Thunderbolt 4 : Intel détaille les capacités de son nouveau couteau suisse

Avec le Thunderbolt 4 Intel veut améliorer son format connectique en ouvrant encore un peu plus ses capacités. Si le débit n’évolue pas, ce sont les fonctions annexes qui apportent du confort à l’utilisateur.

Après avoir réinventé le format de A à Z avec Thunderbolt 3 et atteint les 40 Gbit/s, Intel annonce le Thunderbolt 4 pour un lancement commercial pour la fin de cette merveilleuse année 2020. Faire valoir technique des composants de la marque, le nouveau standard devrait apparaître en même temps que les ordinateurs sous processeurs Intel Tiger Lake pour les fêtes de fin d’année.

Le Thunderbolt 4 ne changera donc pas les débits proposés par le 3, on restera sur un maximum de 40 Gbit/s. Un débit identique à l’USB 4.0 mais qui cache une petite subtilité.

Thunderbolt 4

Si le débit ne bouge pas, la bande passante de donnée est… doublée. On passe des 16 GBit/s du Thunderbolt 3 à 32 Gbit/s au Thunderbolt 4 en PCI Express. Cela veut dire qu’une ligne PCIe sera utilisée pour exploiter ce format au sein des PC concernés.

Thunderbolt 4

Cela permettra des fonctionnalités plus avancées et, par exemple, un seul port Thunderbolt 4 pourra être chaîné à deux affichages externes en UltraHD. On imagine que les constructeurs d’écran se pencheront rapidement sur la question et proposeront des moniteurs avec deux ports à ce format pour créer une chaîne complète d’affichage. Dans le cas d’un portable Thunderbolt 4, on peut facilement imaginer une solution sur dock qui gérerait en une seule prise Type-C deux écrans externes. 
Cette augmentation de bande passante permettra, en outre, aux machines équipées d’adresser des signaux vers un écran “8K”.

Thunderbolt 4

La limitation technique de cette bande passante sera au niveau du câble puisque Intel annonce des connecteurs ne pouvant pas dépasser les 2 mètres en 40 GBit/s contre 0.8 mètres aujourd’hui. Probablement pour ne pas perdre de signal. A noter qu’Intel prévoir une évolution de cette limitation avec des câbles pouvant aller de 5 à 50 mètres dans le futur.

Le Thunderbolt 4 sera également compatible avec les autres formats, du Thunderbolt 3 aux USB 3.0 et 4.0. Il délivrera les mêmes 15 watts que le Thunderbolt 3.0 pour alimenter d’autres appareils. Les données Ethernet seront évidemment toujours partagées. Enfin, les machines pourront accueillir un maximum de 4 ports TB4 contre 2 pour le format actuel.

TB4

Intel proposera une certification technique complète des matériels, une obligation pour recevoir les logo du format. Cela pour assurer le respect des standards demandés et la réalité des débits annoncés. Une grosse différence par rapport à l’USB 4.0 qui n’exigera aucun contrôle du format mais juste le paiement des royalties d’exploitation. Un PC portable devra, pour recevoir la certification Thunderbolt, proposer au moins un port capable d’assurer la recharge de sa batterie. Une station d’accueil à ce format devra assurer la transmission d’un signal permettant le réveil de votre PC en déplaçant une souris ou en touchant un clavier connecté. Poiur tous ces appareils, une protection contre les attaques mémoire (DMA) sera obligatoire. 

Contrairement à son prédécesseur, le nouveau venu ne sera pas un standard ouvert. Il faudra obtenir une certification d’Intel pour l’intégrer à sa machine ou à ses accessoires. Une intégration qui donnera surement lieu à des tractations commerciales. On imagine qu’un PC sous processeur Intel Tiger Lake aura droit à une connectique Thunderbolt 4 par défaut mais qu’ajouter celle-ci à une puce plus ancienne ou concurrente ne sera pas aussi simple.

Thunderbolt 4

Intel prévoit l’arrivée de nombreux accessoires compatibles avec notamment de nouveaux docks 4 ports mais également des écrans à ce nouveau format. Des cartes contrôleur Intel 8000 séries devraient également faire leur apparition commerciale. 

Evidemment, l’USB 4.0 pourra venir contrebalancer cette technologie mais le format sera plus limité en bande passante et ne proposera ni la gestion multi écrans, ni une recharge en 15 watts, les ports seront limités à 7 Watts maximum contre 4.5 watts pour l’USB 3.0 actuel.

Le nouveau format ne révolutionnera pas le marché, du moins pas autant que l’a fait le Thunderbolt 3.0, mais il apportera des fonctions supplémentaires à une connectique plébiscitée par les constructeurs et les utilisateurs.

Soutenez Minimachines, partagez le !


Jaune
11 commentaires sur ce sujet.
  • 9 juillet 2020 - 15 h 55 min

    Bonjour, article intéressant pour mal mal de lecteurs (je ne m’intéressais pas à ce format, mais j’ai eu le plaisir d’échanger ici-même pour comprendre un peu l’utilité de ce protocole).

    Un truc que je ne comprends pas : TB3 est ouvert (théoriquement AMD peut l’utiliser si j’ai bien compris), mais TB4 non. Sait-on pourquoi ce revirement de statut sachant que le gros changement concerne le débit (donc une amélioration mais pas une rupture technologique) ? Merci

    Répondre
  • 9 juillet 2020 - 16 h 05 min

    il doit y avoir des subtilité sur les puissance qui passent dans ces ports…
    Aujourd’hui les usb 3 font passé beaucoup plus que 4.5 ou 7 watts.

    Répondre
  • 9 juillet 2020 - 16 h 25 min

    @kantfredo: Oui mais cela sort de la certification USB… et donc de la compatibilité. Cela veut dire que si une marque X colle du 15 watts dans son USB pour son produit, il n’est pas sur que le produit Y puisse en bénficier.

    @prog-amateur: L’argent.

    Répondre
  • 9 juillet 2020 - 18 h 34 min

    J’aime bien le logo de la carte graphique externe, à ce compte-ci autant la garder en interne !

    Répondre
  • 10 juillet 2020 - 7 h 10 min

    @Touki:

    C est pour les carte graphiques externe sur laptop …

    Répondre
  • 10 juillet 2020 - 7 h 19 min

    @prog-amateur il est probable qu’apple passant a ARM, Intel ait voulu les couper de la dernière version (d’ailleurs Intel ouvrant thunderbolt 3, Ça sent la pression d’Apple qui avait l’arrière pensée ARM)

    Répondre
  • 10 juillet 2020 - 10 h 20 min

    Un nouveau format dont l’adoption va être très lente, et cantonnée à quelques niches. Oui, j’ai une boule de cristal. ^^

    Répondre
  • 10 juillet 2020 - 12 h 41 min

    @P. Le Gal: J’ai comme l’impression qu’Intel va proposer par défaut cette techno aux machines Tiger Lake et donc que tous les nouveaux ultraportables de fins d’année sous Intel seront TB4 pour la recharge et la transmission de données. Ce qui risque de faire un joli tapis technologique, au contraire. Mais j’ai pas de boule de cristal :D

    Répondre
  • 10 juillet 2020 - 17 h 28 min

    @Pierre. Si Intel y croit au point de le proposer sans surcoût avec Tiger Lake, alors effectivement ça ne passera pas inaperçu. :)
    Mais il faudra ensuite convaincre les fabricants de périphériques, sinon c’est juste un joli sticker sur le clavier. Or historiquement, ces fabricants ont tendance à être très pragmatiques, ne franchissant le pas que si c’est nécessaire pour leur application (c’est-à-dire infaisable en USB, en l’occurrence USB 4.0). Je n’oublie pas que le port FireWire de mon ancien PC n’a pas servi une seule fois.

    Répondre
  • 12 juillet 2020 - 16 h 28 min
  • 12 juillet 2020 - 20 h 46 min

    @fofo: USB-PD c’est différent de la certification USB 3.0.

    “En 2008, l’USB 3.0 (renommé depuis en USB 3.1 Gen 1) introduit le mode SuperSpeed, qui a un débit théorique de 5 Gbit/s6. Mais ce nouveau mode utilisant un codage des données de type 8b/10b, la vitesse de transfert réelle est de seulement 4 Gbit/s. L’USB 3 délivre une puissance électrique maximum de 4,5 W soit 0,9 A à 5 V.”

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Universal_Serial_Bus#:~:text=un%20nouveau%20standard.-,USB%203.0%20(ou%20USB%203.1%20Gen,ou%20USB%203.2%20Gen%201)&text=Mais%20ce%20nouveau%20mode%20utilisant,9%20A%20%C3%A0%205%20V%20.

    L’USB-PD a été créé pour réunifier les systèmes privés et indépendants créés par des normes autour de l’uSB 3.0 afin de pallier à sa faiblesse de capacités de charge.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *