AllWinner D1 : un carte de développement sous Risc-V abordable

C’est une excellente nouvelle pour le format Risc-V, la carte de développement Allwinner D1 sous Xuantie-C906 devrait débarquer à un tarif très abordable.

Le Allwinner D1 utilise une puce Alibaba1 Xuantie-C906. Une solution RISC-V qui n’est pas un monstre de performances, il s’agit d’un SoC 64 bits tournant à 1 GHz avec un accélérateur graphique G2D et un DSP Hifi4. Des composants qui ne brilleront pas par leur vitesse de traitement mais ce n’est pas le but recherché par cette solution.

AllWinner D1

A la différence des cartes de SiFive qui s’adressent surtout à des laboratoires et des industriels en embarquant un SoC Risc-V haut de gamme sur un format Mini-ITX, cette AllWinner D1 devrait être beaucoup moins chère. La SiFive est prévue pour ce mois de juin avec un tarif de 665$. La carte Allwinner D1 et son SoC Xuantie-C906 devrait couter beaucoup moins cher.

2021-04-22 14_39_32

Si les deux solutions  ne seront pas comparables en terme de performances, la AllWinner D1 sera suffisante pour prendre en main la puce sous une version adaptée de Debian. Une superbe porte d’entrée pour aborder le monde RISC-V auprès d’un public de développeurs et de passionnés.

2021-04-22 14_39_39

La carte devrait proposer jusqu’à 1 Go de mémoire vive DDR3 et de 32 Mo à 256 Mo de stockage de base en plus d’un lecteur de cartes MicroSDXC. Le montant de la mémoire vive embarquée pourrait toutefois être impacté par les pénuries actuelles, ce qui pourrait pousser le fabricant à proposer des modèles avec beaucoup moins de mémoire vive. On parle de 32 ou 64 Mo de mémoire vive pour les cartes les moins chères et une augmentation notable (environ 50$) pour la version 1 Go de DDR3. Le prix n’est, en soi, pas un souci, l’important est d’avoir une carte abordable permettant de piloter une solution RISC-V. Elle n’a pas spécialement vocation à devenir grand public.

AllWinner D1

La AllWinner D1 proposera une sortie HDMI 1.4 ainsi qu’un MIPI DSI prenant en charge du 1080P à 60 Hz avec gestion des écrans tactiles, un port Ethernet Gigabit sera présent ainsi que deux ports USB 2.0 en Type-A et Type-C. Une prise jack 3.5 mm est présente ainsi qu’un module prenant en charge un Wifi4 et du Bluetooth. On retrouve également les 40 broches classiques du format des cartes de développement héritée des Raspberry Pi. La AllWinner D1 mesurera d’ailleurs le classique 8.54 cm de large pour 5.6 cm de profondeur. 

2021-04-22 15_01_49

Si vous vous demandez pourquoi ce billet est illustré par un personnage de dessin animé, c’est parce que le logo de la carte est celui qu’il porte sur le front. Il s’agit de Nezha, un dieu protecteur qui est issu de l’oeuvre « La Pérégrination vers l’Ouest » de Wu Cheng’en.

Sources : Cnx-Software et Cnx-Software

Notes :

  1. Oui, le géant du eCommerce chinois fait développer ses propres puces…

secret
21 commentaires sur ce sujet.
  • 22 avril 2021 - 16 h 46 min

    Que j’ai hâte d’avoir cette carte si le prix reste correcte.
    J’ai tellement envie de jouer avec RISC-V, que j’en trépigne d’impatience.

    J’avais failli claquer plus 500€ chez Si-five avec la carte itx. Mon banquier n’était pas d’accord.

    Répondre
  • 22 avril 2021 - 17 h 16 min

    @Nidouille: Oui c’est un vrai game changer. Si cela permet d’accélérer les développements Linux sur le plateforme c’est génial !

    Répondre
  • bob
    22 avril 2021 - 20 h 06 min

    Ben je comprends pas vraiment ce qui va changer du point de vue du développeur. On aura un nunux dessus avec de quoi programmer.
    Est ce que c’est une question de processeur sans coût de licence ? Qu’est ce que ça va apporter ?
    Pardon pour mon ignorance.

    Répondre
  • 22 avril 2021 - 20 h 12 min

    Idem, et quoi de mieux que Debian pour jouer avec ? Il faut que ça se démocratise et avec des prix plus accessibles comme ce D1, la mayonnaise pourrait prendre.

    Imaginez un NAS, un pc portable ou une tablette 100% open-source, ce serait top !

    Répondre
  • 22 avril 2021 - 20 h 32 min

    Il me semble que c’est entre 32 et 256 Mo de mémoire dans le soc qui pourrait être étendu à 1 Go en dehors du soc ce qui explique l’augmentation assez forte du prix. Le stockage étant intégralement assuré par le port sd.

    Répondre
  • 22 avril 2021 - 21 h 38 min

    @bob: C’est une nouvelle architecture processeur qui est open source.
    Le design de l’architecture des puces RISC-V est très récente et a été conçus pour être 32, 64 et 128 bits.

    RISC-V : 2010
    Itanium d’Intel : 2001 (fin de vie cette année chez Intel)
    Open RISC : 2000
    DEC ALPHA : 1992 (mort)
    POWER d’IBM : 1990 (survie très bien grace aux machines des games i et z series vendu par IBM ou Bull/ATOS)
    SPARC/open SPARC de SUN : 1986 (en train de mourir suite au rachat de SUN par Oracle)
    ARM : 1985
    MIPS : 1985 (en train de mourir)
    X86 : 1978

    Actuellement on trouve de plus en de puce RISC-V 32bits dans les Arduinos.

    Les entreprises chinoises investissent énormément sur cette architecture libre avec le différent commercial de plus en fort avec les USA. Et le rachat d’ARM par Nvidia n’est pas des meilleures augures pour les sociétés chinoises si l’achat est confirmer.
    Si l’achat de ARM par nvidia est confirmer au niveau mondial, c’est certainement la fin d’ARM. Mais pas lié à Nvidia mais au gouvernement des USA.

    La société Pine64 qui travaille normallement sur ARM ce penche elle aussi sur le RISC-V.
    https://www.pine64.org/category/risc-v/

    Il y a le projet open source BeagleV qui est intéressant
    https://www.minimachines.net/actu/beaglev-risc-v-97450
    https://beaglev.seeed.cc

    MIPS ou plus précisément Imagination Technologies ce réoriente sur le design de CPU RISC-V. Ce qui me fait un pincement au coeur, car l’architecture MIPS a été utilisé dans les fabuleuses station Silicon Graphics, la PlayStation 1 & 2, Nitendo 64, les routeurs, les switchs de gros constructeurs et dernièrement a même été fait tourner le plus gros supercalculateur au monde pendant 2 ans.

    https://www.top500.org/system/178764/

    Je suis une fane de hardware et assez vieille pour faire un pronostique positif sur RISC-V.
    L’architecture est belle, la gouvernance du projet est stable comme neutre car en Suisse, réel intéressement des industriels sur cette technologie avec déjà des produits concret, de gros industriel comme Alibaba qui investie lourdement pour ses offres cloud et le plus important architecture orienté sur l’avenir avec la possibilité de faire des CPU 128 bits qui va trouver son intérêt comme en temps avec le 64 bits dans le monde du HPC.

    @prog-amateur:
    Va savoir pour le prochain Helios.
    Pour le coté laptop, ca existe demande à Richard Stallman et sinon tu as le projet PowerPC notebook
    https://www.powerpc-notebook.org/en/
    https://stallman.org/stallman-computing.html

    Répondre
  • 22 avril 2021 - 21 h 53 min

    @Nidouille: Merci pour ce résumé !

    Répondre
  • bob
    22 avril 2021 - 23 h 12 min

    @Nidouille: Merci… Bon, je verrai si Orange Pi fait quelque chose e pas cher…

    Répondre
  • 22 avril 2021 - 23 h 57 min

    @Nidouille: merci pour les infos. C’est vrai qu’Helios font de bons matos, j’avais particulièrement admiré l’article sur l’Helios64 sur minimachines.

    Répondre
  • gUI
    23 avril 2021 - 8 h 22 min

    @Nidouille: De ce que j’ai compris, RISC-V n’est pas une architecture, mais « simplement » un jeu d’instruction. Derrière, il faut concevoir entièrement le processeur, et là on peut imaginer plusieurs architectures, toutes compatibles avec ce même jeu d’instructions.

    Je me trompe ?

    Répondre
  • 23 avril 2021 - 10 h 39 min

    @gUI:
    De mémoire tu as raison… et tort
    Raison parce qu’effectivement à la différence d’ARM qui conçoit le jeu d’instruction (que samsung a intégré dans ses exynos maison, TI dans ses OMAP et huawei dans ses kyrin) mais aussi l’archi de référence (Cortex A+MALI, M, R, …), la fondation risc V publie des jeux d’instructions, basés sur des archi de laboratoire mais qui ne sont pas publiées comme IP
    Tort, parce que d’autres s’en chargent :
    – J’ai plus ou mins compris que des boîtes fondatrices comme SiFive ont un programme de licence d’IP
    – et tu veux de l’IP open source? N’en veux tu, n’en v’la…
    https://opencores.org/projects/biriscv
    https://opencores.org/projects/rv01_riscv_core
    https://opencores.org/projects/potato ==> https://github.com/skordal/potato
    https://opencores.org/projects/neorv32
    https://opencores.org/projects/riscv_vhdl

    … et probablement d’autres à berkeley ou ailleurs

    Répondre
  • 23 avril 2021 - 12 h 11 min
  • 23 avril 2021 - 12 h 52 min

    Une CM raspberry (pour toutes les intégrations possibles) en Risc-v avec des perfs honorables, pour un prix abordable, ce serait top, un genre d’anti-thèse d’Apple ;)

    Répondre
  • 23 avril 2021 - 13 h 52 min

    @Nidouille: meme si MIPS n’est plus dans les consoles depuis 2005, il ne semble pas vraiment décrocher du monde des telecoms, pour preuve: sur les 1700 targets supportés par OpenWRT 1418 sont sous MIPS et 355 autres en ARM/PPC/X86…

    @gUI23 : Jeu d’instructions = ISA = Instruction Set Architecture (donc tu entends quoi par archi ?)
    La RISCV fondation n’offre que l’ISA et non les implémentations qui peuvent en être faites (ca c’est le taf de SiFive et autres)

    Mais un CPU « seul » n’est pas très utilisable, il lui faut une plateforme avec un adressage spécifique pour accéder au périphériques ou une façon de les découvrir (via un bus) …
    et ca, chez ARM, c’est le gros bordel je trouve car t’a beau avoir le meme ARM dans 2 SoC (genre Armv8-A sur ton Odroid-C4 ou ton RbP4), il te faudra quand meme compiler/booter 2 kernel différents ! (bon apres le kernel fait son taf et t’abstrait de ca donc tu peu utiliser les meme repos debian sous tes 2 SBC)

    J’ai peur que ca devienne pareil sous RISCV… mais j’espère me tromper.

    Répondre
  • 23 avril 2021 - 14 h 02 min
  • 23 avril 2021 - 15 h 43 min

    @Madwill:
    Moi y’a qd mm un truc qui me turlupine
    ST Micro est l’un des membres fondateurs, et a à côté d’excellents µC, et de fantastiques cartes/modules de prototypage (nucléo, discovery). j’aurais espéré d’eux un uC sur base Risc V, et une carte façon RiscV_nucléo (format arduino) à minima
    Mais Nib/oualou/que dalle. Pourquoi?
    ==> pas de perspectives?
    ==> un contrat avec ARM trop avantageux, ou au contraire trop exclusif?

    Répondre
  • 23 avril 2021 - 15 h 56 min

    @Riccardo stallumanu: Y’a même moyen que ça soit encore pire, vu qu’en chine, les SMIC, rockchip, allwinner, alibaba et consort vont encore moins se priver de faire de implémentations obscures avec des fonctions un chouïa intrusives et des périphériques Bizarres, mal documentés,un peu buggués et un noyau pas documenté trituré pour essayer de contourner ces bugs qu’ils ne le faisaient avec ARM (qui n’a pas eu un RKxxx qui plantait comme un cochon et freezait la tablette)

    Répondre
  • 23 avril 2021 - 17 h 43 min

    @Riccardo stallumanu
    MIPS est toujours présent dans l’univers consoles, Anbernic se frotte les mains avec les vieux Ingenic.

    Répondre
  • 23 avril 2021 - 19 h 29 min

    @bastien: m’en parle pas ! c’est tellement le cancer ces RK/MT …

    @mickael: tu viens de me faire découvrir un truc :) mais j’ai l’impression qu’ils ne vendent que des retrobox (qui n’ont de console que leurs chassis) donc de simple linux prechargés avec quelques emulateurs et rom…corrige moi si je me trompe

    Répondre
  • 23 avril 2021 - 21 h 10 min

    @gUI:
    @Bastien B.:

    J’ai fais des raccourcis plus haut.

    ARM a deux type de licence :
    – une toute clef en main que beaucoup que beaucoup de sociétés utilisent. Pas de besoin de ce casser la tête a faire le design de gravure, les différents tests avec les fondeurs en fonction du noeud de gravure utilisé.
    – l’autre ou c’est juste les specs communiqué par ARM pour une architecture donnée. Actuellement on est à l’architecture v8.6 de mémoire. Cette solution a les faveurs de Qualcomm ou Apple voir Samsung suivant les périodes et a une époque les fantastiques StrongARM de DEC puis Intel puis Marvell.

    RISC-V ne propose comme dit plus haut que les différents jeux d’instruction qui vont du 32 au 128 bits.
    IMAGINATION étant en difficulté pour proposé son architecture MIPS même en open source ce tourne sur le choix de faire tout le processus lié au design pour la gravure ainsi que l’intégration si c’est dans une option de SOC. cf la news de minimachine sur le sujet mise précédemment.

    @Riccardo stallumanu:

    L’architecture MIPS ce meurt, Imagination n’arrive pas à la vendre pour faire concurrence à ARM. Je vois ARM comme le rouleau compresseur Intel avec les x86 dans les années 90 et 2000.
    Oui on trouve encore pleins de matériel en MIPS, mais pour encore combien de temps ?
    Je suis assez pessimiste pour l’architecture MIPS sur le moyen therme.

    Les chinois et les russes ont pas mal investie sur des CPU en architecture MIPS. Mais quand je vois la consommation du Sunway MPP j’ai des doutes sur la viabilité de l’architecture.

    Ensuite MIPS a le même soucis sur le coté CPU open source que IBM avec ses OpenPOWER ou Oracle voir Fujitsu avec OpenSPARC.

    Je reste persuadée que dans le long therme ARM comme MIPS seront remplacés par RISC-V ou une autre architecture. Cela lié en grande partie par la guerre commerciale entre la Chine et les USA.

    Répondre
  • 24 avril 2021 - 11 h 21 min

    @prog-amateur:

    Attention, l’HELIOS4 était très bien (pour son prix), malgré quelques défauts (seulement 4 HDD notamment), par contre l’HELIOS64 ce n’est pas la même histoire, notamment :

    – Le bug du 2.5 Gbps qui nécessite pour tous les premières acheteurs (des centaines et des centaines de NAS quand même) de faire eux même une soudure supplémentaire sur leur carte mère pour ponter 2 pattes – corrigé pour les productions plus récentes, mais quand même très moyen (sans çà la vitesse du réseau sur le port 2.5Gbs s’effondre à qqs ko/s si branché sur autre chose que du 2.5Gbs en face)

    – Et surtout, un gros, gros, gros problème de stabilité (le NAS freeze tous les jours / semaines, selon les utilisateurs (selon les cartes ou selon l’usage ?)), sans que les gars d’HELIOS soient capables de trouver la source du problème (qui n’est sans doute pas simple à trouver – freeze sporadique, en lien à priori avec le voltage du CPU), et ce quels que soient le kernel et les réglages … c’est pour le moins gênant pour un NAS

    A ce stade, je ne conseillerais à personne de partir sur un NAS HELIOS64 pour cette deuxième raison. C’est dommage parce que sinon c’était vraiment sympa (le boîtier est propre – même si les stickers font un peu cheap, mais pas gênant une fois montés, le montage est facile, le ratio coût/qualité est intéressant (hors pbs de freezes)).

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *