Compal Armer : un prototype de portable double écran pour graphiste

Encore une machine signée Compal, encore un prototype. Ce Compal Armer m’intéresse particulièrement car il va dans une direction que j’appelle de mes vœux depuis des années. Celle de machines plus spécialisées.

Comment vendre des machines ? Comment vendre à nouveau des PC ? La réponse est sous le nez des constructeurs depuis tant et tant d’années que je suis toujours étonné de voir à quel point ils sont aveugles. Le Compal Armer est peut être le début d’un soulèvement de paupière de ce côté là avec une orientation d’usage vraiment très spécialisée.

portable lambda

N’importe quel PC commercial vendu aujourd’hui est capable de faire le B-A-BA que l’on demande à un PC : Surfer sur internet, réaliser un CV, faire sa compta, lire un film… Que votre machine coûte 300 ou 1000€ ne changera pas grand chose au service rendu. On l’a vu avec la hausse des expéditions de PC à la toute fin de l’année 2019, c’est la disparition du support de Windows 7 qui a forcé le marché à se renouveler. Sinon quel intérêt de racheter un PC portable pour des usages basiques en 2020 ? Par rapport à une machine déjà existante ? Découvrir un engin plus léger ? Plus fin ? Plus confortable à l’usage ? C’est probablement vrai. Les machines d’aujourd’hui sont plus agréables esthétiquement parlant. Elles proposent un meilleure ratio encombrement écran et un poids beaucoup agréable au quotidien. Les PC de bureau n’ont pas spécialement évolué sur ce point et se contentent souvent d’être soit plus rapides, soit moins encombrants1.

Le souci du marché actuel, c’est que la totalité des constructeurs se concentre sur des machines classiques. Des solutions qui n’ont pour elles que de permettre de mettre à jour des PC qui tombent en panne ou qui deviennent obsolètes logiciellement à cause d’une décision comme celle de Microsoft. L’intérêt de passer d’un PC sous Core i3 de 2010 à un PC sous Core i3 en 2020 n’est pas très clair pour l’utilisateur moyen. Il aura plus d’intérêt à acheter un nouvel écran, à faire évoluer la mémoire et remplacer un disque dur par un SSD qu’à changer toute sa machine.

L'attaque des clones

Pire, tous ces constructeurs qui se battent pour le même gros gâteau qu’est le PC classique ne trouvent rien de mieux que de proposer des copies de copies. Des engins qui techniquement se ressemblent absolument tous et qui, quand ils présentent une nouveauté technique, se font rapidement rattraper par les concurrents. Les exemples des charnières 360° ou des bordures fines sont suffisamment éclairants sur ce point. Pas besoin de changer de machine, pas de nécessité de le faire. On passe son tour. On attend le suivant. Pendant ce temps-là, tout le monde sert la même soupe technique. On y piochera par un coup du sort en cas d’obligation de changement ou au gré des bonnes affaires que l’on peut croiser.

ASUS RoG Huracan G21

Reste deux secteurs en croissance et, devinez quoi, ce sont des secteurs spécialisés. L’industrie a d’abord découvert que vendre des machines de jeux avait du sens. Les gammes Alienware de Dell ou Republic Of Gamer de Asus ont, par exemple, fait leur apparition et attiré pas mal de public. Même topo chez Gigabyte avec ses Aorus ou Acer avec les Predator. Tout le monde a embrayé bien sur et on a eu des solutions chez HP ou Lenovo aussi bien que chez MSI ou autres. Avec ces machines très orientées jeu, le public avait une raison de mettre à jour sa machine. Ce secteur a logiquement été le premier à s’intéresser à son public car ce dernier est très sensible à l’argument de la performance. Un nouveau processeur ? Une nouvelle carte graphique ? Une technologie d’affichage innovante, ces éléments suffisent à “ringardiser” la série précédente. Quoi de mieux pour pousser le marché à s’auto renouveler.

ConceptD-500_CT500-51A_01

Ont suivi les machines de “créateurs”. Des engins pensés pour assumer des performances lourdes avec un maximum de stabilité. On a vu apparaître des solutions de plus en plus grand public et la quasi totalité des constructeurs s’orienter vers ce marché lui aussi en nette croissance. 

Point commun entre ces deux types d’engins ? Leur spécialisation. 

Qu’est ce qui pourrait motiver un musicien, un graphiste, un vidéaste, un photographe ou autre à acheter un PC ? A  choisir la marque X plutôt que la marque Y ? La spécialisation de leurs machines. Alors ok, le marché est plus petit. On ne vise plus qu’une seule part du gros gâteau. Mais, en contrepartie, le premier à tenter ce nouveau segment bénéficiera d’une meilleure visibilité. Imaginez un portable avec un vrai lecteur de cartes mémoire aux performances garanties, un écran extrêmement bien calibré et un système de jupe adaptable comme pare-soleil. Si le matériel interne suit, cet engin intéressera sans doute beaucoup les photographes. Qu’ils soient amateurs ou professionnels. D’autant que cette machine saura mener à bien l’ensemble des autres opérations que l’on demande à un PC.

BlackMagic

Une interface de contrôle vidéo signée BlackMagic

Même histoire avec un PC livré en proposant de multiples entrées et sorties audio pour un musicien ou un podcasteur. Idem avec une machine proposant une “Jog Wheel” ultra plate à la place d’un pavé numérique pour un monteur vidéo etc etc…

Cela n’empêche pas pour le constructeur de se baser sur le même matériel au niveau des composants de base. La carte mère, le processeur, la mémoire et le stockage peuvent être identiques. Il faut juste prévoir un port spécialisé permettant de recevoir  une carte son d’un côté, une solution graphique dédiée à la vidéo ou la photo de l’autre et bien entendu proposer des coques capables d’accepter chaque connectique spécialisée.

Je reste persuadé que l’avenir du marché info sera basé sur les capacités techniques spécifiques de chaque engin. La poussée de solutions comme les Chromebooks montre bien que la plupart des utilisateurs n’ont plus besoin d’un niveau de performances élevé pour leur usage quotidien. Des solutions de streaming de données pour le jeu vont également réduire le besoin d’un PC haut de gamme personnel. Pour peu que les offres de calcul déportés pour le rendu 3D, le montage vidéo et autre se démocratisent à leur tour, les fabricants vont devoir repenser toute leur approche du matériel.

Compal Armer

Ce nouveau prototype de Compal va totalement dans ce sens. Le Compal Armer est pour le moment une pure fiction mais il présenterait un réel intérêt à l’usage pour un graphiste en déplacement. L’idée de base est de proposer un portable de 13″ au format classique avec un écran tactile proposant une prise en charge de stylet actif et un clavier traditionnel. 

L’engin pourra donc répondre à tous les besoins d’un utilisateur classique. On ne connait pas exactement quels composants la marque prévoit à l’intérieur de ce type de produit mais on peut se douter qu’il s’agira d’une solution largement capable de faire tourner les outils du quotidien si elle est assez puissante pour lancer des logiciels de retouche d’images.

Ce qui différencie le Compal Armer des autres machines à écran tactile, c’est la présence d’une seconde zone d’affichage tactile qui se place devant le clavier. Une zone qui prendra la place du pavé tactile pour permettre un usage classique mais qui proposera également de quoi piloter des applications dédiées. La charnière particulière du dispositif fait en sorte que l’écran du haut puisse venir coiffer le clavier pour  se poser devant le second écran.

Compal Armer

Pour du montage vidéo, pour de la retouche d’images ou du dessin, pour de la musique ou autre, ce type de dispositif proposera une interface compacte et confortable. L’absence de clavier étant compensée par l’organisation de raccourcis précis sur le deuxième affichage. Palettes, brosses, outils divers pourraient prendre place pour un graphiste. Boutons, potentiomètres et autres interfaces virtuelles seraient appréciées par un musicien. Molette de défilement, raccourcis de montages et autres seraient utiles à un monteur vidéo.

Compal Armer

Je ne suis pas spécialement fan des solutions double écran en règle générale mais même dans un usage normal, ce système pourrait avoir un intérêt en intégrant des notifications ou des informations dédiées comme un calendrier ou autre directement sur le repose poignet.

Encore une fois, il ne s’agit d’un concept, Le Compal Armer fait partie du bouillonnement d’idées que le fabricant ODM a proposé à l’IF Design cette année. Sans que l’on sache si un partenaire de la marque s’y intéressera un jour ni même si l’engin est réellement réalisable. Dans tous les cas, il semble urgent que les constructeurs lèvent un peu le nez de leurs formules de PC classiques pour se poser la question de machines plus originales. Plus spécialisées, moins grand public peut-être mais capables de trouver plus sûrement un public.

Soutenez Minimachines, partagez le !

Notes :

  1. Certains sont ravis d’avoir 150 LEDs RGB  qui transforment leur environnement en boite disco des années 80 mais c’est autre chose.

Soutenez Minimachines.net !
4 commentaires sur ce sujet.
  • 20 février 2020 - 9 h 25 min

    là encore, Compal s’inspire fortement des Asus Zenbook dual screen. Mais au lieu de placer l’écran en haut, il est placé en bas. Intéressant !

    Répondre
  • 20 février 2020 - 10 h 18 min

    j apprecie compal pour ses fforts :-)
    pour pierre, ce qui m’ a pousse a changer mes portables, cela a ete la democratisation des crans IPS meme pour le bas de gamme (acer). les anciens ecrans me fatiguiaient par leur luminosite (le noir/gris est fatiguant je trouve).
    Certaines avancees techniques, discretes, peuvent ainsi faire changer de machine.

    En tant que fan d emulation, j’ai aussi vu la nuance entre un i5 d ‘il y a quelques annees et le meme i5, ou entre un 4200 et un 5000 (jeux “semi 3D”). Et je prefere un processeur basse conso pour l’emulation que ma machine de gamer :-)

    Donc pour certaines categories, l’evolution a quand meme pousse au changement.
    Par contre je suis totalement insensible aux bords ecrans affines par exemple…
    ah il y a aussi eu le poids :-)

    Pour revenir au sujet, merci dde faire decouvrir a certains d entre nous cette socité et dses “délirs”. j’espere en retrouver en vente un jour ;-)

    Mais une

    Répondre
  • 20 février 2020 - 12 h 42 min

    C’est la même chose avec les smartphones.

    Tout le monde veut faire du smartphone mainstream qui correspond a 80% des gens, et les 20% du marché qui veulent autre chose n’ont rien.

    par exemple si un constructeur sort un haut de gamme de 5 à 5.5″ aujourd’hui il rafle un sacré marché “de niche” qui sera nettement supérieur au final a sont 10 millième de clone de phablette en vente actuellement…

    Meme chose pour les voitures électrique, je me fou de leurs clones de veaux a 300Km d’autonomie, je veut une mini voiture 2 places avec 100Km pour aller bosser, du rationnelle, ça existe pas de série (mode du SUV…)

    Bref …

    Répondre
  • to
    20 février 2020 - 19 h 02 min

    Normalement, dans le reglement de leur site de concours de design, dans la categorie product, ils doivent fournir un produit fonctionnel (en plus des genereux frais de participation).

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *