SeaBerry Mini-ITX : une carte pour Raspberry PI CM4 sur équipée

Le Raspberry Pi CM4 est une solution qui s’intègre à une carte proposant des connecteurs variés suivant les usages que l’on veut en faire. Dans le cas de la SeaBerry Mini-ITX, les possibilités sont.. énormes.

La SeaBerry Mini-ITX est une solution assez originale dans le monde des cartes pour Raspberry Pi Compute Module. Elle propose dans un format standard du monde PC une foule de connecteurs… Même si la solution Raspberry Pi ne propose qu’une seule interface PCIe x1 Gen 2. 

Seaberry

La société ALFTEL qui a conçu la Seaberry propose en tout onze slots et différents connecteurs tous reliés à la seule ligne PCIe 5 Gbps de la carte. Et cela en plus de deux ports SATA, d’un Ethernet Gigabit, de deux sorties HDMI, d’un lecteur de cartes MicroSDXC et de deux ports USB 2.0. On retrouvera également les classiques 40 broches de la solution de développement. Tout cela en plus d’un slot PCIe x16, d’un slot PCIe X1 et des slots M.2 et mPCIe…

Ouverte, la carte est compatible avec d’autres solutions reprenant le brochage des Compute Module 4 comme les Radxa CM3 ou les Pine64 SoQuartz. Elle propose plusieurs solutions de stockage avec, en plus du lecteur de cartes MicroSDXC, un slot M.2 PCIe NVMe et évidemment la possibilité de tirer partie du SATA et de l’USB. La partie vidéo se compose de deux sorties HDMI et d’un connecteur DSI. Une solution d’acquisition classique en MIPI CSI est également présente.

Seaberry

Mais ce sont les capacités d’extension PCIe qui sont les plus impressionnantes. La SeaBerry propose, par exemple, un slot PCIe 16x implanté de telle manière à ce que l’on puisse en profiter dans un format MiniITX standard. On pourra donc ajouter une carte graphique, par exemple. Le second lot permettra d’ajouter une carte fille X1 classique. Un connecteur de ventilateur régulable est également disponible ainsi qu’une ribambelle d’options comme un brochage dédié à une alimentation PoE via le HAT de la fondation. 

Bref, de quoi construire une solution assez complète dans un châssis absolument standard. Le dissipateur bleu cache le switch PCIe qui doit probablement dégager pas mal de chaleur. Bien entendu, l’ensemble des différents slots et connecteurs ne travaillera pas de concert à pleine vitesse. La bande passante est par défaut très limitée et il n’est pas possible de tirer parti de tous ces éléments en même temps.

Cela fait de la SeaBerry plus une carte de laboratoire ou de développement qu’une produit grand public. Une carte parfaite pour tester la compatibilité de différents produits avec des solutions de développement et des systèmes afférents. Le vidéaste Jeff Geerling a pu mettre la main sur un prototype et s’est amusé à tester de nombreuses solutions. On retrouve pèle mêle une carte réseau Intel i350 dual-gigabit, un SSD PCIe NVMe M.2, une carte Wifi4 et une carte Wifi6E ainsi qu’une solution proposant deux ports SATA. Toutes ces solutions, et quelques autres, ont bien fonctionné. D’autres n’ont pas donné de bons résultats comme une accélérateur AI Coral ou une carte graphique AMD Radeon x16. Des échecs qui ne sont pas vraiment surprenants au vu du SoC Broadcom employé.

La carte Seaberry est proposée à 435$ HT, elle n’est plus disponible pour le moment mais ALFTEL pense pouvoir en proposer 100 de plus d’ici 2 semaines. Une liste d’attente est disponible. 

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

Pas de commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*