Noodle Pi : Une tablette / ordi sous Raspberry Pi Zero à 200$ ?

Proposer une mini tablette tactile pilotée par une carte Raspberry Pi Zéro. A priori, c’est une bonne idée. La proposer à 200$ pièce l’est déjà semble t-il beaucoup moins. La Noodle Pi tente pourtant ce pari de vendre un engin de 3.5″ qui affiche en 800 x 480 au prix de certains smartphones très satisfaisants en milieu de gamme.

Calmons le jeu. L’idée est bonne et si elle n’est pas nouvelle, la réalisation proposée est propre. La Noodle Pi n’est d’ailleurs pas uniquement vendue à 200$, un kit de base pour monter la solution soi même débute à 49$, ce qui parait plus raisonnable même si il ne comprend absolument aucune électronique mais uniquement l’emballage de la solution.

Noodle Pi

La Noodle Pi c’est un MicroPC qui fera tourner tout ce qu’une Raspberry Pi Zero W sait faire tourner et donc, par exemple, un véritable système d’exploitation Linux. C’est aussi une minuscule tablette tactile, quoi qu’un peu épaisse, qui affiche sur un écran de 3.5″. Un objet à cheval entre les deux mondes donc puisqu’il sera autonome et exploitable comme une tablette mais également tout à fait capable de se comporter comme un minuscule PC ou comme un grand une fois relié à la série habituelle d’accessoires qui servent de greffons à ce type de machines : Clavier, souris et pourquoi pas, écran.

Noodle Pi

La solution se compose, dans la version à 200$, de tout l’attirail nécessaire à un usage complet et autonome. Batterie de 500 mAh, solution de chargement, capteur photo de la fondation, câblerie et écran. Un écran 3.5″ en 262 144 couleurs qui affiche en 06 images par seconde dans une définition de 800 x 480. Le tout est intégré, et c’est là le gros travail de la Noodle Pi, dans un petit boitier sur mesures prévu pour s’ajuster au mieux avec l’ensemble de ces éléments.

Noodle Pi

Il ne s’agira pas d’un boitier en aluminium ou un quelconque autre alliage métallique mais d’une solution imprimée en une seule pièce en 3D. Mesurant 9.3 cm de long sur 6 cm de profondeur et 1.9 cm d’épaisseur à son point le plus épais. Le boitier permet de sécuriser les composants tout en laissant un total accès à la connectique ce qui permettra de lui brancher un adaptateur microUSB OTG par exemple et donc de le piloter avec un clavier filaire ou de lui ajouter un hub USB ou autre et de continuer de charger l’appareil avec un adaptateur MicroUSB. La sortie HDMI est également accessible pour brancher un écran externe. Bref ce petit boitier peut  se comporter comme une petite Raspberry Pi de poche. La grosse différence vient de la possibilité de l’utiliser de manière autonome avec sa batterie et son écran tactile.

Noodle Pi

Des accessoires comme ici un dock imprimé à 15$ permettront de brancher une manette achetée séparément.

Que penser de cette Noodle Pi ? A mon sens, c’est une bonne mauvaise idée. D’un côté la réalisation du boitier, en une seule pièce, qui accueille les composants est un tour de force qu’il faut souligner. La conception de celui-ci est extrêmement bien fichue et la possibilité de le connecter à un dock-clavier bien trouvée. Est-ce que le boitier seul devrait valoir pour autant les 49$ demandés ? Difficile à dire en réalité. En matière première, l’ensemble doit se chiffrer autour des – grand max – 5$. Mais il faut compter sur le temps de création de ce type de boitier. Je doute que cela fasse monter les enchères à ce point… Il y aurait peut être donc du y avoir une autre technique utilisée pour réaliser les boîtiers : Peut être un moulage en ABS ou quelque chose du genre ?

Noodle Pi

Mais surtout, si l’objet est super séduisant, j’ai peur qu’il ne soit au final qu’un petit gadget. Il a l’écran entre deux chaises car si la propositions mobile est intéressante, elle est très limitée. Que va t-on faire avec une Raspberry Pi Zero mobile au final ? Surtout au travers d’un écran de cette taille et affichant cette maigre définition ? Pas grand chose en vérité ! Si l’on veut, par exemple, piloter un site en SSH via un terminal, il faudra passer par le Bluetooth et un smartphone pour partager une connexion 3/4G. Autant lancer une application SSH sur le smartphone, quitte à déployer un petit clavier Bluetooth non ?

2018-03-08 12_37_34-minimachines.net

Le gros point fort de cette Noodle Pi, c’est justement d’avoir accès à une tonne de systèmes différents d’Android : Python, Ruby, PHP, Rust, Dart, Go ou Scratch. C’est un très bon point et la machine saura piloter des univers inconnus sur smartphone. Mais pourquoi faire dans cette interface ? On parle de développement mais qui va vraiment développer avec un écran de 3.5″ en 800 x 480 pixels ? Bref, pour la beauté  du geste et le rendu final du produit assemblé, je tire mon chapeau. Mais pour les 200$ demandés et la finalité de l’ensemble, je suis vraiment plus circonspect.

A la vérité, beaucoup des choses annoncées ici peuvent se faire avec un câble MicroUSB vers USB à 3€… Il est même parfaitement envisageable de piloter des langages étrangers à Android au travers d’une liaison vers une bête Raspberry Pi montée en local, un clavier externe et un smartphone.

Enfin, le fait que le site oblige de passer par un paiement en Bitcoins ou en financement participatif1 achève tout début d’ambition autour de cette minimachine.

Notes :

  1. On parle de financer une impression 3D tout de même…
11 commentaires sur ce sujet.
  • 8 mars 2018 - 13 h 35 min

    Un écran qui affiche 06 images par secondes ? :-)

    Dommage qu’il n’y ai pas un guide de montage sinon on pourrait le faire soi même.

    Répondre
  • 8 mars 2018 - 13 h 55 min

    C’est intéressant, mais en effet beaucoup trop cher !!!

    Le plus simple serait en effet de partir sur une base smartphone,
    remplacer l’Android, par un OS ouvert…
    et en faire un vrai mini-ordinateur…
    ou pourquoi pas interface de contrôle domotique,
    via le Wifi ou le Bluetooth !

    On trouve des smartphones Neuf à partir de 40 Euros…
    alors qu’il y a un écran, un processeur avec environs 20.000 sous Antutu V6,
    1 Go de Ram, 8 Go de stockage, une batterie
    et un adaptateur électrique !

    Et n’importe quel smartphone 1er prix est en principe
    beaucoup plus puissant qu’un Raspberry PI !

    Je ne m’y connais pas suffisamment…
    Mais ”détourner” un Smarphone pour en faire un ordinateur
    avec un OS alternatif, me semble une voie intéressante…
    car il y aurait énormément de possibilités,
    pour un prix modique !

    On appel cela en Anglais l’Innovation Jugaad,
    en Français, l’innovation Frugale,
    énormément utilisé en Inde !

    Répondre
  • 8 mars 2018 - 14 h 32 min

    Sans compter qu’une Rasp ne navigue pas confortablement sur Internet… La Rasp est très efficace, mais les gens s’évertuent à la destiner à des usages qui sont des erreurs de casting…

    Répondre
  • 8 mars 2018 - 14 h 58 min

    @JeanD : Il y a postmarketOS (https://www.postmarketos.org/) qui a exactement l’objectif dont vous parlez (mettre un linux sur un smartphone basique ou d’occasion). Mais le problème ici est le côté très fermé et beaucoup plus varié (et bien moins documenté) en terme d’environnement matériel. De fait le parc d’appareils testés est restreint et y faire rentrer un nouvel appareil prend beaucoup de temps.

    A comparer avec la Raspberry Pi qui est quasiment complètement documentée et bien plus ouverte…

    Répondre
  • 8 mars 2018 - 15 h 39 min

    @Benjamin:
    Oui, il existe plusieurs OS Alternatifs pour Mobile…
    mais la Mayonnaise ne prends pas !
    Alors que la Base semble saine et standard…
    c’est sûr que ça irait en opposition
    aux intérêts d’Android, de Google !

    Pourquoi ne pas partir d’un Smartphone de Base,
    d’un Xiaomi ou d’un LeEco TOP Vente vendu dans les 100 Euros…
    en faire une Nouvelle Plateforme Standard de développement,
    un Xiaomi Pi ou LeEco Pi ?!
    Lui intégrer un double système dans le genre
    Android / Linux…que Google se fasse des cheveux blancs !

    Un Double Boot intégré d’office ne coûterai quasiment rien…
    et nous délivrerai de la dépendance et de l’esclavage à GOOGLE,
    soi disant pour notre bien !
    Fais confiance mon enfant….ssss

    Répondre
  • 8 mars 2018 - 16 h 21 min

    @JeanD: C’est beaucoup plus compliqué que tu ne le penses. Partir de n’importe quel smartphone Xiaomi ou autres ne changera rien au fait que l’ensemble de leurs composants sont fermés/vérouillés. Il y a le projet replicant https://www.replicant.us porté aujourd’hui par Paul Kocialkowski. Ce qu’ils font lui et d’autres développeurs c’est un travail monstreux pourtant les téléphones qui peuvent bénéficier de replicant ne sont pas 100% opérationnels (dans le sens toutes les fonctionnalités d’origines sont dispo)

    Répondre
  • 8 mars 2018 - 17 h 27 min

    @JeanD:
    Effectivement l’utilisation d’un smartphone d’entrée de gamme est LA solution.
    Hélas, elle se heurte à 2 inconvénients.
    1. le renouvellement de ce genre de gamme est très rapide, les gammes ne sont pas suivies et donc ce qui est possible le mois M ne l’est plus le mois M+1 ;
    2. corolaire : on n’est pas certain de pouvoir reproduire un mode d’emploi laborieusement élaboré.

    db

    Répondre
  • 8 mars 2018 - 20 h 58 min

    Moi j’ai acheté un Pipo à moins de 100 euros et c’est génial. Seul défaut peut-être l’absence de batterie.

    Répondre
  • 9 mars 2018 - 16 h 25 min

    @Caribou:
    Merci, je viens de regarder,
    c’est intéressant !!!

    Répondre
  • 11 mars 2018 - 5 h 47 min

    je trouve que c’est une très bonne idée pour piloter sa domotique diy, et son multimedia, je pense que ce projet a de bonnes chances de fonctionner … ou d’être repris sous format ouvert et documenté

    Répondre
  • 11 mars 2018 - 23 h 28 min

    Euh… Hors sujet total, sorry!
    Mais c’est quoi le mini cavier avec les touches en “fleur”? (le 1er de l’article).
    Il a l’air rigolo, mais jamais vu quelque chose de semblable.
    Merci!

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *