Tablettes, ultraportables, la schizophrénie des utilisateurs

Schizophrénie est un mot fort et souvent galvaudé pour parler de comportements qui tiennent plus de stéréotypes que de réalités. Il ne me semble pourtant pas mal choisi pour parler du comportement des utilisateurs face aux tablettes et ultraportables actuels.

Le dépeçage par iFixit de la Surface Pro 4 lui a donné droit à la note de 2/10. Sa capacité à être réparée a évidemment été jugée médiocre. Avant elle, ce sont de nombreuses autres solutions en tous genres qui se sont vu donner une note très basse pour l’accès à leurs composants.

Minimachines.net

Dans le même temps, de nombreux utilisateurs pestent contre la faiblesse connectique de nombreux ultraportables. Manque de ports, recours à des adaptateurs systématiques, faiblesse du châssis et impossibilité chronique d’accéder aux composants pour les modifier ou les réparer en cas de panne.

Les plaintes face à la production actuelle s’accompagnent souvent d’une remarque étrange. Celle de machines trop épaisses et pas assez dessinées. Pour peu qu’un ultraportable dépasse les 2 cm d’épaisseur et cela devient un “veau” “intransportable”, une solution “des années 2000”.

HP Cube

Mais personne ne semble faire le rapprochement entre les demandes de design des utilisateurs recherchant toujours plus de finesse et les impératifs techniques que cela suppose. Une machine de type ultraportable, sous les 1.5 cm d’épaisseur aura bien du mal à intégrer physiquement un port HDMI ou USB plein format. Impossible même de penser à un port Ethernet.

Une tablette sous les huit mm d’épaisseur doit coller certains de ces composants pour les rendre plus solides et éviter qu’elle ne plie au premier appui malencontreux. Certaines technologies très intégrées demandent impérativement que les  sandwichs de composants soient imbriqués les uns dans les autres. Que la mémoire soit soudée, que le stockage soit soudé, que le processeur soit soudé… Entraînant mécaniquement une impossibilité de modifier ceux ci.

HP Cube

Après plus de 10 ans de portables aux batteries amovibles, toute une génération de machines a choisi d’opter pour des modèles intégrés et non remplaçables sans jouer du tournevis voire du fer à souder.

Et tout cela pour quel intérêt ? Un engin plus joli, certes, plus fin évidemment mais sans réel atout d’un point de vue ergonomique. Il suffirait à la plupart des solutions ultraportables aujourd’hui de retrouver quelques mm d’épaisseur pour retrouver une foule d’avantages.

L’Asus EeePC 1008KR, un netbook original avec une batterie Li-Polymer 2900 mAh 31 WH intégrée et amovible, il mesurait 2.65 cm au point le plus épais.

Une possibilité d’ouverture avec des trappes permettant d’accéder aux composants pour les modifier ou les remplacer en cas de panne. Les SSD ont gagné des ports de plus en plus compacts qui permettent une intégration facile comme le mSATA ou le M.2 mais plus aucune machine ne propose de trappe pour les remplacer. La mémoire peut tout aussi facilement être intégrée à des slots SO-DIMM mais sans l’espace nécessaire à leur implantation, il est impossible d’envisager de les intégrer de cette manière.

Des batteries externalisables, vers l’arrière des machines comme traditionnellement mais également via des systèmes d’intégration moins classiques sous les châssis. On y gagnerait des solutions pouvant fonctionner plus longtemps en changeant simplement de batterie mais également une durée de vie prolongée des engins qui ne mourraient plus à petit feu lorsque le nombre de cycles de leurs batteries toucherait sa limite.

Minimachines.net

Un engin 5 mm plus épais aura t-il un impact significatif sur l’encombrement proposé par les machines actuelles ?

Le jeu en vaut t-il la chandelle ? Sur minimachine, il devrait être logique de considérer comme positif la miniaturisation des solutions existantes. Mais il semble plus intéressant de se focaliser sur les bordures extérieures d’un engin, de surveiller l’intégration d’un écran dans son châssis pour éviter qu’il ne soit entouré de bords “perdus” de 2 cm de chaque côté plutôt que de se poser la question de l’épaisseur globale de la machine. Vérifier que le clavier occupe un maximum l’espace disponible sans se retrouver avec une solution noyée dans le vide.

Amincir les ultraportables a un effet positif sur la ligne globale de chaque machine mais ne provoque pas de bouleversement majeur au fond d’un sac lors de son transport. Non seulement le demi centimètre de plus ne se sentira pas vraiment par rapport à une diagonale optimisée par rapport à l’écran mais le rajout des divers adaptateurs nécessaires à l’usage de l’engin aura tôt fait de renverser l’effet esthétique positif proposé lors de l’achat.

Minimachines.net

Surface Pro 4, intégration maximale…

Retourner vers des solutions plus épaisses est t-il possible ? Sur les tablettes, cela semble difficile, voir impensable pour de nombreux constructeurs. Les machine sont désormais considérées comme des outils remplaçables, avec une durée de vie déterminée. Il n’est pas sur que le public soit en phase avec l’idée d’un engin qui troquerait sa portabilité et sa finesse au profit d’une éventuelle connectique ou d’une possibilité de réparation. Une tablette se remplace, elle casse, on la change. Point.

Minimachines.net

Un port M.2 qui permet de changer facilement le stockage pour… le constructeur.

Sur le marché des ultraportables, en revanche, il y a peut être quelque chose à jouer pour les constructeurs qui pourraient sortir leur épingle du jeu avec des engins légèrement plus épais mais qui proposeraient des éléments modifiables et une large connectique.  L’avantage du dispositif est que l’augmentation en épaisseur ne se traduit généralement pas par une énorme augmentation de poids, les coques ne grandissent pas outre mesure et un engin de 1.3 kilo ne passe pas à 2 parce que le constructeur le passe de 1.5 cm d’épaisseur à 1.9 cm.

Minimachines.net

Le Dell XPS 13, un modèle d’intégration d’écran, mesure 1.5 cm d’épaisseur ce qui ne lui permet pas d’intégrer un port Ethernet, dommage.

Le marché actuel du portable reste dominé par des engins de 15 pouces de diagonale, plus réparables que les utltraportables mais peu agréables à transporter. Un autre marché enfle clairement, celui de machines de joueurs très performantes qui ouvrent beaucoup plus leurs entrailles aux utilisateurs sans ménager une grosse connectique. Il y a là peut être des leçons de marketing à tirer et proposer aux utilisateurs un design de machines de 11 à 13 pouces plus épaisses mais originales dans leur design et surtout riches, bien plus riches en ergonomie.

37 commentaires sur ce sujet.
  • 29 octobre 2015 - 18 h 17 min

    Bonjour.

    excellent article. Quand on veut transporter un portable 11 pouces ou plus, je ne vois pas trop l’intérêt de gagner 5mm dans le sac… Mon portable est un 14pouces, un T440s. Même si l’ouverture n’est très facile, on peut changer en quelques minutes un des 2 ssd dedans soit-même. Pratique ! Un vrai port VGA, car en déplacement c’est encore souvent ce qui est utilisé… Un vrai port ethernet, batterie principale amovible… Seul point faible, sortie mini display-port et non pas hdmi.
    En plus, pour gagner quelques mm et quelques grammes, l’autonomie est souvent pas très bonne, le combre pour une machine mobile.

    Répondre
  • uko
    29 octobre 2015 - 18 h 21 min

    J’irais même plus loin en ce qui concerne les tablettes. Pour les derniers modèles en 8″, je les trouve tout simplement trop fins pour être agréables à manipuler.

    La perte de poids, je suis à 100% pour. C’est vraiment intéressant pour un appareil tenu en mains de manière durable, et même 10% de moins fait la différence à l’usage. Par contre, la réduction des bordures autour de l’écran et surtout de l’épaisseur des machines les rendent bien moins faciles à manipuler !
    A prendre en mains, je trouve la Note 8 parfaite. Bords arrondis, elle se cale bien dans les paumes et de manière confortable.
    La Tab S 8.4″ semble meilleur en tous points. Plus légère, des bordures plus fines et une épaisseur minime. Pas moyen de l’utiliser sans coque de protection: ses bordures sont trop fines pour pouvoir la manipuler de manière ergonomique, et son manque d’épaisseur nuisent à la qualité de la préhension des doigts dessus. Au final, je me retrouve bien moins à l’aise que sur la Note 8, pourtant plus lourde. Et je me sens obliger d’y adjoindre une protection… qui la rend plus épaisse et plus lourde que la Note 8.

    Mais effectivement, je pense qu’on est pas prêts à voir un retour en arrière sur ces points. La tendance lourde est de penser au look avant l’ergonomie.

    Répondre
  • 29 octobre 2015 - 18 h 38 min

    Très bon article. Moi perso ce qui m’énerve c’est la taille parfois énorme des transfo d’alimentation des ordinateurs portables. D’une marque ou d’un modèle à l’autre, c’est du simple au double. Un ultraportable se doit d’avoir un transfo optimisé.
    Pour le reste je ne suis personnellement pas pour le trop de connectique sur le nouveaux ultrabook. Pour moi l’avenir c’est clairement 2 port usb-c et un mimi-mini hub avec tout ce qu’il faut : hdmi plein format, usb plein format, rj45. pour ceux qui en ont besoin du VGA sur certains mini hub.

    Je suis pour un portable moins fin, mais pas pour rajouter de la connectique pour la plupart occasionnelle que l’on peut mettre en hub. Par contre on utilise ces mm en plus d’épaisseur pour augmenter serieusement la batterie, et ameliorer la réparabilité/changement composants.

    Je vois aucun interet de mettre de série un lecteur de carte sd sur le Surface Book, alors que c’est un besoin ponctuel. J’ai de mon côté toujours un adapteur clé usb lecteur SD sous la main et ca ne coute pas grand chose, je n’ai pas besoin d’un lecteur intégré.
    Je suis content de ne pas avoir de RJ45 sur le chassis, mais en adaptateur, car je m’en sert hyper peu souvent. Quand j’en ai besoin, j’ai le petit adaptateur qui va bien que j’emporte au besoin (j’ai un vieux mais toujours très véloce samsung series 9)

    Répondre
  • 29 octobre 2015 - 18 h 43 min

    Et en plus, ces machines ultraportables mais évolutives existent…
    Il suffit de regarder les Asus PU301 ou BU401…

    Répondre
  • 29 octobre 2015 - 19 h 17 min

    En ce qui me concerne j’aime bien quand ça allège.
    L’an dernier (ou ce début d’année plutôt) j’ai du démonter mon Asus T100, je ne pense pas qu’il soit possible de faire quoi que ce soit sans casser la vitre tactile, heureusement c’est ce que je voulais changer. Pourtant le T100 n’est pas spécialement fin ni léger, ils auraient très bien pu faire une tablette qui puisse s’ouvrir facilement.
    Je ne pense pas que ce soit la course à la miniaturisation qui empêche de concevoir des machines réparables c’est plutôt la recherche du renouvellement de machines qui fait que les fabricants ne cherchent pas à simplifier l’évolution.

    Répondre
  • 29 octobre 2015 - 19 h 20 min

    Tout à fait d’accord. D’ailleurs je cherche un 15 pouces sans être gêné par une épaisseur (et un poids) qui permettent quelques ports USB, Ethernet, une trappe pour ajouter/changer mémoire, ssd, etc…
    Si quelqu’un a une bonne suggestion, merci d’avance

    Répondre
  • 29 octobre 2015 - 19 h 25 min

    C’est Apple qui a conduit à tout ça!
    Je préfère aussi du IBM bien mastoc et solide, démontable de A à Z.

    Répondre
  • 29 octobre 2015 - 19 h 46 min

    Avant Apple le Mac était modifiable, MacBook Pro 13, 15, 17 pouces était modifiable (Aussi chez les anciens iMac). Mais le design a pris le pas sur le pratique et évolutif. Je reste encore sur du ThinkPad car beaucoup plus évolutif mais ça reste une machine pro avec un design pro. On est aussi dans l’obsolescence programmé vu que le matériel n’est plus évolutif donc plus rapidement obsolète. Je fais le constat que la machine nous appartient plus tellement comparer à avant.

    Répondre
  • 29 octobre 2015 - 20 h 13 min

    @Xanxi: Personne n’était forcé de suivre Apple non plus hein…

    Répondre
  • 29 octobre 2015 - 20 h 26 min

    Effectivement c est Apple qui a lancé cette mode:
    – Après l’éviction des petits revendeurs/boutiques de quartier non Apple Store
    – Après l’arrivé du Mac Book Air (les 1er l’on pouvait encore changer le M-SATA: 1 seul composant)
    La mort des petits revendeurs/réparateurs de proximité
    Ils veulent tout contrôler pour mieux dicter le renouvellement et en plus les prix flambent!

    Vivement un fabriquant de PC portable qui permettent de nouveau cette plus grande evolutivité et donc la durée de vie des appareils:
    cela relancerait peut etre la vente de PC qui est en berne?
    Le nombre de PC portable (10ans) à qui j ai pu redonner un vrai second soufle simplement en remplaçant le DD mécanique par un SSD et en ajoutant une barrette mémoire…
    Pourvu que Minimachines et cet article soit analysé par les services Marketing et Commercial de ces constructeurs
    PS: il est peut etre temps de remplacer le RJ45 par quelque chose de plus fin, le HDMI->mini HDMI a déjà fait sa révolution

    Répondre
  • 29 octobre 2015 - 20 h 48 min

    Très bon article Pierre néanmoins je pense qu’il est encore possible de nos jours de rendre nos bécanes ultra fines évolutives…

    Il suffit de voir le projet ARA… il devient quoi d’ailleurs ? aucun intérêt pour les constructeurs… ce qu’ils veulent c’est du renouvellement… vendre chaque année

    Tout est possible mais quel intérêt de laisser à l’utilisateur la possibilité de changer un SSD quand l’option 128 au lieu de 64 serait bien plus chère payée.

    Pourquoi dans ce cas laisser à l’utilisateur la possibilité d’installer à moindre coût un 128 et se priver d’une marge confortable ? idem pour la mémoire..

    Et pour la batterie inamovible, morte au bout de 2 ans, un petit aller-retour chez le revendeur, avec à la clé une visite en boutique, un moyen de vendre des accessoires, une rallonge de garantie, des logiciels, ou tout simplement le convaincre de prendre la version au dessus plus récente d’un an, voire même s’équiper d’un téléphone de la même marque car il se synchronise facilement via le nuage…

    l’informatique ce n’est plus la vente d’un matos uniquement, Apple a inventé l’abonnement déguisé sur le matos avec le consentement complet de ses utilisateurs. Tout l’inverse de l’esprit que j’ai connu en 2000 avec un powerbook où tu tires une languette la batterie s’ejecte, idem pour le lecteur cd, 2 ergots retirés du clavier à la main sans outils et hop accès au DD et à la ram…

    Ils sont des génies du marketing et de la vente, les autres suivent, à quoi bon s’en priver l’utilisateur d’aujourd’hui n’a pas le choix… ou plutot ne le fait pas, boycotter le non évolutif.

    Répondre
  • 29 octobre 2015 - 20 h 57 min

    @Bzels123 : oui, le port RJ45 c’est pas mal, mais il faudrait essayer d’en avoir une version plus fine. Il y a parfois de belles machines, mais sans prise ethernet à cause de ces histoires de minceur. Eh bien, je laisse tomber. J’ai revendu récemment mon dernier netbook. Je ne sais toujours pas pas quoi le remplacer (en plus je veux mettre linux dessus, ça aide pas hélas).

    Répondre
  • 29 octobre 2015 - 21 h 24 min

    La DELL Venu Pro 11 fait figure d’OVNI, mais le chemin n’est fait qu’à moitié.

    Il y a bien une trappe qui permet de changer le SSD (M2-2260 assez rare comparé à la 2280), la batterie, la carte Wi-Fi et WWAN, mais pas moyen de toucher à la RAM !

    Reste un vrai port USB3 type A et une sortie mini-HDMI en plus du port µSD…

    Répondre
  • uko
    29 octobre 2015 - 21 h 39 min

    @Bzels123:
    “Pourvu que Minimachines et cet article soit analysé par les services Marketing et Commercial de ces constructeurs”
    A mon humble avis, ils ont parfaitement conscience de ce genre d’articles. Ils doivent l’analyser de la manière suivante:
    – C’est une gamme de machines grand public.
    – Une très faible minorité d’utilisateurs geeks aimeraient vraiment pouvoir la bidouiller.
    – 95% des acheteurs potentiels s’intéressent avant tout au design et à la couleur de la machine. Et un peu à l’autonomie annoncée, ainsi qu’aux belles promesses de performances. A ce sujet, on leur a dit qu’il faut du Intel à l’intérieur. Aussi, ils aimeraient bien qu’elle fasse le wifi et qu’il y ait une webcam. Ah, et pour certains un écran tactile aussi.
    Parmi eux, peut-être 5% se posent vaguement la question de l’évolutivité de la machine, mais moins de 10% de ces 5% en feront un élément bloquant à l’achat. Peut-être que certains seront peinés par le manque de ports USB ou d’Ethernet, mais le vendeur n’aura aucune difficulté à leur expliquer qu’un petit hub et le wifi haut de gamme AC intégré compensent largement ces désagréments. De nos jours, c’est obsolète tout ça.
    – Et si on faisait une machine ultrafine et super design ?

    Répondre
  • Xo7
    29 octobre 2015 - 22 h 12 min

    Plus légères les tablettes ? Oui
    Plus fines ? non ! Car plus l’appareil est fin et plus on le protège ! (housse – Cover-protections – sac de transport.
    ..) avec ces additifs on revient souvent au format de départ….

    Répondre
  • 29 octobre 2015 - 23 h 21 min

    @uko: C’est à peu près ça oui.

    Répondre
  • 29 octobre 2015 - 23 h 46 min

    Je confirme comme les commentateurs précédents que les Thinkpad sont un excellent choix d’autant que l’on trouve les manuels de démontage (HMM) sur leur site web : parfait pour vérifier l’accessibilité des composants avant achat. Je suis personnellement très content de mon X220 depuis près de 4 ans.

    C’est là que l’on distingue les gammes “pro” et “grand public”. Plus cher mais plus durable.

    Je suppose que les HP Elitebook sont du même acabit, voir leur “Maintenance And Service Guides”…

    @MaxiMachinChose : ce que tu dis sur Apple est juste. On peut les réparer et sont probablement un meilleur choix que des produits exotiques mais ils ne sont pas à prendre en exemple non plus : écrans collés, formats propriétaires, maigre connectique…

    Répondre
  • 30 octobre 2015 - 0 h 37 min

    La vraie ergonomie n’est-elle pas dans la finesse et la légèreté ? Bref, doit-on sacrifier le design pour une hypothétique répétabilité qui concerne un pourcentage infime d’utilisateurs ? Quel est le taux d’appareils portables défectueux après 3 ou 5 ans, c’est ça la vraie question. À part les ports, de moins en moins nécessaires, aucune raison de faire marche arrière.

    Répondre
  • 30 octobre 2015 - 0 h 38 min

    Faut lire “réparabilité”.

    Répondre
  • 30 octobre 2015 - 0 h 47 min

    Il n’y a pas que les pannes qui nécessitent d’ouvrir sa machine : il y a l’entretien (retirer la poussière, changer la pâte thermique) et surtout l’évolution de la solution : changer pour un SSD plus gros, plus rapide, moins cher que le précédent, ajouter une barrette de RAM en plus…
    Et mon X220, je l’ai ouvert dès le début car : 1) je l’ai acheté en 2Go de RAM car c’était beaucoup moins cher d’acheter les 8 Go et les monter par moi-même et 2) j’y ai tout de suite ajouté un SSD mSata en parallèle du HDD pour coupler vitesse et stockage ! Le tout sans perdre la garantie évidemment, il est fait pour être démonté.

    Répondre
  • 30 octobre 2015 - 0 h 48 min

    @Jean-Pierre: Tu peux regarder dans les gammes de Clevo, il font des machines sans os et relativement linux-friendly.

    Répondre
  • 30 octobre 2015 - 7 h 40 min

    @Le_Renard_Polaire:
    Pareil pour le Dell XPS 13 qui est démontable et a récupérer un 7/10 … donc comme c’est possible … ca devrait etre la norme !

    Répondre
  • 30 octobre 2015 - 8 h 12 min

    Encore un petit article plaisant à lire pendant le petit café du matin. Merci Pierre.
    Sinon, on y retrouve, ainsi que dans les commentaires, un débat gadgets plaisir vs outils qui doivent doivent être à la hauteur du besoin…

    Répondre
  • Cid
    30 octobre 2015 - 9 h 38 min

    On n’insiste pas assez sur le fait que les gens achètent un PC pour l’utiliser sans jamais le faire évoluer. Sur tous les pc portables qu’on me ramène à refaire (système planté, virus, malware etc) Je n’en ai vu aucun avec ne serait-ce la mémoire augmentée en 4-5 ans. Ni même démonté pour virer la poussière. Et pourtant tout est accessible. Le pc démontable, upgradable est un marché de niche pour nerd. :)

    Un macbook air est magnifique. Mais la finesse ne va pas, pour moi non plus, toujours dans le bon sens. Mon iphone 5 par exemple je l’ai toujours utilisé avec une coque, pas que pour le protéger mais parce qu’il est trop fin et me glisse de la main sans protection !

    Répondre
  • 30 octobre 2015 - 10 h 32 min

    Rajoutons une couche d’excellent article car c’est mérité.

    Un ordinateur portable modulaire serait une vraie « révolution » (TM). Si on regarde les possibilité de configuration à l’achat pour certains modèles, ça pourrait ne plus être simplement une niche pour les constructeurs. Seulement les produit seraient plus chers et ça, ça tente pas grand monde malheureusement (sauf avec un bon marketing et/ou un champ de distorsion de la réalité).

    Répondre
  • 30 octobre 2015 - 10 h 44 min
  • 30 octobre 2015 - 10 h 50 min

    Entièrement d’accord avec l’article.

    En revanche, Pierre je vais me permettre de t’accuser de schizophrénie, après l’article dithyrambique que tu as écris sur le Surface Book (qui au passage réussit le tour de force d’avoir tous les inconvénients d’un portable très fin, sans l’être à cause de sa charnière)

    Répondre
  • 30 octobre 2015 - 10 h 57 min

    @pilef: Note que je ne me plaint pas du fait qu’il ne soit pas réparable, je suis pas client à ce prix. Ce qui m’étonne c’est que les gens puissent vouloir un engin fin ET réparable.

    Dans le cas des tablettes, comme écrit ici, il n’y a malheureusement pas grand chose a faire, comme les smartphones, ils souffrent du fait que la technologie est de moins en moins réparable. Les dalles, capteurs tactiles et écrans sont désormais quasiment livrés en kit. les SoC contiennent tous les éléments importants et les puces mémoire sont désormais glissées en dessous pour gagner de la place. Le stockage est soudé dans 99.99% des cas.
    On aurait pu espérer qu’avec un agrandissement des dalles les machines gagnent de ce côté là mais non, la place gagnée sur le châssis avec des écrans de plus en plus grands obligent a compenser la fuite d’énergie par de plus grandes batteries.
    Bref, à moins de revenir à des engins vraiment plus encombrants, les tablettes, ou tout dispositif intégrant le SoC/CPU et la batterie au dos d’un écran, ne seront jamais réparables facilement (Comme le Surface Book)

    Répondre
  • 30 octobre 2015 - 12 h 36 min

    […] Un lecteur  de cartes SDXC, un port jack 3.5 mm combinant casque et micro, une webcam 720p et son double micro, une batterie quetre cellules et une alim 40W finissent de détailler l’équipement de base de l’engin. PAs d’Ethernet, , oui, pas d’Ethernet. Pas la place. […]

  • 30 octobre 2015 - 12 h 39 min

    Bonjour

    D’accord avec Xo7, plus les appareils avec écran sont fins, plus on doit les protéger et perdre cette finesse attractive seulement lors de l’achat.
    Avant les téléphones avait un écran minuscule qui n’avait pas besoin d’être protégé, car il n’affichait qu’un numéro, la batterie et le réseau.
    Avec les écrans que l’on regarde bien plus, là la moindre petite rayure devient pénible. Et donc il y avait clapet pour les téléphone et ordinateurs portables classiques qui se referment pour protéger leur écran.
    Avec les tablettes et smartphones de maintenant, en dehors d’une utilisation uniquement maison, si on les trimbale, alors on doit les protéger et on perd leur “avantage” de finesse.

    La finesse vient des résultats d’Apple qui font rêver les autres constructeurs et dont leurs propres cadres dirigeants doivent être influencés par leur équipement perso Apple et non d’avoir l’obligation d’utiliser des produits de leur propre entreprise pour laquelle ils travaillent. Donc ils ne peuvent pas faire remonter les défauts à améliorer de leur propre marque.

    Il y a aussi très certainement le besoin de séduire de nouveaux consommateurs. Avant la technologie n’intéressait que les hommes et plutôt du genre “geek”.
    Mais le monde “capitaliste”, comme pour les sodas Cola, doivent viser une croissance perpétuelle. Donc chercher de nouveaux consommateurs.

    Les femmes, les adolescents et les enfants sont très certainement une raison de plus de la finesse poussée à l’extrême !

    Cdt

    Répondre
  • 30 octobre 2015 - 13 h 30 min

    @Jean35000: Les ados adorent les PC de jeux bien épais, les enfants n’ont pas de pouvoir d’achat.. Quand aux femmes, une telle généralisation est un peu duraille à lire. Je connais des fammes qui ne jurent que par leur Thinkpad et d’autre qui se fichent pas mal de la forme mais veulent absolument un certain niveau de puissance brute.

    Cela dit oui, la mode fait boule de neige et Apple étant à la mode…

    Répondre
  • 30 octobre 2015 - 14 h 08 min

    L’exception : j’ai acheté un z830 il y a quelques années, extrêmement fin et léger (1Kg, coque en aliage magnésium) pour son gabarit (13″). Bien équipé en interne (i5 performant, 4Go, 128Go ssd), et avec toutes les connectiques plein format, y compris un port ethernet !
    La RAM est upgradable, le SSD au format m2 également. Tout se démonte facilement. J’ai changé récemment la batterie.

    C’est possible.
    Ça a un prix également, un peu moins de 1000€ à l’époque.

    Pour moi, il s’agit donc d’une volonté des constructeurs.

    Répondre
  • Cid
    30 octobre 2015 - 14 h 28 min

    Hé les gars, on peut pas en vouloir à Apple de faire des beaux produits bien finis et bien intégrés.
    Par contre on peut en vouloir aux autres constructeurs de faire la même chose sans corrigés les défauts d’Apple (réparabilité, évolutivité, ouverture, etc.). Peut-être parce qu’Apple se fait de l’argent et que le but des autres entreprises, bah, c’est aussi d’en faire, non ?

    Répondre
  • 30 octobre 2015 - 14 h 47 min

    +100(Millions), Pierre!
    Et après on s’étonne d’un marché PC, ultraportables inclus après avoir tué les netbook pour nous en faire acheter (+cher), en rade totale. Pas aidé par win10 non plus.
    En attendant, mon EeePC 901 rétrofité fonctionne depuis fin 2008, désormais sous Debian 8 MATE. Je pourrais l’offrir aux enfants, si j’avais sur le marché une version moderne.
    Bin non, alors on attends! Même sa batterie tiens encore 7h00 malgré un usage quotidien.

    Répondre
  • 30 octobre 2015 - 17 h 51 min

    et oui, encore un bon article mais dont les constructeurs se moqueront au final (parce que oui, c’est eux qui proposent, on dispose – à vous d’acheter et de faire vos comptes après tous)

    perso, je suis thinkpad pro 4 ever (et quand on en a eu un, on comprends pourquoi) donc pas à chercher plus loin mais il y a un paquet de coms qui illustre bien le “problème” que j’ai de plus en plus avec les “usagers” informatique
    pour moi, c’est un outil point
    comme une bagnole l’est (m’emmener d’un point a à b, le reste, je m’en cogne)
    le truc du “cool”, jolie, fashion etc etc, moi ça me passe totalement au dessus de la tête (ce qui explique que, loi ou pas, ma caisse est peut être “moche” mais petite, consomme peu, facile à garer, ultra réparable et sans aucune électronique (à part 4 capteurs, point)
    pas de jolie, kikoulol, smart, branchouille ou je sais pas quoi
    idem pour mon smartphone d’ailleurs (et je le vois dans les comm ici
    mon xiaomi, il est “épais” (et encore) mais la cover non et au final bien plus pratique et “blindé” avec son dragon trail que les apple de certains (j’ai d’ailleurs fait migré 2 personnes dont une avec le 6 grand format mais qui merdouille grave et qui en a marre de passer au store pour faire marcher sont bouzin – apparemment, il y a un soucis avec ios et son modèle et il en a marre du “nouvel apple” (c’est pas de moi), j’ai pas cherché, je m’en moque mais il est passé chez android et maintenant cherche un bon plan yoga pour virer son ipad aussi – l’ergonomie du yoga est vraiment apprécié en plus de sa batterie)

    après, les considérations sur le design, les femmes, les jeunes etc etc, ça ferait bondir la femme de mon cousin par exemple
    elle est ingénieur it au us (bosse chez paypal), utilise un thinkpad (mon cousin est mac, c’est son problème) et supporte pas les préjugés de ce genre
    au us, un paquet de nanas dans son style on d’ailleurs lancé une série de photos “je suis une femme et ingé IT mais pas “geek-nerd” moche comme on le vois dans les pubs et série” en réaction à un gros raz le bol macho macho man de la pub

    l’image c’est bien, mais j’ai jamais compris pourquoi un outil dois être “sexy”
    (bah oui, siri et équivalent ou pas, c’est un outil, pas votre pote, un bijou ou je sais pas à quoi vous pensez quand vous sortez vos devices)

    franchement, si votre tournevis fait son taf, ça importe la tronche qu’il a ?

    à vous de voir, mais au prochain achat, prenez quand même un moment avant de faire chauffer la carte pour faire vos comptes et voir si oui ou non, le produit vous convient VRAIMENT
    (quelquefois, payez un chouia plus cher n’est pas une dépense inutile et le marché de l’occaz est là aussi)

    c’est pas à vous de faire des concessions sur les fonctionnalités d’un outil indispensable de tout les jours

    Répondre
  • 31 octobre 2015 - 1 h 26 min

    @ekyo: Ah oui, j’avais regardé cette gamme chez Toshiba avant d’acheter le x220 mais son écran me paraissait exagérément fin et flexible… et donc potentiellement fragile. Mais tu as visiblement réussi à le conserver en bon état ! :)
    Comme quoi, effectivement, les produits alliant tous les avantages, cela existe mais il faut bien chercher et dépenser un peu plus.

    Répondre
  • 3 novembre 2015 - 17 h 50 min

    Le design forcené est sans doute un peu responsable mais il y a surtout les coûts de production, plus faibles avec une machine collée et, surtout, surtout l’obsolescence rapide (dès que le cendrier est plein on change) ainsi que tous ces adaptateurs spécifiques .
    Tout cela fait partie d’une stratégie commerciale et n’est absolument pas une réponse à un besoin client.
    db

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *