Premier test de l’Intel Compute Stick 2 (STK1AW32SC)

Les premiers modèles de l’Intel Compute Stick 2 commencent à débarquer et avec eux les premiers tests de la bête. Il s’agit ici d’un modèle de test hors commerce de cette référence particulière baptisée STK1AW32SC. Avec 2 Go de mémoire vive, 32 Fo de stockage eMMC et un Atom x5-Z8300 fonctionnant sous Windows 10.

Cette version est annoncée à 159.99$ avec une licence de Windows 10 32 bits et devrait exister dans une déclinaison sans système intégré. Elle est légèrement plus grande que la première Clé du genre chez Intel, et quelques adaptations techniques ont été réalisées pour améliorer l’engin.

Intel Compute Stick 2

On passe donc d’une puce Intel Bay Trail dans la première génération à un Atom x5-Z8300 Cherry Trail-based quadruple coeur. Cette transition logique chez le fabricant n’est pas pour autant signe de grosse révolution de performances. Il faudra attendre les modèles Core M pour voir une différence significative de performances.

Ce premier Intel Compute Stick 2 est néanmoins intéressant à observer. Il sera plus abordable que les versions Core et offrira des performances suffisantes pour de nombreuses tâches. Il propose également quelques améliorations intéressantes comme le passage du Wifi de type N à un 802.11ac plus rapide piloté par un Intel 7265. La carcasse de l’engin change également avec l’apparition d’un second port USB plein format. La clé dispose désormais de deux ports USB dont un en USB 3.0. A noter que cette évolution présente dans la version Atom Bay Trail ne le sera pas dans les versions Core M qui utilisent un hub USB intégré dans leur adaptateur secteur.

Adaptateur qui évolue d’ailleurs puisque la première version du Compute Stick proposait un 5V/2A, le nouveau passe en 3A ce qui lui permettra de supporter plus de périphériques, un changement qui s’explique par l’évolution connectique de l’engin.

Intel Compute Stick 2

La nouvelle version est un peu plus longue que la précédente. On remarque également un travail fait autour des ouïes d’aération de la machine qui sont plus larges et étendues. Le côté brillant qui recouvrait la totalité du premier modèle a disparu d’une bonne partie de l’Intel Compute Stick 2. L’ensemble mesure 11,3 cm de long pour 3,8 cm de large et 1,2 cm d’épaisseur.

Intel Compute Stick 2

Intel Compute Stick 2

L’agrandissement du corps du stick a permis l’intégration d’une prise USB plein format supplémentaire, un choix qui améliore l’usage classique de l’engin avec la possibilité de brancher à peut prêt n’importe quelle combinaison de clavier et souris standard. bien sur le port USB 3.0 aura bien du mal a alimenter à lui seul un stockage externe mais il sera possible de lui brancher un disque dur alimenté par une source extérieure. Le lecteur MicroSDXC est toujorus présent.

Intel Compute Stick 2

La solution de dissipation a également été remaniée, si le ventilateur est toujours présent, le dissipateur est plus imposant.

Intel Compute Stick 2

Intel a maximisé les dimensions de tous éléments de dissipation, de petits détails qui doivent avoir, au final, leur importance pour refroidir l’engin.

Intel Compute Stick 2

A noter que les éléments sont vissés dans le PCB, ce qui va faciliter leur démontage.

Intel Compute Stick 2

Une fois le dissipateur dévissé, dissipateur bien plus massif dans cette version de la clé, on découvre le processeur Cherry Trail noyé sous une belle couche de pâte thermique. Je suppose que cette évolution du design est surtout là pour préparer le terrain aux version Core m de l’Intel Compute Stick 2. Cette solution Cherry Trail n’a pas forcément besoin d’un tel système de dissipation. A droite du processeur, sous le petit pad thermique gris, le PMIC qui contrôle le courant dans la solution : Ici un AXP288C. Il utilise les 5 volts de l’USB pour alimenter le processeur, les ports USB, la mémoire et le stockage.

Intel Compute Stick 2

Intel Compute Stick 2

Une fois débarrassé de la plaque d’alu qui distribue la chaleur et de la pâte thermique, on distingue mieux le gros travail d’intégration de la clé.

Intel Compute Stick 2

Le processeur Intel Atom x5-z8300 accompagné de la moitié de la mémoire vive DDR3L de la solution. Deux puces de 512 Mo Kingston 1600 MHz.

Intel Compute Stick 2

La puce Wifi Intel Wireless-AC 7265  double bande embarquée sur la carte avec ses deux supports d’antenne. Le stockage est assuré par un module eMMC SanDisk SDINADF4-32GB.

Intel Compute Stick 2

D’un point de vue performances, ce n’est pas une grosse révolution, le passage de Bay Trail à Cherry Trail n’a pas été techniquement une évolution majeure pour le processeur lui même. La performance brute n’est pas, de toutes manières, le point recherché par Intel sur ces clé. Si une évolution se fait sentir sur les divers tests effectués par TweakTown, il ne s’agit pas d’un changement assez notable pour que cela se ressente véritablement à l’usage. L’intérêt de cette Intel Compute Stick 2 est plutôt à rechercher du côté des éléments techniques accessoires.

Minimachines

Ainsi le passage du Wifi N au Wifi AC se montre plus convaincant. Les débits sont logiquement meilleurs et devraient être plus stables. Un bon point pour une clé qui sait parfaitement bien se positionner sur le terrain du multimédia. Avec un meilleur débit, les systèmes de streaming locaux et sur Internet seront plus efficaces. Un débit nécessaire et cohérent avec l’évolution proposée par le processeur. L’Atom X5 sait en effet décoder du H.265 en Ultra HD, chose que ne savait pas faire son prédécesseur.

Minimachines

Le changement de fabricant de puce eMMC n’apporte pas une grosse évolution au système. Le passage d’une puce Samsung à une puce Sandisk plus récente se traduit par un maigre gain de performances en lecture.

Intel Compute Stick 2

Au niveau de la consommation de la clé, la Intel Compute Stick 2 est un peu plus gourmande que la première, rien de remarquablement différent toutefois.

Intel Compute Stick 2

La chaleur dégagée par la clé en fonctionnement est plus problématique. Si le test de droite est clairement un stress test qui pousse la solution dans ses retranchements, monter à 60° pour un objet de ce type n’est pas forcément une bonne nouvelle. non pas que vous risquiez quoi que ce soit à saisir une clé à cette température, c’est la chaleur dégagée par  une tasse à café ayant eu le temps de refroidir un peu. Mais ce n’est pas forcément agréable à glisser dans une poche contre la peau. A noter également que nombre de ces clés passent leur vie derrière un écran de télévision. Un endroit où la circulation d’air frais n’est pas forcément énorme, il faudra donc veiller à détacher la Intel Compute Stick 2 de tout contact direct pour que l’air puisse circuler librement autour d’elle. En usage classique, la lecture d’un film sur Netflix en streaming pendant une heure, la clé est à 55°C, rien d’anormal.

A noter que le nouveau ventilateur sait désormais adapter sa vitesse de rotation à la température détectée. Il devient audible à partir de 55°C et montera en vitesse de rotation au fur et à mesure que la clé aura besoin de lui. Cela veut dire qu’en usage classique comme du surf ou de la bureautique, la clé sera inaudible à moins de coller son oreille dessus. En streaming ou en usage plus intensif, la clé sera audible mais largement couverte par le bruit de votre jeu ou de votre vidéo… Dès que la température commencera à retomber, à la fin de la vidéo par exemple, la rotation du ventilateur diminuera et la clé sera rapidement inaudible à nouveau.

Intel Compute Stick 2

Le changement de tarif pour ce changement de version n’est pas énorme, une augmentation du prix public de 10$ qui se justifie largement par les possibilités offertes en décodage vidéo, l’arrivée d’u Wifi de type AC et la présence d’une meilleure connectique. Evidemment, ce type de clé sous Atom ne sera pas et ne sera jamais un ordinateur capable de rivaliser avec ne serait-ce qu’un mini PC classique : Moins de connectique, moins de possibilités techniques. Il ne faut pas perdre de vue la destination de ce type de produit qui est destiné à avoir dans votre poche un ordinateur capable de conduire aussi bien une session de retouche photos sur le pouce que la transformation d’un téléviseur lambda en affichage dynamique en passant par les services de streaming et de loisir habituels.

Source:  TweakTown

19 commentaires sur ce sujet.
  • 11 février 2016 - 11 h 14 min

    … cela peut aussi faire un bon candidat pour faire un petit nas/cloud perso économme & discret? (avec un adaptateur ethernet sur l’usb)

    Répondre
  • 11 février 2016 - 11 h 26 min

    Comment améliorer la dissipation thermique, si 60°C est déjà atteint avec un X5, quelle sera la valeur avec un core M non bridé ?

    Répondre
  • 11 février 2016 - 11 h 31 min

    Y aura t il des soldes sur la première version, comme l’avait fait LDLC ?

    Répondre
  • 11 février 2016 - 11 h 37 min

    C’est moi ou c’est plutôt sur l’ancienne clef que les ouïes d’aérations sont plus larges?

    Répondre
  • 11 février 2016 - 12 h 00 min

    pour un NAS je ne vois pas trop comment, le nas voulant sécuriser un peu les données !

    par contre un petit cloud oui pourquoi pas… mais les RPI2 m’ont l’air plus adapté !

    moi je vise pour dérrière la TV car mon soft n’est pas porté sur ARM, donc j’en ai un peu marre de coller le laptop sur la TV ! :D

    CEC l’HDMI ?

    Répondre
  • 11 février 2016 - 12 h 11 min

    @silentauben: Regarde la partie au dessus du ventilo, c’est beaucoup plus large :)

    @Augure: aucune ide pour le CEC.

    @sourioplafond: Difficile à dire. Le Core M est censé avoir un TDP de 4,5 watts. Le X5 a un SDP de 2 watts…

    Répondre
  • 11 février 2016 - 12 h 20 min

    @Pierre Lecourt:
    Je sais pas pourquoi mais j’étais resté bloqué sur les ouïes de coté :p

    Répondre
  • 11 février 2016 - 12 h 45 min

    Et pour le gamin qui squatte mon PC avec minecraft, ça peut le faire à votre avis?

    Nicolas

    Répondre
  • 11 février 2016 - 12 h 58 min

    @Nicolas: Nope, Minecraft est gourmand, il lui faut plus de ram et plus de stockage.

    En gros 4 Go de ram mini, une gestion de l’OpenGL correcte par un chipset 3D et ça roule.

    Répondre
  • 11 février 2016 - 14 h 34 min

    Bref , ca n’apporte rien de plus que les clés sous android . a 40 eu .

    Répondre
  • 11 février 2016 - 15 h 18 min

    @mike: ca dépend de quel angle on regarde. Autre chose que du multimédia par exemple. Parce que dans le genre interface juste bonne a regarder des vidéos, Android sur stick c’est bien. Avec cet type de clé, un OS pour bureau et une connectique adaptée, les possibilités ne sont pas tout à fait les mêmes.

    Répondre
  • 11 février 2016 - 17 h 57 min

    @pierre la ou j’ai vraiment halluciné même si des raisons objectives peuvent l’explique c’est le prix d’appel des modèles core m… c est fou j’imagine destiné au monde de l’entreprise mais waw quoi

    Répondre
  • 12 février 2016 - 7 h 09 min

    @Augure. La Pi n’est pas adaptée à une fonction NAS avec son contrôleur 100Mb partagé avec l’USB. D’autres cartes telles que la celles d’Odroid oui, ou une Banana Pi… Mais pas la Rasp.

    Répondre
  • 12 février 2016 - 16 h 32 min

    a ce prix la n’aurait-on pas plus de performance avec un odroid xu-4 sous ubuntu pour 70 euros?

    Répondre
  • 13 février 2016 - 11 h 38 min

    @lair:
    Arm vs x86 … Ne pas tout confondre…

    Répondre
  • 16 février 2016 - 21 h 32 min

    @mike:

    minimum 2GB de memoire pour du minecraft

    Répondre
  • 16 avril 2016 - 9 h 44 min

    Bonjour,

    Je compte connecter cette deuxième génération de clé HDMI sur ma TV, installer Kodi et accéder en Wifi à mon NAS (via la box) et ma collection de films. Piloter le tout avec ma tablette (Intel a développé une application pour remplacer souris et clavier). Ce devrait être suffisant, non ?

    Répondre
  • 2 novembre 2016 - 9 h 18 min

    Je l’ai et c’est un atom x5 z8330 pas un z8300.

    Répondre
  • 2 novembre 2016 - 9 h 19 min

    Minecraft tourne à 45 fps tout au max rendre distance 8 avec faithful 32x

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *