Le marché du disque dur a presque été divisé par deux en 2022

Le monde du disque dur n’en finit pas de sombrer, les ventes de 2022 ont été sabrées presque de moitié chez les trois plus gros constructeurs.

Le disque dur n’est clairement plus à la fête. Chez Seagate, Toshiba et Western Digital les ventes de l’année dernière ont été catastrophiques. On parle d’une contraction de 40% en moyenne sur le segment pour l’année 2022.

Tous les constructeurs de disque dur ne s’en sortent pas de la même manière mais le marché est clairement à la baisse. Partant de chiffres 2021 déjà peu brillants, ceux de 2022 continuent de marquer l’érosion de cette technologie de stockage face au SSD. On n’imagine simplement plus un fabricant proposer un ordinateur portable avec un disque mécanique et cela se ressent encore et toujours dans les chiffres. 92% des portables vendus dans le monde en 2022 étaient équipés d’un SSD. Un nombre qui devrait grimper à 96% en 2023. Les rares engins qui proposent encore un emplacement 2.5″ équipés d’un disque dur ont également un SSD à leur bord et il ne reste plus beaucoup de temps avant que leurs unités les plus larges ne soient remplacés par des solutions électroniques.

Le stockage SSD a conquis tous les marchés

Même le segment de l’entrée de gamme est totalement décroché du monde mécanique. Il est préférable pour un constructeur de proposer un engin avec un SSD bien plus réactif que de continuer à proposer un disque. Même si le prix de revient est plus cher au gigaoctet, la clientèle sera plus réceptive à un engin rapidement efficace qu’à une solution proposant plus d’espace disque.

Trendfocus analyse les chiffres et annonce une contraction de 40 à 42 % par rapport à l’année précédente. Seagate est toujours le numéro 1 du marché avec 15 millions de disques durs vendus soit une baisse située entre 41 et 43% sur un an.  Western Digital suit avec 12 millions et entre 37 et 39% de baisse et Toshiba qui ferme le podium avec 7,8 à 8 millions de produits vendus pour quelque chose entre 40 et 43% de baisse ! Le total de disques durs vendus pour 2022 tombe quelque part entre 35,2 et 36,4 millions soit entre 40 et 42% de baisse.

Cette érosion est à peine limitée par les stockages secondaires comme les disques externes et les NAS. Ainsi que par une demande plus faible du monde du serveur. Le marché du Cloud ayant apparemment cherché à optimiser son stock et ses solutions tout au long de 2022 plutôt que de réinvestir en masse. On peut néanmoins noter des tendances intéressantes sur le secteur. Ainsi le segment du disque dur 3.5″ a largement baissé mais celui du 2.5″ a augmenté au quatrième trimestre de 2022. 15% de ventes en plus sur la période, liées probablement à un usage de stockage secondaire avec des solutions externes. Un effet qui a toujours lieu après la rentrée scolaire et qui est lié autant au comportement en « vacances » d’été qui génère beaucoup de photos et de vidéos mais aussi à des achats de rentrée. A contrario, les espoirs d’un investissement important dans le monde de la vidéo surveillance et sa gourmandise pour des stockages 3.5″ n’a pas porté ses fruits.

La question qui commence à se poser est dans la pérennité même de ce marché. Si le monde du serveur reste toujours intéressé par ce type de stockage aux capacités supérieures à celles des SSD. L’univers de l’ordinateur personnel y semble de moins en moins perméable. Problème pour les géants de ce secteur, comment continuer à proposer des produits et consacrer les ressources nécessaires à de la recherche pour améliorer leurs services sans un écosystème qui les soutient ? A terme, le risque est donc de voir les géants ne s’intéresser qu’aux modèles les plus rentables, les solutions serveur, et délaisser totalement les stockages pour les particuliers. Une porte de sortie pour ce secteur du stockage mécanique serait d’investir dans des solutions à très haute densité de stockage, quitte à perdre en vitesse d’accès et de lecture. Une formule mécanique secondaire totalement orientée stockage et non pas exploitation. Un usage qui pourrait à nouveau séduire le grand public mais qui demande probablement de forts investissements.

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

18 commentaires sur ce sujet.
  • 18 janvier 2023 - 17 h 35 min

    Si le fait est réel ,je pense quand meme que le disque mécanique a divers avantages .
    Prenons par exemple ma console PS-4 qui dispose d’un disque externe de 2 Terra Octets et payé 100 euros .
    Je pense pas que j’aurai stocké mes jeux pour moins cher sur un SDD .

    Le prix du SDD amène aussi les fabricants de Portables a limité le stockage interne de la machine .
    Vendre un portable avec moins de 512 Go me semble limite ,pour 400 euros mon portable a 256 Go .
    Pour 1000 euros mon portable de jeux n’a que 512 Go .

    Je pense que la conception électronique actuelle facilite la construction de SDD ,par contre avec un peu de recherche ,il serai certainement possible d’offrir des disques dur classique plus cher mais avec plus de stockage.

    Au risque de dire un truc idiot ,pourquoi limité le HD au format 2 pouces et demi ,la technologie permet certainement a un 3 pouces et demi de consommé pas bien plus qu’un plus petit disque .
    La surface de stockage du disque change et limite aussi le nombre de plateaux et de tetes .

    Refaire du Quantum BIG-FOOT en remplaçant le 5 1/4 par un 3 1/2 par exemple .

    Répondre
  • 18 janvier 2023 - 17 h 54 min

    Personnellement, tous mes HDD sont maintenant dans des tiroirs. Même mes sauvegardes sont passées sur SSD. Les disques durs ne me servent plus que d’archives hors ligne (ce que ne permet pas un SSD).

    Répondre
  • gUI
    18 janvier 2023 - 17 h 55 min

    @ptitpaj: La taille standard pour un HDD est 3,5″. Les 2,5″ visent les ordis portables (et les machines très intégrées).

    Tous les NAS sont en 3,5″ par exemple.

    Répondre
  • 18 janvier 2023 - 18 h 12 min

    Avec des SSD 2To à moins de 100€, le particulier a de moins en moins besoin de disques durs.
    A part les NAS et les archives/vidéos, pas trop d’intérêts…

    Répondre
  • 18 janvier 2023 - 18 h 47 min

    Si les SSD ont le vent en poupe, qu’en est-il de leur durée de vie par rapport aux HDD ?
    Quand il s’agit de grosses bases de données avec énormément d’écriture et de ré-écritures plusieurs centaines de gigaoctets chaque jour… rien ne vaut un HDD, qui ne s’arrête que si l’on doit recharger le système d’exploitation.

    Répondre
  • 18 janvier 2023 - 18 h 59 min

    @Laurent Simon:
    Le SSD pour du stockage, peut-être. Mais attention au moins à ne pas en recycler des vieux et avoir qq chiffres en tête!
    Car la durée de rétention des données est toujours limitée. Et elle baisse avec l’usure (liée aux cycles d’effacement, par secteur de mémoire flash entier précédent une écriture, ne serait-ce qu’un bit qui change).
    Typiquement, on est à 10 ans pour un secteur neuf (jamais effacé) et on tombe sous l’année sur un qui est rincé (et on est désormais souvent à quelques milliers de cycles en MLC/TLC… quand on était à 100k en SLC). Voir en dessous car bien souvent cela fonctionne encore au delà des specs de nb de cycles d’effacement.

    Attention aussi aux températures d’utilisation et même stockage. L’impact sur ces durées est sévère, la chaleur est l’ennemi.
    On laisse le SSD dans un tiroir qq mois, on veut relire sa précieuse sauvegarde. Et c’est perdu.

    Répondre
  • 18 janvier 2023 - 20 h 04 min

    @JeanM64: @JeanM64: Je ne suis pas d’accord avec tes craintes et encore moins tes conclusions.

    À titre privé comme professionnel, j’ai viré tous les HDD pour réduire les risques de panne, augmenter la durée de vie des supports et leurs performances. Ça fait pas mal d’années maintenant que je n’utilise que des SSD (de très bonne qualité), et c’est vraiment tout bénef sur les tous les plans. Mes premiers SSD ont plus de dix ans. Aucun n’a jamais eut de problème (juste une mise à jour de firmware sur un modèle) et, le plus important, contrairement au disque dur, leur mort est parfaitement prévisible et planifiée. Un disque cassé, des données perdues, pour l’instant, je ne sais plus ce que c’est, alors qu’avant ça m’arrivait pratiquement une fois par an.

    Par expérience, s’il survit aux premières semaines d’utilisation, et que son firmware est maintenu à jour (les bugs sont le risque principal), la probabilité de panne d’un SSD est assez faible et n’évolue pas avec sa durée d’usage. Elle est en tout cas sans commune mesure avec celle d’un HDD. En dix ans, sur une vingtaine de SSD, si j’exclus celui qui a lâché juste après sa mise en service (défaut du produit), je n’ai jamais eut aucune panne.

    La durée de vie d’un HDD est beaucoup plus aléatoire et imprévisible. Pour un même usage, un même modèle de disque peut durer 15 ans ou seulement 3. Avec un HDD, on joue à la roulette. Les données SMART sont incapables de permettre de prédire l’avenir. Elles permettent juste de constater au plus tôt les dérives et ne sont réellement utiles que si le décès du disque n’est pas trop brutal. Sur le plan de la fiabilité, le seul avantage que je voie au HDD, c’est que, quand l’accident arrive, il est souvent possible de récupérer une partie des données dans le cloaque qui reste après la catastrophe. Ce qui est rarement le cas avec un SSD. Dans tous les cas, le meilleur moyen de se protéger de la perte d’un disque, c’est d’écrire en RAID sur au moins deux disques. Les sauvegardes peuvent aussi aider, mais servent surtout à se protéger des défaillances de l’utilisateur plus que de celles du support de stockage.

    Le bilan fait chaque année par Blackbase sur les 2500 SSD de leur plateforme cloud démontre sans équivoque le gros gain de fiabilité qu’ils ont eut en passant du HDD au SSD : https://www.backblaze.com/blog/ssd-drive-stats-mid-2022-review/

    Répondre
  • 18 janvier 2023 - 20 h 15 min

    @yann: Pour ce qui est des cycles d’écriture, le SSD a un avantage énorme sur le HDD : On sait exactement où il en est et quand il va mourir. De plus, cette limite est vraiment énorme sur un (bon) SSD.

    Pour ce qui est de laisser un SSD dans un tiroir, tu as parfaitement raison. Mais, tes références m’ont l’air d’être assez anciennes. Les SSD récents conservent leurs données beaucoup plus longtemps que ça en offline. J’ai lu récemment que l’on en serait à 10 ans alors que j’en étais resté à un an. Quelle que soit la valeur, c’est pour cette raison que les HDD ne me servent plus que pour conserver des données offline. C’est le seul cas où j’estime, jusqu’à preuve du contraire, qu’ils sont plus fiables que les SSD.

    Répondre
  • 19 janvier 2023 - 8 h 49 min

    en souvenir des fabricants de bandes magnétiques et de disquettes 5 1/4 et 3 1/2 ^^’

    Répondre
  • 19 janvier 2023 - 16 h 52 min

    Un combo HDD/SSD serait intéressant.
    Tout ce qui est boot et fichiers consultés souvent on met sur le SSD mais les fichiers lourds et peu consultés HDD.

    Répondre
  • 19 janvier 2023 - 18 h 43 min

    @Pierre : « a question qui commence à se poser est dans la pérennité même de ce marché. Si le monde du serveur reste toujours intéressé par ce type de stockage aux capacités supérieures à celles des SSD. »

    Certes, mais, spécifiquement sur ce marché, la simple capacité de stockage n’est qu’un des paramètres de l’équation, la durabilité du support de stockage en est un autre : au regard des volumes de données qui transitent quotidiennement sur les serveurs, le TBW d’un SSD, mm de bonne qualité, ne permettra pas d’encaisser les charges exigées sur le long terme.

    Répondre
  • 19 janvier 2023 - 19 h 04 min

    Entre les tarifs abusifs, la multiplication de pseudo gammes de disque inutiles pour gonfler les tarifs artificiellement, cela ne pouvait qu’arriver.
    J’aimerais bien remplacer les disques mécaniques de mes NAS, j’ai encore espoir que les tarifs redeviennent raisonnable

    Répondre
  • 19 janvier 2023 - 22 h 33 min

    @Laurent Simon:

    C’est amusant, j’ai l’expérience inverse. J’utilise du HDD pour le stockage et SSD uniquement pour le système. Ce que je vis, c’est qu’un SSD, c’est largement moins fiable. En mécanique, j’ai eu autant de panne en 20 ans qu’en 4 ans sur les SSD. J’ai plutôt dans les 33% de panne. Et je ne prend pas de marque inconnue : Intel, Sandisk, Samsung, Crucial, Kingston…
    Après, tu parle de « très bonne qualité ». Le problème, c’est que c’est très vague : Je prends quoi ? Qu’est-ce-qui fait de c’est de très bonne qualité ? Comment tu fait la différence pour savoir lequel acheter ? Si tu as un truc pour n’avoir que du fiable, je ne dit pas non…

    @X3N0:

    Même si je croise les doigts pour que le mécanique reste accessible, je suis d’accord avec toi. Les fabricants de HDD se foutent bien de la tête du client. Entre les gammes artificielles, les refus de donner des caractéristiques pourtant essentielles (CMR/SMR), les inondations qui ont servies d’excuses durant des années pour maintenir les prix au plus haut, les tarifs gonflés sur les modèles internes par rapport aux externes. Je ne suis pas contre le fait s’ils se prennent un retour de flamme.

    Répondre
  • 22 janvier 2023 - 9 h 39 min

    @Yannick: J’ai une vingtaine de SSD. Tous des Samsung Pro sauf 2 Crucial MX. Je n’ai rien de particulier pour reconnaître les bons. J’ai acheté du Samsung Pro au départ. J’en étais satisfait, j’ai continué. Les Crucial sont récents. Ils n’ont que 2 mois. C’est un essai de SSD « eco ».

    Répondre
  • 22 janvier 2023 - 14 h 53 min
  • 23 janvier 2023 - 8 h 30 min

    @pierre
    Dans le titre, divisé, pas divisée.

    Participe passé et auxiliaire avoir, point d’accord avec le sujet. Qui de toute manière est masculin. Pile au moment où je m’inquiète du cp que vivent mes enfants, coïncidence désagréable.

    Répondre
  • 25 janvier 2023 - 9 h 54 min

    @ptitpaj:
    Je suis complètement d’accord avec toi : l’avantage du disque dur étant pour le stockage longue durée et gros volumes, mettre cette techno sur des encombrements un poil supérieur semble certainement très pertinent.

    Répondre
  • 30 janvier 2023 - 23 h 06 min

    les HDDs y’a eu une évolution en 10ans ? Comparons avec la précédente décennie !

    Gros modèle de l’époque :
    2022 : 20To 500€
    2012 : 3To 125€ (153€ avec l’inflation) (capa x6,7, prix x3,2)
    2002 : 80Go 160€ (233€ avec l’inflation) (cap x37,5 en 10ans !, prix /1,5)

    Franchement y’a plus d’évolution de cap, par contre le prix augmente sans fin!

    côté SSD :
    2022 on trouve du 8To à 780€ (/2,5 la capa du HDD x1,5 le prix)
    2012 c’était 128go à 130€ (/23 la cap du HDD de l’époque pour un prix similaire)
    2002 ça n’existait pas vraiment

    Bref autant y’a 10 ans la question SSD / HDD se posait, là on est dans le marché de niche sans compter que le HDD gros volume est hors de prix !

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *