Saint Valentin : AMD se marie avec Xilinx

Un beau mariage, avec un beau contrat. Et un joli semi remorque de dollars. AMD s’offre donc officiellement Xilinx pour le meilleur et le meilleur.

AMD et Xilinx passeront une belle lune de miel dans les semaines qui viennent, la cérémonie de mariage a eu lieu à la Saint Valentin et les 35 milliards de dollars de dot vont se transformer en couverture douillette pour les actionnaires de l’entreprise. 

Cette acquisition de Xilinx a pour but de renforcer la position d’AMD sur le secteur des data centers et d’augmenter son marché potentiel. L’accord de principe entre les deux entreprises déclaré en octobre 2020 se conclut donc positivement. Xilinx se transforme donc en ARCG pour Adaptive and Embedded Computing Group qui sera une structure embarquée dans AMD. Elle sera toujours pilotée par Victor Peng, l’actuel PDG de Xilinx. AMD compte poursuivre l’évolution des systèmes FPGA et apporter à Xilinx toute son expertise. Ce sera également une transfusion de compétences et de brevets dont AMD va pouvoir profiter.

Pour revenir rapidement sur les FPGA (Field Programmable Gate Array), il s’agit de circuits intégrés programmables. Dans le sens où ils sont constitués de portes logiques pouvant se transformer au besoin dans des dispositions de transistors différentes et spécialisées. On programme la puce avant de lui faire transiter des ordres, ce qui permet d’obtenir une solution beaucoup plus malléable et spécialisée qu’un processeur classique. Il est difficile d’imager ce processus mais essayez de pensez à une cuisine avec 5 cuisiniers qui sauraient tous faire toutes les recettes du menu. Ces cuistots sont des puces classiques, de celles que produisait déjà AMD. Ils sont hautement compétents et peuvent absorber tous les programmes que l’ont écrit pour eux. Mais la cuisine dispose également d’un robot, bien moins compétent que les 5 cuistots, mais avec 8 bras programmables très précisément. Ce dernier peut recevoir une recette qu’il exécutera à la perfection et de manière beaucoup plus rapide qu’un cuistot normal. Si on veut lui faire faire un dessert précis, là où le chef classique mettra une demie heure, le robot n’en mettra que la moitié. On imagine l’intérêt pour la cuisine d’avoir un de ces robots. Il suffit de changer sa programmation interne pour lui faire changer de recette et il allège ainsi la tâche des cuisiniers tout en allant considérablement plus vite. Si vous décidez d’avoir des mille-feuilles à la carte, il suffit d’apprendre la recette au robot et de le configurer avec les outils dédiés et il vous sortira autant de gâteaux que vous voulez.

Vous l’aurez compris, ce robot c’est une solution FPGA : un processeur programmable qui peut se spécialiser au besoin dans des tâches spécifiques comme le traitement de vidéo, la compression de données, l’analyse de réseau, le machine learning où la sécurité avec une excellente gestion du chiffrement.

Xilinx

Avec Xilinx à son bord, AMD ouvre donc la voie à des développements supplémentaires sur le marché des serveurs. Si AMD propose déjà des processeurs pour ce secteur, la majorité de son offre concerne les machines plus classiques. Processeurs classiques et processeurs graphiques pour les PC et circuits spécialisés pour les consoles. Avec Xilinx, c’est un tout nouvel univers qui s’offre à la marque avec les communications et les réseaux, l’industrie, le marché de la défense et tout ce que l’ont peut imaginer ayant des besoins spécialisés : diffusion  émulation, mesure, sécurité et analyse comme IA. 

Si AMD a cassé sa tirelire avec un rachat considéré comme le plus important jamais réalisé dans le secteur, c’est pour le potentiel de cette consolidation. Lisa Su, CEO d’AMD, estime le marché à 135 milliards de dollars pour la nouvelle structure. C’est également un moyen de se positionner sur ce segment face à Intel qui s’est offert Altera, un concurrent de Xilinx, pour 16.7 milliards de dollars en 2015. 

On  notera également que le poids d’AMD sur le secteur de la production de processeur a largement augmenté avec ce rachat. Xilinx, comme AMD, ne fabrique pas ses puces mais passe par des entreprises tierces. Il sera toujours plus prudent d’être accommodant avec le nouveau mastodonte en terme de calendrier de production. Les fabricants de processeurs auront surement des largesses opératoires et financières avantageuses pour les nouveaux mariés.

Le communiqué de presse d’AMD sur le rachat de Xilinx:

« AMD annonce avoir finalisé l’acquisition de Xilinx, permettant la création d’une entité leader de l’informatique haute performance et adaptative. L’acquisition est officiellement la plus importante dans l’histoire des semi-conducteurs et permet de réunir deux leaders du marché disposant de portefeuilles de produits, de clients et d’expertise marché complémentaires.

L’entité Xilinx deviendra l’Adaptive and Embedded Computing Group (AECG) et sera dirigée par Victor Peng, anciennement PDG de Xilinx. AECG continuera de se concentrer sur les solutions FPGA et les SoC adaptatifs, ainsi que sur la feuille de route de ses produits embarqués, à destination de ses principaux marchés, et ce grâce au champ d’action étendu offert par la nouvelle structure et son habilité à offrir un large ensemble de solutions, y compris les CPU et GPU d’AMD.

Lisa Su, CEO d’AMD, déclare « L’acquisition de Xilinx permet de réunir un panel de produits, de clients et de marchés hautement complémentaires avec une IP différenciée et des talents de premier plan, pour créer le leader de l’informatique haute performance et adaptative de l’industrie. Xilinx apporte ses solutions FPGA, ses SoC adaptatifs, des moteurs IA et une expertise logicielle de pointe qui permettent à AMD de proposer le portefeuille le plus complet en termes de solutions informatiques adaptatives et à haute performance et de s’emparer d’une plus grande part d’un marché d’approximativement 135 milliards de dollars, concentrant des opportunités dans le Cloud, l’Edge Computing et les appareils intelligents. »

Mario Silveira, corporate vice president EMEA pour AMD déclare à son tour, « Aujourd’hui est un jour important pour AMD au sein de la région EMEA, alors que nous joignons nos forces avec Xilinx, faisant de notre entité le leader de l’informatique haute performance et adaptative. AMD dispose dorénavant du portefeuille de solutions de calcul, graphiques et de produits SoC adaptatifs leaders le plus important de l’industrie. Nous sommes impatients de nous confronter aux opportunités incroyables qui s’offrent à nous pour mieux servir nos clients à travers nos divers marchés, tels que les communications, l’automobile et le domaine industriel, qui sont les fondements économiques des pays de la zone EMEA. »

AMD confirme l’achat de Xilinx pour 35 milliards de dollars

Faites découvrir le site en le partageant


 

Salut, c'est Pierre ! Depuis 2007 j'écris sur Internet. Je propose un site totalement indépendant et sans publicité. Pour continuer a le faire vivre j'ai besoin de mes lecteurs.  Vous pouvez participer à cette aventure très simplement. Quelques euros, le prix d'un café, tous les mois peuvent totalement changer la donne et me permettre de travailler avec une base de financement solide. Alors si vous voulez que le site perdure et fonctionne, vous pouvez participer simplement en cliquant sur les liens ci-dessous. Cela ne prend quelques instants et cela change tout pour moi.

2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

13 commentaires sur ce sujet.
  • 15 février 2022 - 13 h 16 min

    l’intérêt de ce genre de puce est que si je vend un serveur classique avec ma solution logicielle, mon client est libre de mettre à jour ses serveurs en les achetant directement chez HP ou DEll et en y déplaçant mon logiciel (même si il est protégé par un dongle)

    Si dans mon serveur j’ai mis une puce programmable dont moi seul ait le code, mon client ne peut plus faire évoluer son, parc sans passer par moi

    Répondre
  • 15 février 2022 - 13 h 23 min

    Pi être qu’on aura un jour une puce avec les capacités d’y modéliser un core N64, PS2 ou Dreamcast !?
    Je m’enflamme un peu #misterFPGA

    Répondre
  • 15 février 2022 - 15 h 19 min

    Hello, avec ce rachat phénoménal (en termes de prix et peut-être de possibilités), je me demande si et comment la stratégie AMD pour le grand public évoluerait.
    Merci pour l’article !

    Répondre
  • 15 février 2022 - 15 h 26 min

    J’avoue ne pas trop comprendre cet engouement des fondeurs de processeurs généralistes pour les fabricants de FPGA: Pour ce qui est d’accélérer des traitements vidéo, de la classification de trames réseau, le chiffrement/sécurité on est sur des standards bien établis qui ne changent pas tous les jours. Et on gagne alors à faire une logique accélératrice dédiée ne traînant pas le surcoût du FPGA (chaque bloc logique doit être capable de réaliser toute fonction logique de base et de s’interconnecter au maximum avec les autres blocs, en résumé, d’où un certain gâchis en rançon de la flexibilité).

    On pourrait se dire que ces standards se multipliant, il peut devenir intéressant de programmer à la volée une logique supportant celle utilisée à un instant T vs les avoir toutes en logique dédiée. Mais les temps de chargement d’un FPGA et de rafraîchissement de sa logique seraient AMHA trop pénalisants.

    Vu l’argent mis sur la table, il doit y avoir un intérêt. Mais il ne me parait pas si évident. Il s’agirait de SoC plus confidentiels pour de l’embarqué, on verrait mieux l’intérêt car on a des besoins très spécifiques et pas les volumes justifiant de concevoir un ASIC (qui en prime ne pourra pas être MAJ si on se rends un jour compte d’un problème).

    Répondre
  • 15 février 2022 - 15 h 35 min

    @Morreale: On sait très bien émuler ces consoles aujourd’hui alors pourquoi faire ?

    Répondre
  • 15 février 2022 - 15 h 52 min

    Intel a fait la meme chose avec Altera, donc c’est logique dans un sens que AMD fasse la meme chose avec un concurent.

    Répondre
  • 15 février 2022 - 16 h 58 min

    @Le Breton, pour la sauvegarde du hard qui finira par mourir avec ces foutus condos.

    Et pour la qualité d’expérience de jeux qui se rapproche au plus de l’époque (surtout sur CRT et avec joypad d’origine)

    Apres ce sont 2 approches déférentes avec leurs pours et leurs contres, moi que les 2 existes et ça me va très bien.

    Répondre
  • 15 février 2022 - 17 h 21 min

    L’allégorie avec les Cuistos : ça sent le fan de Overcooked :)

    Répondre
  • 15 février 2022 - 18 h 08 min
  • 16 février 2022 - 9 h 44 min

    @Pierre : je prends çà pr un oui :)

    Répondre
  • 16 février 2022 - 10 h 48 min

    En gros en reprend la logique des cerveaux moteurs, dans un projet de machine outil, de robotique ou de domotique, mais on l’intègre à la carte pour des fonctions de calculs (comme une bonne vieille carte graphique).
    Cela peut être intéressant pour faire des enigmas ou pour optimiser des produits spécifiques et mobile ou les fonctionnalités sont limités à l’objet et ou la consommation réduite à une fonction libère de la batterie (je suis pas informaticien, mais une puce qui gèrerait le gps en continu donnerait peut être plus d’autonomie au montre connecté xiaomi)

    Répondre
  • 16 février 2022 - 12 h 08 min

    Tiens, c’est marrant je connaissait le nom de Xilinx, mais pas celui d’Alterra, ce qui m’a fait sourire car Alterra est le nom de l’entreprise dans Subnautica.

    Répondre
  • 16 février 2022 - 16 h 44 min

    Pourquoi les FPGA ?
    les CPU sont des processeur de calcul généraliste séquentielles, on a rajouté avec le temps des fonctions spécialisés pour des questions de performances et de consommation.
    Les GPu étaient des co-processeurs graphique avec des fonctions spécialisés fixes massivement parallèles ( toujours pour une meilleur conso/perf ) auxquelle ont a rajouté des modules programmable généraliste en parallèle pour gagner en souplesse (shader).

    Le FPGA permet de créer une puce avec des fonctions fixes quand la consommation, la performance et surtout la latence/timing sont primordiale.

    Oui l’émulation fait plein de chose, mais quand l’émulation demande une synchro parfaite entre cpu et composant graphique (très courant dans la génération 16bits) même le meilleur cpu ne peut te le garantir.

    Dans les applications temp-réel, la latence induite par l’os ou par le buffer cpu-gpu peut atteindre plusieurs milliseconde. Dans certain domaine c’est inacceptable.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *