Raspberry Pi OS passe à Bullseye, le nouveau système Debian

Debian est l’architecture sur laquelle s’appuie Raspberry Pi OS pour fonctionner, en passant à la version 11 aka Bullseye cet été, le système a eu des répercussions sur le système des Pi.

La fondation rappelle dans un long billet toutes les évolutions liées à ce passage à Debian 11 Bullseye, une mise à jour qui a été plus longue qu’anticipée mais qui est désormais disponible au téléchargement via le Raspberry Pi Imager Tool classique ou directement depuis un serveur pour une installation sur carte MicroSD depuis Etcher par exemple.

Minimachines-11-2021

Au menu des nouveautés de cette Debian Bullseye, outre les éléments qui se passent en coulisse dans le système, on retrouve quelques évolutions intéressantes. La principale étant l’emploi de l’interface GTK+ qui passe à la version 3 pour suivre l’évolution des outils Debian qui sont de plus en plus nombreux à exploiter cette révision de l’outil. La fondation a donc mis à jour l’ensemble de ses logiciels ainsi que le bureau pour suivre cette mise à jour. Si vous vous sentez un peu perdu dans l’approche des applications par rapport à vos habitudes, il ne s’agit que de cosmétique, les éléments classiques sont tous là.

Minimachines-11-2021

Certains contrôles ont, par exemple, changé de format, mais la fondation a tenté de rendre tout cela le plus semblable aux interfaces précédentes. Le passage au GTK+3 donne des éléments indispensables pour l’évolution future du système. Cette évolution a également impacté le gestionnaire de fenêtres qui est passé à « Mutter » à la place de « Openbox ». Ce qui donne la possibilité d’afficher des fenêtres à l’aspect plus esthétique. Des effet visuels plus complets comme des bordures arrondies, des effets d’ombres ou des animations.

Cela est rendu possible par le rafraichissement de la totalité l’écran en permanence par Mutter. Une solution qui n’est pas forcément des plus élégantes et qui a un défaut majeur : c’est gourmand en mémoire. Cela veut dire que le nouveau système est uniquement exploitable sur un Raspberry Pi avec 2 Go de mémoire vive. Raspberry Pi OS déterminera donc quel système employer en sondant la mémoire disponible sur la carte employée. Si votre Pi est équipée de moins de 2 Go vous utiliserez à nouveau OpenBox au lieu de Mutter. Je suppose que certains voudront préserver au maximum leur mémoire pour leurs usages et non pas pour l’esthétique de leur système et trouveront moyen de basculer vers l’ancienne formule par défaut.

Bullseye

Les notifications évoluent également, qu’il s’agisse de messages du système lui même ou de vos différentes applications. Désormais, elles passeront toutes par une solution unifiée intégrée à la barre des tâches dans une fenêtre à droite de l’écran. Elles seront accessible via un ordre chronologique décroissant et disparaitront automatiquement après un certain temps d’affichage. Ces notifications pourront être configurées précisément suivant vos goûts ou être totalement invisibles. Une option qui n’est pas spécialement recommandée puisque le système indique des états importants de son fonctionnement matériel via ces annonces.

Bullseye

Le plugin de mise à jour profite également de ces notification pour sonner le rappel des éléments à télécharger. L’interface est plus simple, plus facile à manipuler et sur un clic de notification, vous pouvez avoir un logiciel qui va avoir droit à sa nouvelle version. Raspberry Pi OS fera une vérification des mises à jour à chaque démarrage et toutes les 24 heures pour avoir une machine toujours à jour. Un moyen d’éviter les risques d’infection ou de sécurité pour les solutions connectées en permanence.

Minimachines-11-2021

Le gestionnaire de fichiers a été simplifié également avec deux modes de visualisation contre quatre pour la précédente. On retrouvera un mode icone ou un mode liste plus traditionnel. Il sera toujours possible d’avoir un aperçu dans les options ainsi que de modifier la taille des icônes au besoin.

Le pilote de vidéo KMS profite d’une mise à jour vers une version générique à défaut du précédent pilote conçu spécialement pour les Pi. Une évolution qui le sort d’une formule fermée pour le tourner vers une formule universelle dont les différents développeurs pourront se saisir plus facilement sans avoir à écrire une routine spécifique aux Pi. 

Le pilote de capture vidéo pour les modules Camera est désormais remplacé par une version standard du monde Linux qui est Libcamera. Une solution Open Source qui facilitera le développement de nouveaux outils logiciels employant les capteurs depuis les cartes. Un changement qui demandera probablement du travail aux développeurs ayant construit des logiciels autour de ces solutions. La fondation prévoit la publication d’éléments plus spécifiques pour le développeurs.

D’autres éléments sont modifiés comme des applications variées. Chromium, par exemple, passe à la version 92 et est optimisé pour exploiter les solutions matérielles des Pi en terme de vidéo. Différents ajouts ont été faits, des corrections de traduction et autres modifications mineures.

Comme d’habitude, Raspberry Pi OS est gratuit, tout comme l’est Debian 11 Bullseye. J’ai encore vu récemment des accès payants, ou derrière des pages de pub avec temps d’attente pour télécharger ces solutions. Préférez toujours les sources officielles pour télécharger ces outls. Debian a une adresse simple qui est www.debian.org. RAspberry Pi OS se trouve sur le site de la fondation.


Pas de Pub
5 commentaires sur ce sujet.
  • 9 novembre 2021 - 14 h 07 min

    Hello, merci pour la revue de cette nouvelle version, et surtout les liens officiels en bad d’article.

    Répondre
  • 10 novembre 2021 - 7 h 39 min
  • 10 novembre 2021 - 15 h 09 min

    […] sortie de la première image de Raspberry Pi OS construite autour de Debian Bullseye a permis des aménagements intéressants à la fondation et  prépare le terrain pour ses futures […]

  • 10 novembre 2021 - 16 h 11 min

    Salut,

    J’ai perdu le fil, ils ont fait des versions 64bits ?

    Merci par avance,

    Répondre
  • bob
    10 novembre 2021 - 21 h 07 min

    64 bits en bêta je crois. Sinon Ubuntu en 64 bits fonctionne très bien sur une pi 400 par exemple.
    Le 32 bits c’est presque fini, les nouvelles solutions sont toutes compilées pour ARM 64.
    Ce va être de plus en plus difficile de trouver les logiciels que l’on souhaite.
    Ubuntu en 64 bits donne accès à la pi à beaucoup plus de solutions que l’os de la Fondation.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *