RG-CT7800 : un MiniPC sous processeur Zhaoxin KX-U6780A

Que diriez vous d’un MiniPC x86, compatible avec un Windows classique mais équipé d’un processeur ne sortant ni de chez AMD, ni de chez Intel ? Le RG-CT7800 est équipé d’un processeur Chinois, le Zhaoxin KX-U6780A.

Cette minimachine de la société de réseau Chinoise Ruijie Networks s’appelle le RG-CT7800. Il ressemble à une solution classique à mi chemin entre l’offre Intel NUC et les proposition d’Asus en matière de MiniPC. En interne, il cache une petite surprise puisqu’il embarque un processeur Zhaoxin KX-U6780A. Une solution conçue et développée en Asie, compatible x86 et capable aussi bien de faire tourner un Windows classique qu’une solution Linux.

2018-09-25 16_44_50-minimachines.net

Cette puce a un défaut majeur, elle est largement moins performante que celles proposées par ses concurrents. Les processeurs Zhaoxin ne sont pas au niveau des propositions d’Intel ou d’AMD sur le marché. Mais ils ont l’avantage pour un pays comme la Chine d’offrir une alternative à ces deux solutions. Un point important puisque le gouvernement US mène la guerre aux fabricants Chinois en leur interdisant certains accès aux technologies d’entreprises américaines. On peut voir dans ces processeurs Zhaoxin une solution de repli en cas de blocage commercial de l’administration Trump. La solution employée ici est donc née d’une volonté gouvernementale.

Zhaoxin

Un partenariat entre Zhaoxin et l’entreprise VIA Technologie ainsi que le gouvernement de Shanghai. Si les performances sont en berne, les efforts déployés sont importants et les puces continuent d’évoluer rapidement année après année. Je doute que le but de ces solutions soit de concevoir des processeurs aussi puissants que ceux proposés par AMD ou Intel, arriver à un niveau suffisant pour faire tourner très correctement un PC classique sera sans doute leur cheval de bataille. L’objectif de ce type de solution étant de pouvoir équiper son armée, son administration et tous les postes clé d’un Pays sans compter sur le commerce international et ses règles. En cas de refus de l’administration US de laisser la Chine employer des puces Intel ou AMD, le gouvernement aura une solution de recours.

Ruijie Networks

Il est probable que le gouvernement Chinois fasse pression sur les fabricants locaux pour qu’ils emploient ces puces dans leurs machines, d’où la naissance de ces MiniPC RG-CT7800. Le fait qu’il emploie un processeur KX-U6780A permet de rentabiliser son long et coûteux développement même si il n’est pas au niveau d’un Core ix ou d’un Ryzen. Il s’agit d’une puce gravée en 16 nanomètres et fonctionnant sur 8 coeurs cadencés à 2.7 GHz. La puce propose 8Mo de mémoire cache L2 développe 70 watts de TDP et sait gérer un assez grand nombre de fonctions modernes : Mémoire double canal, PCIe 3.0, USB 3.1 et même une prise en charge du DirectX 11. 

Le MiniPC propose donc un niveau très correct de performances dans un châssis assez compact. 2.4 litres d’encombrement qui permettent de loger 8 Go de mémoire vive et 256 Go de SSD. L’engin fait tourner UOS, pour Unity OS, un système d’exploitation GNU/Linux créé sur mesures. Il est probable que ce MiniPC n’intéressera aucun Européen, à moins d’être collectionneur, et on peut se poser légitimement la question de l’ajout de systèmes de surveillance directement dans chaque puce qui serviront de porte dérobée au gouvernement Chinois. D’un autre côté, on peut se poser la même question au sujet des processeurs Intel et AMD pour une autre agence de gouvernement.

Sources : Tom’s Hardware et Liliputing

Soutenez Minimachines, partagez le !


Soutenez Minimachines.net !
14 commentaires sur ce sujet.
  • 27 février 2020 - 14 h 51 min

    Hello, voilà qui est très intéressant on rentre dans du concret. On va peut-être en savoir plus au détour de tests de performances sur youtube par exemple.

    Répondre
  • 27 février 2020 - 16 h 08 min

    “on peut se poser légitimement la question de l’ajout de systèmes de surveillance directement dans chaque puce qui serviront de porte dérobée au gouvernement Chinois. D’un autre côté on peut se poser la même question au sujet des processeurs Intel et AMD pour une autre agence de gouvernement.”

    il est bien là tout le problème, puis je vois pas en quoi l’administration trump bloquerai l’exportation des technos US en chine, c’est pas ça qui les empêcherai de faire du reverse, par contre ça pourrai bloquer l’envoi de matos backdooré

    j’ai cru lire qu’il y avait bien un spy chez huawei … utilisé par la NSA :D (et probablement les 5eyes)

    que la vraie raison de ce blocus est de les empêcher de vendre de la 5G avant les autres

    du coup quite à me faire espionner autant que ce soit les chinois plutôt que des alliés?

    Répondre
  • 27 février 2020 - 16 h 21 min

    J’aimerais comprendre pourquoi, tant qu’à faire, les chinois ne se lancent pas dans du PowerPC, qui est open source et leur permettrait une totale indépendance ?

    Répondre
  • 27 février 2020 - 17 h 01 min

    Pendant ce temps, en Europe… Ras…
    On continue a divulguer toutes nos informations personnelles/professionnelles/administratives/militaires/commerciales/ect…aux US et a la Chine, pourtant, nous avons les moyens de faire autrement mais il doit manquer la volonté.

    Répondre
  • 27 février 2020 - 19 h 04 min

    L’art et la manière de prouver que les USA n’ont pas le monopole de la technologie .

    Le processeur ne fait pas tout dans un ordinateur ,reste a voir avec quoi il se retrouve associé .

    Ceci dit ,un processeur sympa et pas cher ,un bon GPU pas trop pourri ,cela ferai une bonne base pour une console de jeux économique ou un PC de Rétro Gaming .

    Imaginons ce type de PC pour de la bureautique ou compatible avec nos anciens Windows ou Linux .
    Pourquoi une machine devant etre branché sur le NET ,un bon PC basique dans lequel installer ses vieux jeux et ses vieux logiciels qui ne planterai pas sur des mises a jours impossibles .

    Répondre
  • Ben
    27 février 2020 - 19 h 44 min

    C’est marrant, dés qu’on parle de technos chinoise, le premier argument qui vient c’est celui du risque de backdoors et de surveillance. Alors que la preuve a été faîte que toutes les technos américaines contiennnent by design des backdoors dont l’objet est sans conteste la surveillance du reste du monde.

    Bizarre ce deux poids deux mesures.

    Depuis les révélations de Snowden nous savons que tout le monde est sous surveillance américaine et que notre dépendance à leur technos pose de graves problèmes, notamment dans des secteurs stratatégiques telles que la défense et que les Américains ne sont nos alliés que dans la mesure où nous n’interférons pas avec leurs intérêts.

    Donc résumons, la majorité des habitants de cette planète qui a les moyens de s’acheter un produit hightech communicant accepte sans sourcillé la surveillance H24 et ad vitam aeternam américaine. La majorité de ces habitants accepte aussi une dépendance totale au bon vouloir des Américains à distribuer “librement” le réseau des réseaux, jusqu’au jour où ils peuvent nous couper l’accès pour des raisons de guerre économique, par exemple.

    Mais attention, dés que les Chinois développent des alternatives à Android ou des puces, mon dieu, gare à la surveillance…..

    Vous êtes sérieux les gens ? Vous vivez dans quel monde ?

    Sans être forcément bienveillant vis-à-vis des Chinois, je ne vois pas de raisons objectives de les considérer comme plus dangereux que les Américains.

    Répondre
  • 27 février 2020 - 20 h 27 min

    Je suis particulièrement d’accord avec ptitpaj “Le processeur ne fait pas tout dans un ordinateur”. Je regrette qu’on ne parle jamais de la qualité de l’intégration d’un processeur sur une carte mère. Les performances pour un même proc vont varier du simple au double. J’en ai fait les frais avec un celeron poussif sur une machine et très véloce sur une autre à fréquences et environnements équivalents.

    On en est arrivé ou les spécifications d’une machine sur le papier ne correspondant jamais à ses performances réelles.

    Répondre
  • 27 février 2020 - 21 h 46 min

    @Ben: C’est toi qui vit sur une autre planète apparemment.

    Mon billet : “on peut se poser légitimement la question de l’ajout de systèmes de surveillance directement dans chaque puce qui serviront de porte dérobée au gouvernement Chinois. D’un autre côté, on peut se poser la même question au sujet des processeurs Intel et AMD pour une autre agence de gouvernement.”

    J’évoque donc bien la présence de ces technos dans les solutions US.

    @H2L29 écrit : “du coup quite à me faire espionner autant que ce soit les chinois plutôt que des alliés?”

    H2L29 évoque donc bien la présence de ces technos dans les solutions US.

    @Madwill écrit : “On continue a divulguer toutes nos informations personnelles/professionnelles/administratives/militaires/commerciales/ect…aux US et a la Chine”

    Madwill évoque donc bien la présence de ces technos dans les solutions US.

    Du coup ton commentaire est totalement à côté de la plaque :
    “Bizarre ce deux poids deux mesures.”

    Aucune différence de traitement puisque tout le monde évoque le soucis global de la problématique. Aux US comme en Chine.

    “Depuis les révélations de Snowden nous savons que tout le monde est sous surveillance américaine”

    Ce que tout le monde répète ici donc.

    “Mais attention, dés que les Chinois développent des alternatives à Android ou des puces, mon dieu, gare à la surveillance…..”

    Absolument pas ce qui est dit ici donc.

    “Vous êtes sérieux les gens ? Vous vivez dans quel monde ?”

    Ben dans le même que le tiens, la seule différence c’est que nous on lit les choses écrites avant de s’enflammer dans un discours inutile.

    “Sans être forcément bienveillant vis-à-vis des Chinois, je ne vois pas de raisons objectives de les considérer comme plus dangereux que les Américains.” ta phrase est peu ou prou la même chose que ce que j’écris en conclusion de ce billet. Chinois ou Américains, le problème est identique.

    Répondre
  • Ben
    27 février 2020 - 22 h 51 min

    @Pierre :
    Okay.
    J’ai réagit trop vite.
    Mes excuses les plus plates.
    Je ferai attention désormais.
    Bien à vous.

    Répondre
  • 28 février 2020 - 18 h 05 min

    Juste une petite question en passant.
    quel est le tarif de ce produit ?
    et le même (ou presque) en intel ou Amd ?

    Parce que, le plus souvent, il y a aussi le tarif qui compte.

    + 1 pour le PowerPC
    comme dans les bon vieux PowerMac :)

    Cdlt

    Répondre
  • 28 février 2020 - 23 h 47 min

    @Emmanuel:
    PowerPC ? mais pour y faire tourner quel OS et quelles applications ?
    On a déjà pléthore de processeurs Arm, tous plus puissants et économes les uns que les autres. A quoi bon ressortir le vieux PowerPC de sa retraite méritée ?
    D’autant que côté exotisme, Risc V essaye de faire son entrée…

    Je serai curieux de savoir comment les chinois obtiennent l’usage des innombrables brevets probablement nécessaires pour faire une telle puce x86 moderne… Les américains acceptent ? les chinois s’assoient dessus ?

    Répondre
  • 29 février 2020 - 13 h 50 min

    @aka_mgr:
    Je sais pas trop ce que tu mets dans l’appellation “x86 moderne”, mais l’architecture x86 de base n’est pas sous brevet. Donc il est possible pour n’importe quel constructeur de créer une puce autour de cette architecture. Voir : https://en.wikipedia.org/wiki/X86
    Par contre, ce qui est sous brevet, c’est bien les fonctionnalités tierces comme l’ajout d’accélérateurs (Single Instruction Multiple Data, SIMD) et de jeux d’instructions spécifiques qui permettent d’ajouter des fonctionnalités de traitement aux processeurs. Il y en a certaines sous brevet par Intel, d’autres par AMD, et parfois même l’instruction est la même pour l’OS mais l’implémentation diffère (ça je te le sors de tête, c’est ce qu’un de mes profs m’avait dit à l’université – par exemple, les instructions AVX).

    Par exemple, pour ce processeur là, il semblerait qu’il soit compatible avec le jeu d’instruction x86-64, et avec les instructions SSE4.2 et AVX… En l’occurence, je crois pas qu’il faille un brevet pour le SSE et AVX (ils ont qu’à faire leur propre implémentation et ça devrait être OK). Par contre soit ils en ont rien à foutre des brevets d’AMD sur le x86-64, soit ils ont effectivement payé AMD pour utiliser leur extension du jeu d’instruction. (Ce que fait Intel toujours aujourd’hui, le brevet d’AMD sur le x86-64 est toujours d’actualité).

    Répondre
  • 6 mars 2020 - 14 h 02 min
  • Max
    11 mars 2020 - 9 h 16 min

    Enfin un PC sans SPY americain. Cela donne vraiment envie de l’acheter pour travailler en toute tranquillité !

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *