Texas Instrument Arduino TRE : La mode est aux cartes libres

Apres la Raspberry Pi, les CubieBoard, la Galileo d’Intel et bien d’autres, voici que c’est au tour de Ti de présenter une carte totalement documentée et libre. La Texas Instrument Arduino TRE est la plus performante des cartes Arduino construites à ce jour, elle embarque un processeur ARM Cortex-A8 et peut supporter une distribution Linux complète et autonome.

Résumé : 2 en 1, la carte Texas Instrument Arduino TRE est à la fois une solution classique capable de faire tourner une distribution Linux mais également une carte au format Arduino pensée pour piloter divers appareils allant de l’imprimante 3D à des systèmes domotiques ou des robots. Cette carte allie donc de grandes capacités de gestion d’automatismes à un système embarqué totalement autonome.

 Arduino logo

Si vous ne savez pas ce qu’est la norme Arduino, ce billet ne risque pas de beaucoup vous parler aussi il faut commencer par un bref rappel du concept de cette solution. Arduino c’est avant tout un matériel libre et documenté, un engin dont on connait les spécifications techniques complètes de façon à pouvoir dialoguer logiciellement avec lui. Le but des composants Arduino est de piloter d’autres éléments, logiciels ou materiels, de façons à construire des objets intelligents.

Texas Instrument Adruino TRE

Un exemple bête ? Vous voulez installer un portail automatique pour votre porte de garage, vous avez la solution de facilité qui consiste à aller dans un magasin de bricolage pour vous en procurer un. Et vous avez la solution Arduino qui consiste à concevoir avec la carte le même service que celui proposé par une marque et assembler une solution pour piloter un bras électrique qui ouvrira votre portail. L’idée n’est pas de faire un engin moins cher que celui du commerce mais de faire un engin qui remplit la fonction exactement demandée, du sur mesure et surtout du recyclable.

Texas Instrument Adruino TRE

La carte qui vous servirait à cet appareil pourrait également servir à piloter un lave vaisselle ou un monte-charge voire un robot aspirateur. Le principe d’Arduino est de vous donner un support de programmation libre que vous pourrez adopter à vos besoins. Cela veut dire qu’il est par exemple possible de concevoir un système d’ouverture de portail qui se déclenche quand une puce NFC arrive dans son champ de détection puis qui vérifie que la plaque d’immatriculation du véhicule qui veut entrer est la bonne et qui active alors la porte. Elle peut également mettre en route les lumières de votre allée, de votre garage et même signaler quel véhicule est dans votre allée via un email.

Arduino existe depuis quelques années et sa communauté grandit de jour en jour parce que la solution est fiable, intelligente, abordable et apporte des solutions inimaginables par un industriel soucieux de rentabilité.

Texas Instrument Adruino TRE

Qu’apporte cette carte Texas Instrument Arduino TRE ? C’est en fait assez simple, les modules actuels peuvent être programmés de manière indépendante pour des tâches simples et répétitives grâce à leur micro-contrôleur : Toi ouvrir porte quand toi recevoir signal radio. Mais dés qu’il s’agit d’exécuter des tâches plus complexes comme vérifier la plaque d’immatriculation via une reconnaissance de caractères, il faut les associer à un système d’exploitation un peu moins rudimentaire. D’où le succès du couple Raspberry Pi avec ces cartes par exemple.

Texas Instrument Adruino TRE

La carte de Texas Instrument propose donc de réunir les fonctions de microcontrôleur Arduino et ses entrés et sorties avec un processeur ARM Cortex-A8  Sitara AM335x cadencé à 1 GHz. 512 Mo de mémoire vive sont également intégrés ainsi que 4 ports USB 2.0, une sortie Ethernet, des prises jack audio, un lecteur de cartes MicroSDHC et une sortie HDMI.  Pas un foudre de guerre mais une puce suffisante pour faire tourner une distribution libre associée aux connecteurs propres aux systèmes Arduino pour piloter d’autres engins.

Arduino Bot

Un robot Arduino

On peut donc imaginer créer des solutions beaucoup plus autonomes, programmables pour des milliers d’actions différentes, pouvant calculer des probabilités et même prendre des décisions suite à un événement. D’autres cartes du genre existent mais elles sont chères, difficiles à acheter pour un particulier et le plus souvent très opaques quand à leur programmation.

J’imagine déjà ce que pourront faire des associations comme un appareil photo et une de ces cartes ou le pilotage d’un quadricoptère par une Texas Instrument Arduino TRE…

Prévues pour le printemps 2014, ces cartes vont faire le bonheur de tous les programmeurs et domoticiens de la planète.

Plus d’infos sur Arduino
Plus d’infos sur la carte Texas Instrument Arduino TRE

Merci à Renaud pour l’info

5 commentaires sur ce sujet.
  • bh
    10 octobre 2013 - 17 h 17 min

    “Arduino”, à corriger un peu partout dans l’article :)

    Répondre
  • 10 octobre 2013 - 17 h 24 min

    @bh: Fichtre, oui !

    Répondre
  • 10 octobre 2013 - 17 h 36 min
  • 10 octobre 2013 - 22 h 13 min

    am335x, la meme puce que la beaglebone black (bbb). La couche Arduino va mettre la puce au niveau d’un plus grand nombre, c’est une bonne chose. pour les projets plus complexes et tempsr réel il y a ce qu’il faut avec linux et xenomai sur la bbb.

    Répondre
  • 14 octobre 2013 - 9 h 28 min

    Petit résumé (de mon point de vue) :
    1 – Arduino c’est un Atmel, un micro-contrôleur posé sur une carte qui “normalise” les entrées / sorties analogiques et digitales
    2 – ça se programme en C et C++, avec un environnement facile à prendre en main
    3 – Il n’y pas de système d’exploitation, seulement le programme transféré dans l’Atmel qui tourne en boucle indéfiniment : des soucis en moins, on ne code que le “métier”

    Une fois que l’on a compris un peu comment ça marche, il y a une seconde étape conceptuelle : Arduino peut servir d’interface entre ses interfaces et un PC : il n’y a pas assez de puissance dans Arduino pour (reconnaître une plaque d’immatriculation) faire des choses complexes, mais assez pour envoyer les informations vers un PC qui peut traiter des choses complexes et ensuite demander à l’Arduino d’ouvrir le relais qui fait tourner le moteur qui ouvre la porte du garage.

    Intégrer un processeur puissant (par rapport à un Atmel qui tourne à 8 ou 16MHz avec un jeu d’instruction réduit et peu de mémoire) cela revient à tout embarquer sur le même carte.

    On conserve Arduino pour sa capacité aux interfaces, on dispose d’un “ordinateur” sous linux pour réaliser les traitements complexes.

    Par exemple dans le cadre d’un robot (aspirateur) Arduino communique avec les capteurs et les activateurs, la partie “ordinateur” mémorise la cartographie de l’appartement…

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *