Histoire de Noël : Canon, les pénuries et les DRM

Un petit conte de Noël, un peu en retard, qui a trait aux pénuries, aux DRM et à Canon qui vend des imprimantes…

Canon propose des imprimantes imageRUNNER, de grosses machines bien chères et exploitant des consommables spécifiques. C’est le business habituel des marques d’imprimantes, on vend des machines et on gagne sa vie ensuite sur les consommables. Des solutions d’encre liquide ou en toner dont on essaye de tirer une rente la plus profitable possible par tous les moyens imaginables. Le plus évident étant de les protéger contre les contrefaçons.

Une grosse imprimante imageRUNNER

Chez Canon, comme chez de nombreux autres constructeurs, cela passe par l’emploi de composants électroniques. Des solutions basiques sont intégrées sur les boitiers en plastique des cartouches et des têtes de lectures capables d’analyser cette électronique sont glissées dans les imprimantes. Ainsi un pilote d’imprimante vérifie que la cartouche employée dispose bien de la bonne électronique et autorise ensuite l’utilisateur à s’en servir. Dans la plupart des cas, l’insertion d’une cartouche sans la bonne électronique empêche d’utiliser la machine.

Minimachines-01-2022Une électronique de cartouche d’encre

Mais voilà que des pénuries massives de composants s’installent. Et avec elles des difficultés à obtenir les éléments nécessaires pour construire ces fameuses cartouches. Faute des composants électroniques nécessaires, la production est gelée. Que faire alors ? Arrêter de produire des consommables n’est pas envisageable. Les produits concernés sont les gammes imageRUNNER de la marque, à vocation professionnelle. Ce sont en général des produits qui sont loués par des entreprises avec un contrat de service. Si celui qui vous loue cette imprimante ne peut pas assumer le contrat en ne fournissant pas de quoi imprimer, le client final va rompre son engagement et aller voir ailleurs. Canon ne peut pas décemment dire à ce type de clients qu’il a des soucis de production d’encre ou qu’il n’arrive pas à obtenir de plastique pour fabriquer des cartouches… Difficile également d’expliquer qu’il est impossible de livrer des cartouches officielles parce qu’on ne peut pas les rendre… officielles.

Quand une cartouche sans électronique est employée, ce menu apparait.

Seule solution ? Expliquer aux clients comment contourner la protection mise en place afin d’utiliser des cartouches sans électronique. Et donc tout type de cartouches « noname ». La méthode est détaillée suivant les modèles directement sur le site de Canon

Minimachines-01-2022

Rien de bien compliqué, cette solution a été anticipée par la marque. Mais c’est toujours drôle de voir ce type de protection prise à son propre piège et un fabricant être contraint de l’outrepasser. Désormais les utilisateurs de ces imprimantes sauront comment faire pour utiliser des cartouches d’autres marques que celles de Canon. Bon, à vrai dire, la marque ne prend pas de grands risques avec cette gamme. Comme je l’écrivais plus haut, ces modèles sont en général pris en charge dans des contrats de maintenance et de location qui comprennent un certain nombre d’impressions chaque mois. Cette information ne sera donc pas utile pour les entreprises qui louent les imprimantes mais plutôt pour les gens qui les installent et qui achètent leurs cartouches chez Canon. Encore que l’on puisse trouver des copies noname de ces consommables exploitables avec d’éventuels modèles hors contrat… Et pour ceux là, c’est vraiment Noël.

Source : @naderman


Rivière
16 commentaires sur ce sujet.
  • 8 janvier 2022 - 14 h 27 min

    Bonjour

    Travaillant dans le domaine Canon va même jusqu’à modifier ses firmware des machines si nécessaire.
    Apres l encre noname pour les gammes couleurs n ont pas le même rendu et provoquent plus de panne mais pour le prix pourquoi pas.

    Sinon comme les machines Image Runner sont aussi en rupture, Canon nous envoie d un coté la machine qui vient de chine et de l autre les cartes électronique qui viennent du japon histoire de gagner quelques semaines à la livraison.

    Sinon quasiment toutes les marques de gros MFP comme ceux la ont des délais à rallonge et des pénuries soit d encre soit de pièce détachée.

    Bref 2022 s annonce compliqué

    Répondre
  • 8 janvier 2022 - 15 h 59 min

    @psytgc: Ah ouais… pas simple !

    Répondre
  • 8 janvier 2022 - 16 h 21 min

    @psytgc:
    Oui mais les cartouches no-name très décriées sont beaucoup moins chères et quand ON sait qu’il suffit d’avoir impression d’un fichier erroné qui vide le tiroir de feuille avec moins d’une dizaines de caractères imprimés pour voir la cartouche soit disant se vider !
    Il faudrait pouvoir imprimer avec une cartouche soit disant vide au risque de l’utilisateur d’avoir un mauvais rendu de couleur ou du monochrome tout pâle. Mais cette option ne verra jamais le jour n’étant pas intéressante pour les fabricants de toner.
    Ce n’est pas contre Canon en particulier tous les constructeurs ont cette politique de décompte un feuille passant dans le four vide ou pleine décompte la même part de toner, il est vrai qu’il serait difficile de peser la quantité de toner restant… Reste à savoir, moi qui utilise (depuis quelques semaines) une MFC643CDw, si je surligne souvent en jaune des parties de texte ça décrémente aussi les autres couleurs… Et si le fait de ne plus avoir de Magenta, par exemple, empêche d’imprimer en monochrome…

    Répondre
  • 8 janvier 2022 - 18 h 19 min

    C’est un sujet qui me tient à coeur ou plutôt au porte-monnaie car j’ai carrément renoncé à certaines marques à cause de cela :

    – Epson : la pire arnaque, l’imprimante « évalue » l’encre utilisée et met la cartouche en défaut en la marquand « vide » puis stoppe l’impressison ! Evidemment l’évaluation de l’encre restante est fausse (c’est techniquement presque impossible). Et que dire de la procédure de nettoyage automatique des buses qui vide les carrtouches même si on ne s’en sert pas. Il y a même une éponge chargée d’empêcher que l’encre coule hors de la machine à force de nettoyages abusifs.

    – canon : refuse d’imprimer si une des multiples couleurs est vide ! Vous avez un graphisme vert mais le bleu est vide : ça imprime plus ! Les buses sont fixes donc si on achète des cartouches neuves on continue d’imprimer avec les mêmes buses toute la vie de la machine. Les changer coute un bras.

    -HP : évalue la quantité restante mais tente quand même l’impression jusqu’à ce que la cartouche soit véritablement vide. On utilise véritablement toute l’encre qu’on a acheté. Enfin, le nettoyage n’est pas automatique et à chaque achat de cartouche neuve on a des buses neuves également. Donc on peut utiliser sans risque des cartouches non officielles. Le modèle que je possède indique quand les cartouches ne sont pas officielles mais accepte de les utiliser.

    Je vous laisse deviner la marque la plus avantageuse…

    Répondre
  • hle
    8 janvier 2022 - 19 h 36 min

    Le plus énervant, c’est quand on veut juste scanner et que l’on est bloqué parce qu’il y a plus d’encre !!! Grrrrrr…

    Répondre
  • 8 janvier 2022 - 19 h 52 min

    @Dadoo C’est aussi le constat que j’ai fait à force de changer de fabriquant d’imprimante.
    Et mon choix s’est terminé chez HP pour mon utilisation à domicile.

    Répondre
  • 8 janvier 2022 - 20 h 41 min

    @JeanM64
    Dans ma Brother MFC2700, il y a une option pour désactiver l’arrêt des impressions quand le décompte de pages est dépassé.

    Répondre
  • 8 janvier 2022 - 21 h 31 min

    bonsoir

    le mode brouillon sur les PDF marche bien et économise vraiement l encre ça se voit a la qualité de sortie.
    Le driver c est le mettre mot quand on imprime!!!
    Sinon oui pour les imprimantes de particulier HP est pas trop « emmerdant » vis a vis des autres constructeurs.

    Pour le monde professionnel dont le sujet parle vu que c est des locations 5ans en général , il vaut mieux mettre du consommable d origine c est plus sûr mais pour gagner de l argent le noname fait très bien l affaire sur du Kyocera par exemple.

    Répondre
  • 8 janvier 2022 - 23 h 36 min

    Je viens de désosser une imprimante Canon qui est tombée en panne.
    Il y a des grosses éponges remplies d’encre.
    Maintenant je comprends où va toute mon encre.

    Y a t-il une protection avec les ecotanks ?

    Répondre
  • 9 janvier 2022 - 3 h 51 min

    @Dadoo:
    Écoutant de chez Epson ça marche du tonrt

    Répondre
  • gUI
    9 janvier 2022 - 9 h 18 min

    Au passage petite pub pour OKI, l’une des très nombreuses marques Japonaises d’imprimante/scanner. J’ai acheté pour 200€ il y a qques années (promo de fabricant) un combi scanner/imprimante laser couleur recto/verso (scanner ET imprimante sont recto-verso) réseau , neuf sur LDLC.

    Avantage :
    – prix excellent à l’achat, et les consommables sont pas non plus trop chers (80€ le toner noir 3500 pages)
    – fonctionne sous Linux sans driver (y compris le scanner car l’imprimante dépose PDF ou JPG sur un répertoire partagé du réseau), mais un petit driver est tout de même fourni (niveau d’encre, impression 4/1 etc.)

    Inconvénients :
    – c’est gros, lourd et moche (magnifique design tout droit sorti des années 80)

    Répondre
  • 9 janvier 2022 - 11 h 50 min

    En même temps les procédures de M. Canon ne sont pas du niveau du « haut hacking »: I agree, Close, OK… :-)

    Répondre
  • 9 janvier 2022 - 13 h 21 min

    A la maison c’est uniquement laser multifonction N/B Brother ou Ricoh.
    On peut acheter des puces sur le net.
    Ainsi on peut recharger les toners ou les utiliser jusqu’au bout en changeant la puce.
    Les 2 acceptent les toners no-name.

    Répondre
  • 9 janvier 2022 - 14 h 59 min

    En passant, une anecdote : un déjeuner de boulot avec deux représentants Mannesman-Tally. Et là les types nous expliquent qu’à terme les imprimantes seront gratuites (j’ai payé 9€ ma dernière HP multi-fonction) et qu’ils se feront leur chiffre sur les consommables.
    Ah oui, c’était durant l’été 1987.

    Répondre
  • 10 janvier 2022 - 12 h 21 min

    Hello, merci pour l’article et les partages d’expérience. J’ai également le souvenir d’avoir cherché le bon modèle avant de l’acheter pour ne pas avoir ce genre de limitations programmées.
    C’est terrible ce genre de dispositifs, on peut arriver sur une page de promo -60% d’une grosse marque, avoir en même temps besoin d’une imprimante rapidement, on se dit que le rapport image de marque / prix est super intéressant, et patatras !

    Répondre
  • 10 janvier 2022 - 16 h 31 min

    @Dadoo: La plupart des buses Canon (j’imagine que tu parles des têtes d’impression ?) ne sont pas fixes, en tout cas pour le grand public, elles font partie de la cartouche et sont changées en même temps que celle-ci (cartouches « FINE »).

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *