Même si maintenant les configurations sont hélas de plus en plus figées, c’est toujours l’UEFI qui assure l’énumération matérielle, le gros des inits plateforme et passe le résultat à l’OS. Les fabricants planquent leur spécificités dans l’ACPI avec un code qui sera tiré de ses tables et utilisé par l’interpréteur de l’OS (voir le compilo IASL chez Intel).

    Tandis que côté ARM (et SoC en general, que ce soit basé MIPS ou PowerPC… bref tout sauf Intel) la config est connue, passée sous forme d’un device-tree en majorité hardcodé (patché à la volée éventuellement par le boot-loader selon les variantes taille de ram etc…) et c’est l’OS, le plus généralement Linux, qui initialise le matériel derrière et en général bien plus vite (profitant du multi-tâche qui permet de paralléliser ce qui peut l’être): C’est le gros du pourquoi, désormais, on passe plus de temps au démarrage dans le BIOS/UEFI qu’a démarrer l’OS complet derrière.

    Le problème de Microsoft avec ARM est profond: Ils veulent a tout prix faire rentrer cela dans leur moule pour éviter d’avoir beaucoup à revoir côté OS. On en arrive à l’aberration d’un UEFI porté sur ARM auquel ils poussent.

    Sauf que personne d’autre qu’eux n’a le besoin d’un truc mal fichu/spécifié, inutilement complexe, dont Linux se passe fort bien partout ailleurs que sur x86. Sans compter les temps de démarrage qui sont un attrait des solutions ARM pour les utilisateurs, sur lesquels cela coincera fatalement.

    Répondre
  • 22 octobre 2019 - 17 h 23 min

    Enfin des prix pour les consommateurs bien que personnellement Windows ARM ne m’intéresse pas .
    seulement ,je me dis que si pour 300/450 euros ce type de machine fait tourner un WINDOWS spécifique quelles merveilleuses machines ce serait comme CHROMEBOOK .

    Là ,BIZARRE mais GOOGLE semble préférer les puces INTEL et AMD .

    Répondre
  • 23 octobre 2019 - 10 h 02 min

    .
    Gros problème : le stockage est en UFS 2.1, alors que maintenant on dispose de l’UFS 3.0 avec lecture de 2300 Mo/s pour une vitesse d’écriture de 1800 Mo/s.

    Répondre
  • 23 octobre 2019 - 10 h 36 min

    @Mouve92: Non, ce n’est pas un gros problème, car UFS 2.1 est bien plus fiable
    et beaucoup plus rapide à ce que proposait l’eMMC sur ses standards de base !
    Il y a donc une réel évolution… sans obligatoirement rechercher le dernier standard !
    Car tout est une question de Rapport Qualité/Prix…

    Répondre
  • 23 octobre 2019 - 11 h 40 min

    @J. DEBON: l’UFS 2.1, au mieux : lecture de 1000 MB/s pour une vitesse d’écriture de 260 MB/s. Alors que l’on cherche à améliorer les performances de Windows 10 ARM sur Snapdragon 850. l’UFS 3.0, qui sort sur les nouveaux smartphones, a son utilité.

    Répondre
  • 23 octobre 2019 - 11 h 50 min

    @yann: Je suppose que ton avis ne concerne que la France. Il n’est pas dit que les offres pour mobile soient aussi bon marché et aussi fournies en données ailleurs. En fait, je suis même sûr que non.

    Répondre
  • 23 octobre 2019 - 11 h 59 min

    @J. DEBON: N’est-il pas envisageable que l’intérêt de Windows sur ARM soit un ARM avec un support plus long que sous Chrome ? Une entreprise qui amortirait son matériel sur plus de cinq ans… et qui n’en demande pas trop à ses machines y trouverait son compte, non ? (Je pense surtout au travail de relevé sur site pour lequel la puissance de la machine n’est pas primordiale.)

    Je suis une bille question matériel. Donc c’est une vraie question.

    Répondre
  • 23 octobre 2019 - 12 h 24 min

    @Kikimoo: Tu as raison, les consommateurs français n’ont pas toujours conscience que nous sommes parmi les mieux dotés niveau prix /quantité data sur les forfaits, tout en gardant la neutralité du net. Le marché français reste un marché de niche finalement, il y a qu’à voir les claviers azerty lol

    Répondre
  • 23 octobre 2019 - 14 h 27 min

    @Kikimoo: Que Microsoft garantisse un support plus long, probablement !
    Mais quand Tu compares au marché des smartphones ou des TV Box, il semblerait que rien
    n’interdirait aux différents constructeurs sous Android, donc pourquoi pas, Chrome OS,
    de faire évoluer leurs différentes machines, comme c’est si bien le faire Nvidia
    pour sa TV Box Shield !

    Simplement, ces mises à jour ont des coûts importants pour Nvidia,
    ça touches à la politique commercial de Google,
    mais aussi des différents fabricants…

    Est-on prêt à payer un peu ou beaucoup plus au départ,
    pour avoir un suivi comme le fait Nvidia ?
    Préférons-nous une Xiaomi Mi Box ou une Nvidia Shield ?
    Car nous n’aurons pas le même suivi, ni les mêmes services…

    Répondre
  • 24 octobre 2019 - 7 h 35 min

    @yann:

    Qui redémarre un pc maintenant ? Avec les veilles “profondes” c’est une chose rare maintenant.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *