Chrome OS va accueillir le Google Play Store, reste a savoir quand et comment

La stratégie première de Google a toujours été de garder des systèmes cloisonnés, d’un côté Chrome OS pour des machines classiques de type portable. De l’autre Android et sons Play Store pour les engins mobiles de type tablette. Mais au fil du temps, le cloisonnement a perdu de sa logique. Les engins mutent plus vite que l’on ne pouvait le prévoir et la concurrence s’active du côté des systèmes d’exploitation.

Le Windows d’il y a quelques années n’a plus grand chose à voir avec celui d’aujourd’hui son interface a évolué pour mieux prendre en compte le monde tactile. Il faut dire que les engins ont également subi quelques évolutions notables. De plus en plus de machines sont tactiles, de plus en plus de solutions sont hybrides. Le marché doit donc s’adapter.

chrome-play

Google a tenté de le faire en lançant des solutions logicielles pour adapter des applications Android vers la bibliothèque d’extensions de Chrome OS. Sans gros résultats. Ils ont dragué les développeurs en leur faisant miroiter de gros avantages commerciaux à porter leurs applications. Sans gros résultats non plus. Ces premières tentatives ont créé les premières fuites techniques et montré la porosité logicielle entre les deux plateformes. Comme le Chrome Web Store continue à rester désespérèrent à la traîne, le moteur de recherche a probablement déjà décidé de faire fondre le cloisonnement entre les OS.

Toshiba Chromebook 2

Il faut dire qu’aujourd’hui les constructeurs ont pris l’habitude de faire cohabiter Windows et Android au sein d’une même machine sur des boots séparés et je suppose que cela ne fait pas les affaires de Google.

La suite est donc logique, faire péter le barrage entre les systèmes et intégrer les applications de Google directement dans Chrome OS. Déverser dans le système “classique” de Google, le tombereau d’applications d’Android pour le rendre plus sexy. Apporter d’un coup à tous les Chromebooks et autres Chromebox les applications d’Android permettrait de leur donner un nouvel intérêt. Sortir également de l’ornière qui sert habituellement à les caractériser comme des machines de bureautique pure.

chromeos-android

Cela reste encore de la spéculation mais une version destinée aux développeurs du système (Chrome OS 51.0.2699.0 dev channel) embarque cette option via une case à cocher et un menu au démarrage proposant brièvement d’autoriser la machine sous Chrome OS de faire tourner les applications Android.

En activant cette option, Google autoriserait de nombreuses applications à faire le mur d’Android pour rejoindre le système Chrome OS sans pour autant assurer la compatibilité de celles-ci. Il s’agit en réalité plus d’une manière d’intéresser les développeurs à faire la jonction entre les deux mondes. On imagine que Google n’a pas de baguette magique pour rendre les applications compatibles d’un seul coup et il faudrait que chaque application soit mise à jour pour que cela fonctionne. Mais si la mayonnaise prenait enfin et que les développeurs  voient un réel intérêt à porter leurs applications, ce qui peut se traduire par si les utilisateurs de ChromeOS se mettaient à acheter des applications sur le Google Play qui leur est dédié, alors cela pourrait avoir un énorme impact.

ChromeOS

Evidemment, il ne faut pas s’emballer, car ce n’est pas parce qu’une version de développement propose une option qui ne voit pas le jour en production avant des mois. Les rotations d’écran, le support d’écrans multiples, le clavier virtuel sont ainsi apparus en version développement plusieurs trimestres avant qu’il ne fasse réellement partie des versions standards du système. D’autres options apparues sur le système en développement n’ont jamais été intégrées à la version grand public. Voir cette option activée sur Chrome OS n’est donc pas une certitude et quand bien même elle arriverait les résultats concrets pourraient n’être mesurés qu’à assez long terme.

Nul ne doute de la pertinence d’un tel environnement d’un point de vue multimédia et loisir donc, mais il reste encore beaucoup d’inconnues avant de déterminer l’importance de cette transition.

Source : ArsTechnica

17 commentaires sur ce sujet.
  • 25 avril 2016 - 17 h 10 min

    Super bonne nouvelle, de quoi me permettre de migrer depuis Windows plein de technophobes dépassés.
    1- Pour ceux qui ne veulent pas Android, rien ne change, on désactive l’option.
    2- Pour les autres (la majorité), accès a toutes les apps Android compatibles clavier-souris, soit la majorité, en plus certain Chromebooks sont tactiles.
    3- et enfin, si le virage d’Android N vers un meilleur support du scenario “desktop” se confirme, ca va encore s’améliorer dans le futur.
    4- J’imagine qu’en plus la version d’Android embarqué dans ChromeOS sera mise a jour aggressivement ?

    Le compromis idéal ?

    Répondre
  • 25 avril 2016 - 18 h 49 min

    Chrome serait donc insuffisant ?
    Il y a 10ans, on ne croyait pas dans les apps mobiles, mais plutôt dans les web apps (je remonte à 10ans à cause de Palm et webOS…).

    Répondre
  • 25 avril 2016 - 19 h 04 min

    @amike: Chrome paye surtout encore la note de son avant-gardisme. Il a été jugé avec une optique classique d’utilisateur Windows / Linux /MacOS alors qu’il est sorti à l’époque où les étaient HDD fort peu chers. Les gens trouvaient indispensable d’avoir un équipement comportant XX Teraoctets. Les campagnes marketing étaient encore focalisée sur la taille du disque dur.

    Les juges ont donc décrété qu’avec 16 ou 32 Go embarqué un ordinateur ne pouvait servir à rien. Qu’il s’agissait d’un jouet. Dans la foulée l’utilisation de ChromeOS à ses débuts en “Online Only” a complété le tableau d’ordinateur de second ordre. Ce qui était en réalité un atout du concept s’est alors transformé en cauchemar pour Google.

    Comme le disent beaucoup d’utilisateurs, une fois que l’on fait l’effort et que l’on goûte réellement à ChromeOS, on finit par voir l’étendue des services rendus. Aujourd’hui qui n’est pas totalement dépendant d’une connexion au réseau ? On découvre vite que le faible stockage n’est pas si incapacitant pour la majorité des gens et la majorité de leurs usages. LE bémol qui reste à ChromeOS ? Le loisir. Le jeu.

    ChromeOS est clairement insuffisant sur ce point, les gens aiment jouer et retrouver leurs titres Android sur ChromeOS devrait boucher une bonne partie du puis d’inquiétudes qui sépare l’utilisateur de l’achat d’un Chromebook.

    Répondre
  • 25 avril 2016 - 21 h 31 min

    En tous cas, un acer 15.6 pouces en i3 32Go lié à Hubic en 10 To n’a rien à envier à W10
    L’ordi windows me sert de moins en moins, uniquement pour du lourd genre photoshop, et encore est-ce que ça va durer? regardez Pixlr et ce qu’il sait faire.
    Quand W10 démarrera en moins de 10 secondes, vous m’appellerez !
    L’intérêt des applis Android sur ChromeBook? avoir les mêmes applis entre smartphone et Chromebook

    Répondre
  • 25 avril 2016 - 21 h 38 min

    @Al Hu – Mage: Bof ca fait un moment qu’un PC Win10 +SSD démarre en moins de 10 secondes :)

    Répondre
  • 25 avril 2016 - 22 h 44 min
  • 26 avril 2016 - 10 h 18 min

    ça c’est une super nouvelle.
    Moi j’adore mon chromebook( un bon plan de Pierre ;) )
    Il est léger, silencieux, super endurant et se recharge très vite. Aucune maintenance, pas d’antivirus démarre au quart de tour, et les mises à jour sont très rapides. Que du bonheur.
    L’accès au Google play va effectivement permettre d’en faire une vraie machine de loisir, mais aussi étendre ses capacités de travail avec l’accès à office 360 ( et mon compte pro) et certaines app pro disponibles sous android (comme pour la cartographie).
    Affaire à suivre ….

    Répondre
  • 26 avril 2016 - 11 h 24 min

    Bonjour à tous, et merci à Pierre pour ce site toujours si bien renseigné et si agréable !
    Un peu en périphérie de l’article, mais pour rebondir sur le commentaire de Doigt Agile…
    Je suis très fan-sur le papier- de remix Os et de son Ultratablette qui pour 300$ regroupe pour moi toutes les qualités d’un 2en1 éfficace /appli office et très ouvert sur le Google Play. N’est ce pas la meilleure synthèse actuelle d’un windows façon Apple grâce à Android ? Il ne lui manque plus qu’un stylet…
    En 2015 c’était deja très bien :https://www.electrogen.fr/test-jide-remix-ultratablet-la-nouvelle-experience-android/
    Avez vous deja testé ce materiel ?
    D’avance merci de vos partages avant que je fasse l’achat ;-)

    Répondre
  • 26 avril 2016 - 15 h 52 min

    Pour le pratique ,je pense en tant qu’utilisateur qu’il faudrait un OS qui puisse ce séparer en deux parties distinctes .

    Je pense que si le système Android est pas mal pour le jeux ,un système offrant qu’un navigateur et une suite bureautique me suffirai .

    Reste la question de savoir si GOOGLE est capable de faire ce système universelle .

    Pour le reste ,que l’interface utilise souris ou tactile c’est pas gênant en soit .

    Je pense qu’un des problème sera aussi que les fabricants de jeux ou d’applications Android oublient le tout tactiles pour en revenir a un mode utilisant tactile ,souris et clavier (voir manettes de jeux)

    Répondre
  • 26 avril 2016 - 16 h 50 min

    Ne vous emballez pas, l’accès au google play sera un google “plaie” pour la majorité des machines sous chromeOs : équipement insuffisant, surtout en carte graphique pour le jeu et que dire de l’émulation d’un système dans un autre.

    Après qu’on offre aux juges (hello charming !) des systèmes dont les ressources sont en ligne et qu’ils n’en veuillent pas, ben au final qui paye ? Ceux qui proposent ou ceux qui utilisent ?

    Enfin Saint google dont la page de garde pèse 500 ko octets juste pour afficher une zone de texte un logo et un bouton… Vous êtes encore nombreux a penser que les 499 KO restant sont sans danger pour vous ?

    Répondre
  • 26 avril 2016 - 23 h 53 min

    Google se prépare à permettre à toutes les applications Android disponibles sur le Google Play Store de s’exécuter sur son Chrome OS…
    Le tour de passe-passe est logé dans un module justement nommé “Android Runtime for Chrome” (ARC)
    Si ça marche, alors la méthode pourra être utilisée pour permettre à ces mêmes applications de fonctionner aussi sur Windows, ou tout autre système pouvant utiliser le navigateur Chrome, par le biais de son module de virtualisation “Native Client” (NaCL) 😏
    https://www.thurrott.com/mobile/android/66724/1-million-android-apps-coming-chrome-os-windows

    Répondre
  • 27 avril 2016 - 13 h 28 min

    @Dadoo: Il est clair que pour une personne soucieuse de confidentialité la seule solution qui offre un début de sécurité est celle de compiler soi-même son os et les logiciels installés après avoir pu lire le code source ou confier cette tâche à un tiers de confiance. Sachant que la majorité des utilisateurs acceptent les logiciels “boite noire” soumis au droit américain et édités par des sociétés condamnées de multiples fois pour diverses violations des droits des consommateurs le cloud ne représente pas une forte détérioration de la sécurité par rapport au couple windows + dropbox par exemple

    Répondre
  • 27 avril 2016 - 22 h 05 min

    @pdbl : tout dépend de ce que tu as comme contraintes avec les données que tu manipules, moi je dois protéger des droits d’auteur, des droits à l’image et des technologies… Donc j’évite au maximums les services grauits qui te demande d’accepter la grauité contre l’abandon de tes droits à la confidentialité, tous ceux qui autorise google ont du les signer même seulement pour utiliser le moteur de recherche.

    Effectivement j’utilise en parallèle un autre système dans certains cas, et des cryptages sur certains volumes.

    Le droit américain autorise tout du moment que la victime est d’accord. Même de témoigner contre soi, donc je ne m’y fierais pas trop.

    On est un peu hors sujet, mais le revirement de google est un revers commercial toujours intéressant quand il remet les ambitions à leur place. Google que s’auto concurrence c’est trop mignon.

    Reste que les machines sous chromeOs ne sont pas équipées pour supporter android et que les applications android doivent être remastérisées pour s’y exécuter. On a le temps de voir venir je pense.

    Répondre
  • 28 avril 2016 - 4 h 17 min

    @Pierre Lecourt:
    jamais vu ! (jsuq’au i5. un 17 peut être?)

    le meilleur que j’ai vu c’est vers 30 secondes, et encore, on n’a pas la main parce qu’il lance encore tout un tas d’applis…

    Répondre
  • 28 avril 2016 - 10 h 40 min

    @Dadoo Je ne comprend pas pourquoi un Chromebook ne pourrait pas faire tourner les applications android ? de Candy crush àClash of clan, on est loin d’un diablo3 ou d’un call of duty en besoin cpu ou gpu, non?
    Après pour la confidentialité des données, je pense que pour une grosse majorité de particuliers, elles n’intéressent personne, peut être un peu de ciblage publicitaire, mais loin de justifier le besoin de passer à un OS libre. Cdlt,

    Répondre
  • 28 avril 2016 - 11 h 17 min

    @Arnaud: Oula, la réponse va piquer :D

    Répondre
  • 31 août 2016 - 17 h 32 min

    […] de SoC et de mémoire, il est probable que ce nouveau Chromebook puisse faire tourner les applications issues du Google Play d’Android assez […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *