OneXPlayer s’intéresse à son tour aux Ryzen 6000U

Et de trois, après les annonces de GPD et d’Aya, c’est au tour de OneXPlayer de manifester son intérêt pour les puces Ryzen 6000U.

Dans une interview donnée à The Verge, le PDG de OneXPlayer explique un petit peu sa vision du futur pour le marché des consoles mobiles et son intérêt pour les nouvelles puces AMD Ryzen 6000U et leur chipset graphique RDNA 2.

La Aya Neo 2 et son processeur Ryzen 7 6800U

Un mouvement qui concerne les trois plus gros fabricants de machines de ce type, hormis Valve et son Steam Deck. En effet AYA, GPD et OneXPlayer sont désormais en course pour proposer une solution Ryzen de nouvelle génération. But du jeu ? Porter un processeur haut de gamme, avec un chipset graphique intégré de dernière génération, au public. Une manière assez simple de court-circuiter la console de Valve.

Avec un Steam Deck beaucoup plus attractif niveau tarif que les machines des concurrents, la situation est compliquée pour ces fabricants qui ne disposent pas d’une force de frappe marketing aussi importante. Valve à tous les atouts : un processeur créé sur mesures par AMD, un nom qui sonne à toutes les oreilles des joueurs et des studios de développement qui travaillent pour porter leurs titres sur SteamOS. En face, les autres acteurs ont des produits vendus deux à trois fois plus chers que les Steam Deck… La faute à des composants haut de gamme et des modes de fonctionnement très différents.

La OneXplayer Mini annoncée sous Core Intel

Malgré tout Jack Wong, fondateur de OneXplayer, ne se lamente pas. Il estime que Valve a fait du bien à ce marché naissant en attirant tous les projecteurs sur le format de la console-PC mobile. Tout cet écosystème va donc en profiter… A condition qu’il ait quelque chose de solide à proposer. D’où le choix des Ryzen 6000U. Les constructeurs se sont intéressés particulièrement au Ryzen 6800U qui propose un circuit Radeon 680M en RDNA 2 qui devrait proposer de bien meilleures performances que le processeur du Steam Deck. La puce devrait permettre de piloter des jeux AAA à un bon niveau de détails dans des définitions très correctes à un rythme soutenu. 

Le GPD Win Max 2 sous 6800U devrait être disponible en.. juin !

Si Aya va l’employer pour sa Aya Neo 2 et sa Neo Slide, si GPD a indiqué vouloir l’embarquer dans le très appétissant Win Max 2, ce n’est pas non plus par hasard. Le niveau de performances atteint par ces puces risque de réellement bousculer l’offre d’un marché à la recherche du meilleur niveau de calcul pour le minimum de consommation. Avec un TDP s’étalant de 15 à 28 watts et l’agilité de ces constructeurs pour faire varier celui-ci suivant les usages, on devrait avoir de petits monstres techniques à très court terme.

De quoi concurrencer Valve ? Probablement pour une partie du public, les hardcore gamers probablement qui ne voudront pas se contenter de l’écran HD du Steam Deck. Dans le cas du GPD Win Max 2 et de son châssis de netbook, l’offre devrait attirer les plus nomades qui vont rechercher à la fois de quoi jouer mais également piloter d’autres applications dans n’importe quelles conditions.

On peut également compter sur l’agilité de ces marques et leur capacités à rebondir sur de nouveaux marchés. Si la machine type netbook de GPD fonctionne et rencontre son public, nul doute que ses concurrents produiront des équivalents rapidement. Aya, par exemple, a annoncé son Aya Nao Slide avec un petit clavier intégré. Chez OneXPlayer le moral n’est donc pas mauvais, la société a bien grandi avec pas moins de 100 salariés et des ventes pas si anecdotiques. Wong indique 50 000 unités vendues aux Etats Unis, pas si mal pour un PC de niche avec un prix assez élevé et des caractéristiques si particulières.

Reste que si la sauce prend trop, si le marché de ce type de machines grandit vraiment, les concurrents de grandes marques ne le laisseront pas leur échapper. Pour le moment les fabricants de PC traditionnels regardent encore un peu le Steam Deck de haut, sans vraiment comprendre si il s’agit d’un véritable concurrent pour leurs propres machines ou d’un trublion sans importance. Les chiffres leur parleront sans doute de manière plus claire d’ici quelques mois si Valve communique sur ses ventes. Une chose est sûre, les portefeuilles des acheteurs ne sont pas extensibles à l’infini et si un particulier s’offre un Steam Deck en 2022, ce n’est pas pour s’offrir un autre PC gaming la même année. Si Valve annonce l’arrivée d’un Steam Deck 2 pour 2023, pourquoi pas avec un nouveau processeur plus puissant puisque c’est ce qu’ont demandé de nombreux clients, beaucoup vont commencer à économiser pour se l’offrir. Et là encore ce sera au détriment des PC de jeux classiques.

 

Faites découvrir le site en le partageant


 

Salut, c'est Pierre ! Depuis 2007 j'écris sur Internet. Je propose un site totalement indépendant et sans publicité. Pour continuer a le faire vivre j'ai besoin de mes lecteurs.  Vous pouvez participer à cette aventure très simplement. Quelques euros, le prix d'un café, tous les mois peuvent totalement changer la donne et me permettre de travailler avec une base de financement solide. Alors si vous voulez que le site perdure et fonctionne, vous pouvez participer simplement en cliquant sur les liens ci-dessous. Cela ne prend quelques instants et cela change tout pour moi.

2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

4 commentaires sur ce sujet.
  • 21 mai 2022 - 12 h 24 min

    À la vue de ce que l’on sait des modèles déjà sortis et à venir la Steam Deck est bien plus équilibrée et bien mieux pensée pour les joueurs.
    Une fois de plus, sur le papier, la coucurrence asiatique nous parle d’une supériorité totalement hors contexte des composants mis dedans.
    Mais au vu du fait que Valve est éditeur de jeux et grace a ses services de statistiques, ont s’aperçoit très vite que la Steam Deck est beaucoup mieux équilibrée en technique et comme service:
    -en puissance par rapport aux choix d’allocation energétique entre CPU et GPU,dau nombre de fil d’execution disponible pour le CPU (8 ou 16 ne servent à rien dans aucun jeu existant et à venir a court terme),
    -de résolution graphique en face de la capacité de calcul GPU/mémoire
    -d’éfficience et donc jeux en déplacement ,
    -de dimensionement de l’espace de stockage mais aussi des jeux qui iront dessus (la plateforme de distribution de steam permet de selectionner les tailles de texture envoyées à la machine).
    -il y aura un support pour plusieurs pays de la machine, de l’OS et du service, pour lusages, les parents,les enfants

    Cette mini intégration verticale dans leur marché de niche, leur a, semble-t-il, donné à mieux penser la machine et le service dans toute ses dimensions.
    La concurrence, en mode force brute comme très souvent, aura le merite de contenir les prix des composant dans le secteur. Jusqu’a ce que des BATX, Sony, Microsoft ou Valve à nouveau se reinteresse au problème, au marché.
    J’avance avec un risque d’être contredit qui m’apparaît minime que la Steam Deck offrira une meilleure expérience dans les jeux et autour des jeux. De combien j’en sais rien, en tous cas elle est prête pour les charges de travail, les jeux, qui existent aujourd’hui, dès sa sortie.
    Ce qui me semble d’ailleurs interessant c’est l’approche intégrée où l’on part de scenarios d’usage, pour definir un objet et pas d’une liste de composants incohérents voire clinquant et ronflant parfois, ou de l’idée qu’un concurrent crée un marche où il faut absolument exister. C’est un morceau de ce qui fut constitutif des succès (partiellement oublié aujourd’hui) d’Apple ou des consoles Nintendo par exemple.

    Les seuls éléments où le jury me semble encore dehors concerne la qualité d’affichage des écrans et l’ergonomie, tous deux capitaux pour un joueur. Et la possibilité des machines de la concurrence d’offrir presque involontairement des usages pas ou mal envisagés pour le moment.

    Répondre
  • 21 mai 2022 - 13 h 01 min

    @SebM: La course à la puissance est vraiment un problème oui. Monter des écrans stupidement haut en définition ne sert à rien en dehors du fait de flatter la fichetech. Monter du 2K ou du 4K sur un engin de ce type ne sert vraiment à rien mais c’est un reflexe qu’ils aiment bien avoir parce que le prix des dalles est incidemment bas par rapport aux autres composants. Un bon écran en série comme celui de la Steam Deck doit être sensiblement équivalent en prix à un écran très haute définition… Et la différence globale de prix entre le FullHD et l’UltraHD de certaines consoles est minime dans le prix global du produit: une OneXPlayer a 999€ peut encaisser un surcout de 20 ou 30€ pour avoir un « très bel écran » même si c’est au final totalement contre productif.

    Ce qui est malheureux au final c’est que le marché a en main de quoi fabriquer des engins exceptionnels et pas chers mais que cela n’intéresse pas grand monde.

    Répondre
  • 21 mai 2022 - 16 h 47 min

    @Pierre Lecourt: C’est surtout qu’il n’existe aucun sous système graphique avec mémoire adapté (la bande passante mémoire est vraiment une énorme limite ici en attendant du HBM peut-être un jour) consommant 10 à 15W de courant sur le marché et capable de calculer une résolution de 720p avec les programmes de calcul par géométrie, par point et par pixel pour le rendu 3D. Et les calculs matriciels ne peuvent pas interpoler une résolution trop basse, il faut un minimum de détail initial pour un rendu qui ressemble pas à une aquarelle de jeunes enfants.

    Répondre
  • 21 mai 2022 - 19 h 49 min
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *