Google Stadia : le futur du jeu vidéo ?

Google a enfin détaillé son offre Stadia avec l’annonce de ses tarifs, de ses zones de lancement, de ses fonctionnalités et de l’ensemble de son modèle économique. Alors Google Stadia sera t-il le raz-de-marée annoncé du jeu vidéo ?

Google a donc révélé tous les détails de son service de jeu en streaming Stadia. Un service annoncé en Mars dernier et qui promet du jeu en streaming pour tous. Si la mécanique de  fonctionnement de l’ensemble était déjà connue, il manquait les informations techniques et financières du service. 

2019-06-08 16_43_31-minimachines.net

Vendre un service dématérialisé est difficile, Stadia se concentre donc sur sa manette de jeu

Première nouvelle d’importance, Stadia concernera la France. Dès le mois de Novembre, il sera possible d’utiliser le service chez nous. Evidemment, il faudra disposer de la connexion suffisante pour pouvoir y prétendre. Sans re-expliquer la totalité du processus, je vous invite à relire le billet précédent pour faire le point sur le service, Google Stadia promet du jeu au travers du web. On ouvre son navigateur et, comme on irait sur Youtube pour voir une vidéo, on ira sur Stadia pour lancer un jeu. La mécanique n’est pas nouvelle, le jeu en streaming commence à avoir de la bouteille. Ce qui change ici la donne est à la fois l’emballage et la marque. 

Google Stadia est piloté par l’une des entreprises ayant le plus de poids sur le web aujourd’hui. Avec la recherche en ligne surtout mais également avec ses services comme Gmail ou Youtube. Si Google veut être présent sur ce secteur, c’est que la marque a déterminé que c’était le bon moment pour y être. D’un point de vue infrastructure comme d’un point de vue service. Google Stadia signe le début d’une bataille qui débutera donc en Novembre.

Point clé de cette offre, elle ratisse large. Et c’est la bonne méthode à employer pour lancer ce type de services. Google Stadia sera gratuit dans sa version de base et lancée en 2020. On pourra s’abonner au service sans avoir à débourser un seul centime d’abonnement dans la version de base. Une version Pro sera payante et coûtera 9.99€ par mois et sera lancée en Novembre avec un petit catalogue de jeux gratuits et des réductions négociées par le service sur les tarifs des jeux.

La vraie différence entre ces versions ? Celle  qui justifie ce changement de tarif ? La basique est limitée en qualité à une définition en FullHD.  La pro vous permettra d’atteindre une qualité UltraHD à 60 images par seconde. Cette différence est importante car elle permet de toucher intelligemment des publics différents, et c’est primordial pour le développement de l’offre. Il va sans dire qu’avec un Google Stadia gratuit, une énorme population va s’inscrire au service. Dès que les portes seront ouvertes en 2020, de nombreuses personnes, pas forcément de gros joueurs, vont s’abonner juste pour essayer.

Cela va permettre à Google de communiquer sur le public potentiel que son service peut toucher. Avec cette méthode, Google va pouvoir séduire les développeurs en alignant de gros chiffres. X millions d’abonnés qui pourraient être séduits par un jeu. Une force de persuasion conséquente pour la marque qu’elle va pouvoir conjuguer avec ses autres services et notamment ceux proposés par ses interactions dans Youtube.

2019-06-08 01_15_26-minimachines.net

Cela permet également de séduire les petites connexions. Google estime qu’il faut un minimum de débit de 10 Mbps pour pouvoir jouer décemment à ses jeux même si le débit véritablement minimal est de 5 Mbps. La gratuite d’accès va permettre aux internautes intéressés ne disposant que de ces 10 Mbps de tester le service et d’éventuellement acheter des jeux. Ils n’auraient probablement jamais tenté l’aventure avec ce débit si il avait été payant. La formule gratuite permet ici de ne pas freiner l’adoption du service. Au contraire, elle attirera les curieux, les joueurs du dimanche et tous ceux qui ne sont pas assez accros pour s’offrir une véritable machine de jeu. 

La version payante demandera évidemment des débits plus important, un accès à la fibre probablement avec jusqu’à 35 Mbps de débit pour profiter des services les plus complets. Jeux en UltraHD à un rythme élevé, son en 5.1. Cela correspond à un profil cohérent d’utilisateurs exigeants. Ceux qui s’offrent la fibre d’une part mais également ceux qui disposent d’un écran UltraHD pour accepter ce contenu d’autre part. 

Une fois inscrit au service, une fois enregistré dans la liste des clients, on pourra alors accéder au catalogue de jeu disponibles. Ces jeux ne seront pas gratuits, il faudra les acheter pour pouvoir y jouer. Comme chez n’importe quel diffuseur type Steam, GoG, Humble ou Epic. La grosse et primordiale différence, c’est qu’il ne sera pas nécessaire de télécharger ces contenus avant de pouvoir y jouer. Google veut un schéma le plus fluide possible entre l’envie de jouer et le jeu et dans la pratique, si vous êtes abonné au service cela peut aller très vite.

2019-06-08 16_43_21-minimachines.net

Vous regardez une vidéo Youtube concernant un jeu qui vient de sortir. A la fin de la vidéo, un lien spécifique apparaît vous invitant à vous rendre sur votre interface Google Stadia. Vous cliquez dessus et vous payez votre jeu. Vous pourrez alors y jouer au bout de quelques instants au lieu d’avoir à télécharger la totalité des données au préalable. On parle quand même de jeux faisant souvent plusieurs dizaines de gigaoctets de données d’un côté et de machines ayant tendance à réduire la voilure en terme de stockage pour choisir des SSD de l’autre. Cette situation est donc avantageuse pour de nombreux profils, c’est même un argument de poids pour les petites connexions puisque le format leur évitera des jours d’attente en téléchargement pour profiter d’un jeu.

Cela veut dire également qu’une fois le jeu acheté vous pourrez y jouer sur différentes plateformes immédiatement : PC, téléviseur via une Chromecast Ultra, smartphone, ordinateur portable sous Windows, MacOS ou ChromeOS ou même tablette… 

2019-06-08 11_42_58-minimachines.net

Google a fait ses courses auprès des studios les plus connus pour proposer un catalogue de jeux alléchants. Une première liste est apparue avec des titres très récents : Baldur’s Gates III, Ghost Recon Breakpoint, Assassin’s Creed Odyssey, The Division 2, Gylt, Destiny 2, Doom, Mortal Kombat 11,  Borderland 3… C’est un autre point clé de l’offre puisque Google ne permet pas un Pass pour jouer gratuitement mais juste un autre moyen de jouer. Les studios n’ont aucune raison de ne pas céder aux avances du système, au contraire. C’est pour eux un moyen de se débrider. Les studios n’auront plus à se limiter sur l’espace occupé par leurs jeux sur cette plateforme. Comme ils seront pré-chargés sur le serveur, ils pourront ajouter des cinématiques supplémentaires et pourquoi pas imaginer des versions “Google Stadia”. Les DLC seront disponibles immédiatement pour les joueurs et les packs contenant le titre de base et l’ensemble des ajouts supplémentaires seront à la portée d’un clic.

2019-06-08 16_37_27-minimachines.net

Tout rose l’avenir de Google Stadia ?

Il y a quand même quelques détails que Google va devoir régler et le premier est celui d’un débit suffisant pour ses clients. Pour le moment, on peut voir fleurir sur les réseaux de nombreuses remarques satisfaites d’internautes affichant le résultat de leur test de débit réalisé sur le site. Je vois pourtant pas mal de problèmes dans ce test. D’abord il est réalisé sur une trentaine de secondes, à un moment où le service n’est pas lancé et en dehors de tout autre usage.

2019-06-08 15_39_56-minimachines.net

Le scénario réel sera lié à un partage de connexion internet classique, c’est à dire plusieurs utilisateurs en parallèle sur la même connexion. Et le test de Google est très clair sur ce souci, il indique lui même le scénario idéal en demandant d’arrêter les téléchargements et le streaming du même réseau. La personne habitant seule dans un appartement fibré n’aura aucun souci à priori avec son débit mais il suffit de pas grand chose pour que l’expérience de jeu change radicalement. Maintenir le nombre de mégaoctets de débit par seconde nécessaires pour de l’UltraHD ou du FullHD en jeu ne sera pas de tout repos si vous partagez votre connexion. Un autre utilisateur qui veut regarder une vidéo en streaming, une session de surf dans la chambre à côté, de la TV via une Box d’opérateur, une mise à jour d’un ordinateur ou d’un smartphone et votre débit n’aura plus vraiment fière allure. Le mélange de plusieurs de ces éléments donnera un résultat surement très différent de l’expérience d’un test sur 30 secondes. Ceux qui ont joué en ligne à l’ère pré-ADSL, quand on se connectait en coupant la ligne téléphonique, comprendront aisément de quoi je veux parler. Le moindre autre usage de la ligne impactera immédiatement votre expérience de jeu.

Deuxième souci et pas le moindre, le coût de la bande passante demandée par Google Stadia pour les opérateurs. On se souvient du bras de fer entre Free et Youtube en 2012, les débits de l’opérateur sur le streaming de Free ont pendant longtemps été médiocres. Ce n’était rien en comparaison avec ce que va imposer aux opérateurs l’arrivée de Google Stadia.

2019-06-08 00_57_46-minimachines.net

A la différence d’une vidéo qui peut être mise en mémoire tampon, qui peut même se figer quelques instants avant de reprendre sans trop vous affecter1, le jeu en ligne ne supporte aucun ralentissement. Un quart de seconde qui se fige et vous êtes mort dans la plupart des jeux d’action. Un moment de ralentissement et vous ratez un événement important dans un jeu de stratégie. A la différence du streaming vidéo, l’instantanéité fait partie intégrante du jeu et si votre connexion se dégrade votre jeu se dégrade. Les fournisseurs d’accès vont donc se retrouver à gérer des pics de connexion gigantesques à partir de certaines heures.

Le retour de l’école par exemple, quand collégiens et lycéens débarqueront vers 17 heures pour jouer en ligne, sera un pic ahurissant en terme de débit. Je ne suis pas sur que les opérateurs voient d’un très bon oeil l’impact que cela aura sur leurs infrastructures d’autant que ce débit monstrueux ne sera compensé par aucune rentrée d’argent. Les FAI ne sont que les porteurs de données dans l’équation, ils ne sont pas dans la boucle de la transaction financière. Je ne doute pas un instant que ces derniers impactent d’une manière ou d’une autre le débit vers ce service.

Les utilisateurs les plus impactés seront clairement les utilisateurs payants, ceux qui débourseront 9.90€ par mois pour accéder à l’UltraHD. Avec une configuration optimale de 30 à 35 Mo/s à assurer pendant des heures de jeu, leur consommation en débit va devenir monstrueuse. 

vousvosjeux

Avec Google Stadia vous n’êtes plus propriétaire du jeu, vous le louez.

Autre questionnement, la question de la propriété du jeu. Lorsque  vous achèterez un titre à 40, 50, 60 euros ou plus sur Stadia, vous n’aurez, à priori, que l’accès à ce jeu et non pas la propriété de celui-ci. Google indique que si vous achetez un jeu avec un prix préférentiel grâce à un abonnement Stadia Pro et que vous vous désengagez de l’offre payante, vous pourrez continuer à jouer au titre grâce à Stadia Basic. Une manière de dire que vous aurez toujours un accès au jeu mais jamais la propriété de celui-ci. Uniquement un accès vers le service. Si vous déménagez vers un lieu qui n’est pas couvert par la fibre mais uniquement par un ADSL peu performant, vous pourrez être propriétaire d’un catalogue de liens vers des titres totalement injouables depuis chez vous. Si Google ferme son service à l’international ou dans un pays, vous perdrez la totalité de ce catalogue. 

2019-06-08 16_42_42-minimachines.net

Evidemment, pour les éditeurs cela à de gros avantages, à commencer par créer un gros rempart contre le piratage. Avec ce type de service, les éditeurs peuvent créer des contenus exclusifs pour encourager le service. Ils évitent tous les intermédiaires – sauf Google- pour la distribution du jeu. Le retour sur investissement est donc bien meilleur, ce qui pourra les encourager à baisser leurs tarifs plus facilement.

Le service leur assurera sans aucun doute un retour de données statistiques des plus précis. Les éditeurs sauront tout de leurs clients, leur âge, leur sexe, leur niveau d’études, leurs dépenses mensuelles  en terme de loisir et leurs jeux préférés. Ils pourront sans doute extraire des habitudes de jeux les passages qu’ils préfèrent dans un scénario, les jeux les plus rejoués, les attentes de ce public. On peut compter également sur Google pour proposer des moyens efficaces pour remonter des données nouvelles liées exclusivement au format jeu. Cela permettra au studio de cibler très précisément chaque compte. Si vous avez joué à Fifa l’année précédente, Google Stadia proposera à EA de vous mettre sous le nez une pub pour un Fifa de cette année. De vous vendre vos joueurs préférés, de vous proposer votre équipe de foot préférée et même d’imaginer des interactions qui correspondront au Mercato des joueurs en temps réel sur l’année.

2019-06-08 16_12_52-minimachines.net

Faut t-il se jeter sur la Founder’s Edition ?

Google annonce qu’une première salve d’utilisateurs pourra bénéficier du service en exclusivité avec un pack Stadia Pro intégré dans une offre “Founder’s Edition”. Il s’agit d’un abonnement comprenant 3 mois d’abonnement au service livrés avec une manette Stadia et une Chromecast Ultra pour faire l’interface entre votre écran et le service. On branche la Chromecast à son téléviseur de salon, on se connecte à Stadia Pro et on joue directement avec la manette. Les performances de la clé de Google ouvriront la possibilité de jouer en UltraHD en son Surround 5.1 sans soucis… Du moment que votre Wifi le permet. Ce pack à 129€ promet donc beaucoup de choses mais nul ne sait pour le moment comment il fonctionnera dans notre pays.

 La Chromecast Ultra se négocie à 79.99€ d’habitude, ce qui monte le prix de la manette Stadia à finalement très peu si on considère les trois mois d’abonnement à 9.90€ compris dans le pack. Reste qu’on ne sait absolument rien de son ergonomie pour le moment et que pour beaucoup d’utilisateurs, il sera sans doute préférable d’essayer d’abord le service en conditions réelles avec un PC, un abonnement basique gratuit et une manette. Google mettra surement à disposition des jeux pour pouvoir prendre en main son service.

2019-06-08 16_53_40-minimachines.net

Stadia Vs PC local ?

Google Stadia est une nouvelle tentative de jeu en streaming. Elle entre en concurrence avec d’autres dont Shadow qui va avoir bien du mal à exister face à cette offre même si son service est différent. J’imagine que la marque française aura toujours son public mais peut être une orientation plus pro à l’avenir. Google entre aussi en concurrence frontale avec Nvidia et son GeForce Now. Service toujours en bêta, toujours gratuit mais qui s’appuie sur un catalogue indépendant de la plate forme. Lorsque vous achetez un jeu sur Steam, vous pouvez y jouer sur GeForce Now. vous pouvez également télécharger le jeu sur votre PC et jouer indépendamment de tout service.

Avec ce service, le public visé est celui d’un joueur classique, celui qui ne s’offre finalement que quelques titres par an et pour qui l’investissement dans un PC capable de tenir le rythme imposé par les éditeurs en terme de matériel est trop élevé. Racheter une carte graphique tous les deux ans, mettre les mains dans le cambouis de son PC ou carrément remplacer son ordinateur portable n’est pas le rêve de tous les utilisateurs. De nombreux joueurs seront sans doute ravis de l’existence de ce type d’offre qui leur permettra de jouer sans se casser la tête ni subir les contraintes d’un PC de jeu.

2019-06-08 16_56_44-minimachines.net

La bande son originale de l’excellent Dead Cells vendue en vinyl

Cela dit, l’offre ne tue absolument pas le marché classique du jeu PC. Les collectionneurs seront toujours avides de posséder une boite de jeu bien réalisée ou de pouvoir jouer sans dépendre d’un service tiers. Les joueurs les plus acharnés ne supporteront sans doute jamais l’épée de Damoclès d’un bug de connexion, aussi infime soit t-il, dans leurs parties en ligne. Ils supportent déjà assez mal les petits ralentissements que subissent régulièrement les connexions les plus stables dans des échanges de données pourtant minimes.

Google se positionne ici de manière forte pour être le plus visible possible sur  ce marché. Quitte à y laisser des plumes financières pendant quelques années. A terme, le système devrait marcher sur la majorité des écrans connectés : Téléviseurs, smartphones, PC, tablettes. Le gros avantage de la manette Stadia est d’ailleurs dans le support d’une connexion Wifi directe. Pas besoin de la reconnecter en permanence à un nouvel appareil. Si vous quittez le salon et la Chromecast pour jouer une nouvelle partie dans votre bureau sur votre PC, la manette n’aura pas besoin d’être à nouveau appairée.

La force de Google Stadia, c’est sa simplicité. Une force qui rime souvent avec un certain manque de liberté.

Notes :

  1. On s’est en réalité accommodés de ce désagrément petit à petit. C’était une vraie plaie au début du streaming mais on se fait à tout finalement.
47 commentaires sur ce sujet.
  • 8 juin 2019 - 19 h 00 min

    Cela dit l’offre ne tue absolument pas le marché classique du jeu PC… ah bon ? Laisses moi te dire que tu te trompes. Le jeu classique est déjà mort (depuis longtemps sur pc). La dématérialisation est déjà partout. Plus de 70% à 90% des jeux sur PC selon les sites sont dématérialisés. Les collectionneurs ont déjà plus de boites depuis longtemps sur PC. Ce service va finir de tuer les rares boutiques. Steam doit deja faire dans son calbute et ce n’est surement que le début d’une superbe aventure. Finalement le seul inconvénient, c’est la bande passante, qui n’en sera surement plus une d’ici quelques années pour personne. Les prochaines consoles seront surement les dernières et permettront juste de pousser des services qui finiront pas ressembler a … stadia, au final .. De plus, le prix de l’abonnement .. CA NE COUTE RIEN VS UN BON PC OU UNE CONSOLE ET LES ABONNEMENTS QUI VONT AVEC … C’est juste, vraiment l’avenir du jeu vidéo. Fermez les bans … (je trouve ton article vraiment super. Merci pour la lecture, tu assures)

    Répondre
  • 8 juin 2019 - 19 h 37 min

    @Gibs:
    Tu confonds ce que je veux dire.

    Tu parles de dématérialisation et moi je parle de streaming.

    Le jeu classique c’est le fait de lancer son jeu sur son PC avec sa carte graphique et son stockage. Qu’il vienne de Steam ou d’un DVD, peu importe.

    Répondre
  • 8 juin 2019 - 19 h 48 min

    @gibs : tu confind comme le dit justement pierre.
    Et surtout : aucun jeu d action demandant des reactions tres tres courtes comme les street fighter ne peuvent etre joues decement en streaming. Meme a la vitesse de la lumiere, l information allez retour est deja plus longue que ce que les meilleurs joueurs peuvent supporter. Ce n estt pas pour rien que les manettes modernes gerent elles meme les interruptions et le chemin des signaux. La le streaming sera toujours inoperant

    Répondre
  • dja
    8 juin 2019 - 19 h 51 min

    Ca sent le bide à plein nez.
    Rendez-vous en 2021 pour la fermeture du service… un classique Google.

    Pierre, tu as raison sur le fait que si ca prend, les opérateurs fibre/adsl ne voudront pas encore une fois servir de variable d’ajustement. Il est donc fort possible qu’ils disent stop ou sortent une option (payante) pour continuer d’accéder à ce machin à gros débit.

    Répondre
  • 8 juin 2019 - 20 h 08 min

    Personnellement je ne vois pas d’avenir réel à Stadia, dans la forme qu’il est proposé : ne pas avoir la propriété de ses jeux et être dépendant d’une connexion internet irréprochable et surtout performante (ce qui est loin d’être le cas pour une grande partie de la population mondiale)… les plateformes comme Steam & Epic ont encore des années devant elles… Tuer le PC ou la console n’est pas pour demain (ni après-demain d’ailleurs).
    Je ne parle même pas de la position ultra dominante de Google dans de nombreux domaines et le fait que nos données personnelles soient de plus en plus passées à la loupe, utilisées, analysées, vendues…les gens gueulent après Facebook et partagent de moins en moins d’info dessus (c’est un fait)… et ils seraient prêts à en donner plus à Google ? J’ai comme un doute.
    Et… c’est un nième abonnement en plus (NetFlix/Amazon Prime/Spotify/…..)

    Répondre
  • 8 juin 2019 - 20 h 11 min

    Stadia fonctionnera si les exclusivités suivent sinon Geforce Now propose les mêmes services avec plus de libertés.

    Répondre
  • 8 juin 2019 - 22 h 03 min

    Personnellement je pense que ça fera un bide. Les “gros” clients potentiels ont déjà acheté des jeux – par dizaines, centaines – sur Steam par exemple et n’accepteront pas de devoir les racheter.
    C’est là que la vision de Nvidia est très juste via les partenariats avec Steam, Ubi et Blizzard.
    Le seul point qui penche en faveur de Google c’est la visibilité faite par les pseudos journalistes médiatiques qui passent sur les “grandes” chaines. Ils parlent de Stadia comme si c’était une nouveauté, éventuellement ils parlent du futur cloud de Sony et Microsoft mais oublient totalement GeforceNow, comme par hasard. Malhonnêteté volontaire ou simple incompétence ? Je me pose la question.

    Répondre
  • 8 juin 2019 - 22 h 37 min

    Je trouve que la logique est purement financiere: on transforme des proprietaires en locataires pour leur soutirer des sous régulierement plutot que de temps en temps. Et en plus, la contrainte de bande passante/latence me parait folle (j’ai bien plus de problemes avec mon Internet qu’avec mon LAN ou mes PC), et le ciblage douteux (ca vise les gros gamers, ceux qui ont le plus de chance d’etre deja équipés et de vouloir le rester et d’etre senibles aux lags).

    Perso je voulais une console Android de base a 100€ avec manettes et des jeux simples. J’en aurais achete 2 ou 4 pour les gamins (moi inclus ^^). Ca leur demandait 0 boulot juste un TV box un peu costaud et un tri des titres compatibles manette.

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 0 h 07 min

    @Pierre Lecourt:

    Ah ok désolé, j’ai lu un peu trop vite.

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 0 h 21 min

    @dja:

    Je me ferais un plaisir de revenir en 2021 quand vous serez tous passé sur Stadia :) Les joueurs de Street Fighter et les autres.

    En ce qui concerne les contrats Fibre, je pense que ca ne changera rien. Vous voyez le verre a moitié plein. 35 Mo/s (280 Mbit) ce n’est qu’une “petite” connexion fibre, je doute que ton opérateur fibre (hors Free … qui est à mes yeux un opérateur qui se fiche un peu du monde mais c’est un autre débat) ne puisse pas te fournir cette bande passante même en heure de pointe.

    De toute façon, comme d’hab, vous criez tous au loup et vous condamnez en empilant méthodiquement les points négatifs. La bonne mentalité Française qui a emmené notre belle industrie la ou elle en est. Ce n’est pas bien grave, le progrès lui s’en fiche. à 2021 quand vous serez tous passé dessus:)

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 0 h 36 min

    @ScoopEx:

    JE ne suis vraiment pas d’accord avec vous.

    Si on suit votre raisonnement, Netflix & compagnie n’existeraient pas aujourd’hui et Internet aurait 15 ans de retard.
    Libre à vous de préférer stocker un jeu que vous avez déjà terminé depuis des lustres, acheter un pc à 900+ euro ou une console a 400 balles avec tous les inconvénients qui vont avec (renouvellement, maintenance, upgrade) mais je pense que vous serez surpris de voir combien de gens ne sont pas d’accord avec ce mode de consommation.

    et apparemment vous êtes tous amnésiques, ca me rappel le début de Steam. Meme discours et pourtant … 17 ans plus tard.

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 9 h 15 min

    Moi j’attends de voir.

    STEAM était voué aux gémonies à sa sortie : c’était un boulet au pied, une prison dorée, …

    Je pense qu’à termes, Stadia (ou ce genre de service) a une vraie carte à jouer.

    Un pc gamer c’est 20/25€ par mois en moyenne en coût de possession en comptant le renouvellement de matos.

    Ici, pas besoin d’entretien de machine, c’est connect and play, du gaming cheatproof, … et pour ce qui est de la ritournelle “les joueurs ne vont pas tout racheter”. On en parle des jeux qui ont 5/10 ans sur steam et qui sont injouables sur win8/10 ? On en parle des xx% de jeux qui ne sont plus jamais joué ?

    Le joueur steam continuera à jouer à ces anciens jeux sur steam car il a encore sa machine et progressivement il jouera à ses nouveaux jeux sur stadia. Et au changement de machine, les jeux qui ont quelques années seront toujours jouables sur une machine dotée d’un APU Ryzen (s’il joue encore à des jeux de 5/10/15/20 ans…)

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 9 h 18 min

    Vous pensez presque tous de la mauvaise manière, il faut prendre en compte plusieurs choses comme :

    Le fait que ce géant se lance, même si il a déjà eu des échecs, ce n’est pas pour le fun.

    Aujourd’hui, et nous le voyons sur minimachines, de plus en plus de solutions Sont dépourvu de carte graphique cohérente, mais possède de solide processeur, de bon affichage, légèreté et autonomie.

    Tout le monde n’a pas le loisir de pouvoir se payer, stocker un pc.

    Énormément de connection VDSL2 à plus de 40 M/s en France, et comme dit plus haut on n’a pas à s’en faire pour les opérateurs et la bande passante vers ce service, il ne peuvent pas se permettre d’être à la masse face à un concurrent. Ils sont tous à l’affût d’un argument pour louer leur services.

    Je pense que ça va fonctionner, car il y aura plusieurs type d’utilisateurs, et même ceux ne souhaitant pas spécialement utiliser le service seront inviter à l’utiliser gratuitement, ou obligé face à une exclusivité comme le soulève Pierre.

    Beaucoup de question sont soulevé, dont la question de la propriété et de la fin du service, mais en soit cela ne gênera pas tout le monde.

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 9 h 31 min

    Steam and Co, c’est également de la location, la necessite d’une connection internet le prouve bien.
    Si les debits suivent, Stadia va tout emporter.

    Ca me fait mal de la dire mais de la gratuite pour du full hd c’est juste incroyable, pour du 720p cela aurait été différent.

    Peut être que l’offre gratuite sera dégradée par la suite, sur une limite dans les titres ou les temps de jeu, ou la définition. Mais là, comme ça, je ne vois pas ce qui empecherait un carton plein.

    Les fournisseurs d’acces en profiteront pour vendre des offres adaptées, et techniquement, les jeux et le systeme amélioreront pour la gestion des lags. La technique n’est pas un problème, c’etait la meme chose avec la photo, puis la musique, puis la video, la matrice nous attend… Neo sera notre sauveur.

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 10 h 09 min

    @ceux qui ont pas compris le propos ou qui font semblant de pas comprendre je dis que ça va faire un bide parce qu’il faut tout racheter

    J’achète un jeu sur Steam :
    – je peux acheter une clé en promo sur plein de sites
    – je peux y jouer sur GeForceNow
    – je peux y jouer sur mon pc

    J’achète un jeu sur Stadia :
    – je peux y jouer sur Stadia

    Ps : pour la démat, la “location” vous êtes à côté du sujet.

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 12 h 10 min

    Pour la 4k, on parle de 35 Mb/s et non pas 30 à 35 Mo/s, il me semble.

    Je pense que Stadia va rafler une grosse parte de marché, surtout auprès des joueurs occasionnels (et bien connectés à internet). Ils n’auront plus besoin d’investir dans une console pour pouvoir jouer. Plus besoin non plus d’attendre que les jeux se téléchargent et s’installent et se mettent à jour…

    Le support clavier + souris et manette (Stadia ou générique) est aussi prometteur pour toucher un maximum de joueurs. Le support du mastodonte Google va faire que les éditeurs vont assurer un support optimal jeux pour la plateforme.

    Les gamers PC traditionels resteront probablement sur Steam, pour profiter de leur collection de jeux et se tourneront plutôt vers vers Geforce Now. Les fans de certaines licenses Playstation, Nintendo ou Xbox resteront peut-être sur leurs plateformes. En tout cas, je pense que Stadia peut répondre aux attentes d’une bonne partie des joueurs.

    À plus long terme, les fonctions de streaming (Youtube) et de jeu collaboratifs peuvent aussi être un atout.

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 14 h 20 min

    @Nylan:

    Oui, par contre sur Steam, c’est pareil… tu achètes le droit de jouer, pas le jeux. Si Steam ferme, tes jeux sont perdus non ?

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 14 h 53 min

    @Nylan:

    Non non et alors ? J’ai des jeux sur Steam (et 2 sur GForceNow) ils resteront sur Steam point, rien à faire.

    Tu peux acheter une clé en promo ? ah nice …attends de voir le prix des jeux sur Stadia, ça te fera peut être changer d’avis.
    Tu peux y jour sur ton PC : Stadia aussi. sur console aussi, sur mobile, sur ta tv …
    Jouer sur GFForceNow : oh … osef, ca ne change rien.

    Ca ne va pas m’empêcher de prendre un abo ou pas (l’abo ne sera pas obligatoire pour jouer a ses jeux achetés ou déjà achetés) ou acheter des licences sous Stadia.

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 15 h 18 min

    Ce modèle peut facilement trouver son public et devenir dominateur.
    Mais comme dans youtube le prix d’un service gratuit sera probablement la pub et l’utilisation des données personnelles.
    Par ailleurs de nouveaux jeux gratuits avec de la pub comme sur Android vont probablement en profiter pour arriver sur des écrans plus grands comme les TV et écrans de pc. Les gros jeux vont eux envahir les familles sans pc ou consoles capables de les faire tourner.

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 17 h 29 min

    C’est l’avenir
    Pourquoi ? Car Microsoft et Sony se sont allié afin de proposer une solution streaming
    En clair les 2 leader du marché vidéoludique et ennemi se sont allié pour battre Google sur son terrain !
    Je pense aussi qu’on est face aux dernières consoles tel qu’on les connaît

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 17 h 58 min

    On comprend bien, en lisant les commentaires, que c’est l’avenir d’une partie du public et pas d’une autre. Les joueurs les plus passionnés continueront a préférer des solutions locales. Les joueurs plus occasionnels seront contents, si leur connexion le permet, de jouer sur Stadia. L’un n’empêche pas l’autre et les deux vont coexister.

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 18 h 28 min

    @Pierre Lecourt:

    En fait c’est l’avenir, ou un des avenirs possible. Il est valable pour les deux.

    Mais comme STEAM a son époque il y a des résistances aux changements. Ces résistances s’appelle latence, connexion internet … etc … mais avec le temps il est possible que tous les réfractaires (les soit disant passionnés ?) passent au Streaming comme tous le monde ou pas. L’avenir nous le dira.

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 18 h 42 min

    @Obarthelemy:

    Tu dis : Je trouve que la logique est purement financiere: on transforme des proprietaires en locataires pour leur soutirer des sous régulierement plutot que de temps en temps…

    Apparemment non, a partir de 2020 tu pourras arrêter ton abonnement a n’importe quel moment et passer a l’abonnement gratuit qui te permettra d’accéder à un fond de catalogue et continuer a utiliser tes jeux achetés ou même d’en acheter de nouveaux. Ton compte est donc permanent et immuable. Par contre je ne sais pas si tu perdras la 4k sur les jeux achetés ou non en fonction de ton abonnement ou si ça vaudra uniquement pour tout le reste. C’est extrêmement souple.

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 18 h 48 min

    @Pierre Lecourt:

    Je crois aussi que tu sous-estime un fait important. Super important ! on vieillit tous :) et nos priorités changent avec l’age, la famille et les hardcore gamers d’aujourd’hui sont les “casuals” de demain :)

    Bon j’arrête là :)

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 21 h 17 min

    @Gibs: je pense comme toi que ce service risque de toucher énormément de personnes et peut devenir un “standard”.

    Là où je ne suis pas du tout d’accord avec toi, c’est le moment où tu opposes progrès et mentalités méfiantes. Ça arrange beaucoup de compagnies et de lobby de faire croire cela. Toi, tu ne penses qu’à jouer, mais derrière y a un business énorme qui t’utilise comme un numéro. Les données personnelles sont la nouvelle matière première, un peu comme le pétrole, le blé, le charbon, etc. et Google a bien compris comment se faire énormément d’argent en exploitant et en vendant cette matière première. Google rend les gens dépendants à leurs services en leur proposant des plate-formes très faciles d’accès, ergonomiques, et gratuites.

    Ça l’a été pour Youtube, Gmail, Android et en voyant Stadia, je pense qu’on peu envisager une nouvelle dépendance dans le monde du jeu-vidéo.

    On ne fait que consommer, j’imagine même pas le futur avec entre le smartphone toute la journée, puis on se pose sur Netflix, on joue un peu sur Stadia, on dort, et c’est reparti. On travaille juste pour consommer.

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 21 h 22 min

    Moi je (Canard WC?) m’en fous, j’ai toujours ma Megadrive. Et ma Saturn. Et ma Dreamcast. Ils peuvent sortir tout ce qu’ils veulent par les zinternettes, mes consoles fonctionneront.

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 23 h 21 min

    @wanou: ah oui, le cheat proof c’est important et je l’avais raté.

    Répondre
  • 9 juin 2019 - 23 h 25 min

    Tant de bêtises et d’absurdités pro Stadia envoyés en mode spam. C’est Effrayant. Méconnaissance ou malhonnêteté volontaire ? C’est tellement gros, on dirait du troll

    Répondre
  • 10 juin 2019 - 1 h 11 min

    @Gibs: Les casuals de demain seront remplacés par des hardcore plus jeunes. Tout cela ne fait que se renouveler.

    J’aimerais bien quand même une étude d’impact de Stadia en terme écologique. Netflix et Youtube sont des horreurs écologiques sans nom. Stadia va être pire. A partir de quand cela va être interdit ? Réglementé ? Impossible a maintenir ?

    Répondre
  • 10 juin 2019 - 1 h 11 min

    @AntiK:

    Yep, moi je laisse tomber. On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif

    Répondre
  • 10 juin 2019 - 1 h 36 min

    @Nylan: Tu sais que j’ai accès aux IP des personnes qui commentent ?

    Répondre
  • 10 juin 2019 - 9 h 39 min

    @Pierre Lecourt:

    A une grosse différence prêt. Les nouveaux naîtront avec Stadia & co dans les mains, donc sans nos anciennes habitudes de consommation et ca, ca change tout et tout ton raisonnement tombe à l’eau pour le coup.

    Répondre
  • 10 juin 2019 - 9 h 46 min

    @AntiK:

    Ce n’est pas parce qu’un nouveau business model ne te convient pas que c’est le cas de tout le monde.

    Répondre
  • 10 juin 2019 - 9 h 47 min

    @Pierre Lecourt:

    Tout repose essentiellement sur des DataCenter gigantesques des uns et des autres. C’est valable pour l’ensemble des datacenter. https://www.lebigdata.fr/google-cloud-energie-renouvelable. Microsoft test des data center sous-marin, oui carrément au fond de l’eau. Des gouffres énergétique mais il y a beaucoup de recherches sur le sujet.

    Répondre
  • 10 juin 2019 - 11 h 09 min

    @Gibs: Pas vraiment. Regarde de jeunes joueurs acharnés de Tekken, ils jouent pas à la manette mais avec un Arcade Stick. Pourtant ils sont nés avec la génération manette des Xbox et Playstation.

    Les nouveaux joueurs de ce genre vont préférer la solution d’une machine perso pour jouer pour éviter tous les soucis de réseau. Pour le même genre de motif, la latence est trop punitive pour eux.

    @Gibs: Oui, ces datacenters sont des montres en terme de consommation énergétique. Les Datacenter c’est la même empreinte carbone que le trafic aérien aujourd’hui et depuis 2015 le streaming vidéo c’st plus de 60% du trafic web mondial.

    Netflix c’est environ 1560 Mo de données pour 1 heure en 1080P. 6240 Mo en UltraHD.
    Stadia c’est environ 9216 Mo de données pour 1 heure en 1080P. 16128 Mo en UltraHD.

    L’impact environnemental est énorme et balayer l’impact d’infrastructure pour les FAI d’un simple “ils vont s’arranger, ils ont pas le choix” me parait un poil compliqué. Ils ont le choix de pas y aller ou de proposer un abonnement “spécial Stadia qui doublerait de tarif”, c’st probablement ce que les US vont faire d’ailleurs. Et la question du prix du service se posera alors.

    Répondre
  • 10 juin 2019 - 12 h 03 min

    @Pierre Lecourt:

    Pour moi opposer les hardcore gamers et les autres et contre productif. C’est comme comparer les mélomanes aux autres. Dans ce cas la faut encore sous segmenter entre les ‘vrais” (les acharnés ?) et les “faux”. Ca ne tient pas debout. Non les jeunes qui jouent a Tekken ne jouent pas tous avec un Arcade Stick … mais quand bien même ? Rien ne t’empêchera d’avoir un Arcade Stick dans les années a venir, voir même les mois avenirs sur ce type de service puisque la manette ne sera pas exclusive, a terme il en sortira plein d’autres.
    La latence, c’est presque un faux problème, quand les latences de deux joueurs sont proches (5 ms vs 20 ms), on s’aligne sur la moins bonne dans la mesure du raisonnable pour ne pas trop avantager l’un ou l’autre des joueurs (dépendant du type de jeu et de la techno retenue).
    Les soucis réseau, c’est un problème pour ceux qui en ont et pas pour les autres qui eux, n’en ont pas et vont pourvoir en profiter plein pot. C’est ca qui est segmentant, rien d’autres.

    Comme tu dis ils ont le choix, on verra bien comment ça se passe. Ils ne l’ont pas fait pour Netflix en France, ni en Europe à ma connaissance malgré les pressions et les essaient (spécial dédicace pour Free qui a plié devant l’évidence, je crois qu’aujourd’hui ils mangent leur chapeau, j’espère pour eux qu’il est bon), donc je ne crois pas, objectivement que ça arrivera, mais c’est possible, ce qui n’empêchera, de toute façon, pas ce genre de service de cartonner. L’Europe n’est pas l’Alpha et l’oméga pour les GAFA (et les boites Européenne qui veulent réussir).

    Bon, je ne vais pas passer mon temps a réagir et sur-réagir, je vais passer pour un vieux troll (dixit je ne sais plus trop qui :)) Il semble que nous ne soyons absolument pas d’accord mais ce fut un échange intéressant.

    Répondre
  • 10 juin 2019 - 15 h 01 min

    @Gibs: “Pour moi opposer les hardcore gamers et les autres et contre productif.”

    Je ne les oppose pas, je dis que justement les deux mondes vont probablement coexister. Les utilisateurs de stadia qui vise un profil plus casual et ceux qui préfèrent leur propre materiel et sont dans un profil de plus passionnés.

    Pour Netflix & co, la demande est très différente encore une fois avec celle de Stadia : Le débit est moindre et ne nécessite pas une réaction en temps réel permanente. Netflix ou Youtube, c’est du streaming et de la mémoire tampon. Stadia c’est du débit énorme en permanence et en temps réel Tu ne peux pas pré-calculer l’action du joueur à l’avance pour la mettre en mémoire tampon. Cela fait une énorme différence.

    Ce n’est pas de la mauvaise volonté d’un FAI mais si un quartier s’intéresse d’un coup à Stadia en ultraHD il est probable que la structure physique du FAI derrière ne lui permette tout simplement pas de leur fournir le débit suffisant pour qu’ils puissent tous jouer convenablement simultanément. A moins que le FAI réinvestisse massivement dans sa structure sans aucune retombée économique liée à cet investissement mais juste ne pas voir partir les clients ailleurs. De deux choses l’une donc, on va avoir des offres fibre Stadifiées comme on a des offres fibres “cinéma” avec un surcoût qui prendra en compte les frais de gestion de l’opérateur. Chez SFR entre l’offre de base à 38€ par mois pour 400 Mb/s et l’offre premium à 53€ par mois à 1 Gb/s il y a déjà une marge. Mais on pourrait voir éclore une offre “premium gaming” à 60 ou 65€ par mois avec une garantie de latence ou un “débit constat garanti” pour Stadia et consorts. Il faudra ajouter ce tarif à celui du service.

    On peut également avoir un scénario d’opérateurs qui vont laisser couler et voir les concurrents se retrouver a gérer cet afflux de nouveaux clients très exigeants en débits en temps réel simultané. Clients qui seront de moins en moins rentables donc et qui impacteront les autres clients historiques.

    On verra bien.

    PS : Tous les joueurs de Tekken en compétition jouent avec des Arcade Stick.

    Répondre
  • to
    10 juin 2019 - 16 h 58 min

    Est-ce que le reseau internet francais peut encaisser un debit aussi intense ?

    Répondre
  • 11 juin 2019 - 8 h 10 min

    Petits rires moqueurs.

    Je vois pas vraiment l’intérêt de proposer ce qui existe déjà sauf si on est capable d’offrir ce que les autres n’offrent pas .

    GOOGLE c’est un GRAND mais dans le jeux autre que sur ANDROID ,c’est pas un SONY ou un MICROSOFT .

    Le jeu sur console ou PC n’a rien a voir avec ce qu’est le jeu sur tablettes ou smartphones .

    Franchement ,donné 130 euros pour ce pack en retirant 30 euros de l’abonnement de 3 mois ,cela fait 100 euros pour un Chromecast et une Manette .

    Si ,je prends le problème en joueur ,j’achète une X-360 ou une PS-3 d’occasion et je m’abonne chez SONY ou MICROSOFT.

    Je pense pas être IDIOT en disant que la console ou le PC GAMING sont OPTIMISE pour le jeu .

    Le support ,si j’en prends mon jeu PS-4 au regard qu’a l’insertion du Blues Ray ,il va sur le serveur SONY charger la dernière version de mon jeu ,je me demande si ce support n’est pas avant tout un système de déverrouillage me permettant le chargement sur un support SONY .

    Le VRAI/FAUX support ,un support physique qui rassure l’acheteur et un support numérique qui garanti que SONY contrôle la distribution du jeu .

    En prenant pour référence ma dernière visite sur le store JEUX de chez SONY ,je découvre que même la PS-4 offre le téléchargement de jeux PS-2 , a croire que nostalgie et budget font bon ménage .

    Ceci dit je vois mal une clé CHROMECAST gérée seule les nouveaux jeux mêlant solo et multijoueur en ligne même avec une définition en 1900*1080 en 60 images secondes .

    Je suis septique quand j’allume ma SHIELD et que dans les jeux on me propose METRO REDUX car même en couplant mon petit PC et ma carte Nvidia 730 c’est sur que j’ai pas la puissance pour jouer a ce jeux .

    Imaginons que mon PC soit assez vaillant pour stocker rapidement une partie du jeu avant que j’avance dans ce jeu . Je vois mal la SHIELD résoudre la gestion de l’image et ma position dans le jeu .
    Quand a ma télé LCD n’étant qu’en HDMI 1.3 ou 1.4 ,elle gérera pas la vidéo aussi bien qu’une télé en HDMI 2.0 .

    DONC simple impression d’annonce et d’essai de placement sur le marché pour GOOGLE .

    INVERSEMENT SI GOOGLE TROUVE DES ALLIES DANS NOS FOURNISSEURS INTERNET LA DONNE POURRAIT CHANGER .
    Imaginons ORANGE vendre son service JEUX a GOOGLE puis distribuer des BOX compatible GOOGLE disposant d’une sorte de CHROME OS pour les gérer .

    Ces box offertes par les diffuseurs Internet placerai alors GOOGLE en position dominante sur le marché .

    RESTE LE PLUS GROS PROBLÈME DE LA DIFFUSION INTERNET ,si les usager son équipés ,NOS FOURNISSEURS INTERNET MANQUENT POUR BEAUCOUP DE SERVEURS ,juste sur le marché USA et EUROPE ,il parait que c’est des millions de serveurs .

    Ajoutons future diffusion de vidéo en 4K ,multiplication de l’usage d’internet ,utilisation plus intense du jeu en ligne (chargement ou jeux pratiqués) .
    La question deviens de savoir si les réseaux de distribution du flux INTERNET peuvent suivre ?

    Répondre
  • 11 juin 2019 - 9 h 43 min

    @Pierre: Attention GeForce Now ne permet plus de lancer n’importe quel jeu Steam. Il faut qu’il soit dans la liste des 500 jeux supportés désormais. Ca inclus Farming Simulator et TurboFishing 2018 mais pas Overcooked ni Towerfall par exemple…
    Cela rend le service beaucoup moins intéressant pour remplacer un PC.

    Répondre
  • 11 juin 2019 - 10 h 23 min

    @gibs : non aligner les latences sur la plus faible ne resoud rien pour les jeux de combat ou d action ultra rapide. Cela tue encore plus le jeu au contraire… 20 ms a SF, que tous les joueurs l ai ou non est fatal au jeu…

    De meme, si on defini le hard core comme celui qui a vraiment besoin du jv par opposition au casual qui joue juste comme ceal, il faut faire la difference au contraire. Le casual sera comme tu le dis : 20ms la belle affaire, j arrive toujours a jouer meme si je ne peut pas vraiment controler exactement le timing a l image (par prediction). Un hard core ne voudra pas de ce genre de solution, il est plus la pour s impliquer totalement dans le jeu (c est ma definion du hard core, pas forcement celle de tout le monde)

    @pierre : juste pour info, juridiquement il n y a aucune différence entre streaming, dvd ou autre : on n est jamais propriétaire d un code, on en a l usage (usufruit on dira, on est propriétaire du support nuance) et c est tout. Donc légalement cela ne change rien.

    De meme, hélas, les derniers jeux dvd necessitent quand meme une connexion de vrification qui empechera de jouer si le service tombe ou autre.

    Je reste fervent de la possession du support et des patch pour le faire tourner au cas ou :-)

    Répondre
  • Mez
    11 juin 2019 - 12 h 49 min

    @Sylvain:

    A mon avis la grosse différence est que Nvidia est un constructeur de carte graphique alors que Google un acteur du web et du cloud , et mine de rien ça change pas mal la donne.
    Du coup Nvidia n’a vraiment pas intérêt à fournir un service trop fermé, exclusif et de mettre des bâtons dans les roues aux différents stores qui sont plus ‘partenaires’ que concurrents. (d’autant que, ce n’est pas anodin justement, Google se fourni chez AMD pour Stadia)

    Répondre
  • 11 juin 2019 - 13 h 08 min

    @pourechange:

    Le jeu de combat est typiquement le jeux qui ne se jouera pas en streaming. C’est une classe de jeux à part. Premièrement ce sont des jeux locaux, on ne fait pas de online dessus. De plus, tu peux jouer avec une snes, une dreamcast, une wii, une ps4, ça ne change rien au plaisir du jeux car le seul plaisir c’est de se foutre sur la gueule par l’intermédiaire d’un écran. Du coup, même sur un PC asthmatique, une box android famélique, on trouvera le jeux qui va bien pour ressentir ce plaisir.

    Pour tout le reste, le streaming est une solution satisfaisant car de toutes façons l’input lag de n’importe quel machine est aujourd’hui très significatif (ce n’est pas rare d’avoir du 50/100ms).

    Répondre
  • 11 juin 2019 - 14 h 20 min

    Tiens, je vais faire l’avocat du diable pour mettre un peu les pieds dans le plat (ça me changera :) ).

    Tous les commentaires sont incomplets, car Google a déjà gagné : comme il contrôle l’internet et les pubs, il fera en sorte que Stadia soit incontournable, qu’il a toujours existé.
    Par répétition, bourrage de crane, il va amener tout le monde à utiliser Stadia : on branche, on se connecte et ça marche. Pour cette génération d’utilisateurs de mobiles qui consomme de l’instantané, c’est parfait.
    Certes, il y aura encore quelques hardcore gamers qui vont compenser avec leur grosse machine, quelques retro gamers qui vont chérir leur console (encore que les neo-rétro, ceux qui se croient vintage -avec la toujours dernière version de retropi- seront trop heureux de montrer leur nouveau dada vintage sur le “online retropi” de Stadia…), mais la grande masse des joueurs, souvent occasionnels, vont vite switcher sur Stadia : plus d’install, plus de prise de tête, on peut changer de jeux à gogo, et surtout (au début) ça va être gratuit. Et c’est compatible avec le WAF, en plus.

    Et rien que la gratuité…. Google a déjà gagné.
    Car, s’il y a des pertes de débit, personne ne râlera car c’est … gratuit.

    Et les jeux style Tekken qui se jouent à la milliseconde ? Le plus simple est de les faire disparaitre, pour les remplacer par des jeux qui pourront se satisfaire des lags. Et voilà !
    (vous ne me croyez pas ? Pourtant, jouez-vous encore à Tétris, arkanoid & autres oldies ?)

    Le problème, avec les GAFA, c’est qu’ils ne démarrent une guerre que lorsqu’ils l’ont déjà gagnée….

    Ayé, il a foutu le bordel dans les esprits, il sort … :)

    Répondre
  • 11 juin 2019 - 15 h 07 min

    Stadia …pas pour moi

    1. trop de latence, et j’aime pas
    2. pas exactement écologique …
    3. image compressée …lorsque c’est statique ça va, dès que ça bouge trop…ça se voit !
    4. J’aime trop jouer pour pardonner les points ci dessus

    heureusement, Nintendo est là ( et Sony …. et Krosoft …et GPD :D)

    Répondre
  • 12 juin 2019 - 11 h 00 min

    @stardreamer

    RIRES ,GOOGLE a GAGNE .

    GOOGLE est le petit nouveau qui arrivent ,pour que GOOGLE GAGNE ce match faut d’abord que nous les JOUEURS SOYONS ASSEZ CONS POUR LE LAISSER GAGNER .

    Désolé mais si ANDROID gagne une part de jeux c’est aussi grâce a certaines applications genre ePSX et autre émulateurs NINTENDO .
    C’est pas un hasard si GPD a sortie la GPD XD et GPD XD+ et réussi sur ce créneaux de vente quand SONY semble avoir jeté l’éponge et Microsoft ne pas être prêt .

    J’imagine volontiers un gros investissement en serveurs chez MICROSOFT ou SONY pour devenir plus incontournable sur le marché du jeux vidéos .

    Imaginons maintenant un NINTENDO avoir lui aussi accès a de nombreux serveur .

    RESTE t’il une place a GOOGLE face a SONY ,MICROSOFT & NINTENDO car les trois ensembles écrasent largement le prétendant au trône .

    Si il y a une PS-5 en route et une nouvelle XBOX qui se prépare (ou existe déjà en test) c’est que l’acheteur de jeux vidéos a une certaine attentes des EDITEURS et d’un SUPPORT PHYSIQUE .

    Sinon ,il est clair qu’une PS-4 PRO ou une XBOX-ONE PRO a ce qu’il faut dans la boite pour afficher un jeu un temps réel et avec un graphisme 4K .

    PERSO ,je râle chaque fois que ma PS-4 charge face au temps de chargement de ma XBOX 360 alors je me vois pas avec une DAUBE made in GOOGLE pour JOUER .

    L’argument du GRATUIT ne fais pas la vente chez moi .
    C’est vrai qu’on ne change pas 30 ans de jeux console et micro ordinateurs en 5 petites minutes .

    Entre la DAUBE GOOGLE et une NVIDIA SHIELD II ,je prends la NVIDIA si celle ci offre un emplacement SDD .

    Répondre
  • 13 juin 2019 - 10 h 20 min

    @wanou : je suis ok avec toi sauf avec la latence des commandes : ne pas confondre l input lag qui est du au televiseur et au passage par les puces, et le fait non suppressible du temps de retard de la commande lié à l’ordre lui meme.

    J ai un moniteur sans aucun input lag. Un grand nombre de tele mis en mode game n a que peu d input lag (perso elle est en dessous de 5ms).

    Par contre, les jeux d action rapide (les danmaku , les shoot rapide de competitions, etc)à sont soit en local, soit sur des reseaux “court”. Dans tout les cas, il est necessaire que la distance parcourue par l information soit suffisement courte pour ne pas gener le joueur.

    Je précise que je suis entierement ok avec toi pour le reste et que je ne critique pas specifiquement stadia sur ce qu il peut proposer. Je dis juste que contrairement a ce que pense gobs, un certain nombre de jeux ne pourront jamais etre viables en treaming ou en mode stadia, meme pour des personnes nouvelles.

    Pour mon cas, je ne serait pas client stadia parceque je n adhere pas au double paiement : abonnement pour acceder et acheter ses jeux, je suis fan du pass microsoft (abonnement me donnant acces a suffisement de bons jeux)

    Ensuite j ai du mal avec le streaming parceque les jeux apparaissent et disparaissent a la guise de la societe. Ce qui est plus acceptable pour netflix (pour un film on a le temps d ele voir, pour une serie bon on attend).
    Alors qu un jeu ou on s investit fortement, le perdre est genant. D ou ma nuance entre hard core gamer (qui s investi) et casual gamer (qui ne s investi pas).

    Et puis j ai du mal avec ceux qui, pour conforter leur opinio, vous expliquer que le plus recent est le plus mieux et qu’on se trompait dans le passe avec netflix and co. je rappelerai que le cimetiere est plein de trucs “plus recents” qui ont echoues (3d and co par exemple) et que les les reussites a la netflix sont rares…

    Et meme en vieillissant, , desole mais on peut rester hardcore gamer (c est une question de passoin et d implication)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *