Pourquoi les soldes informatique sont pourries et pourquoi cela restera comme ça

C’est plus comme avant, les soldes informatique sont de pire en pire, je n’ai rien trouvé cette année. La ritournelle continue de soldes en soldes. Les bougonneurs passent pour de vieux ronchons mais en fait ils ont raison. Le marché a évolué et les soldes ne sont effectivement plus ce qu’elles étaient.

Le secteur est particulier, la branche informatique a énormément bougé ces dernières années. Des marges en baisse, des produits qui se bousculent au catalogue des marchands et une offre hyper-concurrentielle où tout le monde propose les mêmes produits. Les soldes infos ne sont plus l’ombre de ce qu’elles ont pu être, conséquence logique des mutations de ce marché.

SOLDES informatique

Des soldes informatique pas vraiment intéressantes

“Cette année je n’ai rien trouvé d’intéressant” c’est peut être la phrase que j’ai le plus entendu depuis le début de ces soldes d’été et depuis que je les relaye en ligne. Les soldes informatiques sont en train de mourir, c’est un fait, elles ne sont plus que l’ombre de ce qu’elles ont été il y a encore quelques années.

Lorsque j’ai commencé à vendre du materiel informatique à la fin des années 90, les soldes informatiques voulaient dire quelque chose. C’était tellement vrai qu’il nous arrivait d’acheter nous mêmes, en tant que revendeurs, du materiel en soldes chez des concurrents parce que nous le payons moins cher que chez nos grossistes à l’époque.

Le marché a énormément changé entre temps et c’est ce qui explique cette énorme différence entre les soldes de l’époque et celles d’aujourd’hui.

SOLDES informatique

Un catalogue hyperactif

Premier changement important ces dernières années, le rythme de sortie des produits. Alors que le gros du marché était constitué de PC de bureau sur mesure ou pré-assemblés, il est aujourd’hui largement dominé par les portables et les tablettes. Là où les revendeurs achetaient des pièces détachées pour monter des machines diverses il y a quelques années, il n’y a plus que des machines pré-montées.

Lorsque je commandais 50 ou 100 disques pour construire autant de machines, je pouvais jouer sur les équipements. En clair il était possible de glisser le même disque dur dans 50 configurations différentes et il ne me paraissait alors pas idiot d’acheter ces disques en gros.

Mais avec des machines complètes qui changent tous les 2 mois, des sorties qui rendent “obsolètes” voire invendables des PC d’il y a seulement 3 mois, les revendeurs font grise mine. Il n’y a qu’a voir le rabais proposé sur les portables de jeu AlienWare chez certains revendeurs : 700€ de remise pour des engins très compétents mais remplacés par d’autres un brin plus performants proposés au même prix public.

Ces sorties en cascade rendent le stockage de produit et l’achat en gros totalement dépassés voire dangereux pour l’ensemble de la chaîne de vente. Peu de stockage équivaut à peu de pièces sur les étagères des grossistes et revendeurs et donc très peu de materiel a solder.

SOLDES informatique

Un système d’achat au compte goutte

Aujourd’hui plus aucun revendeur n’achète en gros. Il y a certes quelques revendeurs qui ont aussi un rôle de grossiste car ils ont leur propre système logistique. Pour les autres, ceux qui louent leur chaîne logistique notamment, il n’y a pas de différence de prix entre un achat de 50 pièces et un achat de 10 pièces du même produit.

Ce qui compte c’est d’avoir un flux tendu de stock pour ne jamais être en rupture mais surtout pas sur-stocker car cela coûte cher. La plupart des revendeurs en ligne et des marchands physiques n’ont quelques pièces en magasin, personne ne veut plus payer pour avoir le produit sous la main.

Les grossistes et les fabricants se sont adaptés à ce système. Il y a encore quelques années les marques importaient en France des quantités élevées de produits qui trouvait preneurs dans un cycle assez long : Mise en vente à prix public pendant plusieurs mois, écoulement avec un jeu concurrentiel faible, déstockage des produits puis, enfin, soldes.

On trouvait donc en fin de chaîne des matériels en nombre à de très bon tarifs puisque tout le monde avait gagné suffisamment d’argent sur le produit sur les étapes précédentes.

Aujourd’hui les marques préfèrent ajuster les achats en fonctions de planning de ventes précis et faire jouer des réapprovisionnements en fonction des premiers volumes. A partir des chiffres de vente des premières pièces et des demandes des revendeurs, il est possible d’ajuster le tir et de commander plus de materiel rapidement. Tout comme il est possible de sabrer une livraison pour ne pas avoir un stock invendable si le produit ne se vend pas.

De la même manière les grossistes se sont adaptés à ces conditions et  les livraisons se font désormais de manière beaucoup plus précise et souple qu’auparavant. En 2000 il était impossible de commander uniquement 2 produits à un grossiste. D’abord le tarif aurait été très mauvais mais en plus les frais de transport auraient rendu impossible la revente au prix public des composants.

Aujourd’hui il est possible de se faire livrer quasiment quotidiennement des composants, portables ou autres éléments à la pièce. Les prix restent les mêmes car les fournisseurs envisagent désormais les achats des revendeurs dans une “ligne de compte” mensuelle, trimestrielle ou annuelle. Il n’est donc plus intéressant de commander en gros.

C’est ce qui rend totalement obsolète le principe même de l’achat groupé, les sites proposant ce type de service n’ont plus de raison d’être depuis des années. Les revendeurs qui ont des “comptes” chez les grossistes ont de tarifs équivalents qu’ils achètent 1 ou 50 portables à la fois.

SOLDES informatique

“On a tous les même tarifs”

Les prix d’achat sont équivalent chez tous les acteurs importants du marché. Certains ont des combines pour se démarquer mais depuis l’avènement des moteurs de comparaison de prix il n’est plus possible pour les marques et les grossistes de jouer sur différentes colonnes d’achat.

En 2000 chez certains grossistes il y avait 8 colonnes “officielles” et encore 2 officieuses pour l’achat du même materiel. Un petit revendeur avec une unique boutique de proximité achetait un produit en colonne 1. Un gros qui avait une grosse ligne de compte pouvait acheter en colonne 8, voire dans les colonnes officieuses. Ce dernier payait beaucoup, beaucoup moins cher que la colonne 1. C’est pour cela que beaucoup de revendeurs de petites entités locales se sont reportés sur des services car la vente de materiel leur était impossible. Ils achetaient hors taxes des produits plus chers que ce que certains de leurs clients pouvaient se payer en ligne TTC et sans frais de port.

Ce lissage des tarifs entraîne un effet positif pour l’acheteur, celui d’une concurrence acharnée. Avec le même prix d’achat pour tout le monde, les revendeurs ont très vite recours à une baisse de tarif pour séduire leur clients. Alors qu’il fallait parfois de longs mois pour qu’un prix baisse il y a quelques années, c’est aujourd’hui l’affaire d’une poignée de jour. Dés  qu’un produit apparaît en stock chez les principaux revendeurs en France, la guerre des centimes commence.

Si les tarifs sont les mêmes pour tout le monde, ce qui motive aujourd’hui les revendeurs a commander plus de materiel, c’est le budget marketing qui est associé à ces produits. Les campagnes de pub qui ont fleurit sur les sites de ventes, les opérations promotionnelles et autres “mini-sites” chez certains revendeurs.

Par exemple, un acheteur qui va commander 10 portables du même fabricant n’a pas beaucoup de chances d’obtenir du “budget” pour son enseigne. Celui qui va en commander 100 aura par contre une participation de la marque pour mettre en avant ses machines. Les prix d’achats sont certes les mêmes mais celui qui aura un budget conséquent aura non seulement de quoi faire de la publicité pour les machines qu’il a stockées en quantité mais également de quoi rogner sur leurs tarifs.

Dans les deux cas, les machines seront stockées en quantités appropriées à une revente appropriées à la taille du marchand et à son, engagement. Au final aucun stock ne restera vraiment sur les bras des différents  revendeurs. Pas de stock, pas de soldes.

SOLDES informatique

Il ne reste que les produis sur lesquels tout le monde s’est planté

Les soldes informatiques  se résument alors à une galerie de produits dont personne ne veut vraiment. Il y a bien sur quelques pépites mais rien de véritablement enthousiasmant.  La raison en est simple, les produits qui arrivent encore en soldes en informatique aujourd’hui sont le résultat d’une chaîne d’erreurs.

Cela commence par une mauvaise déduction du marché chez le fabricant qui décide d’importer un produit en quantité injustifiée. Produit qui sera mis en avant par un grossiste et accueilli par un revendeur avec un peu trop d’empressement.

Résultat l’engin se vends moins bien que prévu parce que le public n’en veut finalement pas et il reste sur les étagères malgré les tentatives de déstockage, de vente privées et autres “bundles” en tout genre, appliquées par les marques et revendeurs.

Là, il y a de bonnes affaire à faire, malheureusement, il s’agit de produits dont personne ne veut vraiment, y compris le public.

SOLDES informatique

Moins de bonnes affaires en soldes informatique mais des bons plans toute l’année

La fin d’un age d’or des prix informatique ? Pas vraiment, il y a juste un décalage entre la législation qui impose des soldes à dates fixes et le catalogue informatique qui bouge de semaine en semaine. Certains bons plans relayés ici ou ailleurs sont souvent plus intéressants que les soldes. Cela s’explique par des histoires de calendrier ou simplement par la compétence des revendeurs.

Lorsqu’une enseigne de VPC apprend la sortie imminente d’un nouveau modèle de portable, elle met en avant le produit actuel dans une opération de déstockage avec une forte promotion qui pourra dépasser celle des soldes. Pour ne pas avoir a stocker dans la durée le produit qui sera invendable dans quelques semaines certains revendeurs n’hésitent pas a pratiquer de vrais prix coûtants.

D’autres raisons de calendrier peuvent expliquer l’apparition de supers tarifs : La clôture trimestrielles et les bilans réclamés par des actionnaires vont précipiter certains produits vers le bas : Pour ne pas avoir trop de fonds en stock ou augmenter plus ou moins artificiellement les ventes. Certains revendeurs vont également sentir l’arrivée d’autres produits et vouloir dégager les sommes nécessaires en sacrifiant leurs marges sur une gamme de produits afin d’avoir la trésorerie nécessaire à l’achat d’un autre, plus lucratif.

Les prix pratiqués en soldes dans d’autres secteurs restent intéressants mais le textile et ses marges allant jusqu’à 80-90% n’a pas grand rapport avec l’informatique et ses marges autour de 12 à 15 points. Impossible de croire qu’une marque info va faire une remise en soldes de 70% sur un produit alors qu’elle marge trois fois moins. Cette époque là est proprement révolue.

Les soldes info restent un  moment fort d’achat dans l’année mais plutôt pour des produits dont vous n’avez pas forcément besoin ou alors au prix de concessions faites au niveau de l’acheteur. Un portable qui ne correspond pas tout à fait à votre cahier des charges mais dont le prix justifie un achat. Pour vraiment faire de bonnes affaires aujourd’hui en info, il faut rester connecté et affûté toute l’année.

63 commentaires sur ce sujet.
  • 17 juillet 2013 - 9 h 15 min

    Merci Pierre pour tes articles, c’est toujours aussi agréable de te suivre! Je ne suis donc pas encore totalement fou en pensant que les soldes informatiques sont à ch… Mais comme il a été dit plus haut, il y a des promos toute l’année et donc…

    Répondre
  • 17 juillet 2013 - 9 h 18 min

    @yann: CV’est vrai pour les pièces détachées mais ça ne représente plus la majorité des achats et ça touche des experts qui sont justement très sensibles aux variations de prix.

    Les tarifs tombent assez vite en réalité puis stagnent jsuqu’à ce que le fabricant décide de leur baisse qui se répercute quasi immédiatement partout, preuve encore une fois que les stocks sont faibles.

    @JLM: Je ne vois pas de hargne ici, cette histoire de genre et d’orthographe est légitime. Juste que je ne m’y fait pas.

    Répondre
  • 17 juillet 2013 - 12 h 17 min

    @Zotac: Tu n’as pas idée a quel point les marges ont chuté. Mon exemple était un exemple. Je n’ai ps de modèle précis ni de chiffre précis a exposer.

    Si le fabricant margea 30%, le grossiste gagne combien et le revendeur gagne combien ? sachant qu’en dessous d’une certaine marge ils ne le vendront pas. Il reste combien derrière pour l’achat du materiel de base si on imagine un 30 + 10 + 15 par exemple ?

    Oui il y a moins de soldes, mais au final, on paye moins cher toute l’année. Je ne comprends jamais les gens ravis d’acheter des soldes textiles a -70% une ou deux fois par an. ils se rendent pas compte que le reste de l’année on leur propose des produits a 70% de marge minimum ?

    Pas de soldes mais des prix plus bas toute l’année et des bons plans régulièrement, ça permet de payer moins cher et d’avoir du choix. Pas plus mal au final.

    Répondre
  • JLM
    17 juillet 2013 - 16 h 11 min

    @Pierre : Excuse-moi, je fais partie de la vieille école, y a une façon de dire les choses, même quand on a raison :-)
    Restons courtois.

    Répondre
  • 17 juillet 2013 - 18 h 04 min

    @Pierre
    Tu reconnais ta faute mais tu ne la corriges pas car tu as décidé toi même de la manière dont le dico devait changer. C’est rigolo comme attitude. Mais bon, t’imagines, si tous les gens qui sont beaucoup lus – comme toi, et c’est une grande responsabilité, comme dirait feu l’oncle de Peter Parker ;o) – font de même ? Faudrait que vous puissiez alors vous coordonner et vous mettre d’accord sur plein de trucs pour écrire de la même façon. Diantre, mais avec quel outil … ? ;o)

    Je dis pas que les dicos ne doivent pas évoluer. Mais y’a des gens payés pour ça qui sont plutôt plus compétents que nous pour juger de la manière dont la langue doit évoluer. Faisons-leur confiance.

    Répondre
  • 17 juillet 2013 - 18 h 11 min

    @Rednick: Ben oui, c’est tout le bonheur d’être sur un blog gratuit et sans pub, tu fait ce que tu veux. Je peux même écrire caca boudin si je veux :).

    Répondre
  • 17 juillet 2013 - 18 h 50 min

    :o))

    Répondre
  • 18 juillet 2013 - 2 h 08 min

    Des commentaires aussi enrichissants (sur la forme et sur le fond), c’est la marque d’un blog de qualité!

    Très bon article, je ne suis pas vraiment un spécialiste de la question mais j’y vois beaucoup plus clair. Merci aux lecteurs qui soulèvent et ouvrent le débat, ce qui permet d’en savoir encore plus!

    Nan franchement, c’est vraiment chouette de te lire Pierre!

    Répondre
  • 19 juillet 2013 - 0 h 04 min

    Merci pour cette article de qualité, et très instructif.

    Répondre
  • 25 juillet 2013 - 9 h 25 min

    Merci pour cet article très instructif qui nous en apprendra davantage sur les périodes où il est bon d’acheter et celles à éviter !

    Répondre
  • aem
    18 août 2013 - 12 h 35 min

    @Pierre : est ce que ca veut pas dire aussi que les distributeurs (et leurs marges) ne sont pas en trop dans ce système ou l’obsolescence est vite arrivée ?

    Plus personnes n’a de stock … bref les distributeurs n’ont plus vraiment leur place dans ce cas puisqu’ils ne jouent plus leur role non ?

    Sebastien

    Répondre
  • 1 septembre 2013 - 17 h 50 min

    Enfin un article qui constate et parle du problème des soldes infos et qui nous donne des tentatives d’explications ! Merci.

    C’est pas sur Lesnum* que l’on trouvera ce genre d’article.

    Répondre
  • 1 septembre 2013 - 17 h 52 min

    @aem:
    En effet ! Quel est le rôle actuel des distributeurs ?

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *