Book 8088 DOS system : un portable avec 40 ans de retard

Le Book 8088 DOS system est un portable équipé d’un processeur d’une autre époque, un Intel 8088 cadencé à 4.77 MHz.

On ne sait pas très bien quelle mouche à piqué les créateurs du Book 8088 DOS system mais toujours est-il qu’ils ont lancé un ordinateur portable sous MS-DOS équipé d’un processeur Intel 8088. Une puce annoncée en 1979 qui nous pose deux grandes questions. La première est pourquoi ? La seconde… Où diables ont-ils trouvé ces processeurs ?

L’Intel 8088 a été un processeur haut de gamme à son époque. Avec une fréquence de 4.77 MHz et la possibilité de lui adjoindre un coprocesseur arithmétique 8087. Un ensemble haut de gamme qui coûtait une petite fortune à l’époque mais qui n’arrive pas à faire de l’ombre à la virgule flottante d’une calculatrice moderne aujourd’hui. 

Alors pourquoi lancer ce Book 8088 DOS system ? Probablement par nostalgie. Faire tourner MS-DOS 6.22 et Windows 3.0 ressemble peut être pour certains à ce que faire tourner une locomotive à vapeur apporte à d’autres. Une mécanique d’un autre âge avec d’autres automatismes et d’autres outils. Au lieu de graisser des rouages et pelleter du charbon, on lancera des Defrag en jouant à éditer des fichiers Autoexec.bat.

 

Et puis c’est amusant ce mélange entre ancien et moderne. Les 8088 n’avaient pas vraiment droit aux ports USB. Rares étaient ceux qui avaient même un simple port jack ou la possibilité d’ajouter de la mémoire. A vrai dire, leurs stockages ressemblaient plus à des meubles qu’a des cartes Compact Flash comme ici. A noter que le débit de ce lecteur de cartes, exploitant le format IDE géré par la puce, sera d’une lenteur parfaitement historique.

A noter également que c’est le seul stockage de l’engin. On pourra probablement faire joujou avec son port USB mais je doute qu’il soit plus rapide. Je me demande même comment il est câblé sur le  système.

Les processeurs et coprocesseurs sont visibles et amovibles, présentés sous une petite trappe présente à gauche du repose poignets. On peut les voir travailler sous ses yeux, on ne verra pas grand chose mais tout de même, c’est étonnant. Tout cela mis bout à bout a eu sans doute un effet désastreux sur l’appétit de certains quinquagénaires qui ont baigné dans le 8088 quand ils étaient petits. Le Book 8088 DOS system a été mis en vente sur AliExpress pour un bref instant, la faille spatio temporelle s’est rapidement refermée. Il faut dire que le produit était présenté à un tarif assez bas pour un nostalgique de l’époque. A 200$ pièce environ, les 119 machines en stock sont parties très rapidement.

A droite du repose poignet, une extension possible pour un circuit son Yamaha YMF262-M OPL3. Un ajout très luxueux sur les machines de cette époque, la très très grande majorité des PC jusque tard dans les années 80 se contentaient d’un horrible buzzer qui vous vibrait les oreilles à grands coups de sons suraigus. Ce qui faisait d’ailleurs bien rire les Amiga et Atari de l’époque. Ici, on est donc comme des coqs en pâte avec un véritable petit circuit son.

 

Le châssis mesure 24 cm de large pour 15 cm de profondeur et 3 cm d’épaisseur, une petite brique de plastique qui affichera en CGA. Un magnifique 640 x 200 pixels – et je parle du gros pixel de l’époque pas des pixels d’aujourd’hui – et 16 couleurs. De quoi afficher des jeux de l’époque, des interfaces à faire rougir un minitel et même lancer les balbutiements des premiers Word de Microsoft.

Sous la machine, on retrouve une autre trappe avec d’autres puces bien visibles. Il s’agit du circuit graphique IBM CGA . Enfin un port ISA pourra être exploité pour ajouter des connecteurs à ce format en externe. Pas la solution la plus élégante qui soit mais une possibilité supplémentaire pour ré utiliser du matériel de l’époque.

Que faire de cette drôle de machine ? Probablement pas grand chose si ce n’est relancer les glorieux jeu du passé – accessibles avec un émulateur – ou des systèmes de l’époque. Cela peut également servir à tester des périphériques ISA et éventuellement avoir un rôle dans un processus industriel si certains outils sont toujours pilotés par des solutions MS-Dos. Après tout, on a retrouvé en 2016 un Commodore 64 toujours en activité dans un garage Polonais.

Ce Book 8088 DOS system est construit par les mêmes qui ont lancé le Hand 386 également sous MS-DOS. Il semblerait qu’il s’agisse d’un groupe de fans de vieilles machines aux commandes, rassemblés sur le site 8086cpu.com. Je peste souvent contre la nostalgie quand elle est utilisée pour vendre des produits bas de gamme en jouant sur les sentiments. Ici il semblerait que ce ne soit pas le cas, plutôt l’inverse. C’est plutôt les sentiments qui ont amené des gens à construire ces vielles machines. Je suis d’ailleurs étonné de leurs prix. 200$, ce n’est pas trop cher pour un engin fabriqué en si petite quantité.

Source :  Ars Technica et Liliputing


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

21 commentaires sur ce sujet.
  • 22 mai 2023 - 13 h 05 min

    :-)

    A ce petit jeu, je veux bien vendre mon zx81 d’origine et encore fonctionnel
    200€, ça m’irai bien

    Répondre
  • bob
    22 mai 2023 - 13 h 16 min

    Vais pouvoir lancer Multiplan.

    Répondre
  • 22 mai 2023 - 13 h 52 min

    @eugene : à mon avis un zx81 d’époque encore fonctionnel vaut bcp plus ;-)

    Sinon, je me répète, mais j’aimerais bien un amstrad cpc à la même sauce ! Après tout, les z80 sont certainement plus facilement trouvables que des 8088…

    Répondre
  • 22 mai 2023 - 14 h 19 min

    C’est pas moins cher d’emuler tout ça un fpga ?
    Puis ça permettrait de faire du 8088, puis du zx80 quand on en a marre, puis du 68000, etc…

    Répondre
  • 22 mai 2023 - 14 h 22 min

    @Gilles: Je ne pense pas, le coût d’un FPGA reste quand même assez élevé. Et puis faut le programmer…

    Répondre
  • 22 mai 2023 - 14 h 23 min

    Et puis c’est comme maquiller une loco électrique avec un châssis de loco vapeur. En collant des batteries sous le charbon, c’est pas pareil ^^

    Répondre
  • 22 mai 2023 - 14 h 34 min

    200 balles la machine rétro-computing neuve (donc avec une fiabilité bien plus importante que les rares machines de l’époque trouvables aujourd’hui), franchement je comprends tout à fait le cas d’usage pour les passionnés. Bravo à eux !

    Répondre
  • 22 mai 2023 - 15 h 33 min

    Les bons jeux en 4 couleurs, tout une époque.
    Le moindre ZXSpectrum/Oric faisait mieux, mais c’était moins cher.

    Je suis d’accord avec Pierre, une loco vapeur ça respire, ça vie.
    Le diesel/électrique à côté c’est bien trop morne :) vive l’original.

    J’aimerais quand même bien voir le profil des acheteurs pour ce type de machines, que des nostalgiques ?
    La seule chose que je vois, c’est en effet le bus ISA, il reste pas mal de machine industrielle connectées avec des vieilleries avec port ISA pour les faire tourner. Mais il doit y avoir des cartes mères classiques avec port ISA non ?

    Répondre
  • 22 mai 2023 - 17 h 08 min

    Le délire, on peut encore acheter un co-pro 8087…

    Répondre
  • 22 mai 2023 - 17 h 29 min

    Un 8086 ! Je rêve de mon Amstrad 1640 en version portable et moderne. Il suffirait d’ajouter une puce EGA a cette machine.

    Répondre
  • 22 mai 2023 - 19 h 00 min

    @eeegr:
    T’as des micro cartes pour 25$ pour emuler une nes.

    Répondre
  • 22 mai 2023 - 19 h 42 min

    Allez, à ce rythme, qui va nous re-commercialiser le Cray-1 ? En guise de canapé dans un intérieur « seventies » ça ira à merveille…

    Répondre
  • 22 mai 2023 - 20 h 08 min

    Je me permet une remarque (de mémoire donc je « risque » d’être contredit ;-) :
    En fait pour moi le 8088 n’était pas le haut de gamme
    Pour moi le 8086 était le prix haut de gamme de l’époque
    Mais IBM pour réduire les coups a utilisé ce 8088 qui a du être créé après le 8086 pour réduire les coups, (je crois.)
    Le 8088 c’est un 16 bits en interne totalement compatible 8086 mais un 8 bits en externe ce qui a réduit les coups par rapport à l’utilisation d’un 8086 qui lui était un vrai 16 bits interne ET externe
    Si je dis des conneries… ben racontez moi ce que j’ai oublié …

    Répondre
  • to
    22 mai 2023 - 20 h 28 min

    @aka_mgr: Le problème c’est l’alim, ça consomme pas mal ces « ptites » bêtes.

    Répondre
  • 22 mai 2023 - 21 h 29 min

    @LeDidou: Ma mémoire me raconte la même chose.
    La question est : Qu’est-ce qui a fait le choix de ce processeur ? L’architecture, ou plus vraisemblablement, la découverte d’un « new-old stock » ?

    Répondre
  • Luc
    23 mai 2023 - 1 h 38 min

    Bravo à ceux qui ont osé le faire.

    Répondre
  • 23 mai 2023 - 10 h 08 min

    @OuiDocteurBob: je me suis posé la même question et après un rapide coup d’oeil, semblerait qu’on trouve des stocks de proco 8088 pour pas cher (autour de 10$). Apparemment y’a du neuf… Des fondeurs font peut être ça pour des machines industrielles ??

    Répondre
  • CHP
    23 mai 2023 - 10 h 30 min

    @LeDidou:

    On est totalement d’accord.

    Le 8088 avait une architecture interne de 16bits mais son bus de données était en 8bits
    Le 8086 en revanche était « le haut de gamme » avec une architecture interne de 16bits ET un bus de data en 16bits pouvant monter à 8 MHz !

    Le i8088 était d’ailleurs surnommé le processeur du pauvre et on le retrouvait non seulement dans les IBM PC/XT mais aussi dans les IBM PC/jr (junior) avec seulement 16Ko de RAM.
    Rares étaient les PC (compatibles IBM) qui étaient équipé du fameux i8086. L’Olivetti M24 était un de ceux-là.

    Répondre
  • 23 mai 2023 - 10 h 57 min

    Un neo zélandais commercialise une cm micro atx avec 8088 ou nec v20, vga et tout le bazar pour 320$.

    Répondre
  • 23 mai 2023 - 11 h 08 min

    @Frederic: ce doit être le même qui propose quelque chose de similaire mais à base de Z80… A part pour les nostalgiques ou la réparation de vieilles machines industrielles, il y a peut être un marché pour l’apprentissage du langage machine ??

    Répondre
  • 23 mai 2023 - 15 h 39 min

    @CHP: Avec un bus de 8 bits, il y a peut être moins de fils à câbler sur la « carte mère » (surtout si elle tourne avec des composants « glue » rustiques)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *