Voyage dans les entrailles du NUC 12 Enthusiast Serpent Canyon

Intel a officialisé le NUC 12 Enthusiast, son format de minimachine Gaming. L’occasion de le découvrir sous toutes les coutures en vidéo.

La magie des Minimachines et de ce NUC 12 Enthusiast en particulier, a toujours été de faire entrer un ensemble de composants dans un châssis parfaitement adapté. Le tout dans une combinaison la plus efficace et performante possible. Eviter la place perdue sans pour autant laisser la machine surchauffer. Les choix faits par Intel pour ce nouveau modèle sont assez intéressants et la marque nous le fait découvrir en vidéo.

Les premières versions du NUC 12 Enthusiast devraient être disponibles à la fin du mois à des tarifs oscillants entre 1180 et 1350$ HT pour les versions barebone du Serpent Canyon. Les modèles équipés de mémoire vive, d’un stockage et d’un système devraient apparaitre plus tard. Ayant fait le choix d’une mémoire DDR4 SoDIMM et d’un stockage triple en SSD M.2 2280, Intel a clairement choisi une orientation d’ouverture pour cet engin.

La DDR4 est bien plus disponible et moins chère que la DDR5 actuellement, surtout pour un particulier. Se procurer 16 ou 32 Go de DDR4 ou recycler des composants sera forcément plus facile pour équiper cette machine. Dans la même optique, proposer 3 emplacements de stockage en M.2 2280 NVMe dont un compatible SATA offre de belles possibilités pour ajouter les Go dont vous pourriez avoir besoin. Le choix de proposer d’abord les versions barebones a donc du sens.
Le fait que ces versions soient plus accessibles que les modèles pré-équipés est également assez logique. Il faudra toutefois attendre un peu avant de voir le prix réel et non pas les précommandes annoncées par certains revendeurs.

Mais commençons par le début avec l’ouverture de la machine. Intel a choisi une ouverture par le dessus avec 6 vis à retirer pour ôter le capot du NUC. Celui-ci, construit en ABS, laisse passer la lumière du système de LEDs fourni par Intel en dessous.

Comme à son habitude Intel propose un logo lumineux sous la forme d’un crâne stylisé. Il s’agit d’une plaque opaque dans la quelle est dessinée la forme à afficher qui est illuminée par un petit panneau LED. L’engin est livré avec un second panneau avec une tête de serpent.

Si aucun de ces panneaux ne vous séduit, il est évidemment possible de ne pas utiliser le système en n’activant pas la LED via une option logicielle. Mais vous pouvez également choisir de fabriquer votre propre panneau et d’utiliser ce système pour afficher un logo de votre choix sur votre MiniPC.

Il faut ôter deux vis supplémentaires pour retirer la LED et acceder aux composants. Tout changement de matériel interne réclamera un tournevis cruciforme standard et le retrait de 6 vis. Je ne pense pas que la présence du panneau LED est obligatoire pour que la machine fonctionne mais il est possible que sa structure métallique protège l’ensemble et lui assure une certaine structure. 

On arrive alors au coeur de l’engin : On voit très nettement les deux slots de mémoire vive en bas à droite ainsi que les deux premiers ports M.2 NVMe à gauche. Un de deux seulement est occupé. Le troisième port NVMe/SATA est plus difficilement visible. Il est situé tout en bas de l’image.

On le voit ici de dos, à gauche du câble rouge et noir, estampillé NVMe/SATA. Il vient coiffer la carte Wi-Fi6E et se fixer à l’autre bout de la carte mère. Il est donc possible de s’arrêter ici et d’accéder à l’ensemble des composants accessibles. Le reste du démontage est totalement superflu et n’est pas nécessaire pour l’utilisateur. A noter que la carte Wi-Fi est également montée sur un slot M.2 et pourra éventuellement être changée.

Pour acceder au reste de la machine, il faut enlever une belle quantité de vis et d’entretoises afin de pouvoir soulever l’ensemble et découvrir les deux ventilateurs placés au fond du châssis. Ceux ci vont, comme d’habitude, aspirer de l’air frais depuis l’extérieur et le pousser au travers des ailettes du système de refroidissement. Ces ailettes dissipent la chaleur transportée par les caloducs en cuivre qui se positionnent sur les deux composants les plus chauds de l’engin : son processeur Intel Core de 12e Gen et son circuit Intel ARC A770M. Il semble que les 16 Go de mémoire GDDR6 dédiée à la partie graphique soient également couverts par un caloduc.

Les ailettes massives du système d’extraction

Le dissipateur massif de la machine

L’ensemble est donc assez facilement opérable et les pièces peuvent être remplacées sans trop de soucis. Pour la partie accessible, c’est vraiment un jeu d’enfant, pour le reste cela demande surtout de la patience plus que des compétences particulières. Les différents composants et l’assemblage semblent de qualité et le format, au vu de l’échelle donnée par le manipulateur, reste réellement plaisant.

La dernière inconnue est donc le comportement global de ce NUC 12 à l’usage. Les performances du couple processeur et circuit graphique dédié mais également le bruit généré par la machine lors d’une exploitation légère, moyenne ou intensive.

A suivre.

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

Un commentaire.
  • 21 septembre 2022 - 13 h 59 min

    Certes, belle bête, qui, si mes finances me le permettaient, serait dès sa sortie sur mon bureau. Cependant, le prix demandé calmera l’enthousiasme de plus d’un :)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *