Un menu tactile débarque sur la Steam Controller

Valve avait promis de faire évoluer sa manette de jeu Steam Controller, au fur et a mesure de la publication de mises à jour logicielles. Cette promesse se concrétise pour la première fois avec, entre autres, l’apparition d’un menu tactile sur la manette.

L’idée est de pouvoir améliorer la gestion des boutons et gâchettes depuis une interface unique, simplifiant grandement la vie des joueurs qui n’auraient plus à patauger dans de nombreuses interfaces.

Au menu, également, le support d’un mode gyroscopique pour piloter des jeux en basculant la manette. On pourra par exemple se pencher dans un jeu de tir ou tourner en pilotant grâce à cette fonction.

Minimachines.net 2015-06-04 23_54_07

Mais le principal intérêt est bien de pouvoir faire apparaître un menu au sein d’un jeu pour décider via la Steam Controller d’assigner telle fonction à tel bouton. Une excellente solution pour ceux qui ne veulent pas avoir à ressortir un clavier pour cette phase particulière de l’installation d’un jeu.

Minimachines.net 2015-06-04 23_53_56

Pour mettre au point ces différentes évolutions, Steam se base sur les retours des utilisateurs et propose ainsi des correctifs et des ajouts logiciels. Le support d’une sorte d’émulation de souris avec un des pavés tactiles sert par exemple à piloter la caméra au sein de certains jeux. D’autres demandes pour le futur sont en cours de réalisation dont la très attendue gestion des jeux non Steam avec la manette qui permettra de retrouver les associations faites par d’autres joueurs.

Il est également possible, désormais, d’enregistrer ses configurations de manette dans Steam en créant votre profil de Stealm Controller ce qui permet de les retrouver en allant jouer chez un ami avec sa manette.

Bref, Valve revient à son premier amour, le développement logiciel, et se sert de sa base matérielle comme terreau fertile pour les idées de ses équipes et de ses utilisateurs. Ils ont même la gentillesse de nous offrir cette très belle vidéo de l’assemblage de l’usine qui sert à fabriquer les manettes Steam Controller. Et il n’y a pas a dire, l’industrie d’aujourd’hui, vue sous cet angle particulier, fait quand même très jeu vidéo.

8 commentaires sur ce sujet.
  • 11 décembre 2015 - 15 h 53 min

    Peu d’humains dans cette usine. Je suis impressionné par le niveau d’automatisation.

    Répondre
  • 11 décembre 2015 - 17 h 09 min

    Une question : est-ce que cette manette est compatible avec la Shield TV ?

    Répondre
  • 11 décembre 2015 - 18 h 22 min

    @Memphis007 J’ai la même question !

    Répondre
  • 11 décembre 2015 - 19 h 24 min
  • 11 décembre 2015 - 20 h 40 min

    @tashikoma

    L’automatisation poussée est requise pour produire dans un pays “développé” où le coût de la main d’oeuvre est élevé (et encore les US ne sont pas la France).

    Pour le reste, chaque visite d’usine très automatisée est toujours surprenante, je fais des audits dans le cadre de mon job, et à chaque Fois je pourrais rester des heures devant les automates, j’ai l’impression d’avoir 5 ans et d’être devant les vitrines des Galerie Lafayette (grandes vitrines qui s’animent d’automates lors des fêtes de Noël, pour les no franciliens) !!!

    Ce qui m’étonne le plus c’est qu’il fasse également l’injection des composants plastiques eux mêmes (@ 0:30 sur la vidéo, on voit l’éjection des coques de l’outil d’injection). Dans mon secteur, c’est souvent sous-traités à l’autre bout du monde. Là il maitrise aussi cet étape, c’est rassurant pour les finitions.

    Répondre
  • Guy
    12 décembre 2015 - 0 h 23 min

    à 50$ pièce, fabriqué aux USA, ils ont intérêt à en vendre quelques palettes : installation/amortissement des robots, salaires des personnels (j’en vois au moins 6 ) !
    Comme le dit se bien Pierre, les utilisations “non prévues” par les concepteurs des ces steams controler (sc) fleurissent sur internet … on en voit même avec un sc accroché au casque en mode gyro …

    Les utilisateurs semblent s’accaparer l’objet, sans doute dû à une conception (relativement) ouverte (8/10 iFixit) et leurs remontées sont rapidement intégrés par les équipes de valve (firmware du sc et client steam). La possibilité de créer des profils personnels (pour adapter les applis et jeux existants au sc) puis de les partagés (ou non) avec les autres utilisateurs est vraiment un plus …

    Voir les quelques exemples données sur http://store.steampowered.com/controller/update/dec15

    Répondre
  • Guy
    12 décembre 2015 - 0 h 29 min

    Au fait, j’aime bien le clin d’œil dans la vidéo avec des robots “aperture” (cf portal / portal 2). Rien n’a été laissé au hasard ;-)

    Répondre
  • 12 décembre 2015 - 17 h 49 min

    Cette chaîne de montage n’a rien d’exceptionnel pour une usine. L’aspect très propre est présent jusqu’à Renault Trucks, qui assemble des camions pourtant.
    Le faible nombre de personnes intervenant en état de production est le même en chine : le coût de la main d’oeuvre est relativisé quand on voit qu’ils n’ont pas besoin de 20 personnes pour la chaîne entière (soit 60 avec un fonctionnement en 3/8 du lundi matin au samedi matin). Si on met les pieds dans les usines, on ne comprends plus les discours des politiques/financiers (ex sur de l’injection plastique : en france (01) un smicard pousse bouton fait tourner une chaîne produisant 22000 pièces/semaine, sur lesquelles les bénéfices sont de 8 cts d’euros par pièce (vendues 17, coût 9). Soit 7040 euros de bénéfices par moi et par smicard. Et que chaque pose gère deux chaînes en décallés (cycles de 1m30, soit 45 secondes pour s’occuper d’une machine, puis de l’autre, etc..)

    Une usine se calcule pour être amortie en 10 ans. Salaires/charges/profits/loyers compris. Donc si l’usine produit toujours dans 10 ans, même si c’est un autre produit, les marges sont largement multipliées.

    Pour l’injection plastique, c’est très peu cher, peu compliqué, et la valeur ajoutée est importante. Sans compter que les granulés + colorants plastiques sont transportés en citernes, on ne paie pas l’emballage des coques plastiques, à déballer, assembler, remballer…

    Pour la magie de ces machines, on est bien d’accord. A se demander comment on n’arrive pas à distribuer les richesses quand les ingénieurs et techniciens rapportent autant…

    Pour finir, ce sont les jeux vidéos qui sont très proches de l’industrie : nombre de moteur, installations complètes (half life 1, dans le tramway au début) sont simplement la réalité… qui est suffisamment peu ordinaire pour sembler fantastique. Plus on bosse dans l’indus, plus on le réalise. Sans compter les bruitages : un verin rotatif qui enlevait des pots de verre (mutella) des moules pour les mettre sur un tapis roulant, on réalise que c’est le bruit de la porte dans Alien 1, ou celui des bâtiments Terran de Starcraft 1 quand on les fait décoller….

    Pour finir, concevoir des chaînes de montages complètes et les programmes automates, c’est feu le BTS électrotechnique, avec ou sans licence pour se spécialiser : on apprend de toute manière sur le tas, puisque les principes sont enseignés, et la mise en oeuvre propre à chaque matériel/fabriquant.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *