Déballage et découverte de la nouvelle carte Raspberry Pi B+

Les BestSellers ont souvent une suite mais à la différence des romans de plage, la nouvelle Raspberry Pi B+ embarque un matériel mis à jour pour prendre en compte les usages et les demandes de son public : Découverte.

En fait je suis mauvaise langue, les romans de plage sont souvent exactement ce qu’attend le public de la part de l’auteur, à savoir le même roman, parfois avec les mêmes protagonistes mais dans des situations et des lieux différents. M’enfin tout est en général prétexte a raconter la même histoire, celle qui a tant plu l’an dernier avec le gros roman précédent.

Cette Rasberry Pi B+ semble être née d’un tout autre schéma de pensée, le but de la fondation n’étant pas  de produire un engin commercialement viable mais de satisfaire les demandes légitimes d’un public critique qui a remonté plusieurs éléments pertinents quand au futur de la carte.

On est donc là en présence du troisième modèle Raspberry Pi sur ce format, c’est moins bien que Barbara Cartland mais c’est pas mal quand même.

La Raspberry Pi B+ est donc la fille naturelle de la version précédente, elle même sortie en 2 révisions, A et B, qui différaient surtout par la taille de la mémoire vive embarquée. On reste sur un engin totalement hors des sentiers battus par rapport aux ordinateurs commerciaux classiques puisque les principaux composants embarqués sortent tous droits des catalogues de pièces détachées des années 2000.

 Raspberry Pi B+

On garde donc un SoC ARM Broadcom BCM2835 avec un ARM1176JZFS cadencé à 700 MHz et un chipset graphique VideoCore IV. La petite carte embarque toujours 512 Mo de mémoire vive. Tous les développements logiciels créés pour la Raspberry Pi actuelle seront donc compatibles avec la nouvelle, certains auront peut être quelques rajouts à faire pour prendre en charge des composants nouveaux mais cela devrait être facile et rapide. La taille de la carte est légèrement plus petite et quelques détails changent :

Raspberry Pi B+

Les petits points dorés et numérotés sont des points de contrôle pour faciliter le montage et débugage électronique de la carte <3

La concession faite par la fondation au Wearables, aux objets embarqués, c’est l’arrondissement des bords de la carte. Ça n’a l’air de rien mais en adoucissant les bords, on va pouvoir intégrer plus facilement l’objet dans d’autres solutions. L’idée est là même pour le changement de support de stockage. La Rasberry Pi B+ n’emploi plus un lecteur de cartes SDHC mais un MicroSDHC. Un détail qui en fera pester certains, et je les comprend vu la différence de tarifs entre les cartes sur certaines capacités, mais qui permet d’avoir une carte de 86 x 56 mm sans un bout de carte SDHC qui dépasse. C’était une demande de la part de beaucoup d’utilisateurs.

Raspberry Pi B+

A gauche le Modèle B, à droite la Raspberry Pi B+

Autres points positifs, la carte arbore désormais 4 trous de fixation pour la visser sur des entretoises, une petite révolution qui permettra d’intégrer beaucoup plus facilement la solution dans tout type de montage. Mieux encore les ports USB, réseau, audio et vidéo ne sont plus disséminés tout autour de la carte mais on été arrangés pour n’être présents que sur 2 côtés de la Rasberry Pi B+. Un changement qui facilite là encore l’intégration de la solution : Un boitier n’aura plus des câbles qui partiront en étoile autour de la carte mais qui sortiront plutôt vers l’arrière et le côté.

Rasberry Pi B+

Autre demande qui a été entendue: comme beaucoup de monde se sert de la petite carte pour piloter des solutions comme XBMC ou autre afin d’afficher sans un bruit des films ou d’écouter de la musique, la fondation a décidé d’intégrer, gloire leur en soit rendue, un élément généralement totalement absent de beaucoup de solutions grand public, un circuit audio générant moins de bruits parasites.

D’autres éléments importants ont été mis en place comme l’augmentation des pins d’entrées et sorties pour piloter d’autres éléments électroniques. On passe de 26 sur le modèle B de base à 40 sur la B+. De quoi concevoir des montages plus élaborés et piloter plusieurs solutions en parallèle, un autre bon point pour la carte au vu des solutions domotiques qui se mettent en place autour d’elle.

Raspberry Pi B+

Détail important, l’agencement des 26 premiers pins est identique au modèle précédent, l’ajout des pins supplémentaires ne fait que rajouter des options.

Rasberry Pi B+

Ce qui veut dire que si vous avez déjà bidouillé des cartes ou  acheté des composants (Breakout Board par exemple) pour les connecter sur une carte Raspberry Pi Modèle B, ils seront compatible avec la nouvelle venue.

Dans le même esprit, le nombre de ports USB à été doublé, on reste en USB 2.0 – faute de SoC supportant l’USB 3.0, même scénario pour l’Ethernet qui reste coincé en 10/100 sans passer au Gigabit, la puce Broadcom ne gère pas ces éléments – on grimpe donc de 2 à 4 ports USB 2.0.

Rasberry Pi B+

La prise jack audio 3.5 mm gère désormais la vidéo à l’instar des solutions embarquées sur de nombreux appareils photos numériques. Avec le jack idoine, que l’on trouve partout à partir d’1€, on pourra donc sortir un signal en CINCH et afficher son et image sur de veilles télévisions ou le connecter à un adaptateur Peritel par exemple. Ce changement qui a débarrassé la carte de la prise CINCH a permis de rajouter les GPIO supplémentaires.

Rasberry Pi B+

Le port HDMI reste évidemment présent tout comme le connecteur de la camera dédiée et l’alimentation se fait toujours via un MicroUSB mais la nouvelle carte demande moins d’énergie pour son fonctionnement de base. De 600mA jusqu’à 1.8A en 5V contre 750mA de base pour le modèle B jusqu’à 1.2A en 5V. Cette baisse de consommation pour les tâches minimales est bonne à prendre et l’augmentation de l’ampérage maximum pourrait aider à mieux prendre en charge certains périphériques USB. Le fait d’avoir doublé le nombre de ports USB explique peut être également cette augmentation.

 Raspberry Pi B+

La carte Raspberry Pi Modèle B, la solution actuellement commercialisée partout, reste en production. Beaucoup de solutions sur le marché sont axées autour de cette carte et de nombreux outils ont été taillés sur mesure. La fondation continue donc de produire la carte pour ne pas poser de soucis à son écosystème. Cependant, vu que le modèle Raspberry Pi B+ sera proposée au même tarif public de 35$, il est vraisemblable que petit à petit elle remplace naturellement le modèle actuel.

Décrite comme l’évolution finale du concept, la Raspberry Pi B+ est disponible immédiatement aux US et ne devrait pas tarder à débarquer chez nous. Il est possible que l’ancien modèle soit alors sabré de quelques euros supplémentaires même si les tarifs actuellement en ligne nous la proposent déjà à des prix très bas comme cette trentaine d’euros sur Amazon frais de port compris.

Rasberry Pi B+
On a donc une carte largement mise à jour dans sa forme et ses capacités, et non pas dans  son moteur graphique ou de calcul : Conséquence logique d’un marché où les puces ARM Open-Source bien documentées se comptent sur les doigts de… sur le doigt de… sur un doigt. Il n’y a clairement pas de puce ni de fabricant intéressé par la diffusion des sources nécessaires au développement de solutions Open Source ce qui limite pour le moment la fondation à se rabattre sur cette – non moins excellente – solution Broadcom.

18 commentaires sur ce sujet.
  • 14 juillet 2014 - 12 h 40 min

    Pour moi c’est parfait, ils ont ajouté des fonctions, réduit l’encombrement, le tout pour le même encombrement et le même prix.

    La seule objection que je vois au µSD c’est si tu fais un projet qui demande de retirer la carte facilement. Je pense notamment aux dataloggers. Par contre, ça peut permettre de lire directement la carte sur un téléphone/tablette.

    Je capte pas comment ils ont fait pour réduire la conso tout en gardant le même processeur ?

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 13 h 11 min

    déjà avoir les ports bien rangés et pas tout autour de la carte c’est un sacré plus !
    ça peut paraître débile mais pour moi c’était un frein, je ne pourrai l’expliquer, mais en gros ça faisait « brouillon » et pas « intégrable »
    là c’est propre, fini le gros cinch jaune qui épaissi le tout et déborde.

    @kstro4u: Je pense que le conso a pu être réduite sur les éléments annexes au processeur et à la carte graphique. De manière générale on oublie souvent de mentionner ce que consomme la carte mère et ses divers chipsets autour de la solution proc/carte graphique, c’est sur cela qu’on peut avoir parfois des gains significatifs, car l’effort de réduction de consommation est souvent concentré sur le processeur tout en délaissant l’optimisation du reste.

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 13 h 27 min

    Je ne fais pas dans le hardware, mais rien que poru le software ce petit machin est très amusant. La grosse différence avec les Linux sur x86, c’est que comme le hardware est standard, tout marche; et comme en plus c’est educatif, y’a de la doc, et une communauté reellement sympa.
    Je me suis retrouvé a faire un petit NAS compatible Apple. Ca m’a pris une grosse demi journée (1h pour la version Windows… le reste c’est merci Apple et leurs protocoles pas standards), mais je n’ai jamais eu envie de tout envoyer par la fenetre apres piétinement hystérique, qui est l’effet habituel de mes incursions sous Linux. Le pire, c’est que mon frere utilise ca, depuis quelques mois maintenant, comme NAS chez lui.

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 14 h 52 min

    @kstor4u:
    La consommation a été réduite en modifiant le circuit d’alimentation. Le régulateur linéaire (qui présente pas mal de pertes) et remplacé par une alimentation à découpage ayant un meilleur rendement.

    Cette nouvelle version est très intéressante et sera effectivement plus simple à embarque. Peut être un de mes prochains achats?

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 17 h 39 min

    @kstor4u
    « Simple », comme indiqué avant ils utilisaient des alimentations linéaires et maintenant des « à découpage »
    Avant pour abaisser la tension, toute la différence partait en chaleur, maintenant, juste le nécessaire est prélevé, donc il y a moins de perte, donc ça chauffe moins et consomme moins du coup.

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 17 h 55 min

    Et niveau rendu vidéo, ça donne quoi ce jack sur un cathodique par rapport à avant ?

    Répondre
  • 15 juillet 2014 - 0 h 46 min

    Toujours et encore mieux à chaque modéle!
    La fondation fait du bon travail!
    Par contre l’Ethernet est toujours partagé sur le même port que l’USB?
    Car la avec 4 port + un Ethernet ça risque de fortement se bousculer et d’être dur d’avoir un bon débit constant sur l’Ethernet.

    Répondre
  • 15 juillet 2014 - 9 h 45 min

    Ce n’est pas un changement majeur. On verra à l’usage, et si ça fait baisser le tarif de la B, tant mieux !

    Répondre
  • 15 juillet 2014 - 10 h 42 min

    Il semblerait qu’ils ont enlever le header P5 (à confirmer, mais il n’est mentionné nul part et invisible sur la carte)ce qui rend un certain nombre de carte son (la wolfson par exemple) incompatible.
    Pour mon utilisation c’est un peu dommage …

    Répondre
  • 15 juillet 2014 - 11 h 18 min

    […] Déballage et découverte de la nouvelle carte Raspberry Pi B+ […]

  • 15 juillet 2014 - 13 h 41 min

    Perso, je trouve que cette carte represente LA minimachine 2014! Digne successeur du eeepc 701 (en terme de bidouillabilité j’entend)

    Répondre
  • 16 juillet 2014 - 10 h 08 min

    […] La nouvelle Raspberry Pi B+ embarque un matériel mis à jour pour prendre en compte les usages et les demandes de son public : Découverte.  […]

  • 17 juillet 2014 - 21 h 31 min

    Ils sont baissé l’ampérage pas l’intensité? Ce qu’on voulais nous c’était un processeur un peu plus véloce… domage

    Répondre
  • 18 juillet 2014 - 13 h 07 min

    […] Découvrir la Raspberry Pi B+ en détail […]

  • 25 juillet 2014 - 19 h 44 min

    […] La nouvelle Raspberry Pi B+ est arrivée et elle est désormais disponible un peu partout. Cette version de la carte, qui apporte de nombreuses améliorations au concept de base tout en gardant les éléments qui ont fait son succès, signe la poursuite d’une volonté dont les marqueurs les plus importants sont la collaboration, l’ouverture et l’Open Source. […]

  • 24 novembre 2014 - 18 h 09 min

    […] vous proposons différents styles : poêle design, poêle tendance ou poêle rustique. Déballage et découverte de la nouvelle carte Raspberry Pi B+ Les BestSellers ont souvent une suite mais à la différence des romans de plage, la nouvelle […]

  • 9 décembre 2014 - 10 h 53 min

    […] sorte de Meccano des temps modernes, qu’est la micro électronique. Avec l’aide d’une carte Raspberry Pi B+ (Une carte à 34€) et de quelques composants, l’idée est de programmer des interactions […]

  • 14 mai 2015 - 15 h 35 min

    […] Pour tout savoir de a Raspberry Pi B+ […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *