Gemini Lake et Coffee Lake, les puces d’Intel disponibles en 2017

Les futures puces d’Intel commencent à sortir du brouillard. La publication d’une feuille de route pour les générations Gemini Lake, Cannon Lake et Coffee Lake nous donne quelques éléments à nous mettre sous la dent pour comprendre la stratégie de la marque pour 2017 et 2018. Avec des solutions assez vastes qui vont de 4 à 45 Watts de TDP, Intel prépare une segmentation de performances très semblable à celle d’aujourd’hui.

Gemini Lake ? Skylake ? Braswell ? Kaby Lake ?  Difficile à suivre, les générations de coeurs d’Intel n’en finissent plus de se développer et de se multiplier. Dans la même appellation Core aujourd’hui, il y a non seulement plusieurs gammes et références mais également plusieurs générations qui sont encore sur le marché. Un phénomène qui n’aide pas à la lecture d’une fiche technique et qui refroidit probablement plusieurs acheteurs ne sachant pas trop où placer leurs économies. Cette problématique devrait encore s’accentuer en 2017 avec l’apparition de nouvelle gammes.

Intel LAke

De Coffee Lake à Gemini Lake jusqu’en 2018 sur Anandtech

Tick, tock, tock, tock. Qui est là ? C’est Coffee Lake !

Tick-Tock ce n’est pas une blague, c’est le bruit de métronome qu’Intel a imposé à ses ingénieurs pendant des années avant de se prendre les pieds dans la loi de Moore. Loi qui estimait qu’un doublement des performances des puces aurait lieu tous les deux ans, ce qui a été le cas pendant pas mal d’années. On comprend donc la volonté pour Intel de coller à cette loi en imposant un rythme à ses ingénieurs. Tick, on invente un nouveau processus de gravure pour un nouveau processeur plus rapide, Tock, on l’affine, on l’améliore, on l’optimise.

tick-tock-tock-tock

Il y a peu, Intel a modifié cette stratégie, en grande partie parce que pour la respecter il fallait affiner encore et toujours son processus de gravure de processeurs. Graver plus fin. En quelques années, on est passé de 45 nanomètres à 32 nanomètres. De 32 à 22 puis à 14. Là, les choses se sont gâtées, car descendre sous ces 14 nanomètres est assez compliqué, très coûteux et pas forcément justifiable économiquement et commercialement. Intel a donc décidé de rajouter un Tock en continuant sur le 14 nanomètres. Et voici que se prépare le troisième tock sur le 14 nanomètres avec Coffee Lake.

Attention, ceci n’est pas un aveu d’échec industriel, la Loi de Moore a toujours été mise en avant par son inventeur comme un postulat, pas comme une règle. Essayer de lutter contre des principes de physique qui régissent l’univers est toujours assez compliqué. Lutter contre la pesanteur sans parachute, soulever 1000 fois son poids quand on n’est pas une fourmi ou graver un processeur avec un marteau et un burin. C’est toujours compliqué de postuler en 1965 ce qu’il adviendra de l’informatique en 2010 et plus.

C’est par contre un échec marketing, en s’appuyant sur sa cadence de métronome pour mettre en avant pendant des années ses capacités sans concurrence, Intel se retrouve désormais coincé face à son propre argumentaire. Il aurait peut être été utile que les gens de la pub poussent les portes des bureaux des types en blouses blanches avant de se décider pour cette stratégie de communication.

Intel LAke

CFL tout à droite pour Coffee Lake

Coffee Lake se présente donc comme une seconde bosse dans le gros tapis laineux de la Loi de Moore. Le troisième Tock d’Intel sur la finesse de gravure en 14 nanomètres. Une optimisation des performances en 14 nano après Broadwell, Skylake et l’actuel et très récent Kaby Lake. On apprend ici que Coffee Lake est prévu pour le second trimestre 2018. Il sera déployé dans les gammes de processeurs U et H. Des gammes qui correspondent à des dépenses en énergie spécifiques matérialisées par leur enveloppe thermique appelée TDP qui s’exprime en Watts. C’est exactement la même chose quand vous choisissez un radiateur dans un magasin de bricolage, vous regardez ce qu’il dégage en chaleur et c’est exprimé en watt. Vous comprenez assez vite la différence entre un radiateur qui annonce 500 watts et un autre qui en propose 3000. Non seulement le second chauffe plus mais il aura une incidence beaucoup forte sur votre facture d’électricité.

C’est pareil pour les micro-ordinateurs. Plus le nombre de watts est élevé dans ces TDP, plus la note s’annonce salée. Non pas d’un point de vue économique mais d’un point de vue autonomie. On parle ici de gamme de processeurs pour portables et intégrer une solution avec un TDP de 45 watts signifie intégrer des batteries conséquentes pour survivre à plus de 60 ou 90 minutes d’utilisation. Deux gammes de puces Coffee Lake seront donc disponibles. La 45 Watts dite H pour les gros portables classiques du type 15 pouces et plus, et la gamme dite U qui se contentera de 15 à 28 watts, et qui sera sans nul doute moins performante, pour les ultraportables.

Parmi les grosses différences entre Skylake, Kaby Lake et le futur Coffee Lake, le nombre de coeurs ! Les deux premiers processeurs de la gamme U sont des doubles coeurs quand la nouvelle architecture en proposera quatre ! Un doublement qui est une première dans ces tranches de TDP. Sur la gamme H, on passe de quatre à six coeurs, ce qui est là aussi tout neuf dans les mœurs du fondeur.

On remarque en passant que la fenêtre de tir de Kaby Lake est très courte pour Intel, pour la gamme U, la feuille de route lui donne tout juste l’occasion de souffler une bougie avant d’être remplacée par Coffee Lake…

Intel LAke

CNL pour CaNnon Lake

Cannon Lake, de 15 à “5,2 watts”, enfin presque

Cannon Lake fait également très fort pour couper les pattes sous le pied de Kaby Lake qui n’aura pas non plus le droit de vivre très longtemps dans le reste de la gamme U et dans la gamme Y des processeurs de la marque. La gamme Y, c’est celle des ultraportables à petit écran et des  hybrides. La U est plus large avec des machines allant du PC classique plutôt entrée de gamme au ultrabooks en passant par les solutions souples à charnières rotatives de 11,6 à 15,6 pouces.

Toujours gravée en 14 nanomètres, la version Cannon Lake ne change pas grand chose dans la gamme U : Même TDP annoncé, même nombre de coeurs et même circuit graphique. C’est sur le papier et dans les grandes lignes la même puce que Skylake et Kaby Lalke…

Il y a, en revanche, du changement dans la gamme Y avec les mêmes éléments de base mais une légère hausse du TDP annoncé. Il passe des “4,5 watts” habituels rencontrés sur les deux génération précédents en 14 nanos à “5,2 watts”. Ça ne va pas dans le bons sens mais les plus attentifs auront remarqué le gros paquet de guillemets positionnés ça et là dans le texte autour de ces annonces de watts. Il s’agit d’un TDP dit flottant. C’est à dire une température visée par la puce et par Intel mais pas forcément super atteinte tout le temps. Les actuelles solutions en 4,5 watts fonctionnent déjà ainsi. Elles annoncent 4,5 watts parce qu’elles tournent entre 3 et 6 watts la plupart du temps. Mais en mode Turbo, elles peuvent monter bien plus haut pendant un temps très court. 15 Watts ne leur font pas peur de temps en temps avec une grosse conséquence sur leur dégagement de chaleur et, à très court terme, une baisse rapide de cette fréquence pour venir éteindre leur embrasement. Intel a mis au point toute une série de mesures pour gérer tout ce petit monde et prend, par exemple, désormais en compte la température du châssis1 de votre portable pour ajuster la fréquence de la puce.

Ces 5,2 watts sont donc donnés à titre estimatif, suivant votre usage, le positionnement de votre machine sur un duvet en plume d’oie ou sur un support ventilé, la fréquence et la dépense en énergie pourront être totalement différentes pour un même portable.

Intel LAke

GLK pour Gemini LaKe

Gemini Lake qui vient remplacer Apollo Lake

Apollo Lake vient d’être annoncé, il remplace la génération de processeurs Braswell dans la gamme N de nos machines préférées. Portables et MiniPC vont donc profiter d’un 2017 sous le signe de cette nouvelle génération avant de se voir à leur tour bousculés par Gemini Lake qui reprend les grandes lignes des développements précédents. Jusqu’à quatre coeurs et un fonctionnement de 4 à 6 Watts.

On peut donc s’attendre à voir débarquer dès le quatrième trimestre 2017 des Pentiums et Celeron Gemini Lake avec des spécificités qui devraient ressembler aux solutions d’aujourd’hui. en gardant les mêmes TDP, Intel ménage ses partenaires puisqu’il ne faudra pas trop ajuster les machines que l’on connait actuellement pour les passer à la nouvelle puce. On peut donc déjà s’attendre à une modification du fond, le processeur et d’autres composants, mais pas de la forme des MiniPC habituels.

Lenovo Yoga Book

Le Lenovo Yoga Book, une machine impossible à construire sans un Atom

Pas une ligne sur les Atom ?

Si Intel a tué sa future génération d’Atom à destination des mobiles, la marque n’a rien fait savoir sur les actuels Atom Cherry Trail qui sont toujours produits et qui se vendent toujours aussi bien sur le marché des tablettes et des MiniPC. Des géants comme Lenovo qui sortent des solutions novatrices comme le Yoga Book, ne peuvent pas le faire sans un support comme l’Atom X5-Z8500 et ses 2 watts de TDP. Qu’est ce qu’Intel a prévu pour eux ? Tuer ce marché ne semble pas pertinent, de nombreuses solutions ont techniquement besoin de la poursuite de cette gamme de processeurs à très faible TDP et dont les performances sont suffisantes pour de multiples tâches. Est-ce qu’Intel va refaire le coup de la précédente génération d’Atom Nxxxx qui, à force d’immobilisme, a fini par se faire totalement dépasser et disparaître ? Ou est-ce que la marque a prévu quelque chose pour l’avenir. Le dernier Cherry Trail en date est récent, le x7-Z8750 est sorti au premier trimestre de cette année. Est-ce que le fondeur prévoit des nouveautés en 2 watts pour 2017 ou 2018 ? Pour le moment, c’est difficile à dire. une partie de la gamme Atom se détourne vers l’Internet des Objets mais on peut encore espérer une gamme de puces à destination des tablettes et des solutions sédentaires que sont les MiniPC.

atom-iwtb

D’ailleurs, le graphique de cette feuille de route a été coupé et se poursuivait encore vers le bas… I want to believe comme dirait l’autre.

 

 

Notes :

  1. Active Skin Temperature Management
7 commentaires sur ce sujet.
  • 16 septembre 2016 - 14 h 44 min

    Ah mais je pensais qu apollo lake était ma relève des atom preuve qu’on ne comprends rien à leur gamme
    Donc aucune suite est prévu pour le cherry trail ? Peut être qu intel en a marre de voir ses solutions dans du matos chinois cheap mais c’est dommage les tablettes hybrides c’est cool de plus que Microsoft pousse vers l expansion de ce genre de solution si on s’en référe aux conditions d’obtention d’une licence Windows 10 gratuite.

    Répondre
  • 16 septembre 2016 - 15 h 06 min

    La grosse difference entre Skylake et Kabylake c’est la decompression H265 par hard, et la sortie HDMI2 avec [email protected] Tres important pour les HTPC de salon (si ca existe encore).
    Moi je voulais monter un nouveau PC ce mois ci, helas pas de cartes Kabylake sur le marche avant noel au moins. Je risque de devoir acheter un Skylake 14nm à la place. Grrrr…

    La gravure à 14 nanometres etait deja sortie avec un an de retard, alors les 10 nanometres c’est pas pour demain… Or, si Intel veut etre present dans l’iphone 8 ou 9, il va falloir etre capable de graver des ARM en 10 nanometres avant Samsung et les autres.

    Répondre
  • 16 septembre 2016 - 15 h 13 min

    @zhir: Je crois qu’Intel ne se fait pas trop d’illusions pour les iphones…

    Répondre
  • 16 septembre 2016 - 16 h 26 min

    @zhir: Je crois que les fondeurs qui savent graver plus fin que Intel, c’est pas non plus demain la veille…

    Répondre
  • 17 septembre 2016 - 6 h 42 min
  • 17 septembre 2016 - 20 h 34 min
  • 19 septembre 2016 - 16 h 47 min

    Les noms successifs de toutes ces puces ne m’évoquent strictement rien depuis longtemps, j’ai laissé tomber ces annonces tous les 3 mois et n’achète plus de PC, le mien me suffit, je suis pas pressé du MHz.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *