Une vidéo de 1997 qui montre pourquoi l’industrie du PC est en panne

Je suis tombé sur cette vidéo qui date de 1997 et qui présente le Photoshop de l’époque sur deux machines différentes. Deux machines de luxe à l’époque. Un PC Pentium Pro à 200 MHz d’Intel et un Mac équipé d’un processeur PowerPC X704 à 450 Mhz.

Cette vidéo date de l’époque où Apple n’avait pas intégré des solutions Intel dans ses machines. En 1997, je travaillais avec un copain dans une petite boite appelée Eurisko. On y vendait des PC assemblés. Les machines coûtaient cher, elles étaient bruyantes et, il faut le dire, tout le loisir d’un passionné de l’époque était entrecoupé de pauses et de temps d’attente.

Cette vidéo a été tournée par Apple à la MacWorld expo de 1997. Dans un face à face Mac / PC, Gil Amelio PDG d’Apple, présente le Photoshop de l’époque en train de réaliser des opérations lourdes : Des filtres de traitement sur des, je suppose, assez grosses images.

Le premier filtre est un flou Gaussien, une opération assez lourde pour l’époque qui monopolisait toutes les ressources de la machine. Le PC met 17 secondes à réaliser l’opération. Le Mac n’en met que 8. Le second est un « Unsharp Mask » qui nécessitait, là encore, beaucoup de ressources aux machines de l’époque. Là encore le processeur X704 est devant avec 10 secondes de traitement contre 21 secondes pour le Pentium Pro.

A l’époque les Mac étaient les Rolls des machines de traitement d’images en partie grâce à leur processeurs plus puissants et mieux gérés mais également parce que leur système était plus stable que les solutions Windows. Et puis le temps a passé et les Mac ont abandonné leurs puces PowerPC et ont intégré celles d’Intel.

Les performances de ces processeurs ont explosé et aujourd’hui ce qui mettait 21 secondes à l’époque sur un ordinateur qui coûtait au bas mot l’équivalent de 3000€ est affiché en temps réel par toutes les machines. Même celles à 500€ parviennent à proposer un aperçu d’un flou Gaussien immédiat. Les temps d’attente qui ponctuaient la vie des informaticiens et autres Geeks dans les années 2000 ont totalement disparu. On ne patiente plus de longues minutes au chargement des applications, on n’attend plus qu’un programme exécute une tâche1, on ne lance pas une défragmentation de son disque dur qui, avec quelques mégaoctets de mémoire vive, pouvait durer des heures… Bref, on a des engins qui fonctionnent en temps réel et qui sont finalement hyper abordables par rapport à ceux de la vidéo. Et cela depuis un paquet d’années et quelques générations de processeurs.

Cloner un SSD

Parce que la grosse différence, ce qui portait le marché alors, c’est que les changements de puces étaient porteurs d’un vrai bénéfice pour l’utilisateur. On passait d’une génération à l’autre de processeur et on sentait immédiatement une grosse différence de calcul. L’arrivée des Core chez Intel a, par exemple, totalement révolutionné les possibilités des ordinateurs chez les particuliers. La dernière fois que j’ai senti un bond en avant aussi prononcé, c’est le moment où j’ai booté mon premier PC sur un… SSD.

Aujourd’hui, il n’y a plus vraiment de magie technologique dans les PC. Il y a certes des puces graphiques qui ont fait des progrès hallucinants ces derniers temps mais dans le coeur de l’usage d’un ordinateur personnel, plus personne n’attend rien de vraiment révolutionnaire. On sait que la nouvelle gamme d’Intel ne va pas bouleverser la donne. On sait que le gain de vitesse de traitement n’est même plus une vraie priorité. Si on demande à quelqu’un aujourd’hui deux fois plus de vitesse ou deux fois plus d’autonomie… La réponse sera rarement d’exécuter un flou Gaussien en en 0.1 ms au lieu de 0.2 ms…

D’où le marasme actuel et le fait que les constructeurs se mettent à faire un peu tout et n’importe quoi. Qu’ils s’intéressent plus à la forme de leurs machines qu’au fond. Ces changements ont donné de très bonnes choses comme l’apparition des minimachines, par exemple, mais il faut bien avouer que cela pousse également à quelques dérives.

HP Spectre 2016

Des machines plus design, plus fines, plus légères et paradoxalement moins ergonomiques, moins compétentes et complètes… Le marché s’arqueboute sur l’esthétique des ordinateurs et tous les constructeurs veulent se positionner sur le segment du premium pour conserver leurs marges. L’âge d’Or du PC est pourtant fini. Les vendeurs d’ordinateurs ne sont désormais rien de plus que des concepteurs d’électroménager High-Tech. Mais aucun ne veut se l’avouer. Tous se drapent dans une grande idée de maîtrise technologique qu’ils voient comme une certaine marque de noblesse. Il faut pourtant bien l’avouer, tous font les mêmes machines qu’ils enrobent juste différemment. Tous utilisent les mêmes composants et ajoutent des différences techniques très artificielles à leurs propositions.

Le problème est que le marché ne va pas  les attendre et que les petits fabricants vont déferler sur le secteur et rafler la mise. Les marques noname sont légion et, on l’a vu depuis des mois, de nombreux anciens fabricants de lecteurs MP3, de tablettes et autres smartphones sont désormais également des fabricants de PC. Et des PCs de plus en plus respectables…

Sans nouvelles technologies à intégrer, ce qui est un vrai et difficile métier, ce qui a fait la force de marques comme Asus qui savait parfois mieux qu’Intel fabriquer une carte mère pour leurs processeurs, que restera t-il bientôt aux géants de cette industrie à part leur force de vente et l’inertie qu’ils ont pour eux ?

L’industrie du PC est en panne. Et je ne vois pas trop ce qui va la raviver de si tôt.

 

 

 

Notes :

  1. A part pour les plus lourdes comme la 3D ou le rendu vidéo bien sûr.

Rivière
69 commentaires sur ce sujet.
  • 10 octobre 2017 - 13 h 44 min

    Très juste analyse encore une fois.
    Comme toi, la dernière évolution criante que j’ai pu constaté en termes de perfs (sur mon vieil emachines de fin 2010 qui tourne toujours très bien) c’est l’adjonction d’un SSD.

    Mais peut être que c’est l’absence de concurrence dans ce qui est le coeur du PC qui n’aide pas : depuis le passage d’Apple au x86, on a plus qu’une seule plateforme et en plus 1 fondeur et demi sur le marché…

    Je regrette le temps où 3-4 architectures se partageaient le marché !

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 13 h 53 min

    Je partage cet avis, surtout quand on part sur des machines durables de par leur construction (Thinkpad, MacBook, certains Dell), on ne ressent plus l’intérêt de l’Upgrade pour des utilisations standards (j’exclus volontairement le développeur qui va dire que si, avec ses 135 VM il a besoin d’upgrade régulièrement, car il n’est aucunement représentatif du marché)

    Il y a sans doute une révolution de plateforme qui arrivera, avec l’arrivée de l’ARM dans les laptop, je parle pas des essais ratés de Microsoft mais plutot ce que nous prépare Apple. Avec par exemple une architecture hybride, on pourrait arriver à des performances hallucinantes, avec des autonomies en utilisation légère extrêmement longues.

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 14 h 01 min

    C’est vrai que l’innovation technologique semble un peu s’essouffler, la progression est plus lente et donc moins flagrante. Mais selon moi, l’industrie du PC a encore de beaux jours devant elle. Il faut juste être patient :)

    Répondre
  • Dan
    10 octobre 2017 - 14 h 02 min

    Excellente synthèse !
    Personnellement, les dernières évolutions importantes ce sont les PC fanless, les processeurs basse conso.

    Répondre
  • aem
    10 octobre 2017 - 14 h 20 min

    Une fois que la course effréné à la puissance et miniaturisation sera terminée …

    les solutions open source arriveront à maturité elles aussi …

    L’open hardware – je l’espère – va rattraper son retard et l’ordinateur ne coutera plus rien …

    Comme dans tous les marchés la compétition ou la surenchère entraine des comportements surprenant de la part des acteurs …

    Si les géants américain se sont séparés de leur activité PC ce n’est pas pour rien à l’époque …
    Apple prend lui une place confortable (avec les marges) mais arrive de moins en moins à justifier son pricing / composants / qualité.

    Bref, meme si il reste encore des progrès potentiels au niveau de l’intégration et autonomie …
    ca ne sera pas existentiel …

    Le parc de machine ne se renouvellera pas au rythme de l’obsolescence par la technologie (pouvoir lire un BR par ex. ou video 4k) mais par l’age de la machine (aspect économiquement non réparable).

    C’est la position que Apple a pris dernièrement pour survivre à ces évolutions …

    Répondre
  • aem
    10 octobre 2017 - 14 h 22 min

    @ Pierre : tu envisages de créer un flux rss pour les bon plans ?

    ca fait deux fois que je loupe la promo sur xiaomi (trottinettes, et mba i5 13″).

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 14 h 37 min

    @aem: Il y a un flux RSS qui comprend tous les billets déjà. https://www.minimachines.net/feed Ce qui permet à des petits malins de les injecter dans leurs sites d’ailleurs.

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 14 h 38 min

    Analyse partiellement fausse. La demande pour de plus grandes perfs est toujours aussi forte, simplement on ne sait plus faire mieux car on a atteint la fin de la loi de Moore. En réalité il n’y a aucun essoufflement de la demande, c’est juste l’offre qui est en panne.

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 14 h 43 min

    En effet, cela résume bien le principal « problème » de l’industrie du PC, mais cela ne touche que l’industrie et les constructeurs,ce n’est nullement un problème pour le consommateur. Il est plus intéressant pour un client d’acheter un matériel pour 6 ans que pour 2 ans, comme pour l’électroménager.
    Il n’y a guerre que les joueurs assidus qui doivent encore tenter de faire évoluer leur matériel pour pouvoir continuer à profiter d’un ordinateur fluide, et encore comme tu le dis, avec l’arrivée des dernières générations de cartes, la puissance est telle que l’on peut aussi se mettre à l’abri pour quelques années pour peu qu’on ne sombre pas dans l’attrait de la VR ou autre 4K .
    Par contre je suis extrêmement scotché par la puissance des téléphones actuels et ce qu’ils permettent lorsqu’ils sont rattachés à des docks TV, c’est réellement impressionnant.

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 14 h 46 min

    Très juste.
    Le seul point presque positif c’est que des constructeurs chinois, Xiaomi en tête, font du bon boulot et de vraies propositions. Pas vers une évolution de puissance brute mais vers des produits ergonomiques, bien construits et qui répondent aux attentes des clients. Exemple au hasard : des pc très fin mais avec une connectique complète, de l’alu , de la finesse et de vrais écrans IPS FullHD.
    Seulement il reste la barrière de l’import, pour l’instant on n’importe et rebadge que du bas de gamme ou très moyenne gamme. Les gens sont prêts à accueillir du Xiaomi ou autre en France, même cher, ça sera toujours mieux qu’un HP/Asus/Lenovo/Acer poussif sous Celeron N avec 4go de ram que l’on retrouve partout en tête de gondole mais qui ne déclenche même pas une demi-mole à quiconque.
    Je suis aussi d’accord avec aem sur le open hardware, ça commence tout doucement à décoller avec de vraies ambitions et du concret. Plus qu’a conquérir le public, chaud mais pas infaisable.
    A suivre.

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 14 h 49 min
  • 10 octobre 2017 - 14 h 52 min

    @Gilles: A l’époque où la vidéo a été tournée, il y avait 20 millions d’utilisateurs sous MacOS dans le monde. 20 millions. Il y avait une grosse demande car les 20 millions d’utilisateurs travaillaient avec leur Mac et devaient également le rentabiliser. Quand une simple gestion de ta machine te demandait 2 heures de temps sans l’utiliser, c’était un soucis. Quand compresser des images était misérablement lent, c’était un soucis, quand acceder à des données sur ton stockage demandait des secondes à chaque petit fichier et que copier une grosse collection d’icônes mettait à genoux ton PC, c’était un soucis. Les évolutions qui ont succédé ont permis de s’affranchir de ces problématiques au fur et a mesure et si aujourd’hui certains veulent plus de puissance, c’est sans rapport avec le besoin vital d’un peu plus de réactivité des machines de 1997.

    Aujourd’hui il y a 2 milliards d’utilisateurs de Facebook. La très très grande majorité sont des particuliers avec des besoins lambda en terme de puissance. Ils n’ont pas besoin de plus de vitesse car ils ne se servent que rarement de la totalité des capacités de leurs machines. A part les vidéastes, les fous de 3D et les joueurs, pas d’usage de cette débauche de puissance. Et le gros du marché aujourd’hui n’est pas dans le monde pro, il est dans le grand public.

    Ok les salles serveurs ont toujours besoin de plus de puissance, comme les joueurs. Mais ce n’est pas le cas de la très très grande majorité des utilisateurs. Lancer Facebook aujourd’hui ce n’est pas un problème de perf mais de réseau.

    Encore une fois, si on propose à un particulier lambda 2 fois plus de vitesse de traitement ou deux fois plus d’autonomie, je doute qu’il s’intéresse à la vitesse.

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 15 h 07 min

    Oui, mais tu oublie les jeux vidéos sur PC. Pour ces derniers la demande est toujours aussi forte. Si les joueurs ne changent plus de machine c’est avant tout parce que le CPU n’évolue plus tellement.

    Répondre
  • dja
    10 octobre 2017 - 15 h 09 min

    – migration des desktop/laptop/server sur plateforme ARM64, ce que l’industrie aurait du faire il y a 20 ans au lieu de tuer ARM/RISC et d’attendre les hypothétiques puces x86 64bits. La faute à Microsoft. Une fusion desktop/laptop avec une solution de type ‘compute card’ semble être la seule voie possible et écologiquement viable.
    – l’hypothétique arrivée des memristors. Fusion de la mémoire vive et de la mémoire morte, permettant un arrêt et une reprise instantanée d’un runtime, une mémoire vive presque illimitée. Tous les softwares seraient impactés, les OS, les base de données, la conception, la performance. Un gros rush.

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 15 h 20 min

    @Gilles: Je ne les oublie pas, je sais juste qu’ils représentent la cerise sur le gâteau des ventes. C’est une minorité sur le marché global de cette industrie.

    Je sais bien qu’il existe des joueurs et que le marché gaming soit en croissance mais ce n’est pas les gens qui changent de carte graphique tous les 6 mois et de CPU tous les ans qui drivent le marché.

    Combien de gens sur une population de 100 foyers avec un PC, vont racheter un materiel en tant que hardcore gamer ? combien voudraient est tune chose, mais combien le font vraiment en est une autre.

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 15 h 28 min

    de plus les dans les années2000 si tu voulais jouer en réseau il te fallait absolument un pc.
    Maintenant bon nombre de joueur lambda ce sont sur console.
    Il ne reste vraiment plus qu’une minorité de fondu sur pc.

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 15 h 38 min

    Perso la dernière fois que j’ai sentie une vrai différence de perf sur ma machine c’est quand j’ai changé de CPU. J’avais un core i3 en ivy brigde (core i3 3220 je crois). Pour « améliorer » ma machine j’avais le choix entre
    – prendre un core i3 skylake + changer de CM (et esperer que j’arrive à re-utiliser ma DDR3). D’après les bench, je gagnais au mieux 15 à 20% de perf pour 300€
    – garder ma CM et acheter un core i7 d’occase. On en trouvais pour +/- 200 balles sur le bon coin;

    Vue que c’était mieux j’ai pris l’option la moins chère. Pour 200€ J’ai trouvé un i7 37XX qui m’apporte 2 coeurs et 600 MHz de clock en plus (je l’ai bloqué en mode turbo) et j’ai pris quasi 60% d’amélioration de perf..

    C’est vrai que, se rendre compte que racheter un CPU haut de gamme d’il y a 5 ans est plus intéressant que d’acheter le milieux de gamme actuel, ca fait bizarre (et c’est pas bon pour les vente d’intel)

    PS: et en plus j’ai recyclé le i3 3220 dans un HP microserver…

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 16 h 34 min

    Salut

    Le marché du PC est en panne car la forme des PC n’évolue pas.
    Je suis affligé de trouver si peu de clé pc, si peu smartphones/tablettes munis de branchements qui pourraient les connecter sur un écran d’ordinateur ou une télé.
    On dirait que l’industrie n’est pas consciente du fait que ces nouveaux usages existent de manière détournée et qu’il faudra un jour oublier ces appareils car tout sera en ligne. L’écran de visionnage de ces nouveaux services, pourquoi faudrait il que ce soit toujours un écran rectangulaire plat ?

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 16 h 45 min

    Tout ça est un peu comme les voitures aujourd’hui : les moteurs sont quasiment tous les mêmes, les normes de sécurité sont identiques. Tout ce qui change c’est la carrosserie et les accessoires, selon que l’on veuille du cuir pleine fleur ou du simple tissus.

    Le marché des PC ne me semble pas « en panne », il me semble tout simplement « mature » : les produits sont quasiment tous d’excellente qualité, ils sont déclinés dans tous les formats et gammes de prix possibles. C’est le principe de l’économie capitaliste de mettre en compétition les acteurs tant qu’il y a de l’innovation à venir, puis de ne garder que quelques très gros une fois la maturité technologique atteinte. Par exemple : qui demanderait aux fabricants de dentifrice d’innover ? ça n’a pas de sens. Ils se contentent de changer une formule, le parfum, l’emballage, et tout roule.

    Pour ce qui est qu’ensuite « les gros se feraient bouffer par les petits », je suis moins catégorique que l’article. Vendre pas cher sur un marché local comme le fait Xiaomi est faisable. On peut même vendre à distance a quelques « fondus » qui acceptent un clavier anglais pour économiser un peu. Mais distribuer des produits à l’échelle mondiale, avec des claviers localisés, un réseau de distributeurs, gérer des stocks, etc… c’est un gros boulot, et c’est justement celui que les « gros » savent très bien faire.

    @Dimitri : J’ai acheté ça : https://www.rueducommerce.fr/produit/asus-zenbook-plus-ux430-bleu-metal-28297702
    IPS, dalle mate, Core i5, 8Go, SSD 256, 9h00 d’autonomie, chassis fin, pleinement compatible Ubuntu… et en plus je suis fan du bleu sombre.
    Ok c’est + cher qu’un Xiaomi, mais que demander de plus ?

    Je suis vraiment curieux de savoir quelles sont ces « attentes des clients » non comblées par l’offre actuelle ?

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 16 h 55 min

    @Emmanuel: Je n’ai pas dit « bouffer » mais si tu regardes l’offre actuelle sur le marché Blanc par exemple. Les marques noname d’electro ménager ont bien attaqué le secteur. Chez boulanger on te vend des machines à laver Boulanger. En grande surface, le toaster de base est à 19€ et c’est du noname. Ensuite tu peux t’offrir une version Seb pour 39€ et du haut de gamme à 99€. Un bon paquet des ventes se fait sur l’entrée de gamme…

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 16 h 56 min

    C’est surtout la magie de la « vitesse » qui s’est dissipé. Avant on passait de choses impossible: « manipuler des images au doigt » a la possibilité, meme lente. Aujourd’hui rien n’a de magie, tout le monde est né avec ca comme acquis. Bientot la vague Machine Learning va meme rendre un tas de photoshop caduque (image + « echange les tetes » + « et met un style vangogh ») hop, le tout en une minute. C’est progression absurde de toute facon, on ne fait plus rien et on a tout sans plonger son esprit ou son corps dans une tache. C’est de la pornographie, la satisfaction de la destination sans le voyage. En lieu de bonnets plus large, c’est la course a la resolution ou le debit (plusieurs flux 4K en quasi temps reel comme norme de nos jours.. folie).

    La « croissance » a mon avis n’est plus là du tout, mais plutot dans un plaisir plus simple, mieux equilibres. Cote utilisateur: un OS plus simple, pas plus facile, mais avec moins de bordel, et plus d’opportunité pour jouer avec son materiel et ses données. C’est un truc qui se faisait mi-70s chez Xerox mais ca s’est perdu dans la transition vers le marché commercial (en gros Gates et Jobs n’ont copié qu’une partie superficielle de l’idée).

    Du materiel plus mignon aussi, meme interieurement. Facon smartphone modulaire. Des imprimantes qui te compliquent pas la vie pour le simple profit du constructeur. Pour recuperer l’interet des gens.. faut s’en preocupper un peu plus plutot que d’optimiser des metriques.

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 17 h 17 min

    @Pierre Lecourt: Oui, et c’est la question que je me pose : quelle est la répartition des ventes ?

    Je connais des gens qui n’achèteront pas du « no name » par principe.
    Il m’arrive parfois – surtout sur des petits prix – d’acheter un truc 10 ou 20 € plus cher pour avoir un bel objet (d’autant plus si l’objet dure longtemps / est visible). Tout autant qu’il m’arrive de prendre du « cheap » lorsque le truc sera de toutes façon caché.

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 17 h 23 min

    @Emmanuel: La répartition des ventes fait peur. La plupart des ménages achète des produits jetable non pas par choix mais par obligation.

    Ils vont acheter 15 aspirateurs pourris sur 30 ans à 60€ pièce. Total : 900€. Le double du prix d’un aspirateur haut de gamme qui dure 15-20 ans. L’entrée de gamme c’est du crédit qui cache son nom avec un impact abominable pour la planète.

    La différence avec l’info c’est que cela peut durer très longtemps car ça s’use moins vite qu’un aspirateur. comme tu dis, le marché est mature et les machines classiques n’évoluent plus beaucoup. Le truc c’est qu’acheter une marque dans peu de temps ce sera un luxe du même tonneau qu’acheter un aspirateur haut de gamme à 449€ quand on peut avoir un aspirateur à 59€…

    Répondre
  • to
    10 octobre 2017 - 17 h 36 min

    C’est l’effet demo parce qu’a l’epoque j’etais dans une boite ou il y avait plusieurs services PAO et les pc etaient beaucoup plus rapide avec photoshop que les macs, mais on travaillait avec des fichiers enormes pour l’epoque et la difference se faisait sur le disque dur puisque la ram etait saturee. Le traitement de nos fichiers se faisaient en … minutes, pas en secondes.

    Sinon, pour beaucoup de gens le pc n’a jamais ete qu’un truc fonctionnel (mails, impots, facebook, etc) vu que tout ca est dispo sur smartphone ou tablette, la reaction dans les chaumieres, c’est plutot : vire moi ce truc moche avec plein de cables qui prend la poussiere.

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 17 h 57 min

    @Pierre Lecourt: Je sais à qui tu penses à propos des « petits malins », un peu spécialistes du Ctrl+C/Ctrl+V, sans vérifier leurs sources.
    Une petite blague serait la bienvenue d’ailleurs ^^

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 18 h 41 min

    Perso ,je pense que si l’informatique est industriellement en rade c’est qu’un trop de profit a une époque a aussi fait perdre des valeurs de ventes .

    J’ai grandi a une époque ou les gens achetaient une télévision pour la garder 10/15 ans ,facile car le numérique et autre 4K/8K n’existait pas ni même la TV numérique .

    SAUF que si ils payaient une télévision 5000/10000 francs ,il y avait des gens aussi pour la réparer et assurer un SAV correct .

    Aujourd’hui ,il semble qu’un PC portable ,Smartphone et autres tablettes soient prévue pour 4 ans de marche .

    Si tu regardes un gros PC DESKTOP , le problème c’est que tu n’est pas sur que le fabricant de processeur vas garder le même format de Socket , que ton format de carte mère sera compatible avec ta nouvelle alimentation , que ta carte mère restera compatible avec les nouvelles barrettes mémoires ou que le slot de ta carte graphique PCIe 16x acceptera une carte graphique plus performante .

    Ce que l’on supporte sur un PC en contrainte d’utilisation ne serait pas accepté sur une automobile .

    C’est bien ces PC a 500/1000 euros sauf que très peu sont réparable ou réparé pour un manque de pièces standards , si tu crèves les quatre pneus de ta voiture ,tu fais mettre quatre pneus et tu rentres chez toi .

    Tu prends pas ton disque dur WINDOWS ou Apple et le place dans un autre PC et cela repart .

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 19 h 01 min

    Très bon article, très juste, si ce n’est que maintenant en plus de vouloir faire tout et n’importe quoi ils rognent aussi sur la qualité (pâte thermique au rabais pour tous les constructeurs (et pas que intel), système de refroidissement sous évalués, bobines qui sifflent(coil whine), chipset avec un bug introduit sur l’USB 3.0 à chaque premier batch depuis plusieurs générations pour vendre du « B2 », … )

    Je n’ai qu’a voir mon dernier achat pour constater ce que tu dis, mon PC en promo à 1000€ à été acheté car besoin d’un certain volume de multithread, encodage/décodage H265 sur le gpu, SSD Nvme.

    Rien que ça, impose une facture colossale, mais toutes ces choses deviennent petit à petit standard, et mon prochain pc n’aura probablement pas le même coût, simplement car mes besoin n’évoluent plus et sont dans l’ensemble satisfaits. Ce fut plus long pour les « power user » que pour madame michu, elle peut rester en dessous des 400€ pour avoir une machine qui dépasse de loin ses espérances (atom quad core, 4 ou 6G de ram, un gros disque dur, un écran correct)

    Mais au final, même de nombreux « Geeks » ne changent que le gpu et rajoutent de la ram car un quad Core K sandy bridge une fois overclocké fait toujours le job, du coup, j’espère que cet ère du n’importe quoi va bientot finir, car ces marques signeront à mon avis leur propre arrêt de mort faute d’attrait, car les gens, bien qu’attiré par le design, cherchent surtout la fonctionnalité, et quand l’esthétique prendra le pas de manière trop importante, les utilisateurs se détourneront d’eux

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 19 h 02 min

    Le billet résume bien le constat, et
    @Gilles plus haut aussi: s’est l’offre qui est en panne.
    Ok pour la miniaturisation mais pas au dépend de la reparabilité, en tout cas nous clients
    Quand le dernier né de chez Microsoft Surface recolte 1/20 che ifixit, s’est trop gentil, s’est ine honte.
    En gros non seulement leurs machines coutes une blinde mais en plus ils veulent se garder le monopole de la réparation…. s’est scandaleux.

    @Pierre: Asus je suis de moins en moins fan:
    1/ Le T100 de madame donne parfois des sueurs froides, reboot avec appuye sur le bouton >30sec sinon RAS
    2/ J’ai fais acheté differentes variantes des U305 des machines entre 600 et 900€ la configuration, ils ont tous des soucis : qui va de la perte de wifi au blocage total de la carte mere … changement de machine…
    Je ne peux/plus recommander cette marque… j’ai peur de devoir retourner voir Dell 1,5 voir 2x plus cher sans garantie de fiabilité…
    Triste constat…
    et je ne parle même pas de la gamme intermédiaire :250-300€ qui nous propose que du 1366×768, 2 ou 4go de ram et 32go de DD poussif et problématique pour MAJ Win …
    Après ils se pleigent d’un marché morose…

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 21 h 31 min

    @SoftReaper: Tu réécris un peu l’histoire là, le coil whine ce n’est pas nouveau mais juste plus impactant maintenant que la dissipation thermique des puces gourmandes en énergie est maîtrisée en silence ; et l’histoire du bug sans le chipset B2 (sur le SATA et non l’USB) ça a fait perdre beaucoup à Intel et à ses partenaires entre le rappel des nombreux produits et l’image de marque qui en prend un coup.

    La perte de qualité se fait sentir sur les éléments liés à l’assemblage sur les PC bas de gamme (et encore, on faisait aussi de l’assemblage bâclé avant), pour le reste on ne fait pas tellement moins bien qu’avant, un seul exemple : le bug des pentium !

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 21 h 37 min

    @alégui, peut etre pas le B2, mais il y’a eu pendant 2 ou 3 générations des chipset dont l’usb 3 embarqué dans le PCH qui ne redémarrait pas après un mise en veille prolongée ou veille standard (je sais, j’en ai eu deux qui m’ont fait le coup, un fixe et un portable)

    Quand au coil whine, c’est un phénomène certes naturel, mais qui dépends de l’alliage utilisé pour faire le noyau en fer de la bobine (proportion d’acier, matériau liant, etc), plus que le fait de rendre silencieux les pc pour les entendre on à surtout rogné sur énormément d’aspects du composant afin d’optimiser sont ratio performance/prix au détriment des effets secondaires. Ce bruit varie d’autant plus que tu remarquera qu’en charge très fort sur un GPU ou un SSD tu n’entends rien alors que lorsque le composant fait un tache très rapide (rendu a plus de 120FPS ou copie de gros fichiers contigus) le sifflement s’intensifie et gagne en intensité.

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 21 h 38 min
  • 10 octobre 2017 - 22 h 26 min

    Faut dire que depuis windows 8, les rams soudées et les écrans ratatinés en 16:9 ça ne donne plus trop envie

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 22 h 43 min

    Franchement, c’est rétrospectivement que l’on trouve ces anciennes machines lentes. On ne se plaignait pas tant que ca à chaque époque. De toute façon, la lourdeur et les bugs des OS successifs au fil du temps ont toujours ramené les nouvelles machines rapides dans le monde normal des plantages.

    Concernant la période actuelle, au contraire, je suis très content de profiter d’une certaine stabilité de la puissance, qui fait qu’un PC Corei7 de 2010 est toujours très performant au prix de mise à jour abordable comme un SSD et plus de RAM. Au rythme de l’informatique d’il y a 20 ans, ce serait déja un presse papier.

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 22 h 46 min

    Je suis complètement d’accord avec cette analyse. Pour ma part, j’avais un ultrabook pour 1000 euros mais…super fragile, autonomie ridicule de 4-5h et 2 port USB…
    Je me suis rabattu sur un T450 d’occasion qui, effectivement ressemble à une brique…mais quelle merveilleuse brique à tout faire: moins chère, solide, écran mat et j’en passe…

    Je pense aussi que le marché du PC devient mature mais je crois encore à un saut technologique (processeur quantique?) et je rêve encore d’un PC portable sous forme de Lego facile à assembler/démonter/upgrader pour éviter de jeter des écrans de portable lorsque la carte mère a grillée.

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 22 h 49 min

    @Emmanuel: Désolé mais Asus c’est fini pour moi. D’expérience personnelle, la qualité a drastiquement chuté depuis quelques années, comme beaucoup d’autres marques il faut bien l’avouer.

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 23 h 08 min

    Il y a eu 2 changements de taille cette année.

    AMD est revenu dans la course au cpu.
    Apple à annoncé qu’il développerai ses propre processeur et donc qu’il quitte Intel.
    Je pense que cela vas amener de la diversité et plus de R&D et donc que le futur du PC devrai être un peu plus palpitant.

    Répondre
  • 11 octobre 2017 - 0 h 16 min

    @Pierre Lecourt:
    « Les temps d’attente qui ponctuaient la vie des informaticiens et autres Geeks dans les années 2000 ont totalement disparu. On ne patiente plus de longues minutes au chargement des applications »

    Ah ? Tu devrais venir dans mon entreprise car on est tous en train de râler quotidiennement des lenteurs. J’ai d’ailleurs installé un SSD dans mon pc bureautique mais avec Windows je n’y vois aucun gain sensible. Outlook est toujours aussi lent, l’antivirus toujours aussi gourmand et il ne voit pas plus loin que son unique thread…
    Et mon entreprise ne me laisse pas m’installer un Linux sur son réseau :(
    Et comble du tout, notre infra réseau bureautique est limitée à 100 Mbps… En 2017, ça m’exaspère !
    Bref, dans mon cas, le renouveau de l’informatique c’est l’investissement des entreprises dans les infras et une vraie optimisations des logiciels chez les éditeurs ! Pas les PCs, là je te rejoins.
    Ah, j’allais aussi oublier Java… le langage prévu pour tourner sur des processeurs conçus pour lui… Et bien il nous fait toujours la vie dure car la machine Java, elle est toujours virtuelle en 2017…

    Au final, on va peut-être être sauvé par l’IA et, un jour peut-être, par l’informatique quantique…

    Répondre
  • 11 octobre 2017 - 1 h 07 min

    @aka_mgr: Euh juste, PC : Personal Computer, pas ordi d’entreprise. A l’époque citée, il n’y avait pas vraiment de différenc
    et de choix. Enfin si tu pouvais faire de l’image sous SGI mais la pluaprt des boites qui se créaient alors utilisaient des PC pour se monter.
    Aujourd’hui il y a du choix avec des bécanes qui ne te laisseraient absolument aucune attente. Malheureusement tu sembles vivre ce que vivent beaucoup de gens compétents aujourd’hui dans des PME : Une absence de réflexion informatique : infra réseau, investissements, rentabilité.

    Beaucoup de boites préfèrent acheter inutilement de nouveaux claviers chaque année plutôt que d’upgrader un Switch 10/100 en Gigabit qu is’engorge et paralyse toute l’infra. Et cela même si ils ont loué une imprimante réseau d’étage à plusieurs milliers d’euros qui pourrait aller 10 fois plus vite mais qui s’emmerde toute la journée faute de bande passante. J’ai un lecteur avec qui j’ai pris un café l’autre jour, il a sauvé sa PME de 30 personnes parce qu’il a installé un vieux NAS perso dans son bureau en outrepassant les consignes du directeur info. Il a sauvegardé les données de la boite dans son bureau parce qu’aucun, malgré ses demandes, système de sauvegarde n’avait jamais été installé. Quand leur système info s’est craché et qu’il a pu restaurer la compta, les contrats, les travaux en cours grâce à son petit NAS à 250€, sa PME a plusieurs millions de CA a fait une drôle de tête. Le Dir info a demandé sa tête à lui pour avoir désobéi aux règles qu’il avait instauré en installant un NAS perso. Finalement le directeur info a été viré car il n’avait prévu aucune sauvegarde et ledit lecteur a pris sa place. La boite a depuis augmenté largement sa productivité en investissement judicieusement sur des postes utiles…

    Mais là comme pour ton cas ce n’est pas la faute du marché, c’est clairement un problème de compétences et d’information au niveau de la direction.

    Çà me donne une idée ! Une émission télé : « Cauchemar en PME ». Je me pointe suivi par une caméra dans une PME et je vais renifler leur installation informatique en disant des gros mots et en hurlant. « Mais c’est quoi ce brassage de câbles là ! C’est quoi ce bordel ! tu ferais ça chez toi ! » ou « Mais Madame Bidule, c’est quoi cette barre à la con sur ton navigateur ? Tu vois pas que tu mines des bitcoins pour des Russes pendant que tu joue au solitaire sur ton Core i7 ! » Je suis sur que je tiens une saison avec un gros succès chez les informaticiens !

    Répondre
  • 11 octobre 2017 - 1 h 08 min

    @CyberMomo: « Apple à annoncé qu’il développerai ses propre processeur et donc qu’il quitte Intel. » tu vas un peu vite en besogne là ^^

    Répondre
  • 11 octobre 2017 - 1 h 59 min

    @Pierre\ Lecourt:
    Le concept est excellentissime !
    saison 2 – l’administration Française.

    Répondre
  • 11 octobre 2017 - 2 h 31 min

    @Forth: La pauvre administration Française, elle risque d’en baver pas mal les années qui viennent. Je me vois mal aller critiquer une aide soignante ou une postière…

    Répondre
  • 11 octobre 2017 - 4 h 08 min

    Pas d’accord le ssd n’ont pas apporter bcp de vitesse par rapport au dernier bon disque mécanique posé sur un gros processeur avec bcp de ram .
    Genre un dualcore avec 2gb de ram.

    *Le powerpc etait peut-être spécifique à de l’encodage.

    Les fabricants de mp3 c’est l’état chinois « rpc »

    Non le pc n’est pas mort : il est inthepocket.

    Il faut que ça commence à ce voir c’est peut-être pour ça que apple se lance comme editeurs de jeux.

    Il faut de grosse application mobile, car c’est la solution idéale, j’espère que ça ne va pas se transformer en cloud.

    Répondre
  • 11 octobre 2017 - 8 h 14 min

    Je viens de passer d’une tour Athlon XP2000+/2×512 Mo RAM/HDD à un miniPC fanless i3 6100U/4 Go RAM/SSD et, oui, je sens le bénéfice de 15 ans d’évolution.
    Mais il y a 15 ans, je consultais mes mails, je naviguais sur internet, je faisais des retouches basiques sur mes photos, je tapais mon courrier, je faisais ma comptabilité familiale sur un tableur. Aujourd’hui, je fais la même chose. Honnêtement, si l’Athlon n’était pas tombé en panne, il ne me serait pas venu à l’idée de le remplacer. Mon espoir est maintenant que le miniPC ait une durée de vie aussi longue que la tour !
    Le marché occidental est mature. C’est juste un marché de remplacement et il le restera tant que de nouveaux besoins, nécessitant de nouvelles ressources, ne s’imposeront pas à grande échelle.
    Le domaine des smartphones est encore jeune, bien plus que celui des PC. Les évolutions rapides incitent plus à renouveler son matériel, d’autant que celui-ci est plus exposé aux accidents. Ou, dans mon expérience personnelle, aux pannes (il est vrai que je me limite à des appareils à moins de 150 €, qui satisfont mes besoins aussi bien que ceux à 400 ou 800 €). D’où un renouvellement plus rapide même dans un marché saturé.
    Faut-il déplorer la « panne » du marché des PC ? Du point de vue de ceux qui gagnent de l’argent dessus, certainement ! Mais pour le reste de la planète, il est sans doute préférable d’éviter la spirale de la consommation de ressources.

    Répondre
  • 11 octobre 2017 - 8 h 34 min

    @ptitpaj:
    « SAUF que si ils payaient une télévision 5000/10000 francs ,il y avait des gens aussi pour la réparer et assurer un SAV correct . »

    => Je pense qu’il vaudrait mieux dire « COMME ils payaient une télévision 10.000 francs, il y avait des gens pour assurer un SAV correct ». Le SAV correct à été pris en ciseau entre la baisse des prix des biens (qui fait qu’il est de moins en moins rentable de réparer) et la hausse de leur complexité et compacité (qui fait qu’il est de plus en plus coûteux de réparer). Il n’y a plus que les « repair cafés » ou des associations caritatives qui réparent (=il y a un besoin, mais non solvable, qui n’est donc occupé que par les intervenant en dehors de l’économie marchande).

    Pour continuer dans la métaphore automobile : si les voitures avaient suivi la baisse de prix des PC, elles couteraient aujourd’hui 1500 à 2000 € neuves. Que deviendraient les garagistes ? Au moindre accident ou problème technique on balancerait la voiture à la casse. On ne peut pas a la fois se réjouir de la baisse des prix et déplorer l’irréparabilité. Les deux sont strictement liés.

    @aka_mgr: En entreprise effectivement c’est un autre genre de soucis. Je suis toujours impressionné de voir a quel point les « mesures de sécurité » (antivirus en tous genre, VPN, etc…) parviennent à mettre à genoux un PC standard.

    Répondre
  • 11 octobre 2017 - 9 h 25 min

    @Philippe:
    Heuh tu faisais tourner Windows XP ? ou Linux sur ton Athlon XP2000+/2×512 Mo RAM/HDD?
    car j’ai un boitier avec un Athlon 3600+ (monoprocesseur) 2Go de Ram sous Win 7 et s’est le cas de le dire cela RAMe, on a le temps de regarder le paysage lorsque l’on lance une application, navigateur ou autre …
    @Pierre: Excelente idée : quand la proposeras-tu à M6, NRJ12 ou autre? et cela donnerai plus de taf aux artisans de l’informatique PME! car enfin ces derniers comprendront qu’une sauvegarde, une sécurité (antivirus, Firewall ..) servent à quelque chose

    Répondre
  • 11 octobre 2017 - 9 h 39 min

    @aka_mgr les problemes de lenteurs de PC tout le monde connais.

    Je suis dans une entreprise du CAC40, leader mondial dans son domaine, et je me traine toujours un PC portable avec un celeron B840, un disque dur de 250 Go, ecran 1336×768 pixels, …

    Répondre
  • 11 octobre 2017 - 9 h 44 min

    @oursgentil: Oui mais c’est du solide si tu l’a pas encore cassé :D

    Répondre
  • 11 octobre 2017 - 10 h 31 min

    @Bzels
    Non, je ne bluffe pas. Il marchait sous Linux, diverses distributions, la plupart dérivées de Debian et avec XFCE. Environ 150 Mo de RAM utilisés au démarrage. Lancer firefox demandait quelques secondes (je dirais 4 ou 5), idem Libreoffice, Gimp en peu plus. J’utilisais souvent des applications plus légères : QtWeb comme navigateur et Softmaker en bureautique.
    Ce qui commençait à m’embêter, c’était que le processeur ne disposait pas des instructions SSE2, ce qui bloquait Firefox à la version 52 et Calibre à la version X.XX par exemple.

    Répondre
  • 11 octobre 2017 - 10 h 43 min

    @Philippe:
    Et bien je serai intéressé de connaitre vos distributions Linux « light » je suppose, et surtout de savoir si elles sont encore disponible en téléchargement car Ubuntu par exemple ne fera plus de 32bit (https://www.generation-nt.com/ubuntu-linux-iso-32-bits-desktop-actualite-1946625.html)
    PS: en fait s’est un AMD Athlon 3400+ http://www.cpu-world.com/CPUs/K8/AMD-Athlon%2064%203400%2B%20-%20ADA3400AIK4BO.html
    il a le SSE2 et SSE3

    Ubuntu semble plus réactif que Windows 7, déjà VLC ou le player inclus est aussi plus réactif, mais toujours lent, un peu plus de réactivité serait super

    Merci d’avance

    Répondre
  • 11 octobre 2017 - 10 h 47 min

    Maintenant pour le pc j’avoue que je prends du jetable. Ce sont devenu de simple objets de consultation. Moi j’utilise un hp Stream 13 avec des performances au rabais mais avec je consulte internet, je gère ma photothèque (+ retouche de base), je lis des vidéos, je tapote un peu de texte. Une configuration au rabais de 2014 + un linux mint et j’ai une machine très fiable.

    Pour madame, je prends une machine un peu plus évolué avec un disque mécanique et plus de ram car elle fait de la généalogie. Si la sortie de veille ou le redémarrage prennent quelques secondes de plus ce n’est pas non plus la mer à boire et son besoin est totalement comblé. Sinon, elle fait de la consultation comme moi.

    Le petit utilise un vieux HP-DM1 sont un processeur AMD, il a 5 ans (le pc) et il remplit parfaitement ses fonctions de consultations (boite mail, youtube, navigation) et permet de jouer à des jeux sans prétentions. Sa seule limite va se situer sur le multitâches.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *