Et si Google lançait un service de streaming de jeu

La rumeur est persistante et reste vivace depuis longtemps, Google pourrait lancer un service de streaming de jeux vidéo à l’instar de Nvidia ou de Shadow. L’annonce pourrait en être faite à la mi Mars.

Google dans le streaming de jeux vidéo ? Pourquoi pas après tout. La marque y trouverait sans doute son compte puisque son écosystème est particulièrement adapté à cette idée.

Downtown

Le streaming de jeu vidéo est un concept assez simple. Il s’agit de ne plus calculer les jeux chez vous sur votre propre matériel mais de le faire à distance sur la machine de quelqu’un d’autre, situé dans une salle serveur loin de chez vous. De ce fait, vous ne seriez plus propriétaire de la machine mais simple locataire d’un accès à celle-ci. Le réseau vous transporterait le rendu de ces calculs de la salle serveur vers chez vous et vous exporteriez les ordres donnés au jeu de chez vous à la salle serveur.

2019-02-22 15_45_05-minimachines.net

Si vous regardez en arrière, c’est exactement ce qu’il se passe aujourd’hui avec un service comme Netflix ou Spotify. Il fût un temps où on achetait un magnétoscope et des cassettes de films. On regardait le film une fois ou deux avant de le ranger sur une étagère. Aujourd’hui, de nombreux utilisateurs préfèrent tout simplement s’abonner à un service en ligne et regarder en direct, en streaming, le film stocké sur une machine distante. Ils envoient leurs ordres en local pour lancer, avancer ou mettre en pause la vidéo en pilotant le logiciel situé sur une machine à distance.

Cette idée , de nombreux acteurs voudraient la reprendre pour le jeu vidéo. La réussite de Netflix donne évidemment un aperçu des retombées d’un succès sur ce marché. Les constructeurs de consoles y réfléchissent depuis longtemps puisque pour Sony, Nintendo ou Microsoft fabriquer des consoles est une dépense énorme pour des retombées pas forcément immédiatement rentables. Chaque console est vendue à un prix très bas par rapport au matériel embarqué et si, sur la longue durée de vie de ces engins, il est possible d’être à l’équilibre, c’est sans compter les efforts marketing lancés par ces géants du web.

L’idée, pour de nombreux acteurs, c’est de dématérialiser au maximum la partie matérielle qui coûte cher à développer et construire, pour se concentrer sur la partie rentable qui est le jeu en lui même. Cela n’empêche pas évidemment de continuer à proposer des appareils à marge plus généreuse comme des manettes, des casques VR ou autres accessoires compatibles avec son service.

Dans l’idée, on imagine donc bien un service d’abonnement en ligne mensuel qui permettrait de capter un flux de jeux vidéo pilotables en local. Sony, Nintendo ou Microsoft seraient payés mensuellement et pourraient livrer un petit boitier capable de certifier le flux et de recevoir les divers accessoires. Un boitier ne contenant qu’un système de gestion réseau et d’affichage, un SoC ARM sur mesure, capable d’identifier précisément chaque abonné. Boitier qui permettrait enfin de connecter facilement les divers accessoires. En faisant sauter le verrou économique lié à l’achat de la console et en diluant le tarif des jeux dans un système d’abonnement, les clients potentiels seraient plus nombreux. 

Hésiter devant une Playsation 4 au vu de son prix est compréhensible. Mais face à un boitier à 19 ou 29€ offrant le même service ?

2019-02-22 14_51_00-minimachines.net

Google entrerait dans la danse.

Il ne s’agit pour le moment que d’une rumeur mais Google pourrait annoncer le 19 mars prochain son arrivée sur ce créneau. Il sera en effet présent à une présentation à la GDC (Game Developer Conference) et pourrait lancer ce type de service.

Cela fait longtemps que l’ont sait que Google travaille sur le streaming de jeu, une plateforme au nom de code  “Yeti” a commencé à faire parler d’elle il y a presque un an jour pour jour. Celle-ci rassemblait des pointures du jeu vidéo dans une division matérielle de Google autour des questions du streaming de jeu en ligne. En Octobre, c’est une version beta de son “Project Stream” qui était ouverte et qui permettait de lancer Assassin’s Creed Odyssey via  un simple navigateur web.

Un an plus tard, Google n’est peut être pas tout à fait au point mais pourrait déjà parler plus activement de cette technologie et des marchés qu’elle suppose. La conférence au GDC est destinée aux développeurs et non pas au grand public. Mais c’est un appel du pied assez fort qui pourrait être fait pour intéresser les studios de développement à se pencher sur la question.

Lenovo Chromebook S330

Google a tout à y gagner bien sûr

Avec Chrome qui règne en maître sur le monde des navigateurs du haut de ses 70% de part de marché, avec un écosystème Android capable de streamer efficacement des jeux sur n’importe quele TV-Box, smartphone ou tablette, avec ChromeOS qui pourrait recevoir ce type de streaming… Google pourrait disposer d’un parc ahurissant de machines capables de s’abonner efficacement à un service de ce type.

La marque peut très bien proposer ses propres appareils ou simplement demander à ses partenaires de lancer leurs propres “GoogleStation” pour se connecter à un système de streaming de ce type. Au jour de son lancement, la plupart des foyers US et Européens mais également dans beaucoup d’autres parties du globe, pourraient potentiellement s’abonner à ce type de titres.

2019-02-22 15_41_46-minimachines.net

Les fabricants de PC ont tout à y perdre

Le marché du jeu vidéo est un des derniers en croissance dans le monde PC. Les joueurs font appel à des marques reconnues comme Asus ROG, MSI Gaming, Gigabyte Aorus ou encore AlienWare pour acheter des machines. Des constructeurs de PC sur mesures comme Top-Achat ou Materiel.net font également des ordinateurs de jeu spécifiquement pour répondre aux attentes des joueurs.

Quel impact aurait cette nouvelle possibilité de jouer sur n’importe quelle machine identifiée via un simple navigateur à un jeu gourmand en FullHD avec un bon rafraîchissement ? Combien seraient tentés par un essai de ce type de service via un abonnement d’essai plutôt que d’investir dans une nouvelle carte graphique coûtant parfois plus cher qu’un PC de jeu ?

Si Google fait bien les choses et offres un système d’essai par exemple, les ravages pourraient être colossaux auprès des joueurs. Certains préféreront toujours acheter leurs propres jeux et y jouer sur leur propre matériel mais beaucoup d’autres pourraient se laisser tenter par un choix différent. Ne serait-ce que pour alléger la facture de leur loisir.

2019-02-22 15_42_59-minimachines.net

Des problématiques réseau assez lourdes

Il faut néanmoins tempérer tout enthousiasme. Aujourd’hui, je ne suis pas sur de la rentabilité d’un service de ce type. Si Netflix s’en sort si bien, c’est pour de bonnes raisons. Gérer la diffusion d’un film en streaming ne demande pas la même puissance que le calcul en temps réel d’un jeu en 3D de dernière génération. Le matériel embarqué dans une salle serveur capable de lancer des parties de Assassin’s Creed Odyssey n’est pas du tout le même que celui qui permettra de streamer un film même en UltraHD. La note électrique ne sera pas non plus identique…

Pour que ce système ait du sens, il faut que plusieurs personnes puissent profiter d’un matériel unique à différents moments. Que le joueur Irlandais utilise son PC avant de se coucher pour laisser la place au joueur Français qui sera lui même remplacé par un joueur Finlandais puis Russe ou Turc. Déplacer les usagers au fur et à mesure des fuseaux horaires pour rentabiliser au mieux les machines embarquées. 

Et cela suppose d’excellents tuyaux.

Pour reparler du streaming de films, la réussite de Netflix passe par une infrastructure réseau particulière qui est l’ADSL. Un système de transport de données adaptés au transport de films de bonne qualité. Mais dont le débit restera insuffisant pour transporter les éléments nécessaires à du streaming de jeu.

Pour que le système fonctionne, il faut donc de la fibre et, pour qu’il soit vraiment rentable, il faut de la fibre partout. Aussi bien en France que dans les pays voisins. Pas gagné.

2019-02-22 15_35_09-minimachines.net

Google se positionne comme beaucoup d’autres

Il ne faut donc pas s’attendre à voir un service de streaming de Jeu Google pour les mois à venir. L’annonce qui sera faite à la GDC concernera le futur. Google semble se préparer à ce changement qui doit être au coeur des problématiques de nombreux laboratoires de recherche et développement aujourd’hui. Chez Sony, chez Microsoft et Nintendo mais également chez Steam et d’autres, la question du streaming de jeu est un véritable tournant à bien saisir pour éviter d’y perdre des plumes.

Rien ne se fera rapidement et si je ne serais pas étonné du lancement d’un bêta test de plus grande envergure aux US dans quelques villes. Les fuseaux horaires du pays permettant une rentabilité plus évidente. Le joueur Californien ne vit pas à la même heure que le joueur du Wisconsin ou de Floride.

Il semble donc fort peu probable de voir dans les trimestres à venir une solution débarquer pour le très grand public international.

16 commentaires sur ce sujet.
  • 22 février 2019 - 19 h 13 min

    Un choix a risque pour GOOGLE .
    D’abord sortir une box/console pas chère et puissante demande une certaine technologie électronique .
    Il y a peu de processeur CHINOIS pour cela ,les diverses TV BOX ANDROID prouvent la non maturité du système ARM en jeux demandant un superbe graphisme ainsi que de la puissance processeur.

    PERSO ,je vois qu’un matériel existant tel que la SHIELD ou ou un équivalent pour ce qui est demandé par le joueur au niveau graphisme et puissance .

    Je vois mal un petit MEDIATEK faire le boulot d’un TEGRA ou d’un SNAPDRAGON .

    Pour avoir acheté un TV STICK AMAZON FIRE ,cela fait pas le boulot même pour la vidéo , j’oublie mes nombreuses TV BOX entre 40 et 50 euros .
    Aussi la SHIELD me semble la meilleure base ,sauf que je pense pas que NVIDIA fournisseur de la puce de la SWITCH a intérêt de planter un couteau dans le dos de NINTENDO en aidant a la construction d’une SHIELD II pour GOOGLE ou autre AMAZON .

    Le Streaming jeux sur puce PC , AMD fournis SONY et MICROSOFT aussi la encore fournir une puce a GOOGLE ,je vois pas l’intérêt pour AMD de casser ses principaux clients .
    Aussi le seul qui peu aujourd’hui fournir un processeur c’est INTEL ou une puce ARM ,dans les deux cas ce processeur aura besoin d’un bon GPU .

    Par contre ,quel intérêt de fournir jeux en Streaming pour un joueur n’usant pas de PC .
    Comme beaucoup de joueur ,je déteste ces temps de chargement ,intenable sur SONY PS-3 & 4 par contre j’aime cette possession d’un support physique du jeu .

    Si c’est pour un jeux sans support ,ANDROID est un bon fournisseur et a moins que GOOGLE convertisse son navigateur internet en un lanceur de jeux sur PC ,le jeux en Streaming n’as pas d’intérêt pour moi .

    STEAM est un bon fournisseur de jeux mais aujourd’hui ,il fournit surtout pas mal de jeux téléchargeable sur PC et ne semble plus le numéro un du jeux en ligne .

    Une console pour des jeux dématérialisé offre certes cet avantage d’aucune pièces mécaniques genre lecteur de DVD ou de Blu-Ray Disc par contre ,celle ci devra toujours disposer d’un stockage d’une partie de la partie .
    Que ce stockage soit mécanique ou sur puces pourra créer des problème sur longue durée .

    Ce que l’on accepte pour un jeux Android ,je pense pas que ce sera accepter pour un jeu PC ou consoles .

    Le support dématérialisé ,il semble que SONY ne l’envisage pas sur sa PS-5 car le joueur n’en veux pas .
    De même GOOGLE devra disposer d’un excellente communication pour la communauté de joueurs .

    La mauvaise communication de MICROSOFT a permit une mise en avant de la PS-4 sur la X-BOX ONE .

    Le prix d’un produit pour finir ,ma SHIELD m’a coûtée neuve 159 euros contre 239 pour ma PS-4 neuve avec 3 jeux dans la boite .

    Répondre
  • 22 février 2019 - 20 h 32 min

    “Déplacer les usagers au fur et à mesure des fuseaux horaires pour rentabiliser au mieux les machines embarquées”… hum, vu comment les ados sont a donf sur leur PC en quasi 7/24… va falloir rajouter pas mal de fuseaux 😁

    Répondre
  • 22 février 2019 - 23 h 28 min

    @ptitpaj : la puissance de la puce est clairement importante, mais l’optimisation logicielle permet de contrer cela en partie (ex : Raspberry, avec un écosystème bien mature maintenant).
    Par ailleurs, Google peut partir aussi sur un Atom : Pierre nous a dit qu’on en trouve à partir de 21 $ les 1000.
    Et Google les achéteras par 100.000 voir 1.000.000 si c’est bien lancé.
    Le souci est plus lié au débit et à la latence du réseau me semble-t-il.

    Répondre
  • 23 février 2019 - 0 h 24 min

    @Baervar: Il n’y a pas besoin de spécialement de puissance, il ne s’agit pas de calculer masi juste d’afficher. Juste de gérer les flux entrant et de les décoder à la volée en image et de gérer les ordres sortant. N’importe quelle puce ARM “récente” peut le faire. Si on choisi une puce de ce type , autant prendre un modèle sur mesure avec une gestion DRM spécialisée pour la tâche, une décompression vidéo performante et autres fonctions classiques : Ethernet Gigabit, Bluetooth, audio avancée, Wifi5…

    Google peut très bien concevoir la puce en interne et prendre une licence ARM. Ou alors faire appel à une des dizaines de société qui concoivent ce type de puce.

    Répondre
  • 23 février 2019 - 9 h 08 min

    @ptitpaj:

    Sur un boitier dédié (je ne parle pas d’un boitier android) tu peux facilement faire un client de stream avec un bête Marvell Armada qui peut gérer l’affichage (jusqu’en 4k), les commandes (manettes USB ou BT) et les DRMs.

    Répondre
  • 23 février 2019 - 23 h 47 min

    Le soucis pour certains type de jeux est le retard de prise en compte des commandes du joueur par exemple pour un bon jeu de combat. La,aucune solution, même en supposant que l information transite à la célérité de la lumière plus le temps de calcul et retour, il est impossible d’obtenir le même temps de latence qu’avec un stock relie physiquement à une console.
    Cela ne concernera donc pas tous les types de jeux… peu d arcade ou d action réelle ou de courses endiablées…

    Répondre
  • 24 février 2019 - 4 h 40 min

    Perso pour moi que ce soit Google ou Autre ?
    Ils peuvent sortirent la console de la mort, bas les steaks !
    Gros fan de la Xbox qui a été une révolution depuis ma PsOne de Tomb Raider et après à Halo CE.
    Depuis que Microsoft + 343 industries on ruiné la licence Halo etc…+ ma dernière xbox est la 360.
    J’ai pas changé depuis ma GTX 1070;

    J’ai eu la malchance de croire encore que M$ allait se révéler comme par le passé face à la ps3 avec la 360 en ayant plein de jeux de fou en exclu grâce à leur gros chéquier :), je paierai à vie pour un abox Live de tous les jeux Xbox360 remasterisés !
    Mais non, cette bande de gros nazes on réitéré leur échec de grosse merde d’OS fini 1fois sur 2 sur la Xbox ce qui a valu une xbox one et one S et one X que l’on connaît… de la merde en boîte, faut faire tomber des têtes chez M$ et vite comme pour VISTA !

    En tant que gros Fan de Halo je sais d’avance que 343 industrie vont foirer Halo 6, heureusement je vais me rattraper sur les livres pour m’apporter un peu de consolation, je sais aussi que DOA 6 va être une grosse merde à coup de DLC cosmétique et que ma prochaine console qui surpassera ma GTX 1070, sera une PS5.

    En somme pourquoi j’irai chez Google alors que les exclus seront chez Sony et si tant soit peu qu’il y en aurait chez google ou autres, ça sera au compte goutte et que si j’en ai vraiment envie…. bah c’est internet je sais ou les trouver gratis !
    Google à part la cartographie et leur moteur de recherche je peux très bien me passer d’eux !

    Répondre
  • 24 février 2019 - 8 h 11 min

    Il y aura quelques jeux orientés gamers. Mais je pense que dans un premier temps ce seront les casuals qui seront visés par ce genre d’offres.

    Les pass de jeux des opérateurs (orange, SFR et Bouygues) fonctionnent plutôt pas mal, les opérateurs en vendent plusieurs dizaines de milliers avec des jeux relativement anciens. Pour avoir testé le service chez Orange (ils font régulièrement des promotions à 1€) c’est vraiment bluffant. Pour quelqu’un qui veut faire quelques heures de jeux par mois sans se prendre la tête et qui sera forcément moins exigeant qu’un gamer c’est idéal (pas installation, pas d’acquisition de licence, pas de machines à entretenir, …)

    Imaginons un petit boîtier qui permettent d’afficher des jeux, quelques applications de svod/TV et on serait en présence d’une cloud machine assez efficace.

    Répondre
  • 24 février 2019 - 18 h 30 min

    […] sur une note négative, du genre on va tous mourir, et je trouvais intéressant d’évoquer le service de jeu Google en streaming qui se profile. Il ne faut pas se leurrer, c’est l’avenir, et c’est le premier qui sera sur le […]

  • 25 février 2019 - 9 h 04 min

    Tous les développeurs de jeux vidéos poussent à ce paradigme pour plusieurs raisons:
    – plus facile à développer (un jeu réseau devient du développement “local”, plus besoin de synchro / réseau)
    – plus de problème de performances ou de config différentes à gérer (donc rendu fidèle au design)
    – plus de problème de distribution
    – plus de problème de piratage et de licensing
    – plus simple pour le développeur et l’utilisateur: pas d’installation, pas de mises à jour, …
    Franchement, le streaming a mis du temps du temps à s’imposer via Netflix & co, mais ça s’est fait. Dans quelques années on y sera.

    Répondre
  • 25 février 2019 - 9 h 27 min

    @Pierre: on en parle jamais du service de streaming GRATUIT intégré à la Nvidia Shield TV ?
    Une petite dizaine de jeux (pas tous frais) sont jouables gratuitement.

    L’application Steam permet de jouer à toute sa bibliothèque en streaming moyennant ZERO euros mensuels.
    Cela m’a fait passé l’idée d’acheter un PC de bureau dédié.

    Répondre
  • 25 février 2019 - 11 h 07 min

    Je rebondis sur le streaming de la Shield (merci Pierre, de m’avoir fait sauté le pas, c’est vraiment une excellente machine !) -> en effet, les possesseurs de Shield ont accès à des jeux gratuits en streaming, et malgré mon ADSL de campagne ça fonctionne pas trop mal.

    Alors, comme c’est gratuit, on tolère les qq lags, lorsque l’ADSL part en sucette.
    Mais un joueur aguerri, qui rage sur le moindre lag, ne pourra jamais supporter le streaming.
    Pas avec les réseaux actuels, en tout cas.

    Répondre
  • 25 février 2019 - 13 h 27 min

    Certains jeux s’y prêtent, d’autres pas du tout

    Sur un jeu type GTA , tout est nickel, j’ai beaucoup de plaisir à jouer et je ne vois aucun lag sur ma Shield Console et très peu sur l’ipad en jouant en remote depuis la PS4 ( Fibre + router AC1900) même avec un FarCry primal ça passe très bien – mais cela reste du complément pour ma part, je préfère y jouer avec mon PC/Console

    sur un FPS en réseau type OverWatch c’est une catastrophe, injouable

    le jeu en réseau demande une réactivité qui ne sera jamais possible sur le cloud…les consoles et autres PC ne sont pas encore morts !!

    Répondre
  • 26 février 2019 - 5 h 38 min

    @briceio: Le ton de ton message me laisse penser que tu n’y vois que du bon, toi aussi. Personnellement, je vois que beaucoup de gens ne peuvent pas avoir la fibre, et certains autres ne peuvent même pas avoir l’ADSL. (Et ce n’est pas qu’un aspect pécuniaire.) Si certains poussent à développer des connexions de plus en plus rapides, je préfèrerait pour ma part que l’on mette tout le pays sur un pied d’égalité. Et je ne parle pas seulement de la France métropolitaine.

    De plus, comme le dit très justement @Madpilot, certains jeux nécessitent une réactivité sans faille. Ce que les développeurs voient dans le streaming, il me semble, c’est que leur responsabilité n’est plus engagée sur plusieurs points : rendu et latence en particulier.

    Gageons que si le streaming s’impose, il y aura des laissés pour compte.

    Répondre
  • 26 février 2019 - 10 h 26 min

    Utilisateur de Nvidia GeForce Now, je dois reconnaître que çà marche super bien 😊. Ce qui est drôle c’est que les problèmes de ralentissement des jeux ne surviennent qu’en wifi jamais de problèmes en ethernet (avec la fibre a 100 megas)

    Répondre
  • 11 mars 2019 - 17 h 17 min

    […] parle beaucoup de streaming de jeu avec différents nouveaux acteurs sur ce créneau. On parle beaucoup moins des technologies qui entrent en jeu dans ce secteur et qui commencent a […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *