Les cartes SD et MicroSD n’ont pas dit leur dernier mot

Boudées par certains constructeurs, les cartes mémoire n’ont plus la côté sur les ordinateurs portables et autres MiniPC. Pourtant leurs dernières spécifications vont révolutionner leurs usages.

Le lecteur de cartes SD était un impératif sur toutes les machines il y a quelques années. Il a aujourd’hui largement disparu, si on trouve encore des lecteurs de cartes MicroSDXC, on sent parfois qu’il s’agit plus d’un moyen de gonfler la fiche technique des machines qu’un véritable enjeu pour les constructeurs.

Il y a eu une « heure de gloire » pour les lecteurs de cartes SD, un moment où les implantations dans les portables étaient faites avec soin. Cela a coïncidé au moment où les appareils photos étaient encore les maitres du genre pour tout le monde. Juste avant qu’ils ne tombent derrière les smartphones dans les usages du plus grand nombre. Cet âge d’or a montré que les constructeurs pouvaient, quand il le voulaient, intégrer des lecteurs de qualité. Robustes, bien placés et rapides, ils étaient quasi systématiquement implantés dans les engins portables. Ces lecteurs n’ont pas disparu, ils existent toujours et ont même largement évolués mais les constructeurs n’en voient plus l’usage. La place disponible sur les châssis a été réduite et le maximum consenti à ce format est le plus souvent de glisser un lecteur de cartes MicroSDXC. Les rares engins qui ont encore droit à ces composants sont des machines à vocation « créative ». 

Minimachines-12-2021

Le lecteur de cartes SDXC Express 7.0 de l’Asus Pro Art Studiobook

Vous vous êtes déjà demandé pourquoi on intègre des lecteurs de cartes MicroSDXC sur un 15 ou un 16″ ? Quel sera vraiment son usage ? Hormis la lecture de cartes issues d’un smartphone une fois tous les ans, lecture qu’on peut faire avec un adaptateur USB qu’on laissera à demeure dans un tiroir ? Mais pour le reste pourquoi choisir un format MicroSDXC sur des appareils de cette taille ? Pourquoi ne pas intégrer un bon vieux lecteur de cartes SD ? C’est pour moi un mystère. Parce que l’argument classique est de dire que les smartphones utilisent des cartes MicroSD et que, par conséquent, c’est « plus pratique » pour l’utilisateur. Certes, c’est vrai, mais le smartphone à cette particularité d’avoir une connexion réseau en général assez rapide, ce qui fait que personne n’extrait sa carte mémoire de l’appareil pour la glisser dans un autre. On transfère en Wifi ou en 3G/4G et c’est largement suffisant pour cet usage. Les appareils photo numériques sont en revanche rarement pourvus de connexion Wifi et les rares modèles qui le sont n’ont pas un système aussi efficace que celui d’un smartphone. Et les lecteurs de cartes SD savent également lire les cartes MicroSD avec un adaptateur souvent fourni lors de l’achat des dites cartes…

Du changement à venir ?

La SD Association vient d’annoncer la version 9.0 de ses spécifications et dans celles-ci, on retrouve un nouvel élément qui pourrait redonner du sens à l’intégration de lecteurs SD un peu partout. Des fonctions de gestion système qui permettront de mieux intégrer un OS complet vont en effet être mise en œuvre. On retrouvera ainsi des éléments connus du monde des PC : Le FastBoot qui permet un démarrage rapide, le Secure Boot qui va le sécuriser. L’association annonce également le RPMB pour Replay Protected Memory Block. Une zone tampon, cachée derrière un processus d’authentification, qui servira de stockage pour des données sensibles. Le chiffrement des données sera également de la partie avec le TCG Storage, un traitement spécifique mis en œuvre par le Trusted Computing Group qui lui donne ses initiales. Pour vous donner une idée, c’est le même groupe qui gère le système TPM de Windows 11.

L’objectif est clair, permettre l’installation de nombreux systèmes d’exploitation directement sur une carte mémoire. Windows 11, par exemple, pourrait venir se loger sur un lecteur SD pour être simplement lancé sans pour autant quitter sa carte et sans être déployé sur la machine. Avec un démarrage rapide, des mesures de sécurité et un chiffrement sérieux. La majorité des systèmes sont exploitables sur ce type de cartes sans ces améliorations mais ils profiteraient également sans doute des fonctions Fast et Secure Boot.

Cette évolution sera également un élément intéressant pour d’autres outils comme les caméras de surveillance, les drones, les TV-Box, les casques de réalité virtuelle, les consoles mobiles, l’IoT, le Tech-à-porter et tous les appareils confiant leur stockage uniquement à ce type de carte. Le firmware de ces engins pourra être intégré directement sur la carte mémoire et ainsi apporter de nombreux avantages au système. Plus question de « briquer » son drone ou son lecteur multimédia lors d’une mise à jour, un changement de carte mémoire le rendrait à nouveau opérant. Il serait également possible de remplacer la carte mémoire d’une caméra de surveillance en partance pour un SAV en la glissant dans une caméra neuve : on bénéficierait  de toutes les mises à jour de micrologiciel sur la nouvelle. Les tablettes et même les smartphones pourraient également profiter de ces nouveautés pour permettre des  prises en charge de systèmes alternatifs ou de stockage avec un chiffrement matériel totalement indépendant de celui du constructeur…

Les cartes SD comme stockage unique ?

Dernier point de cette nouvelle normalisation 9.0, la vitesse. Les nouvelles solutions seront au standard SD Express et pourront atteindre de très bonnes vitesses de lecture et d’écriture. L’idée est de permettre à l’utilisateur de retrouver des performances égales à celles d’un SSD. Avec la Gen4 x2 SD Express une carte MicroSDXC ou SDXC pourra offrir des débits en lecture flirtant avec les 4 Gigaoctets par seconde. De quoi retrouver la performance d’un SSD NVMe dans un encombrement minimal et totalement amovible.

En option, les constructeurs pourront choisir un format SDUC pour SD Ultra Capacity avec des capacités de stockage pouvant monter très très haut. En théorie, il sera possible de proposer une carte de ce type en 128 To même si, en pratique, le format le plus courant sera plus proche des 2 To. Pour des raisons évidentes de coût, une carte SDUC de 64 ou 128 To serait évidemment très chère à l’achat.

Avec tous ces avantages techniques, les cartes SD pourraient retrouver un nouveau souffle. Rapides, efficaces, sécurisées et plus adaptées à des usages système sans compter leur énormes capacités à venir, elles pourraient accueillir des systèmes ou proposer des stockages alternatifs. C’est une excellente voie à suivre pour les fabricants de machines mobiles et peut être une bonne raison d’espérer le retour de ce format. Un portable proposant un stockage de base de 256 Go et un lecteur de cartes SDXC à la norme 9.0 pourrait ainsi doubler, tripler ou quadrupler son stockage de manière intéressante. Imaginez un engin comme le Steam Deck, qui permet de booter sur le lecteur de  cartes MicroSDXC, équipé d’une solution à la norme 9.0. Vous pourriez profiter de la machine sous SteamOS mais également sous Windows ou avec différents panels de jeux gourmands.

C’est également une excellente nouvelle pour le monde des SBC. Il serait bientôt possible de proposer à une carte de développement un stockage à la fois rapide, sécurisé et de capacité  très convaincante.

Faites découvrir le site en le partageant


 

Salut, c'est Pierre ! Depuis 2007 j'écris sur Internet. Je propose un site totalement indépendant et sans publicité. Pour continuer a le faire vivre j'ai besoin de mes lecteurs.  Vous pouvez participer à cette aventure très simplement. Quelques euros, le prix d'un café, tous les mois peuvent totalement changer la donne et me permettre de travailler avec une base de financement solide. Alors si vous voulez que le site perdure et fonctionne, vous pouvez participer simplement en cliquant sur les liens ci-dessous. Cela ne prend quelques instants et cela change tout pour moi.

2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

16 commentaires sur ce sujet.
  • 21 mai 2022 - 16 h 05 min

    A court terme, deux besoins urgents (je ne suis pas sûr que cette nouvelle version les règle…) :
    – une vraie protection contre les contrefaçons qui « imitent » une capacité plus élevée et qui deviennent un vrai fléau, y compris chez les grands « vendeurs en ligne » (suivez mon regard ;
    – la résolution des nombreux soucis de fiabilité des SD, qui peuvent assez facilement perdre des données, en dépit des garanties commerciales des fabricants.

    Répondre
  • 21 mai 2022 - 16 h 10 min

    @lc_lol: Les deux points sont très justes et je pense que le fléau de la contrefaçon est très mal maitrisé par les différents acteurs du marché. Il y aurait matière de faire beaucoup mieux.

    Pour la fiabilité c’est un des sous problème du genre. Les puces ont des grades et certaines sont de très bonne facture avec une volonté de design privilégiant la fiabilité sur la vitesse. Personnellement je préfèrerais toujours une carte moins rapide et de moins grande capacité mais plus sécure que l’inverse. Mais comme l’ensemble du marché est piloté par la vitesse et le nombre de Go, cela ne rentre dans aucune case marketing.

    L’arrivée des nouveaux formats pourrait changer la donne. Entre 1 To et 2 To finalement peut importe. Ona de quoi stocker. Mais entre 1 To sécurisé et 2 To peu fiables, la peut de perdre ses données devient plus impactante qu’une carte de 32 ou 64 Go.

    Répondre
  • 21 mai 2022 - 17 h 09 min

    Ce serait vraiment intéressant en effet. J’ai fait l’expérience d’un Debian sur une carte microSD logée dans une tablette HP Pro 608 et c’est pas vraiment top : au bout de quelques minutes, on sent que ça throttle. Alors CPU / carte qui surchauffe / lectures-écritures insoutenable ? je n’en sais rien ,mais c’est pas trop agréable.
    Ces nouvelles cartes pourraient venir recycler quelques vieux ordi et/ou interchanger les OS plus facilement (à condition que les BIOS le permettent).

    Répondre
  • 21 mai 2022 - 17 h 12 min

    @prog-amateur: Alors attention, pour qu’une de ces carte soit exploitable il faut un lecteur qui les prenne en charge. Si ton lecteur est un vieux lecteur il n’y a aucune chance que la carte donne son potentiel.

    Répondre
  • 21 mai 2022 - 22 h 15 min

    Le plus gros de la nouvelle norme de la SD association c’est que c’est une association qui n’a que peu d’impact sur les volontés des constructeurs pour mon plus grand malheur.La norme SDUC et express est passé en 2018, on est bientôt mi 2022 il n’existe aucune micro sd sduc sur le marché et les cartes sd express sont rares et chères.Et en plus il n’y a aucun smartphone actuel et a venir pour leur le moment qui prenne en charge la nouvelle norme micro sd SDUC et il y a très peu de produit autres qui prennent en charge les cartes les cartes sd express au niveau lecteur.Et ce n’est pas du tout un hasard, les constructeurs ne veulent plus des micro sd dans les smartphones et autres pour la plupart ou sont cantonnés a des produits bas de gamme avec des lecteurs lents et c’est pareil pour le reste, il y a trop peu d’exception pour un avoir un quelconque espoir sur l’avenir de ses produits et normes.Même si demain il y a la norme 10 ou 100 si les constructeurs n’en veulent pas cela ne servira strictement à rien.Les constructeurs n’en veulent pour raison simple de bénéfice en argent réel.Enfermer le consommateur dans des choix de mémoire voulu pour le forcer à prendre celui qui a le plus de mémoire interne de base car il ne pourra plus en rajouter après est très rentable sur la durée, cela n’a rien avoir avec la place gagné, non pas du tout, c’est une grosse excuse bidon, comme on supprime le port jack et les accessoires, et bientôt toutes les sorties, tout cela contribue à faire gagner beaucoup d’argent aux fabricants aux dépens des consommateurs, l’écologie on sent bas les couil…je peux vous le dire.Quand les constructeurs vont supprimer les port de carte sim, ils en profiteront pour supprimer définitivement le port micro sd sur tous les smartphones et mobile et autres.Si moi je suis content de l’abandon des cartes sim avec qui j’ai eu de nombreux problèmes de détection au fil des années, la suppression des port micro sd (port jack 3,5 mm compris) est un brise coeur et il manquait que la norme SDUC pour avoir une micro sd digne mais on ne l’aura jamais et pareil pour les cartes sd express qui disparaîtront progressivement dans le futur pour avoir du stockage intégré directement fixe, c’est comme cela et la sd association ne pourra rien y faire.Et les consommateurs ne semblent pas bien préoccuper par cela, dommage.

    Répondre
  • 21 mai 2022 - 22 h 30 min

    Je ne sais pas si mon premier message sera mis sur le site.
    Alors je vais en mettre un autre pour clore au cas où.
    J’ai contacté moi même plusieurs fois la SD association pour leur signaler que je comprenais pas pourquoi 4 ans après avoir finalisé la norme SDUC et sx express, il n’y avait toujours aucune carte micro SD sduc dans les smartphones et autres et aucun produit qui les prennent en charge et très peu de carte sd express sur le marché et d’appareils les prennent en charge.De la manière dont ils m’ont répondu est assez édifiante et confirme bien qu’ils sont complètement démunis fassent a la volonté évidente des constructeurs de supprimer les port de micro sd et cartes sd dans le futur et les consommateurs ne semblent pour la plupart ne semblent pas préoccuper de ce sujet.C’est tout bénéfice pour les constructeurs qui supprime le plus de truc possible pour faire plus de bénéfice, l’écologie ils s’en fichent complément et cela a déjà été prouvé, c’est dommage.

    Répondre
  • 21 mai 2022 - 23 h 48 min

    Cette evolution 9.0 du standard SD (Secure Digital), comme de nombreux autres, a pour objet d’ouvrir de nouveau marché, de contrôler les coûts, de conserver une compatibilité antérieure, et de ce moderniser pour ne pas devenir obsolète.
    Les fonctions discutées ici sont:
    -les cartes SD-Express, qui existent depuis un moment, fonctionnent en NVMe, en UHS-I, ou en SD. Elle ne fonctionnent en NVMe que sur un hôte SD-Express. Les cartes SD, UHS-I, UHS-II ou UHS-III ne fonctionnent qu’en SD ou UHS-I selon la norme même si l’implémentation peut aller plus loin.
    -la norme TCG Opal 2.01, limitée ici à un seul possédant (comme une grande majorité d’implémentation) et optionnelle permet l’authentification et le déblocage de l’encryption sur des canaux sécurisés. Elle existe sur bon nombre de media SATA et NVMe et dans de nombreux micrologiciels UEFI ou autre. Elle entre en action sur demande (opt-in), et seulement pour la partition de l’utilisateur de manière quasi automatisé et transparente dès le démarrage si le système et la carte en sont d’accord. Elle devra implémentée sur les trois canaux d’accès SD, UHS-I ou NVMe mais pas en UHS-II
    -le RPMB (Replay Protected Memory Bloc), optionnel, est une fonction destinée à l’embarqué qui a était employé en eMMC sur les terminaux grand public Nokia et Microsoft notamment les Windows Phone. Il permet d’autoriser le stockage sur la carte SD d’informations dans un espace confidentiel dont on peut s’assurer qu’elles ne sont pas altérées en lecture ou en écriture sauf par un protocole conduit par l’hôte très encadré. Cela précède et assure une base solide à l’emploi su Secure Boot.
    -le Write Protect, optionnel, a été amélioré en s’appuyant le RPMB pour assurer l’intégrité des messages de protection.
    -pour les débits annoncés; il s’agit de la bande passante maximale de l’interface selon le nombre de ligne PCIe que supporte le contrôleur, aucune carte ne débitera jamais de donnée à cette vitesse. D’autant plus que la dissipation thermique, encore elle, ne permet pas dans le format d’une carte de mettre un contrôleur performant, de la mémoire volatile (l’extraction de la carte poserait de plus des problèmes de cohérence des donnés insolvable), et les multiples circuits intégrés de NAND qui autoriseraient à avoir suffisamment de concurrence pour monter en débit réel.

    Ce n’est pas un format du futur, la taille limité de la carte empêche un usage utile du protocole SD Express-NVMe pour des transferts rapides depuis de nombreuses puces mémoires, et l’héritage de la norme est lourd en terme de broche par puces pour assurer la compatibilité avec les cartes SD et UHS-I. Les fonctions de sécurité sont cependant intéressantes mais elles existent assez largement chez la concurrence dans les cartes mémoires UFS qui ont des limites semblables en terme de performances à cause de la chaleur.

    Si on veut plus de performance, il faut du CFExpress (le parent des cartes des dernières XBox) dont le format permet de dissiper plus de chaleur et donc d’intégrer plus de composants avec un contrôleur NVMe.

    Il y aura une consolidation de standard un jour, les marges d’abord puis les volumes de vente ayant fondu mais je doute que le SD Express ait un avenir, le SD se positionne pour batailler ici comme un faux frère de l’eMMC dans l’embarqué mais amovible là ou le eUFS et UFS tentent de percer avec de meilleurs coûts d’intégration; ces derniers restent trop proche de Samsung et ses technologies d’intégration du contrôleur dans la puce malgré sa standardisation par le JEDEC; ils bénéficient de leur proximité avec les intégrateurs ARM à cause de la couche de transmission physique M-PHY présente dans toute la propriété intellectuelle ARM sous licence.

    Dans le rayon performance c’est NVMe à tous les étages, la dispute est sur le format, en externe CFexpress a pris le dessus dans la photo et la video haut de gamme, M.2 (qui fait aussi USB et SATA) est ancrée dans les PC en interne, EDSFF débute lentement dans les serveurs.

    Concrètement pour la fiabilité, l’endurance, et la performance finale ça continue à s’établir sauf pour le haut de gamme par carte, pas par modèle, ni par marque; les composants internes changeant souvent…

    Répondre
  • 21 mai 2022 - 23 h 53 min

    @Pierre Lecourt: merci pour la remarque, c’est une nuance qui a une grande importance.
    Du coup, j’espère que ça aura au moins le mérite de recycler de « futurs vieux » PC avec des lecteurs compatibles.

    Répondre
  • 22 mai 2022 - 1 h 10 min

    @jeff: Il y a un élément que tu négliges et qui me sert de bouée de sauvetage moral régulièrement. L’arrivée de concurrents opportunistes. Framework font on parle depuis quelques temps est un de ces concurrent. Une marque qui fait quelque chose d’impensable pour le reste du marché : permettre – ou du moins avoir l’ambition de permettre – de laisser le client final faire des mises à jour complète de ses machines. C’est une marque de fabrique intéressante et rafraichissante qui, si elle fonctionne, pourrait donner lieu à de la mise en concurrence de la part d’autres marques sur certaines gammes.

    Si techniquement les formats SD ne sont pas la panacée, les constructeurs eux-mêmes ont tendance a reconnaitre ses avantages sur certains postes : la preuve l’exemple des machines créatives qui restent compatibles avec ces formats. Mais imagine qu’un engin comme, je sais pas moi, la Raspberry Pi 5, le Steam Deck 2, un ultraportable grand public ou un appareil photo, s’empare de ce format et en fasse son cheval de bataille. Que la mayonnaise prenne et que les gens y trouvent leur compte. Cela n’arrivera pas de sitôt sur le marché du smartphone mais sur d’autres secteurs cela peut fonctionner. Si cette possibilité porte vraiment ses fruits, avec un partenariat solide entre un créateur de machine et un fabricant de ces cartes, cela peut faire mouche et répondre suffisamment fortement à un besoin pour attirer une bonne partie du public.

    Cela n’ira jamais dans les délires théoriques de la norme, comme toujours. On n’aura pas une carte SD de 128 To à 4 Go/s pour plein de raison et la première parce que perdre un tel monument de donnée par un simple oubli / écrasement / vol, serait très problématique. Mais ce n’est pas ce que demande la majorité des utilisateurs. Une carte de 512 Go ou 1 To avec un débit suffisant, ressemblant à la proposition d’un bon SSD SATA 3.0, conviendrait à la majorité des usages et serait déjà un basculement pour une SBC, un drone, un ultraportable.

    Reste le plus dur, si les constructeurs ne se risquent pas pour le moment dans ces formats c’est parce que trouver les médias compatibles est une bataille difficile. Est-ce que les fabricants vont essayer de faire naitre l’oeuf avant la poule ou est-ce que les constructeur vont proposer des poules avec une compatibilité avec des oeufs pas encore dispo ? Le rôle de la SD Association est celui du fermier, construire un poulailler suffisamment confortable pour que les poules et les oeufs y trouvent de quoi vivre leur vie. Et sur ce genre de proposition ce ne doit pas être très facile.

    Répondre
  • 22 mai 2022 - 1 h 32 min

    Ahh, les SDcard et la SD association…

    Il y a quelques années, j’ai développé un contrôleur de carte SD, aussi j’ai bien étudié le sujet.

    Il faut comprendre qu’il y a deux standards en parallèle : SD et MMC, depuis 20 ans.

    MMC est un standard JEDEC, libre de droit, qui est maintenant principalement implémenté pour des modules soudés sur carte : eMMC. Quand un PC portable avait 32Go de mémoire soudée, en général, c’etait de l’eMMC. Depuis, un nouveau standard, UFS, toujours JEDEC, permet d’aller plus vite avec des liens comparables à PCI Express. C’est cela qu’il y a maintenant dans les téléphones portables.

    SD est un standard payant, géré par la SD association. Ils sont parti du standard MMC pour rajouter une interface légèrement incompatible et brevetée. SD signifie Secure Digital, de l’époque des lecteurs MP3 où les studios de musique voulaient avoir du cryptage et des DRM sur les cartes mémoire… Evidement cette partie du standard n’a jamais servi, et manifestement, ils remettent le couvert avec des cryptages à la con.

    SD innove avec des liens PCI express? Ils sont juste en retard sur MMC/UFS.

    Pourquoi il n’y a plus de ports SD sur les portables? Une raison pourrait être qu’il faut payer une licence à la SD association. Pourquoi payer si ce port est peu utilisé? Pourquoi payer si MMC/UFS est gratuit?

    Il n’y a pas de carte « SDUC » en vente? En théorie Samsung a développé des cartes UFS au format microSD. Egalement introuvables.

    Répondre
  • 22 mai 2022 - 1 h 33 min

    @Pierre : Très intéressé par les capacités de stockages annoncées et la vitesse d’écriture/lecture en second lieu. Cela permettrait très avantageusement de remplacer les DD externe à plateau. Seule question qui me taraude (outre le prix, par exemple d’une solution de SD 5 To) : la fiabilité et la longévité de la bébête (combien de cycles de lecture / écriture, quid de la surchauffe suite à une sollicitation prolongée), sachant que j’ai à plusieurs reprises eu des cartes SD (de marques établies) qui ont subitement rendu l’âme avec perte définitive des données.

    Répondre
  • 22 mai 2022 - 11 h 17 min

    @Raph: Encore une fois ce n’est pas la vitesse en lecture/écriture, c’est la bande passante en bits utiles (de données et de commande du protocole NVMe) de l’interface. Les meilleures cartes auront du mal à en consommer 33% pour des lectures/écritures et encore dans des cas très soigneusement choisis, les NAND actuelles ne permettent pas ce genre de débits et les contrôleurs NVMe dans des cartes SD Express ne pourront pas employer suffisamment de puces NAND à haute cadence et en concurrence pour remplir ce tuyau, à cause des problèmes de dissipation thermique.

    Pour le reste l’augmentation des capacités de stockage contrevient fortement à l’endurance de l’écriture par multiplication du nombre de bit stocké par cellule qui finit par les rendre non viable. Aucune solution technologique actuelle simple ne sait contrevenir à ce problème. Il y a des contournement (cache en mémoire volatile, cache en mémoire non-volatile limitant le nombre de bit stocké par cellule artificiellement au détriment de l’espace) mais ils sont couteux, complexes et augmentent à nouveau la dissipation thermique et la consommation énergétique.

    Répondre
  • 22 mai 2022 - 12 h 20 min

    @jeff: on peut s’étonner que les consommateurs continuent d’acheter des produits avec de moins en moins de ports disponibles (jack, micro, sd, ethernet ?) ce n’est peut-être pas le cas d’ailleurs les pc avec port ethernet se vendent mieux que ceux sans ce port.

    Répondre
  • 22 mai 2022 - 12 h 55 min

    @lc_lol:

    pour tester un carte SD ou autre support usb = H2wtest c’est long mais c’est top

    pour les données règle du 3 2 1, 3 support différents dont 2 physiques et 1 en ligne en plus de ta carte SD

    attention aux âmes sensibles pour la suite : si ta carte SD « lache » go acheter une nouvelle sur AMZ et de renvoyer la HS. c’est pas super sympas mais on parle de AMZ l’esclavagiste des temps modernes :)

    Répondre
  • 22 mai 2022 - 17 h 49 min

    Je vais être plus trivial, mais j’ai constaté que les cartes SD et microSD de toutes les marques sont hyper FRAGILES ! Les cartes sd s’ouvrent en deux et les microsd s’effritent et cela même si on les laisse en place. Elles sont en plastique, un plastique particulièrement fin qui vieillit rapidement, et encore plus vite dans des ports qui chauffent à l’usage.

    Bref la fiabilité n’est pas là. Qui confierait des données sensibles à un média qui se casse, se perd ou devient illisible sans prévenir ? Franchement introduire une microSD dans la fente d’un portable c’est toute une aventure et il n’est pas rare de la perdre dans le corps de la machine !!!

    Répondre
  • 23 mai 2022 - 13 h 05 min

    A mon avis il restera de la place pour un lecteur amovible de très grande capacité quelques téra, soit un retour du CD au format mini, soit des cartes Sd ou autre, parce que les fans voudront garder tous les épisodes de leurs séries sans devoir chercher sur quel plateforme s abonner.
    Si demain les cartes SD peuvent stocker une série comme gammes of thrones sur une carte qui libère les étagères , elles ont un avenir plus certains, sinon ce sera peut_être une carte mémoire un peu plus grosse ou un retour du CD avec un laser peut être indigo ;)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *