Les nouvelles stations de travail Dell sous mémoire CAMM

Dell annonce une nouvelle gamme de stations de travail qui remplacent la mémoire SoDIMM par de la mémoire DDR5 de type CAMM.

CAMM est l’acronyme de Compression Attached Memory Module, un nouveau format de mémoire vive DDR5 développé par Dell en remplacement de la mémoire SoDIMM classique. But du jeu pour le fabricant, proposer un seul module plus plat au lieu d’un jeu de modules classiques sous la forme de barrettes. Dell annonçant que le format CAMM est 57% plus fin que la mémoire SoDIMM et permettrait donc des intégrations encore plus poussées des composants dans un châssis mobile. Au sein des stations de travail en question, cela permettrait sans doute de gagner quelques millimètres d’épaisseur au final.

CAMM est également une solution plus dense que les barrettes de mémoire classiques : avec un seul module CAMM, Dell peut intégrer 128 Go de mémoire vive dans un PC. Il faut aujourd’hui additionner quatre emplacements SoDIMM pour quatre barrettes de 32 Go pour une capacité équivalente en DDR4 ou DDR5. Les constructeurs déploient en général des emplacements de mémoire de chaque côté de la carte mère ou choisissent des solutions mixant mémoire soudée à la carte mère avec des emplacements libres au format SoDIMM.

Autre point intéressant, la possibilité de monter 128 Go en DDR5 4800 MHz ce qui est techniquement impossible aujourd’hui avec 4 modules de 32 Go de DDR4 qui seront limités à de la DDR5 4000 Mhz. Cela ne touche qu’une fraction de machines. Dell n’a pas communiqué sur les mémoire DDR ECC de ses solutions CAMM, un élément pourtant prisé sur les stations de travail surtout avec des capacités aussi élevées.

On comprend également l’intérêt pour Dell de proposer un seul élément avec le CAMM. D’un point de vue montage, le constructeur dispose ici d’un unique élément à assembler avec une réflexion probablement poussée en amont pour penser à la robotisation de l’opération. La solution CAMM est fixée à la carte mère via un ensemble de vis qui viennent prendre le module en sandwich et le presser contre un connecteur. Un panneau arrière vient fixer solidement le tout. Si cela a été pensé pour être assemblé de manière mécanique, cela permet à Dell d’intégrer le module CAMM de son choix sur la chaine en une seule opération. Pas besoin de se compliquer à vie pour assembler des modules de mémoire souvent disposés en étages les uns au dessus des autres. On peut laisser un robot piocher l’unique module CAMM nécessaire et l’installer dans la foulée. Ce qui colle bien avec l’offre sur-mesure très travaillée par Dell sur son site.

Dell indique que si le format CAMM est bien une de ses inventions, il est libre et peut être employé par toute l’industrie. La marque espère en effet en fait un nouveau standard. Ce qui peut se comprendre car économiquement parlant être l’unique client de ce type de technologie n’est pas une très bonne affaire. Si Dell fait fabriquer sur mesures des modules CAMM pour lui seul, les prix ne sont pas prêts de dévisser aussi rapidement que les solutions SoDIMM partagées par toute l’industrie. Il n’y aura pas la même concurrence entre les différents assembleurs pour proposer des modules moins chers. A vrai dire, si le reste de l’industrie de suit pas Dell dans cette voie, je ne donne pas cher de ce format.

Et c’est peut être pas plus mal, à vrai dire. Car il suffit de se mettre dans la peau d’un acheteur final pour voir le souci posé par le format. Outre la difficulté d’assemblage par rapport à une solution SoDIMM, on ne voit pas très bien quel gain le nouveau format apportera. Une machine plus fine ? Sur une station de travail ? La belle affaire… Gagner 3 mm sur une engin de ce type n’apporte pas grand chose en règle générale si ce n’est moins de connectique et plus d’adaptateurs en tous genres .On imagine bien Dell compenser un engin plus fin avec la vente d’un dock adapté pour compenser le problème lié à la finesse de la machine.

Un adaptateur CAMM vers SoDIMM…

Est-ce qu’un acheteur pourra trouver un module CAMM dans le commerce pour remplacer l’ancien ? Peut être, un jour, si la sauce prend. Et pour combien ? Quel tarif pour ces solutions somme toute très spécialisées ? Ou alors il faudra passer par un adaptateur CAMM vers SoDIMM comme l’image ci-dessus ? Mais alors, si c’est possible ? Où est le gain annoncé en épaisseur ? Il y a la place pour installer des modules SoDIMM mais on préfère installer un module CAMM parce que c’est plus fin ? Cela n’a pas de sens.

L’autre problème étant que le module CAMM est unique et ne peut évoluer qu’en remplacement d’un autre. N’est t-il pas préférable d’acheter un portable avec des emplacements SoDIMM libres pour anticiper une évolution ? Si on doit remplacer des modules SoDIMM de 16 Go par des modules de 32 Go, on pourra intégrer les anciens dans d’autres machines. Au contraire des solutions CAMM qui resteront forcément plus difficiles à recycler.

A vrai dire, il n’y a qu’un marché le module CAMM a du sens à mes yeux, celui des engins ultrafins : les ultraportables et autres tablettes. Des machines qui pourraient bénéficier de ce type de mémoire au vu de leurs designs. Mais si Dell intègre ses CAMM à des stations de travail, généralement assez imposantes, c’est parce que leur prix est pour le moment trop élevé pour rendre un ultraportable compétitif sur le marché. Les tarifs importants des stations de travail permettent de noyer le poisson. Le calendrier de cette sortie étant pertinent pour la marque puisque le prix de la DDR5 est pour le moment également très élevé, cela permet de gommer un peu le coût de ce type de solution. Mais à terme ? Quand la DDR5 va commencer à baisser et si Dell reste seul à proposer ces modules ? L’offre finira par être bien trop chère pour être poursuivie.

Je n’ai rien, en général, contre les nouveautés techniques et les formats qui évoluent. J’ai plus de mal à les voir issus des laboratoires d’un fabricant comme Dell. Surtout quand leur seule promesse est de rendre des engins plus… fins et non pas plus performants, plus silencieux ou utiles. Quand Intel sort un format Thunderbolt de ses laboratoires, je comprend bien l’intérêt pour le marché comme pour le client final. Quand le consortium USB définit un nouveau format, c’est la même chose. Le gain de cette évolution profite réellement autant aux fabricants qu’aux consommateurs. Idem pour des développements comme Vulkan ou AV1. Mais s’embarquer dans un format de mémoire comme CAMM pour gagner quelques millimètres d’un côté et enfiler des menottes techniques qui vont nous lier au bon vouloir de mise  à jour d’un unique fabricant. Cela me parait beaucoup plus délicat.

Il est plausible que le marché évolue de format à l’avenir avec l’arrivée de futurs standards comme la DDR6. Et il est possible que ce format passe par des solutions type CAMM avec des connecteurs autrement plus riches en interface que les broches de nos modules. Cela dit, ce standard a tout le temps de naitre, de se développer, d’évoluer et d’être adopté par le marché. Car évidemment, le CAMM DDR5 d’aujourd’hui n’assurera jamais une évolution possible vers un format futur comme la DDR6.

Source : PCWorld

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

8 commentaires sur ce sujet.
  • hle
    27 avril 2022 - 9 h 49 min

    > il n’y a qu’un marché le module CAMM a du sens à mes yeux, celui des engins ultrafins.
    Oui, mais la concurrence va pas se privé de souder directement la mémoire. Moins cher et plus compacte et permet une segmentation de l’offre à la manière d’Apple. Ce dernier, lui est passé à l’étape suivante de l’intégration, puisque la mémoire est intégré avec le CPU/GPU.
    Je pense pas que DELL soit très suivie sur la voie du CAMM !8v)

    Répondre
  • 27 avril 2022 - 12 h 16 min

    A la rigueur, on pourrait y voir un intérêt pour des machines industrielles spécifiques nécessitant une certaine finesse. Sinon, je reste pour le format standard actuel. Si on fait évoluer ce standard, déjà fin, pour quelques mm, on risque de se retrouver avec un blocage d’évolution, ce qu’on a connu par exemple avec les Compute Module 4 (comparé au CM3), et on voit comment la fondation Raspberry est en train de reproposer des formats anciens, plus standards.

    Répondre
  • 27 avril 2022 - 15 h 39 min

    Chez Dell, je n’achète que des stations de travail Precision. C’est une très mauvaise nouvelle. Pour moi, l’épaisseur de la machine n’a aucune importance, mais le prix en a. Jusqu’à présent, j’achetais la machine avec une seule barrette. Je commandais les autres séparément pour éviter le prix délirant qu’elles atteignent quand elles sont commandées sous forme d’option, directement montées sur le PC. Avec ces grandes tablettes CAMM, qui ne m’apporteraient rien, ça m’a l’air plutôt mal parti…

    Répondre
  • 28 avril 2022 - 1 h 43 min

    @Laurent Simon

    En bref, c’est pas ta CAMM … Ok , je sors …

    Répondre
  • 28 avril 2022 - 11 h 09 min

    Si le but de se module CAMM est de gagner en finesse autant souder directement la DDR5 sur le PCB de la carte mère.

    Répondre
  • 29 avril 2022 - 15 h 17 min

    j’ai un precision 7760, avec de la ram « normale », je comprends pas trop pourquoi Dell veut changer le format de la ram… l’intérêt de ces grosses machines est l’évolutivité (rajouter de la ram, d’autres SSD) de celles-ci… intégrer un format dont on ne sait pas s’il sera pérenne est un frein à cette possible évolution…

    Répondre
  • 29 avril 2022 - 23 h 03 min

    Vous insistez tous sur l’épaisseur et c’est un des angles d’entrée de l’article. D’autres objectifs sont cependant présentés et m’apparaissent plus importants pour des scénarii particuliers :
    -la gestion de 128Go en DDR5-4800 ce qui est impossible en SO-DIMM (elle résulte du point 3 et,
    -la jonction de 2 canaux 64 bits sur 1 port,
    -une intégrité de signal meilleure ce qui évite de rejouer certaines transactions mémoires (performances plus prévisibles) et permet de meilleure fréquence,
    -la possibilité d’employer un gestionnaire localisé de l’alimentation (une puce régulatrice du courant), c’est le cas en SO-DIMM mais c’est 1 par SO-DIMM donc des économies d’énergies importantes et de coût pour les grosses barrettes et de la dissipation thermique en moins,
    -des gains de place permettant de gérer les futurs processeurs en 4 canaux ou plus de banques de mémoire par module (meilleures performances)

    Sur un autre plan, les standards SO-DIMM et DIMM, posent des problèmes électriques, thermiques plus conséquent à chaque génération. Dell, notamment par son absorption de Compaq qui avait absorbé Dec, a longtemps participé à l’éclosion de standards, même parfois dans la position de pilote. Il n’est donc pas anormal que l’entreprise propose quelque chose qui concrètement la concerne et qui fera avancer le schmilblick. Maintenant, il est trop tôt pour savoir si la chose va rester et si ça sera sous cette forme.

    Répondre
  • 7 mai 2022 - 9 h 03 min

    Merci @SebM pour ce complément très instructif.

    Et je tenais aussi à valider la vanne de @Popop971 ^^

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *