Pas de processeurs Intel 7 nano avant 2022

Intel a annoncé à ses actionnaire que son plan de développement se concentrerait pour les années à venir sur une évolution de sa gravure en 10 nanomètres. Le passage à du 7 nano étant prévu pour 2022, pas avant.

Le passage d’une finesse de gravure de 14 nanomètres à 10 nanomètres est encore en cours chez Intel  qui continue de distribuer des puces en 14 pendant que sa production en 10 nanomètres accélère lentement. Pour rappel, la transition vers du 10 nanomètres était prévue pour la fin de l’année 2016. Le 7 nanomètres est donc très anticipé, se profilant “si tout va bien” à 2022.

Intel 7 nanomètres
La finesse de gravure d’une puce est importante pour beaucoup de raisons, les principales étant la concentration en nombre de transistors sur une puce de petit gabarit. Plus vous gravez finement, plus vous pouvez concentrer de transistors. Le passage de 14 à 7 nanomètres permettant en théorie de doubler leur nombre sur une surface identique. Si on gravait les processeurs actuels avec la même finesse que les tous premiers processeurs, il faudra des dizaines de mètres carrés pour obtenir le même nombre de transistors.

Cela a un impact direct sur le prix des puces car les wafers, les “galettes” de silicium dans lesquelles on “grave” les puces peuvent dégager plus de processeurs dans le même format de base. Ce qui diminue leur coût. L’efficacité énergétique est également en jeu. Et, depuis que l’industrie a braqué son regard sur cette technologie1, le marketing en a fait son affaire. AMD, qui grave en 7 nanomètres ses coeurs Zen2, a donc pris la tête du podium face à Intel et ne se gène évidemment pas pour en faire un avantage commercial.

Intel se focalise pour le moment sur sa génération de puces Tiger Lake pour portables en 10 nanomètres qui embarqueront ses circuits graphiques Intel Xe et qui devraient être disponibles d’ici quelques mois. Ce sera leur seconde génération de puces 10 nano avec les puces Ice Lake. La prochaine génération de puces de bureau sera Alder Lake et n’est pas prévue commercialement avant 2021.

Repousser le 7 nanomètres de 6 mois, c’est à dire à 2022 au lieu de la mi 2021, signifie plusieurs choses pour Intel, à commencer par assumer sa seconde place sur cette technologie dans le monde des processeurs de PC grand public. AMD sera en 2022 dans sa troisième année de commercialisation de puces 7 nano, entérinant sa première place sur ce segment. Mais surtout le début de production de ces puces ne signifiera pas la disponibilité réelle des produits. Il faudra probablement compter sur une transition vers le 7 nano et une arrivée des produits vers 2023 dans le meilleur des cas. Et cela repousse d’autant le passage au 5 nanomètres également dans les projets du fondeur. 

Chez TSMC, qui grave pour AMD et pour Apple, cette date de 2023 est supposée être celle d’un passage au 3 nanomètres. Ce retard et cette concurrence ne sont pas au goût de la direction d’Intel qui annonce évidemment mettre les bouchées doubles après avoir identifié les problématiques rencontrées pour la production en 7 nano.

Pour le public, ce ralentissement plus que notable de la marque pourrait se traduire par des effets de bords intéressants à suivre. Une éventuelle baisse de tarif pour concurrencer AMD et ses Ryzen pourrait être envisagée à terme.

Soutenez Minimachines, partagez le !

Notes :

  1. A commencer par Intel lui même…

Soutenez Minimachines.net !
24 commentaires sur ce sujet.
  • 27 juillet 2020 - 12 h 21 min

    La chute du cours de l’action suite en partie à cette nouvelle est assez impressionnante.

    Répondre
  • 27 juillet 2020 - 12 h 52 min

    C’est presque une 3eme place pour Intel si on considère les puces snapdragon non ?

    Répondre
  • 27 juillet 2020 - 13 h 14 min

    Hello, en parlant de marketing, je redoute les dérives. Par exemple des logos ventant faussement du 5 nm alors que seule une infime partie de la puce le serait.
    Intel est technologiquement à la ramasse (d’autres constructeurs auraient peut-être passé des traversées du désert), mais l’inertie de ce retard fait qu’ils arrivent encore à inonder le marché des ordinateurs. Un peu comme si un porte-avion n’avait plus de jus mais continuerait à parcourir encore une bonne distance.

    Il n’y a que depuis quelques semaines qu’on voit de plus en plus de modèles sous AMD.

    Répondre
  • 27 juillet 2020 - 13 h 28 min

    Le monde des puces a changé depuis l’époque du ‘pc’ roi que portait les processeurs x86.
    Intel l’apprend à ses dépends.
    Moi ça fait bien 5 ans que je vois mal comment ils se sortiront de cette mauvaise passe à prévoir, sachant qu’ils ont loupé le train de la locomotive smartphone.
    Y a quelques années j’emettais l’idée qu’ils devaient scinder leur entreprise afin de dissocier leurs fonderies du reste, quand on regarde l’évolution probable je vois de moins en moins d’alternatives.
    Ça serait un terrible aveux de faiblesse s’ils devaient se résigner à externaliser, même temporairement ou sur une gamme restreinte, leur production.

    Répondre
  • 27 juillet 2020 - 15 h 48 min

    La densité des processeurs Intel (10nm) est équivalente à celles des processeurs AMD (7nm) et la taille des composants chez Intel est de la même taille malgré une finesse de gravure moindre.
    Le bullshit marketing est à l’œuvre.
    Le problème d’Intel n’est absolument pas sur la finesse de gravure mais sur la performance même de ses processeurs qui n’est plus en accord avec les prix pratiqués au regard des propositions d’AMD.

    Autant en prix de détail la question ne se pose même pas quand on veut monter son PC. Mais quand on voit les tarifs des machines Intel vs AMD, la différence n’est plus aussi flagrante du coup Intel doit bien tabasser en tarif OEM.

    Répondre
  • 27 juillet 2020 - 16 h 58 min

    @wanou:

    Le problème n’est pas là, même si son 10nm +++++ (j’en oublie peut être, ça devient difficile à suivre/compter) vaut encore mieux que c’est concurrents.
    Quand on voit la dynamique de chacun, on remarque surtout des courbes qui se croisent chez les différents fondeurs. Et c’est logique, vu que le marché dominant n’est plus l’univers PC mais le smartphone depuis 10ans.

    Répondre
  • 27 juillet 2020 - 17 h 01 min

    @Mezz:

    Autant pour moi j’étais un peu optimiste, je parlais d’un 14nm+++

    Répondre
  • 27 juillet 2020 - 18 h 03 min

    @wanou:
    Quand bien même le 10nm Intel serait équivalent à du 7nm TSMC, le fait est qu’hormis sur portable, en n’en a pas encore vu la couleur. Sur Desktop comme sur Serveur, toute la gamme en est encore au 14nm+++++ (peut-être équivalent au 12nm TSMC, mais AMD a abandonné ce node il y a déjà plus d’un an maintenant).
    Et lorsqu’Intel généralisera enfin son 10nm (équivalent au 7) à la mi-2021, AMD switchera au 5nm 6 mois plus-tard (début 2022).
    Bref, ils auront toujours un train de retard, qu’ils ne sont pas près de rattraper, si ils annoncent déjà des déboires sur leur 7nm (équivalent au 5).

    Répondre
  • Tof
    27 juillet 2020 - 19 h 11 min

    @wanou: tiens, tant qu’à parler des performances des processeurs Intel face à la concurrence… c’est sans compter toutes les failles découvertes régulièrement sur les processeur Intel. Et à chaque faille un correctif qui diminue à chaque fois les performances du processeur de 5, 10, 20% (voir carrément la désactivation de l’hyper-threading).

    Répondre
  • 27 juillet 2020 - 21 h 37 min

    @wanou: “La densité des processeurs Intel (10nm) est équivalente à celles des processeurs AMD (7nm) et la taille des composants chez Intel est de la même taille malgré une finesse de gravure moindre.”
    D’après quelle source ?… Celle du lobby d’Intel ? :D
    Faire du 7nm mais dire que c’est du 10 alors que ça fait des années qu’Intel galère dessus en arrivant même pas a produire toute sa gamme a cette finesse… comique !
    Son 10+ sera du 5nm ?… et son 7nm sera du 0,1nm ou moins ?… Eh ben vivement sont 7+…

    “Le bullshit marketing est à l’œuvre.”
    De la part d’Intel, oui ! Pratique habituel dès qu’il se sent menacé par la concurrence.
    Dans le smartphone à chaque nouvelle puce Intel annonçait haut et fort qu’elle était plus mieux bien performante que la concurrence, mais les très très méchants fabricants de smartphones ne voulaient pas de ses puces malgré qu’Intel en était venu a leur vendre une bouché de pain. Bullshit marketing de la part des fabricants de smartphones ?… Non bien sûr, ils étaient juste réalistes.

    @Lair Fabien: pour ce qui est de la finesse de gravure il y a Samsung et TSMC qui gravant plus fin que lui. Et “La Chine s’est efforcée, quant à elle, d’améliorer son indépendance en microélectronique en allouant des fonds à des fabricants locaux comme Smic.

    Ainsi, Pékin s’est engagé à dépenser 161 milliards de dollars sur 10 ans pour développer son industrie des semi-conducteurs à travers des fabricants de puces locaux et en approuvant les introductions en bourse. Les autorités chinoises ont approuvé la vente d’actions de Smic en seulement 19 jours. En outre, le Fonds national chinois d’investissement dans l’industrie des circuits intégrés prévoit d’acheter pour 3,5 milliards de yuans (495,3 millions de dollars) dans le cadre de la prochaine offre d’actions du fabricant de puces.

    Avec le soutien du gouvernement chinois et des contrats ultra-lucratifs à l’avenir, Smic pourrait devenir à court terme un acteur important de l’industrie mondiale des semi-conducteurs.”

    Alors Intel pourrait passer 4eme dans pas très longtemps… surtout avec le cours de ses actions qui plongent de 20% en 6 mois…

    Répondre
  • 28 juillet 2020 - 0 h 47 min

    @wanou: Intel avait indiqué que les rumeurs qui disaient qu’il voulait faire graver des puces par des concurrents était fausses. Encore du bullshit marketing de la part d’Intel puisque maintenant : “De manière assez surprenante, M. Swan a précisé que sa société avait déjà envisagé l’utilisation de fonderies externes pour la fabrication de deux produits[…]”.
    https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-revolution-en-cours-chez-intel-pour-rattraper-son-retard-79839.html

    Répondre
  • 28 juillet 2020 - 7 h 29 min

    J’imagine les discussions au comptoir des Geeks :
    “tu as Intel ou AMD” ?
    “Non, je suis au SMIC”…

    Répondre
  • 28 juillet 2020 - 11 h 32 min

    @J’ai Ri Quand:

    Oui, selon toute vraisemblance on ça sera également un acteur qui comptera sous peu.
    J’ai beau y réfléchir, je ne vois pas comment Intel pourra se sortir de cette mauvaise passe, bien que je lui souhaite.
    Sur le marché important de l’automobile, se sont aussi des processeurs Arm (j’imagine) ?

    Donc Intel pas présent sur les mobile et autres appareils associés, pas présent sur le marché des consoles de salon, pas présent dans l’automobile (il me semble) , attaqué sur leur marché déclinant des laptop/desktop… ça risque quand même de faire beaucoup, surtout si ARM s’invite également sur les serveurs.

    Répondre
  • gUI
    28 juillet 2020 - 12 h 21 min

    @Skwaloo: Quelques sources sur les comparaisons de densité
    https://en.wikipedia.org/wiki/Transistor_count#Transistor_density
    https://en.wikipedia.org/wiki/10_nm_process
    https://en.wikipedia.org/wiki/7_nm_process
    https://www.techcenturion.com/7nm-10nm-14nm-fabrication
    https://semiwiki.com/semiconductor-manufacturers/intel/7602-semicon-west-intel-10nm-and-gf-7nm-update/

    Après c’est facile. Tu prends un budget de puissance (par exemple 90W), tu fais tourner tes benchmarks, tu vois quel CPU offre le plus de puissance. Le reste tu t’en carres complètement si c’est du 10nm ou du 7nm, seul le ratio “puissance CPU / puissance dissipée” compte. Et entre Intel et AMD, c’est très proche et ça se joue à pas grand chose (notamment à la mesure réelle de conso du CPU qui est assez compliquée). Mais aucun des deux (ni des trois si tu veux ajouter ARM) ne se détache vraiment.

    Si une techno était vraiment révolutionnaire, ça se saurait.

    Répondre
  • 28 juillet 2020 - 22 h 21 min

    @Mezz: Intel a investi le marché de l’automobile pour la conduite autonome, mais il y a beaucoup de concurrences avec entres autres nVidia avec ses ARM et Tesla avec ses calculateurs perso.
    ARM est présent aussi sur les serveurs, notamment sur le + gros cloud au monde (AWS d’Amazon, pour les coûts c’est un massacre des x86 https://www.anandtech.com/show/15578/cloud-clash-amazon-graviton2-arm-against-intel-and-amd/9 ) et le + gros calculateur au monde où il est 6,7 fois plus rapide que le + performant des Intel !

    Répondre
  • 29 juillet 2020 - 6 h 42 min

    @Mezz:

    et tu penses faire quoi avec ton smartphone sans serveur derriere :) ca me fait vraiment sourire les personnes qui pensent que le smartphone ou les tablettes font le job … sans appli qui repose sur des serveurs tu ne fais rien avec ton smartphone ! et d apres toi vieux mieux vendre un cpu pour smartphone ou des cpu serveur ?

    Répondre
  • 29 juillet 2020 - 13 h 09 min

    Moi ce qui suprend, c’est pas tant la chute en bourse, que le fait que l’action soit moi monté de 20 a 30 % au début d’année et en avril.

    Répondre
  • 29 juillet 2020 - 13 h 39 min

    @gogogadgeto:

    Je ne parle en aucun cas de puissance intraseque, mais de l’évolution du marché. Et là les courbes sont flagrantes.
    Concernant l’univers desktop/laptop et serveurs ne te réjouis quand même pas trop vite ^^.
    Le fait que Apple passe à l’architecture ARM risque réellement d’agir comme ‘catalyseur’ pour le reste du marché laptop.
    Il faut surtout se dire que notre perception s’est surtout forgée du temps du PC roi (et donc du couple Windows/x86) , mais il faut se dire que cette époque est bel est bien révolue ; je ne sais pas si c’est un bien ou un mal, mais c’est comme ça.

    Répondre
  • 29 juillet 2020 - 13 h 53 min

    @Mezz: Pour qu’Apple soit Catalyseur du marché PC il faudrait un OS pour le marché PC. Apple a un OS qu’il maîtrise de A à Z et maîtrisera encore plus en verrouillant totalement son materiel. Le marché PC n’en a pas.

    Répondre
  • 29 juillet 2020 - 18 h 31 min

    @Pierre Lecourt:

    Certe oui, mais je ne doute pas que ça booste l’intention d’autres acteurs lorsque toute la gamme Apple sera sous ARM. Pour le moment Qualcomm s’échine à se sujet sans succès, mais je ne vois aucune raison pour que cela reste ainsi.
    D’autant que l’on verra bien avec les prochains mac que le soucis d’une architecture ARM sur laptop n’est pas du tout hardware (performances intrinsèques) mais uniquement logiciel. Donc on verra bien comment évolue Windows dans un avenir proche.

    Ceci dit, tu me disais devant mes doutes lors d’un précédent billet qu’il ne fallait vraiment pas s’en faire pour Intel..Moi depuis qu’ils ont raté le train du smartphone je me questionne sérieusement concernant Intel, et ce que je vois là c’est surtout le mur s’approcher..
    Je le répète parce qu’on s’en rend pas bien compte nous qui avons grandit sous ‘l’aire pc’ , mais le smartphone à véritablement rabattu toutes les cartes ; il n’y a qu’à voire ce chamboulement en 10 ans (dernière manifestation en date, TSMC dorénavant n° 1 dans le domaine des puces électroniques… moi personnellement, il y a quelques années je n’avais jamais entendu parlé de cette société)

    Ce que je vois, c’est que leur x86 pèse maintenant beaucoup moins en volume que les processeurs ARM, qu’ils commencent à accuser un sérieux retard technologiques concernant les process de gravure, et que je ne discerne pas de perspectives flatteuses ^^.

    Répondre
  • 29 juillet 2020 - 19 h 36 min

    Je pense que pour pouvoir revenir sur le devant de la scène, Intel doit passer directement au 5 nm au lieu du 7 nm, car sinon, quand ils seront au 7 nm, AMD développera déjà le 3 nm et le problème sera le même pour Intel.

    Répondre
  • 30 juillet 2020 - 12 h 34 min

    @Jimmy Cram:

    Dans tous les cas la grosse épine pour Intel je pense sont leurs fonderies. Tant qu’ils n’auront pas résolu ce problème (externalisation de leur fabrication, scission comme l’avait fait AMD auparavant, ou autre..) ils n’auront pas l’horizon dégagé à mon avis.

    D’autant que les news que je peux lire sont contradictoires, d’un côté cela fait des mois qu’Intel ne semble pas arriver à suivre le rythme de production, de l’autre ils sont aussi bloqués sur leur upgrade de process… c’est un peu le serpent qui se mord la queue je trouve.

    Répondre
  • 31 juillet 2020 - 13 h 07 min

    @gUI: “Après c’est facile. Tu prends un budget de puissance (par exemple 90W), tu fais tourner tes benchmarks, tu vois quel CPU offre le plus de puissance. Le reste tu t’en carres complètement si c’est du 10nm ou du 7nm, seul le ratio “puissance CPU / puissance dissipée” compte.”

    J’imagine que c’est très exactement ce qu’ont fait les fabricants de smartphones.
    Évoquer les résultats de comparatifs de ce genre ça égratigne tous les fervents des x86 en brandissant des “geekbench avantage les ARM” par ici et des “c’est comparer des choux et des carottes” par là…

    “Si une techno était vraiment révolutionnaire, ça se saurait.”

    Malgré qu’a l’époque sur smartphone Intel avait de l’avance sur la finesse de gravure, les meilleurs ARM n’ont jamais fait moins bien que les Intel. Alors maintenant que l’avantage de la gravure est du coté d’ARM…
    ARM révolutionnaire ? Non, mais vraiment beaucoup de monde sait que les ARM sont + efficace que les x86. Les x86 sont eux aussi passé a l’architecture RISC pour gagner en efficacité, mais comme leur jeu d’instruction n’est pas de type RISC alors ils sont et seront toujours pénalisé par un étage de conversion.

    Répondre
  • 31 juillet 2020 - 16 h 09 min

    @gUI: Dans le genre ça se sait que l’archi ARM est efficace : “De nos jours, les smartphones deviennent si puissants qu’ils arrivent même à titiller voire surpasser certaines tours PC modestes” alors qu’Intel n’est pas capable de faire un smartphone + performant que les meilleurs ARM.
    https://www.journaldugeek.com/2020/07/31/xiaomi-mi-10-pro-mode-gpu-pc/

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *