Google Cloud Print va tirer sa révérence

Google annonce vouloir débrancher son service Cloud Print d’ici la fin de l’année 2020. Un énième renoncement de la part du moteur de recherche sévèrement concurrencé sur ce secteur par de nombreuses autres solutions.

Le Google Cloud Print est un service assez pratique qui permet de connecter une imprimante compatible ou un PC relié à la fois à une imprimante et à Internet pour s’en servir depuis n’importe quel autre périphérique. On envoie son document dans les nuages et l’imprimante ou le PC prend alors le relais pour lancer votre impression.

2019-11-22 04_35_26-minimachines.net

Google Cloud Print a eu beaucoup de succès depuis une dizaine d’années parce qu’il propose un usage totalement transparent pour l’utilisateur qui peut se servir de son imprimante avec son PC classique, un portable en local ou à distance mais aussi un Chromebook ou un smartphone ou une tablette. Du moment que l’engin accède à Internet, il peut imprimer.

2019-11-22 04_35_06-minimachines.net

A ses débuts, les imprimantes compatibles avec les fonctions d’impression de smartphones n’étaient pas très nombreuses et assez chères. Les suites logicielles des smartphones étaient également assez restreintes niveau impression… Et puis, le temps a passé et non seulement de plus en plus de constructeurs d’imprimantes se sont mis a apporter des fonctions de connexion au réseau accessibles mais ils ont surtout développé des applications plus robustes pour piloter ses impressions sur tout type de supports. ChromeOS avait beaucoup motivé Google pour développer ce service afin d’éviter d’avoir à développer des milliers de pilotes pour les imprimantes disponibles sur le parc au lancement des Chromebooks. Le système est passé à CUPS, le service d’impression Linux qui utilise des standards établis afin de continuer à imprimer. Ces évolutions ont rendu quelque peu inutile l’usage de Google Cloud Print. Surtout à une époque où on se demande par où transitent nos données…

2019-11-22 04_37_02-minimachines.net

Quoi qu’il en soit, Google a décidé de ne pas sortir le service de sa bêta qui dure depuis plus de 10 ans et débranchera totalement cette fonctionnalité le 31 Décembre 2020. L’application est toujours disponible sur Android mais il ne reste donc plus d’un an pour que chacun trouve une alternative… Ce qui ne devrait pas être trop difficile.


Soutenez Minimachines.net !
16 commentaires sur ce sujet.
  • 22 novembre 2019 - 14 h 46 min
  • 22 novembre 2019 - 16 h 54 min

    Bon courage à ceux qui croient en Stadia.
    Buvez bien, vous aurez besoin de larmes.

    Répondre
  • 22 novembre 2019 - 17 h 19 min

    “Le système est passé à CUPS”. Oui, mais c’est une fausse joie quand on veut imprimer en local, car c’est toujours sans permettre l’impression en local USB depuis un chromebook.
    Sauf à entrer la ligne de code qui va bien dans un fichier de la conf linux, après avoir installé Ubuntu avec Crouton. et ça fonctionne très bien. Et si je peux le faire, Google pouvait le faire, puisqu’à la découverte de l’imprimante, le système serait allé cherché le pilote linux.

    La réalité, c’est que Google voulait ABSOLUMENT VOIR ce qui était imprimé par les utilisateurs. Pour en savoir plus sur eux. Stratégie de captage, comme celle utilisée par le clavier Google pour android pour capter SMS, texte, formulaire, mot de passe, etc. Toujours trouver un moyen de s’intercaler entre l’utilisateur et son objectif, afin de capter ses données personnelles.

    Si Google abandonne maintenant, c’est que ce n’est plus “rentable”, càd qu’ils peuvent trouver l’information ailleurs (je ne sais pas vous, mais j’ai beau avoir une armée de solutions anticookie, script ou pixel caché, ne jamais conserver mon historique, je me sens de plus en plus profilé, Google a des parades pour tout, quitte à s’en tenir à l’IP que nos FAI veulent fixes pour nous fliquer).
    Ou alors on imprime de moins en moins. Parce qu’on publie de plus en plus sur les réseaux, ou en PDF et ça, ça se capte très bien.

    Plus besoin de soutenir le service. Comme pour l’appli Picasa: plus besoin de la maintenir puisqu’on peut proposer une solution “presque” équivalente sur nos serveurs et ainsi capter toutes les images (moyennant sauvegarde gratuite)…

    Répondre
  • 22 novembre 2019 - 20 h 04 min

    Depuis le temps que je dis que google est la version digitale du mal…

    Répondre
  • 23 novembre 2019 - 5 h 03 min

    Mais alors quelles sont les alternatives pour imprimer à partir d’un smartphone android vers une imprimante réseau ancienne (qui n’a donc pas de drivers android) ?

    Répondre
  • 23 novembre 2019 - 9 h 13 min

    @Schmurtz:

    Parfois les constructeurs ont leurs propres solutions qui fonctionnent pas mal/

    Répondre
  • 23 novembre 2019 - 10 h 52 min

    Une raspberry avec installé dessus CUPS et Xsane est une bonne alternative pour faire un serveur Scan/Impression

    Répondre
  • dja
    23 novembre 2019 - 10 h 55 min

    La NSA a du se rendre compte qu’il n’y avait aucun document interessant qui circulait via le Cloud Print et a donc validé la fermeture du service ;-)

    La solution, utiliser nextcloud avec la printer app.

    C’est le black friday bientôt. Vous investissez 300 euros dans un NAS avec 2 x 2To ou 4To.
    Et vous en profitez par la même occasion pour sortir vos informations personnelles (photos, documents) des Cloud publics américains.

    Répondre
  • 24 novembre 2019 - 7 h 33 min

    @dja:

    C’est quand même une solution très partielle. Si ta maison crame ton NAS ne fera pas mieux qu’un bête disque sur externe.
    Personnellement mes données (importantes) sont présentes sur :
    mon disque d’ordinateur
    en synchro sur second pc et également sur un troisième PC qui n’est pas chez moi
    sur un hdd de sauvegarde, sur une clé USB (quand je me déplacé en vacances je la prend avec moi) et j’ai une clé USB dans mon bureau au travail
    dans un cloud (spideroak)

    tout ça m’aura coûté moins de 300€ et en terme de temps c’est 1 à 2h par mois pour le contrôle de l’intégrité des données et la mise à jour des sauvegardes en dur.

    Répondre
  • 24 novembre 2019 - 14 h 42 min

    @ dadou
    et amazon, faceboock, microsoft, apple pour ne citer que les plus grands, ce ne sont pas les versions digitales du mal ? c’est notre époque qui veut ça, et 90% des gens s’en contente du moment qu’ils peuvent consommer, consommer, consommer…

    Répondre
  • 24 novembre 2019 - 20 h 57 min

    Tu as raison mais les temps changent. Tu peux rooter ton Android virer Google etc.

    Des solutions plus libres sont en vue. D’ici là mieux vaut être prudents et informés.

    Répondre
  • 24 novembre 2019 - 21 h 39 min
  • 24 novembre 2019 - 21 h 45 min

    Je dois vraiment être un attardé, j’imprime toujours en usb avec la meme imprimante depuis plus de 10 ans…

    Répondre
  • dja
    25 novembre 2019 - 1 h 33 min

    @wanou: Je n’ai pas dit que tu ne devais pas/pouvais pas backup ton nas aprés.

    Le problème c’est que les gens sont picousés aux services mobiles et cloud. Exemple ici, ils ne vont plus savoir comment imprimer ;-)
    La réappropriation et l’internalisation des datas en passant sur une solution simple comme nextcloud est une alternative viable et abordable pour beaucoup de gens qui hésiteraient sans que ce soit trop disruptif pour leurs habitudes… il faut valoriser ce mouvement et l’encourager même si il peut te paraitre incomplet. C’est déjà tellement mieux que d’avoir toute sa vie sur un Cloud Google.

    Pour ma part, la config, c’est 2 zfs+ecryptfs de 14To efficace sur 2 machines différentes en replication (simplement rsync-ssh) à 600 km de distance. Ca fait le job.

    Répondre
  • 26 novembre 2019 - 6 h 34 min

    @Le Breton: Ouaip ! Mais dans dix ans seulement si Stadia dure aussi longtemps que Google Cloud Print. Une partie d’entre eux ne jouera peut-être même plus à ce moment là. Il y a des consoles qui durent moins longtemps (Wii U par exemple)…

    Répondre
  • 27 novembre 2019 - 0 h 16 min

    @Madwill: Intéressant, mais vu que c’est un fork de LineageOS, je vais rester sur ce système là, qui me parait plus stable (/e/ annonce fièrement ne pas être stable!)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *