Microsoft enterre Windows 10 S en le transformant « Mode S »

Microsoft a sorti la tête du sac. Juste à temps pour éviter de se retrouver étouffé dedans. L’éditeur vient de jeter aux orties Windows 10 S tel que nous le connaissions jusqu’à aujourd’hui pour le convertir en un optionnel Mode S. Petit retour sur une mauvaise idée qui aurait pu faire très mal aux ventes d’un marché déjà mal en point.

Résumer Windows 10 S est assez simple. C’est comme si vous achetiez un billet pour un parc d’attraction mais qu’une fois dedans, tous vos manèges préférés étaient inaccessibles. Seul le petit train pour les enfants (payant), la foret enchantée (payante) et la pèche au canard (payant) vous ouvraient leurs portes. En vous pointant devant les montagnes russes, un videur vous demanderait de passer votre chemin, même scénario devant le train fantôme ou les autres manèges à sensations. A chaque fois, vous avez l’âge, le nombre de bras et de jambes requis, mais votre billet d’entrée n’étant pas correctement estampillé, on vous refuserait systématiquement l’accès. 

Windows 10

Voilà, c’est ça la promesse de Windows 10 S. Enfin, c’était ça parce que Microsoft a enfin eu la bonne idée de renverser la table et de se rendre compte que c’était complètement con comme idée. Et là, j’applaudis car ce n’est pas dans le profil de ce type de boite de faire ce genre de revirement. En règle générale quand ils font une connerie ils baissent la tête et pédalent à fond pour se précipiter dans le mur en gueulant Windows Vista for ever.

Et là non. Ils stoppent tout. J’imagine que les ventes – et surtout les retours – en magasin comme en ligne ont du activer toutes les petites clochettes au marketing de la boite. Ça devait sonner l’hymne à la joie en permanence. Le pourcentage de mes connaissances à avoir acheté « par mégarde » ou « j’ai pas fait gaffe » un PC sous Windows 10 S dans l’urgence et qui regrettaient amèrement dans la foulée au point de le ramener en magasin est proche de 100%. Seul les plus feignants n’ont pas eu le courage de retourner en magasin pour le faire reprendre et ont bravé la magnifique interface de Microsoft destinée à basculer son Windows 10 S en Windows 10 normal.

Quand un magasin reçoit un portable en retour, il ne réagit pas plus que cela. Quand il en reçoit 10 du même modèle, c’est déjà plus compliqué. Mais quand la quasi totalité de ses ventes se transforme en boomerang, il commence à perdre de l’argent. Et perdre de l’argent, c’est mal. Il n’a pas fallu longtemps pour comprendre le point commun entre un Acer sous Windows 10 S et un HP sous Windows 10 S. Hormis la gamme de prix, la présence d’un Windows 10 S et les remontées des services techniques aidant, le point commun délictueux s’est rapidement mis à briller avec force. Windows 10 S, mon coco, ça n’aide pas vraiment les ventes. Résultat épidermique d’un magasin qui perçoit ce genre de fantaisie comptable : Ne plus acheter de machines sous Windows 10 S.

C’est probablement ça qui a mis le feu aux poudres et à tous les étages chez Microsoft. Probablement parce que proposer un Windows 10 S n’était tout simplement pas vendable.

Windows 10 S

Windows 10 S c’était quoi et ça va devenir quoi ce fameux Mode S

La proposition Windows 10 S n’avait tout simplement aucun sens. Aucun. Pour rappel? il s’agissait de proposer un Windows tout à fait semblable au système classique mais qui ne pouvait pas exécuter autre chose que les applications issues du Microsoft Store. C’est à dire 4 applications qui se battent en duel et non pas toute l’étendue de la richesse applicative du monde de Microsoft.

Windows 10 S

Impossible d’installer Photoshop sous Windows 10 S

Vous voulez installer votre programme préféré qui vous suit depuis Windows XP mais qui n’a pas été porté sur le Store de Microsoft ? Niet. Vous voulez installer un petit jeu indépendant qui tient à garder son indépendance ? C’est non. Vous voulez jouer grâce à votre compte Steam, installer un logiciel multimédia ou simplement un truc pour dezipper une pièce jointe dont vous avez l’habitude. On oublie.

Windows 10 S

L »excuse de Microsoft, c’est la sécurité. En passant par le Windows Store, les machines ne pourraient pas télécharger des programmes infectés. Pourquoi pas, l’excuse est bonne mais c’est tellement castrateur que Windows perd tout l’intérêt de Windows. Cela se transforme en pseudo Chromebook et alors, tant qu’a faire, autant acheter un Chromebook si c’est la sécurité qui importe. Le pire dans ce scénario d’usage c’est que Windows 10 ARM devient plus capable avec son émulation 32 bits que Windows 10 S ! Une machine avec un processeur conçu pour exécuter les applications Windows 32 et 64 bits se retrouve avec moins de programmes installable qu’une machine avec une puce ARM qui émule un processeur 32 bits x86… Le monde à l’envers.

Alors Microsoft a bien eu, dès le départ, une sorte de soupape de sécurité pour empêcher la cocotte d’exploser chez les clients comme les revendeurs. La possibilité de transformer « gratuitement » pendant un an après l’achat son Windows 10 S en un Windows 10 normal. Je mets des guillemets de plomb à gratuitement car cette procédure est pénible, décourageante et surtout limitée dans le temps. Les différentes affirmations de Microsoft laissant deviner un calendrier flou qui, une fois les ventes de Windows S installées, demanderaient à l’acheteur de passer à la caisse pour basculer son 10 S en Windows normal pour une cinquantaine d’euros.

Vastking G800 : une tablette Windows 10 façon Nintendo Switch

Windows 10 S : Une opération en Or pour Microsoft et les marques

L’idée de Windows 10 S c’était surtout une formidable idée marketing. Les machines sous Windows font payer une licence de Windows. Les gens ont tendance à l’oublier mais Windows 10 n’est pas gratuit. Son tarif évolue et je vous en donnais le détail sur un précédent billet. Avec un ticket d’entrée de 25$, cela pousse l’entrée de gamme de gamme plus haut que prévu au vu des prix d’aujourd’hui. Certaines marques sortent des portables à 140€ pièce et on imagine que les 25$ demandés par Microsoft pour la licence de Windows 10 mangent la marge laissée aux revendeurs et aux fabricants.

« Et si on faisait payer la licence aux clients à posteriori ? Après l’achat ? Sans qu’ils le voient avant ? »

C’est sans doute cette idée qui a poussé Microsoft dans sa logique de Windows 10 S. Le fait d’ouvrir la porte gratuitement au lancement vers un passage du système castré vers un système complet montre bien que la volonté de l’éditeur n’est vraiment pas dans la sécurité des données. Il aurait été plus pertinent de développer un système avec de nouvelles alertes mettant en garde certaines pratiques de téléchargement que de laisser la possibilité d’ une infection en basculant d’un système à l’autre.

Non, le véritable enjeu est de faire disparaitre le prix de Windows de l’opération en arrêtant de le facturer aux marques. Un PC sous Windows 10 S à 150 ou 200€ peut être vendu tel quel et Microsoft n’ pas besoin de marger dessus. Il aurait gagné au mieux 25 ou 45$ sur la licence proposée à Dell, Lenovo ou HP. Alors qu’avec Windows 10 S, il peut demander à terme un joli paiement de 50€ au client qui ne sent pas le poids de la licence au moment de l’achat. Il s’agit de déplacer le Windows 10 complet comme une option secondaire, un service étendu en quelque sorte. on paye une fois pour le matériel et si, par hasard, on a vraiment envie de se servir de son PC pour autre chose que le Windows Store, Farmville et Ski Safari et ben on repasse à la caisse.

Cela permet non pas de casser les prix sur les engins mais bien de retrouver de la marge pour les marques. C’est sans doute pour cela qu’elles ont joué le jeu d’ailleurs.

Windows 10 S

Windows 10 S c’est officiellement fini, bienvenue au Mode S

Microsoft vient de confirmer un changement de stratégie autour de Windows 10 S donc et cela va dans le bon sens. Le vice président de Microsoft, Joe Belfiore, confirme donc que Windows 10 S serait dorénavant un Mode et non plus un système à part entière. Ce mode arrivera très bientôt pour toutes les éditions de Windows (Home, Pro  et Entreprise) . Mais surtout que ce mode sera désactivable gratuitement quelle que soit l’édition. Au passage, il reconnait à demi mot que la communication de Microsoft sur ce mode était un peu « déroutante ». Un vocabulaire qui une fois déboisé montre bien que le marketing de la boite peut être totalement hors sol. Pour avoir pris le pouls des différents acteurs du marché depuis l’annonce de S au public, personne n’a compris exactement où voulait en venir la boite avec cette offre.

En clair, on livre un système castré pour un usage limité, ce qui peut être une bonne chose pour certains usages même si cela aurait pu être géré autrement notamment avec une gestion de profils. Mais on offre la possibilité de basculer directement à une solution classique. Pas besoin de payer 50€, chose qui était initialement prévue à partir du premier avril prochain. Ah ah ah quel joli poisson.

Belfiore indique qu’a partir de la prochaine mise à jour de Windows – Redstone 4 ? – les utilisateurs pourront acheter Windows 10 Home ou Pro en version S actif. Sans entrer dans les détails, on ne sait pas quel protocole sera mis en place pour les nouvelles installations. Un choix au premier démarrage par exemple ? On pourra opter pour une solution sous S pour des usages particuliers comme des postes publics mais on pourra également passer outre et se retrouver directement sous ce bon vieil outil compatible qu’est Windows. Une phrase qui sous entend que Windows 10 S par défaut a définitivement disparu.

 

Windows 10 S va débarquer sur les machines grand public à la rentrée

28 commentaires sur ce sujet.
  • 8 mars 2018 - 17 h 12 min

    Je n’arrive toujours pas à comprendre comment certains marketeux chez Microsoft, qui ont déjà fait une méga bourde et se sont ramassés avec Windows RT, qui viennent de se ramasser aussi avec Windows Phone (y compris la dernière version Windows Mobile 10 qui est moribonde), ont pu un seul instant miser sur un Windows 10S castrateur.

    Je n’arrive d’ailleurs pas encore à comprendre comment Microsoft et certaines marques espèrent tirer leur épingle du jeu avec un Windows 10 Arm. Les machines ainsi équipée étant prévu être vendues à des prix « élitistes », ils vont là encore se ramasser. J’aime bien tester des trucs en tous genre, de manière parfois compulsives, mais j’avoue que pour ce Windows 10 Arm ce ne sera même pas en rêve.

    Répondre
  • 8 mars 2018 - 17 h 17 min

    Bonjour,
    L’idée du S est pas mal tout de même
    Un néophyte sous pc bridé par le S ne pourrait pas faire n’importe quoi
    C’est comme un iphone avec son apple store et il me semble que cette société marche bien non?

    Répondre
  • 8 mars 2018 - 17 h 52 min

    @talex06: Oui. Mais le proposer par défaut n’est pas une bonne idée. Le proposer gratuitement avec l’idée de vendre dune licence derrière encore moins.

    Répondre
  • 8 mars 2018 - 18 h 31 min

    Moi j’ai toujours pas compris l’avantage du mode S ^^
    où est-ce qu’ils veulent en venir ? Est-ce juste pour ne pas avouer totalement l’échec ?

    Répondre
  • 8 mars 2018 - 18 h 55 min

    Windows Vista RT S for ever !

    Répondre
  • 8 mars 2018 - 19 h 25 min

    @blotza Windows Me S 😬

    Répondre
  • 8 mars 2018 - 20 h 20 min

    @talex06:
    A la différence que l’Apple Store dispose de beaucoup d’applis de qualité, alors que le Windows Sore est très pauvre de ce côté là…

    Répondre
  • 8 mars 2018 - 20 h 43 min

    La même idée -en frontale avec Chrome OS sur le marché de l’éducation- mais brandée « Office 365 OS » avec quelques caractéristiques esthétiques différenciant de Windows aurait peut-être eu plus de chance…

    Répondre
  • 8 mars 2018 - 21 h 49 min

    Avec Windows, le pc hybride est surtout du pc bridé

    Répondre
  • 9 mars 2018 - 3 h 13 min

    Windows 10S n’est plus et c’est tant mieux.
    Mais à côté ils vont nous sortir pas moins de 5 éditions différentes de Windows 10 selon les spec des PC (notamment les PC portables) qui vont modeler le marché.

    Répondre
  • 9 mars 2018 - 8 h 51 min

    ‘LLo,

    Ouaip, mais comme la Redmondie n’a aucun concurrent depuis quelques décades sur le marché PC, il faut bien qu’elle essaye des trucs/con..ries « toute seule comme une grande » (avec les constructeurs dans son sillage, quand même…) pour conserver/faire fructifier son marché (vous avez dit captif, mheu non..!).

    Répondre
  • 9 mars 2018 - 10 h 53 min

    L’histoire du gain opportuniste par les passages de licences me semble tirer par les cheveux.

    S’il y a échec de la vente au détail, je me demande si ce n’est pas plutôt du coté de l’enseignement qu’il faut voir le revirement de Microsoft.

    Au départ, il s’agit de résister à la concurrence des chromeBook, avec l’argument du « vous pouvez faire plus si jamais vous le voulez », auprès des centrales d’achat. Sauf qu’ils se contentent très bien du système Google et ont bien raison de se méfier des promesses…

    PS: Mode « S », pour … ?

    Répondre
  • 9 mars 2018 - 11 h 01 min

    @amike: Ben quand tu payes 45$ une licence de Windows 10 normal mais qu’on te dit que Windows 10 S sera moins cher parce que le client n’accédera a W10 Pro qu’après un paiement de XX€ (50€ prévus) ben tu peux réinjecter ces € ailleurs. Vu les machines concernées apr 10S lee materiel est déjà tiré assez bas niveau tarif dont tu réinjectes pas dedans pour passer de 2 ou 4 Go à 6 ou 8 Go de ram. Tu restes sur un truc cohérent qui ne fait pas d’ombre à la gamme du dessus. Tu le met dans ta poche :)

    Répondre
  • 9 mars 2018 - 11 h 21 min

    « L’histoire du gain opportuniste par les passages de licences me semble tirer par les cheveux. »

    On a donc un marché du PC composé du hardware -> LES constructeurs & d’un OS nécessaire pour que ces PC fonctionne -> LA redmondie..!
    Cela fait tellement longtemps que cela dure que c’est historiquement comme ça, épicétou..!

    Qui peut donc lui faire gagner/perdre de l’argent dans cette sous-division du marché (libre & non faussée, non je déconne !), à part elle-même ?

    Répondre
  • 9 mars 2018 - 11 h 36 min

    On peut critiquer tant qu’on veut, assis tranquillement sur nos chaises.
    Nous, on peut proposer ce qu’on veut aussi, en le faisant on ne perd pas un rond.
    C’est autre chose quand on est dans la direction d’une telle boite, ou chaque décision peux faire perdre de l’argent, et se voir éjecter illico.

    Microsoft est dans une situation où son store est pauvre.
    Les utilisateurs ne partent pas vers le store car il est pauvre.
    Les développeurs ne font pas d’applications pour le store, car il n’y a pas assez d’utilisateurs potentiels.
    On est clairement dans un cercle vicieux.

    On ne peut pas reprocher à Microsoft de vouloir en sortir, quitte à prendre une mauvais décision, et changer ensuite son fusil d’épaule. (ce qu’ils ont fait rapidement je trouve).

    Répondre
  • 9 mars 2018 - 11 h 45 min

    @Sammm: Personne ne dis le contraire hein. C’est juste que l’idée générale que l’on se fait d’un service est plus dans le peaufinage jusqu’à la perfection de ce que l’on offre et non pas dans la castration des possibilités.

    Peaufiner cela aurait été de créer un mode activable d’un seul clic par l’administrateur de la machine pour rebooter en mode S. Désactivable ensuite par identification du compte administrateur. Cela aurait probablement valorisé les apps du Microsoft store en faisant de ce mode S un mode « Cloud » ou un mode « enfant ou amis » quand on veut prêter son PC.

    Castrer c’est lancer un mode S par défaut et établir une procédure fastidieuse (et payante a terme) pour rebasculer vers un Windows 10 normal. Cela « confine » au Microsoft Store et rappelle que celui ci est désespérément vide.

    Répondre
  • 9 mars 2018 - 12 h 15 min

    Merci Pierre pour la rédaction de ce billet. J’étais déjà en train de rire à ton évocation des attractions du parc, et j’ai eu le coup de grâce avec l’insert de comm de microsoft : « Microsoft Edge, plus sûr que Chrome ou Firefox est votre navigatier par défaut »

    Répondre
  • Max
    9 mars 2018 - 17 h 43 min

    Je voulais acheter un portable avec Windows 10 S mais je ne me suis pas aventuré.
    J’attends une bonne occase.

    PATIENCE !

    Répondre
  • 10 mars 2018 - 7 h 56 min

    @emilio Windows me !!! Je l’avais oublié celui la

    Répondre
  • 13 mars 2018 - 4 h 01 min

    Enfin, c’était ça parce que Microsoft a enfin eu la bonne idée de renverser la table et de se rendre compte que c’était complètement con comme idée

    Répondre
  • 15 mars 2018 - 10 h 30 min

    @Pierre Lecourt: je ne suis pas d’accord avec toi pour une fois. Grace au 10s j’ai pu acheter un acer 11pouce avec écran IPS de bonne qualité pour 300 euros dans un magasin grand publique, ce qu était inconcevable.
    Puis j’ai basculé en 10 :-)
    Et j’ajouterai que le soucis n’était pas le 10S mais l’échec du windows store. L’idée du 10s est bonne pour ma part, et le coup du « conseil » ou du « choix » a toujours prouvé que cela ne marchait pas, les utilisateurs n’étant pas raisonnables.

    Répondre
  • 15 mars 2018 - 10 h 33 min

    @Pierre Lecourt: la castration est souvent un moyen d’maliorer les choses contrairement a ce que vous pensez : twitter et sa limitation pour pousser a etre concis, peu de puissance pour forcer a être créatif, etc. L’être humain est comme cela. Et castrer le pc pour des étudiant aurait pu être une bonne idée de mon point de vue. C’est plutôt un aveu d’échec du store mais je continue a penser que le 10S était une bonne idée. Demandez vous l’usage général d’un pc… Contrairement a vous, la plupart des connaissances qui ont achetés un 10s n’ont même pas vu qu’ils étaient bridés ! réseaux sociaux et net et petite note, c’est tout…

    Répondre
  • 15 mars 2018 - 10 h 35 min

    @Pierre Lecourt: au sujet du coup, je suis désolé mais j’ai vu un certain nombre de machines qui ont bien répercutées la différence, soit en améliorant l’écran au même prix (acer) soit en diminuant pas mal le coût minimal (en j’en ai bien profité , je sais donc de quoi je parle). Donc dans beaucoup de cas, personne ne s’est mis d’argent de côté et je trouve ton analyse un peu « complotiste » pour une fois.

    Répondre
  • 15 mars 2018 - 10 h 48 min

    @borf: Faut juste regarder un petit peu plus loin… Parce que ce qui est vrai à court terme ne l’aurait pas été à moyen ni à long terme.

    MS avait promis une maj vers 10 normal gratuite pendant 1 an. Super à court terme, on peut acheter un portable sous 10S puis le basculer vers 10 et ainsi économiser le prix de la licence. (25-45$ théorique). Mais au bout de ces 1 an, la promesse était tout autre, le passage de 10S vers 10 aurait été de 50€. Et là le portable à 300€ qui aurait été vendu dans le pire des cas 300€ + 36€ (45$) le tout absorbé par les remises arrière et autres à 329€ se transforme en 350€. Avec ce genre de deal MS aurait poussé vers du 10S généralisé parce que plus rentable et plus facile a vendre. D’un coup les licences de 10 auraient toutes coûté 50€ et non pas les prix en volume des licences que l’on suppose quand on s’appelle Dell, HP ou Lenovo et qu’on achète XXX milliers de licence par an.

    A court terme donc bonne affaire, ensuite véritable piège.

    Ensuite, le principe d’un outil informatique c’est d’ouvrir des possibilités, pas de les fermer. Je vois plein de grincheux se plaindre des jeunes d’aujourd’hui qui ne font plus rien avec leur PC. Ok,, c’est vrai qu’il y a une frange de gens qui ne font tien d’autres que des réseaux sociaux mais cela ne veut pas dire qu’il faut les empêcher de pouvoir faire autre chose. alors que c’est votre discours.

    En gros un étudiant qui tombe sur un tuto Arduino ou Python par hasard et qui trouve ça assez rigolo pour essayer sur son PC. Si il a 10S il ne peut tout simplement pas essayer. Ce n’est pas possible d’installer Scratch ou Arduino sur sa bécane ! Si il a 10 il peut le faire. Evidemment dans ce sens là cela n’aidera pas les gens a sortir la tête du trou.
    On ne laisse pas les petites roues à un vélo d’enfant, parce que cela empêche d’apprendre au bout d’un moment. On les ôtes même si le gosse est pas encore parfaitement à l’équilibre. On assume une bosse ou deux, des écorchures et un trou dans le pantalon. A terme il n’y a que comme ça que le bambin pourra expérimenter le rayon de braquage de son vélo et y trouver du plaisir. En info c’est pareil, si on se borne a faire le strict minimum limité par un système qui ne vous file pas la possibilité de aire plus et bien on apprendra effectivement jamais de cet outil.

    Et, encore une fois, à ce rythme là, autant prendre un Chromebook.

    Répondre
  • 15 mars 2018 - 10 h 49 min

    @borf: Un exemple ?

    Répondre
  • 28 mars 2018 - 19 h 01 min

    @Pierre Lecourt

    Je ne sais pas ce que tu en penses mais sur le coup pour 200€ ca ne me semble pas si mal que ca.
    J’ai basculé en windows 10 pour un ami qui sur le coup ne comprenait pas ce qu’il lui arrivait (impossible d’installer d’appli).
    pas plus cher que les 10 pouce de l’époque minimachine, après je n’ai pas tester l’autonomie.

    https://www.amazon.fr/Acer-ES1-132-C3BM-Portable-Processeur-IntelCeleron/dp/B076HT19BM/

    chris

    Répondre
  • 28 mars 2018 - 19 h 09 min

    @chris: C’est pas mal le seul truc qui me chagrine c’est le 32Go qui va vite devenir u handicap pour l’engin avec 10…

    Répondre
  • 31 mars 2018 - 17 h 25 min

    @Mxte29Fr: tous les échecs que vous citez (RT,winphone,win10S) appartiennent à la même stratégie: APPSTORE.
    Aujourd’hui, si votre OS n’a pas d’appstore, les gens pensent qu’il est nul et s’en éloignent.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *