CES 2020 : l’Asus ROG Zephyrus G14 marie Ryzen 4000 et Nvidia RTX

Assemblez un processeur AMD Ryzen 7 4800H et un circuit graphique Nvidia RTX2060 dans un portable 14″ fin et original, faites en sorte qu’il ne pèse que 1.6 kilo et ne dépasse pas les 18 mm d’épaisseur et vous aurez un Asus ROG Zephyrus G14. (Et probablement un trou dans votre budget.)

Asus a compris un truc important, son ROG Zephyrus G14 est sobre. Enfin, il peut l’être. Son châssis est d’un gris ou d’un blanc très classique et son design ne présente ni angle trop agressif ni fioritures tribalo-dragonesque. La machine peut venir se planter dans la salle de réunion de n’importe quelle entreprise sans que son propriétaire ne soit catalogué comme un fondu-de-jeu-vidéo-pas-vraiment-très-sérieux.

Asus ROG Zephyrus G14

Asus a donc choisi la voie la plus sage. Son ROG Zephyrus G14 présenté au CES 2020 est un ultraportable bien sous tout rapport, limite un peu terne au premier abord. Mais derrière cette triste mine il cache en réalité deux atouts assez sympathiques.

Asus ROG Zephyrus G14

Il y a d’abord la surprise de découvrir un habillage original. Sur la partie extérieure du châssis écran, on retrouvera un système de 1215 LEDs1 qui peuvent s’illuminer pour dessiner l’image ou l’information de votre choix. Les LEDs sont blanches et dessinent des motifs simples mais efficaces. On pourra demander à l’engin d’afficher l’heure ou la météo.

2020-01-09 17_06_26-minimachines.net

Il pourra également piloter un “égaliseur” qui suivra le rythme de votre musique. Mais vous pouvez également lui faire afficher le logo de votre choix au travers d’un programme qu’Asus va livrer avec la machine. On pourra donc écrire “SOFROCO-GEDEC BILAN 2019” pour parfaire sa présence en réunion ou “BONNE RETRAITE JEAN-MICHEL” au pot de départ de son collègue. Joie. Evidemment cette série de LEDs aura une incidence sur l’autonomie de la machine et il vaudra mieux l’utiliser en mode sédentaire. Ou pas du tout si vous vous n’avez aucune envie de vous démarquer ainsi. La machine sera également livrée sans cette fioriture dans une seconde finition.

Asus ROG Zephyrus G14

La version Blanche de l’appareil

L’autre point fort de ce ROG Zephyrus G14 c’est bien entendu son équipement, ses entrailles. L’engin est construit autour de la nouvelle solution de processeur AMD Ryzen 4000 et pourra accueillir les puces de 45 watts de TDP de la marque jusqu’au Ryzen 7 4800H. La version 8 coeurs et 16 threads cadencée de 2.9 à 4.2 GHz. Une puce qui promet – sur le papier en tout cas – des performances très élevées. Asus ne se contente pas pour autant du circuit Radeon 7 intégré au Ryzen. Un circuit graphique externe Nvidia pouvant aller jusqu’au puces GeForce RTX 2060 fait également partie de cette jolie pochette surprise.

Asus ROG Zephyrus G14

La mémoire vive de l’engin pourra monter jusqu’à 32 Go de DDR4-3200, ce qui devrait suffire à tous ses usages. Le stockage est confié à une solution SSD PCIe NVMe de 1 To. Asus n’a pas livré d’informations sur l’éventuelle possibilité de modifier ces composants internes. 

L’affichage 14 pouces IPS sera décliné en deux options. Le premier sera un 2560 x 1440 pixels avec un rafraîchissement de 60 Hz, le  second un plus classique 1920 x 1080 pixels mais qui grimpera en 120 Hz. Les bordures ne sont pas aussi millimétriques que sur les autres produits de la marque, celle-ci ne communique d’ailleurs pas dessus, mais l’engin reste tout de même dans une enveloppe compacte.

2020-01-09 17_03_10-minimachines.net

La disposition du clavier est intéressante :Barre espace proéminente et touches fléchées déaclées.

Le reste est à l’avenant avec un Wifi 6 que la marque a fait l’effort d’intégrer sur cet engin avec deux paires d’antennes. La connectique est presque complète avec toutefois le bémol de passer outre un port Ethernet.

Asus ROG Zephyrus G14

Asus ROG Zephyrus G14

On pourra le retrouver au travers des ports USB et notamment du port USB 3.2 Gen2 Type-C qui servira autant a faire transiter des données réseau via une compatibilité Gigabit qu’a livrer un signal vidéo DisplayPort 1.4. Le port servira également a alimenter la machine via Power Delivery même si un port jack dédié à l’alimentation de l’engin sera également présent. L’engin pourra se recharger via le Power Delivery en 65 watts. Mais il ne pourra pas être exploité au maximum de ses performances sans être relié par son alimentation 180 watts. En clair vous pourrez vous servir de l’USB Type-c pour regonfler la batterie quand vous ne vous servirez pas de la machine mais son usage en jeu demandera l’emploi du chargeur fourni par Asus pour ne pas vous laisser à plat.

Asus ROG Zephyrus G14

A noter un effort de la part d’Asus pour rendre l’engin plus efficace en restitution audio avec les deux médiums à large bande habituels sur ce type d’engin, deux modules de 2.5 watts assez classiques donc mais qui se combinent à deux tweeters de 0.5 watts pour mieux gérer les aigus. Le son bénéficiera également d’une ouverture sur le dessus de la machine via des ouïes placées de part et d’autre du repose poignets.

2020-01-09 17_04_15-minimachines.net

Toujours sur le flanc gauche on retrouvera également une sortie vidéo HDMI 2.0b plein format ainsi qu’un jack audio 3.5 mm combo. A droite la machine présentera un deuxième port USB 3.2 Gen2 Type-C et deux ports USB 3.2 Gen1 Type-A. Un port antivol type Kensington Lock est également intégré à la machine. Pas de lecteur de cartes SDXC ? Ben non, c’est dommage mais Asus n’a pas jugé cela utile ou n’a pas su trouver la place nécessaire. Il faut dire que les évents d’aération sont assez imposants sur chaque côté. Le refroidissement des composants nécessitant probablement une ventilation conséquente.

ROG Zephyrus G14

Asus a semble t-il compris un truc avec ce ROG Zephyrus G14. Que les joueurs capables de s’offrir un portable proposé à 1399€ en premier prix n’ont pas forcément envie d’investir dans une carrosserie custom plus embarrassante que jolie. Ils travaillent, ils ont peut être envie d’utiliser leur portable pour travailler et la robe neutre mais originale de cet engin est parfaitement adaptée à leur situation. A 1399€ l’engin peut autant être considéré comme une solution sérieuse qu’un portable dédié au jeu.  

Soutenez Minimachines, partagez le !

Notes :

  1. Je n’ai pas compté, je fait confiance à Asus sur le nombre

Rivière
11 commentaires sur ce sujet.
  • 9 janvier 2020 - 19 h 08 min

    C’est moi où les machines de gamer entre ds la maturité en devenant de plus en plus sobre? C’est une bonne chose, car vu leur puissance embarqué, leur refroidissement bien pensé, elles font aussi d’excellente station de travail après une cession ludique:D

    Répondre
  • to
    9 janvier 2020 - 20 h 34 min

    @sidero:

    C’est plus facile a faire passer a la compta qu’une machine de gamer, la ca fait corporate bien propre quoique avec l’afficheur LED ca va fuser de l’ascii art sauvage en reunion ;)

    Vivement ce genre de config en 17 ou 18.4 parce que jouer sur du 14, bof bof.

    Répondre
  • 9 janvier 2020 - 23 h 05 min

    @to: à force de lorgner sur les minimachines, j’en avais oublié le 18″ en tant que diagonale d’écran de portable !

    C’est un appareil très joli, et bien configuré. Le blanc/alu a beaucoup de style.

    Moi perso, en Ryzen 4000, j’aurais TRES envie d’un portable de type Surface Pro, un peu hybride, format d’écran 10 à 12 pouces en 3:2 !

    Répondre
  • 9 janvier 2020 - 23 h 35 min

    Est-ce que le thunderbolt sera intégré un jour avec des CPU AMD ?
    C’est vraiment le seul point noir que je vois à cette machine : l’absence de dock pour le mode sédentaire.

    Le système thunderbolt, même s’il est bien moins pratique que le système de broches, permet de retrouver rapidement un poste de travail complet (écrans, réseau filaire, clavier/souris etc.). Avec la possibilité d’externaliser la carte graphique puissante et de s’appuyer sur le Ryzen 4000 (déjà pas si mal sur le papier) on aurait une machine plus légère et plus autonome en mobilité et offrant un poste de travail sédentaire très confortable.

    Et un modèle avec pavé numérique serait le top pour moi.

    Enjoy !

    Répondre
  • 10 janvier 2020 - 1 h 01 min

    Les docks c’est bien sur le papier.
    Mais vu le prix et la place nécessaire à l’engin autant avoir un pc portable très puissant de base.
    Ou alors avoir 2 machines.
    En plus les perf du dock lors du dernier test sérieux que j’ai lu, n’était pas franchement géniales.

    Répondre
  • 10 janvier 2020 - 3 h 45 min

    @ Pierre : a l’instar du panneau led (USB ou Wifi) sur le dos du portable, connaîtrais tu une solution panneau led (format 40 X 40 par exemple, avec led blanches) programmable et communicant en temps réel avec le PC pour afficher des info dynamiques types message / égaliseur etc ?

    Répondre
  • 10 janvier 2020 - 7 h 37 min

    @to
    Ravis de constater que je ne suis pas le seul à attendre le retour des + de 18´´

    Répondre
  • 10 janvier 2020 - 9 h 25 min

    @SirGallahad: Les modèles classiques (sans carte graphique) sont plutôt pas mal. On en a quelques-uns au travail et ils fonctionnent plutôt très bien : 2 écrans, réseaux, HDD externe, souris/clavier, audio, alimentation … C’est assez impressionnant tout ce qui peut passer par ce petit connecteur USB-C.

    Je trouve cela moins pratique que les “vrais” dock mais ils présentent l’avantage d’être compatibles quelque soit le PC connecté (enfin sur le papier).

    Donc un Ryzen 4000 avec Thunderbolt et pavé numérique serait le graal pour moi. Mais a priori ça n’est pas pour tout de suite : il ne sera pas intégré dans le prochain chipset X670 prévu en fin d’année donc il va falloir être patient …

    Répondre
  • 10 janvier 2020 - 17 h 25 min

    Jolie machine, mais qui va obliger à cumuler les problèmes de Nvidia et AMD en matière de driver. J’ai jamais été assez joueur pour continuer à m’emmerder avec cela depuis 8/10 ans, je ne sais pas si ca s’est amélioré depuis, en particulier sous Linux (je n’utilise quasiment plus windows et sa version 10 ne va pas renverser la vapeur!).
    Ne pas avoir de RJ45 va être un frein en entreprise pour les câblages de bureau existants. Sans doute via un truc externe, mais y’a déjà l’alim qui va peser alors y’a un moment ou on risque la goutte de trop.
    Sans compter qu’a faire de plus en plus voyager les gens sur des low-cost pour des déplacements courts, sans payer la rallonge bagage/poids, ceux qui ne veulent pas se retrouver à partir sans slip de rechange commencent à faire gaffe au poids du laptop! Enfin quand ils ne refusent pas encore carrément les déplacements avec le reste à l’avenant (frais repas obligeant à en être de sa poche…).

    Répondre
  • 13 janvier 2020 - 15 h 22 min

    @yann: les portables lenovo genre x1 carbon n’ont déjà pas de port RJ45 et ont les utilise avec une station d’accueil qui se branche en usb-c et qui donne accès à un écran, clavier, souris, rj45 et autre port usb.

    Répondre
  • 14 janvier 2020 - 0 h 27 min

    @Lionel:
    Pour moi, les mini dock pour PC portable c’est génial effectivement. Et je ne vois pas le lien avec le thunderbolt 3. J’ai un Dock USB3 classique qui fait déjà :
    – VGA + HDMI
    – 3 USB
    – Ethernet
    Alors effectivement, il manque la charge mais pour un usage bureau c’est déjà extrêmement efficace.
    J’avais 3 écrans branché sur mon PC portable de travail sans gène ni problème de perf.

    C’est par rapport au dock avec GPU externe que je trouve que le prix n’en vaux clairement pas le résultat.
    https://www.hardware.fr/articles/963-3/performances-3dmark-jeux.html
    Au vu de l’investissement et de l’encombrement, les résultats sont au mieux décevant.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *