Microsoft Surface Go : Prix d’appel, marketing et double discours

Avec la Surface Go, Microsoft veut attirer un plus vaste public dans ses filets en conjuguant le prestige de sa marque à un prix d’appel attractif. Annoncée à 399€, cette nouvelle tablette est aussi séduisante que cohérente même si il faut garder un certain recul sur l’offre que propose réellement la marque.

On pourra s’étonner du calendrier de sortie de cette nouvelle Surface Go de Microsoft. Lancer une nouvel appareil en pleine vacances d’été, début août, ne semble pas la meilleure option marketing. Pourtant cette nouvelle tablette semble avoir suffisamment d’atout pour nager jusqu’à la rentrée. C’est le marché étudiant que vise Microsoft avec cette nouvelle Surface Go. Les rumeurs étaient tellement épaisses et persistantes autour de l’arrivée de cette nouvelle surface « abordable » qu’il ne faisait plus trop de doutes qu’elle allait finalement bien sortir. La confirmation Microsoftienne met fin au doute et révèle les finesses de construction de cet engin.

Microsoft Surface Go

Microsoft Surface Go, une tablette Surface presque comme les autres

Le papa de Windows va donc proposer une nouvelle surface, sans majuscule, de 10 pouces de diagonale et 10 points de contact qui emploiera un format d’écran intéressant : Le 3:2. Affichant en 1800 x 1200 pixels, elle sera parfaite pour de nombreux usages dits « sérieux ». Et le choix est censé de la part de Microsoft qui, rappelons le, propose depuis des années des matériels d’une qualité assez élevée face à une concurrence enlisée dans des schémas de construction répétitifs.

Microsoft Surface Go

Chez Microsoft, le choix de cet affichage est la base de la réflexion globale sur l’ensemble de l’engin. Un format 3:2 est un format de travail qui autorise un affichage parfait pour la lecture de textes numériques et d’autres documents. Contrairement au 16:9 habituel conçu pour l’affichage de vidéos, il est plus large et propose un affichage parfait pour des affichages moins souples comme la BD numérique ou les partitions. Associé à une surface tactile et compatible avec le stylet Microsoft Pen, ce sera également une surface convaincante pour le dessin numérique ou la prise de notes.

De ce choix de base découle tout le reste. Microsoft glisse dans sa nouvelle tablette un processeur Intel Pentium Gold 4415Y, une des puces les moins gourmandes en énergie du fondeur. De génération Kaby Lake, cette puce propose deux cœurs et quatre threads à une fréquence unique de 1.6 Ghz. Elle dispose de 2 Mo de mémoire cache et fonctionne sur un TDP de base de 6 watts configurable en 4.5 watts1. Une puce qui permet donc une intégration dans un châssis métallique – Microsoft a choisi un alliage de magnésium pour conjuguer dissipation et solidité – sans avoir recours à une ventilation active.

2018-07-10 14_49_18-minimachines.net

La partie graphique est confiée à un chipset Intel HD 615 cadencé de 300 à 850 MHz avec 24 Execution Units. Pas la puce la plus performante du marché en 3D mais une solution qui colle, encore une fois, à la proposition de Microsoft en terme d’affichage. La tablette ne cherchera pas à séduire les joueurs chevronnés et autres amateurs de création 3D mais bien un public d’étudiants ou de professionnels à la recherche d’une solution efficace pour transporter, lire et noter des données.

Avec 4 Go de mémoire vive de base et jusqu’à 8 Go pour les modèles les plus évolués, la tablette suffira bien à ces usages orientés par le choix de son écran. Le stockage sera décliné de 64 à 256 Go sous la forme d’un module électronique. On ne connait pas le détail de ce stockage eMMC. Difficile de savoir ce que va proposer ce stockage en terme de performances même si, encore une fois, le public visé par cette tablette surface Go n’est pas celui de producteurs de contenus exigeants. On pourra probablement faire de la retouche photo avec cette tablette mais il semble impossible de lui demander de gérer un montage vidéo en UltraHD avec de multiples sources. Le choix d’un stockage électronique basique semble donc cohérent même si il condamne, à terme, tablette à rejoindre le cimetière des déchets électroniques quand ce stockage sera trop abîmé.

Ces composants permettent à Microsoft d’assurer une autonomie de 9 heures pour la tablette, un joli score pour un engin avec ce type d’affichage de 8.3 mm d’épaisseur pour 24.5 cm de large, 17.5 cm de profondeur  et 520 grammes seulement. Mieux encore, sa prise USB type-C qui servira à recharger sa batterie assurera une recharge totale de 0 à 100% en 2 heures seulement. On peut imaginer donc un usage au quotidien de l’engin avec un arrêt recharge de temps en temps qui devrait remettre d’aplomb la machine pour poursuivre la journée. Une formule parfaite pour les étudiants ou les professionnels en déplacements mais qui ne s’éloignent normalement jamais trop longtemps d’une prise de courant. Le recours à une prise USB type-C pour recharger la Surface Go laisse également l’espoir d’une recharge avec une batterie nomade compatible.

2018-07-10 14_48_34-minimachines.net

Cette prise USB 3.1 type-C permettra de recharger la tablette mais le chargeur 24 Watts livré utilisera la prise magnétique Surface Connect habituelle de la marque. La prise USB offrira également un signal vidéo pour piloter un affichage externe jusqu’en UltraHD, un signal audio et évidemment des données. Une solution parfaite associée à un hub que Microsoft se fera une joie de vous vendre en option.

Le reste de la connectique est basique : Un lecteur de cartes MicroSDXC bienvenu pour étendre la mémoire de stockage facilement et une classique prise jack audio stéréo pour brancher un casque micro. Deux webcams seront présentes sur la tablette, trois si on considère la webcam infrarouge en façade servant à piloter la reconnaissance faciale de Microsoft Hello. Une camera 5 mégapixels permettra de se filmer pour des vidéo conférences de qualité, pour une fois qu’un constructeur ne se contente pas d’un capteur frontal de 0.3 ou 1 mégapixel, il est agréable de le souligner. La webcam arrière est une 8 mégapixels qui a tout son sens sur une tablette de ce genre. Elle permettra, en effet, de  « photocopier » des contenus et de pouvoir les afficher sur l’écran 3:2 de la Surface Go sans aucun problème.

2018-07-10 14_49_07-minimachines.net

Un Snapdragon X16 servira de modem 4G pour les versions futures « always connected » de la tablette

Le Wifi est un classique 802.11ac accompagné d’un module Bluetooth, il sera possible de profiter d’une liaison Ethernet via un adaptateur USB type-C. Une option Modem 4G est également prévue pour l’année prochaine, elle rajoutera un lecteur de cartes SIM sur la tranche de l’appareil et proposera une connexion permanente pour les plus itinérants. Le système d’exploitation choisi par Microsoft est un Windows 10 S qui pourra évoluer vers un Windows 10 Pro classique gratuitement.

2018-07-10 14_53_46-minimachines.net

La Surface Go à 399$, un prix d’appel qui demande quelques éclaircissements

A 399$, la Surface Go est alléchante mais il ne faut pas perdre de vue la réalité de l’offre. Pour ce prix, on aura une tablette sans clavier livrée avec un Pentium 4415Y double coeur associé à 4 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage. Pas de clavier ni de stylet donc. On retrouvera donc un écran tactile 10 points sans aucune autre forme de saisie. La tablette profitera de son système de béquille arrière permettant de l’orienter jusqu’à 165° mais le recours à un système de clavier Bluetooth d’une autre marque sera sans doute moins efficace que l’achat de l’option proposée par Microsoft.

2018-07-10 14_49_44-minimachines.net

Le clavier Cover proposera une course de touche de 1 mm

Ce n’est pas parce que la Surface Go est la moins chère des Surface qu’il s’agit d’une tablette Low-Cost.

Le clavier Cover avec pavé tactile et rétro éclairage que Microsoft propose est donc optionnel mais augmente la note de manière importante : 99$ soit 25% de plus pour avoir une Surface Go qui ressemble à une Surface classique. Si on rajoute encore 25% du prix de base on peut s’offrir le stylet de la marque, le Surface Pen à 99$ également. Coût global de la solution complète 597$ donc et probablement autant d’euros. Au final le prix européen de la tablette est de 449€ nue. ce qui pousse le total plus haut qu’en dollars : 548€ en ajoutant un clavier, 647€ avec le stylet.

Microsoft Surface Go

La Surface Mobile Mouse Bluetooth est annoncée à 34.99$

Si on peut espérer que Microsoft fasse des offres associant tablette et clavier on ne peut pas espérer trop de ces rabais et on se retrouve donc a imaginer une baisse de quelques dizaines d’euros du prix final pour un engin qui, rappelons le, emploie un moteur interne somme toute assez basique. La version 8 Go / 128 Go de la Surface Go toujours sous Pentium 4415Y est annoncée à 549$ nue, 648$ avec clavier et 747$ avec le stylet en prime… Est-ce une affaire ? difficile à dire pour le moment.

Surface Laptop

Microsoft Surface : De l’intérêt d’inventer une marque parapluie

En marketing, on appelle une marque parapluie un nom qui vient couvrir une gamme de machines : Thinkpad chez Lenovo, Republic of Gamer chez Asus, XPS chez Dell. Surface est la marque Parapluie des activités matérielles PC de Microsoft. Les engins déclinés sous cette appellation sont nombreux et souvent de qualité. Le catalogue est désormais assez vaste : Surface Pro, Surface Book,  Surface Studio et désormais Surface Go.

La question est, quel intérêt aurait eu le marché pour cette Surface Go si elle s’était appelée Asus Go, Chuwi Surface ou Dell Up ? Des engins de ce type sont déjà sortis sur le marché auparavant. Certes, ils n’étaient pas aussi cohérents, la plupart des constructeurs préférant avoir recours à des écrans 16/9 plus adaptés au jeu et au multimédia, même si leur cible était avant tout les mêmes étudiants.

Asus Transformer Book T302

Un engin comme le Transformer Book T100 d’Asus n’est pas très différent de la Surface Go. Sorti en 2013, ce netbook/tablette était constitué d’un écran tactile qui s’enfichait dans un dock clavier. Il proposait dans les très grandes lignes ce que propose cette Surface Go aujourd’hui. Un engin pour les étudiants ou utilisateurs à la recherche d’une solution ultra nomade permettant un usage tablette ou portable classique. Si Asus avait poursuivi son développement en dépassant le recours aux puces Intel Atom comme le fait Microsoft aujourd’hui, la marque proposerait sans doute une engin assez ressemblant.

2018-07-10 14_54_15-minimachines.net

La force de l’appellation Surface va jouer à plein sur l’offre de Microsoft. Habitués à des tablettes haut de gamme dont les prix sont élevés, la technique du prix d’appel proposé par cette Surface Go va sans doute faire mouche. S’offrir une Surface Go pour 399€ paraîtra être une bonne affaire car le prestige de la gamme surface rejaillira inévitablement sur l’engin. Il faudra donc peser le pour et le contre de la proposition et ne pas acheter l’engin sans perdre de vue que son réel intérêt débute plus autour de 498€, voire 597€ pour certains, qu’à ces 399€ de prix d’appel.

windows-10-arm

La Surface Go met en valeur le double discours de Microsoft

Faites ce que je dis mais ne regardez pas ce que je fais. Comment vont réagir Asus, HP et Lenovo face à cette sortie de la Surface Go ? Les trois acteurs ont annoncé et sorti des solutions ultramobiles, des tablettes, sous Windows 10 ARM et équipées d’un SoC ARM Snapdragon 835.  Une solution poussée très fort par Microsoft et Qualcomm comme une solution d’avenir. Une solution qui, si j’en crois les chiffres qui me sont parvenus jusqu’à aujourd’hui, est catastrophique en terme de ventes chez toutes les marques ayant tenté l’aventure.

Et que fait Microsoft ? Une Surface Go sous processeur x86, un bon vieux Pentium Kaby Lake. Pourquoi la marque n’a pas sorti sa Surface Go sous processeur ARM Snapdragon 835 ? Pourquoi proposer aux autres marques de s’investir dans une solution ARM avec l’avantage d’une énorme autonomie et d’une connectivité permanente en 4G mais proposer de son côté un engin plus accessible sous processeur Intel avec 9 bonne heures de travail et une option modem 4G. Je ne sais pas quelle va être la réaction des « partenaires » de Microsoft que sont HP, Lenovo et Asus mais je doute que cette nouvelle concurrence leur fasse très plaisir. Leur investissement dans des solutions mobiles vient de recevoir un très beau coup de poignard technologique dans le dos.

Xiaomi et Samsung sont censés sortir des machines Windows sous Snapdragon elles aussi, HP, Lenovo et Asus devraient en toute logique sortir des suites de leurs machines respectives avec la prochaine génération de puces Qualcomm. A moins que ? A moins que l’offre concurrentielle que leur propose Microsoft avec des produits comme cette Surface Go multipliée par les chiffres des ventes de leurs premiers essais finissent par convaincre du manque d’intérêt d’une société à perdre de l’argent.

Notes :

  1. Au détriment bien sur de sa fréquence et donc de ses performances globales
52 commentaires sur ce sujet.
  • 15 juillet 2018 - 1 h 52 min

    @orangina rouge: j’avais cherché à un moment s’il était possible de booter linux sur une surface, il semblerai que non, le booloader est vérouillé et pas la main sur le BIOS

    je doute que cette nouvelle machine soit plus ouverte, M$ tend à copier Apple sur cette marque parapluie puis de toutes façons tout les pilotes ne sont probablement pas dispo sous linux

    Répondre
  • 15 juillet 2018 - 7 h 09 min

    @cerroni: oh je sais bien

    votre config, on la connais bien (on en parle souvent sur de nombreux billets comme ici ou linux par exemple)

    la seule chose qu’il semble vous manquer, c’est un petit netbook
    mais comme il y en a plus…
    et si j’ai bonne mémoire, je vous avait déjà dit que si linux vous branchait, ekimia était une bonne petite boutique qui avait des 13 pouces vraiment bien (le drift)

    mais c’est sur que c’est le prix d’un macbook air en occaz chez un cash quelconque !
    donc vous, même pas la peine de vous cassez la tête vu vos besoin
    restez chez mac et leur os
    même un hackintosh, c’est pas pour vous.

    @H2L29: oui, c’est ce qui me semblait.
    dommage car c’est la gamme qui m’intéresse.
    enfin bon, ma yoga marche toujours impec pour l’instant.
    dommage, vraiment.

    bonne fin de week end à tous

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *