WebOS vous fera tourner la tête sur le cadran de la LG Watch Urbane LTE

Dernière née des créations LG en matière de montres, la LG Watch Urbane LTE s’affranchit donc de Google et d’Android Wear pour proposer une alternative avec WebOS. Le système rescapé des mésaventures d’HP.

Android Wear a beau avoir été taillé pour les objets connectés tel que les montres, il n’est pas en mesure d’effectuer la totalité de ce que l’on peut attendre de ces objets. C’est avant tout un avant poste d’un smartphone sur lequel il est rattaché via Bluetooth, sa logique est d’écouter les ordres de cette machine, pas de prendre une seule petite initiative.

LG Watch Urbane LTE

Pour dépasser ce problème, il faut sortir du rang et se passer de Wear. WebOS semble parfaitement taillé pour cette tâche, léger, souple, adaptable à une utilisation sur des écrans de toutes tailles, l’OS racheté par LG à HP a une carte à jouer sur un écran circulaires.

LG Watch Urbane LTE

Il permet par exemple de se connecter en direct sans passer par un Smartphone directement en 4G, ou d’engranger des informations NFC. Surtout, il offre la possibilité de se plier aux besoins précis des matériels dans lesquels il est embarqué. Des 55 pouces d’une télévision connectée aux 1.3 pouce d’une montre.

LG Watch Urbane LTE

Le revers de la médaille étant le faible magasin d’applications disponibles. LG en offre, par défaut, quelques unes mais on n’aura pas la même vivacité de développement entre ces deux plateformes. Avec un une application de fitness, un lecteur de fichiers audio, un calendrier et quelques autres outils plus ou moins gadget, la Urbane LTE sera toujours en deçà d’une offre Wear. Même si LG annonce des développements futurs et l’ouverture à des développements indépendants.

LG Watch Urbane LTE

Le côté positif de ce choix est donc lié aux possibilités de la montre en matière d’appels directs, ou de connexion au Web sans smartphone. Evidemment, il restera possible de profiter de sa montre pour afficher des notifications depuis une machine à proximité mais la puce de la montre permettra de recevoir des SMS ou des appels différents de ceux du téléphone.

Minimachines.net 2015-03-02 18_09_36

SMS sur clavier minuscule, plus rapide de sortir son smartphone ?

Reste à savoir si ce type de fonctionnalités a du sens et si il est adapté à tout type de marché. Pour le moment, cette montre n’est apparemment pas prévue en France, un signe ?

Suivant l’accueil du public, l’aventure de WebOS au sein de ce type d’engin pourrait s’arrêter rapidement et la montre devenir malgré elle un collector, la seule jamais sortie sous ce système.

Images : AndroidCentral

6 commentaires sur ce sujet.
  • PJL
    2 mars 2015 - 23 h 34 min

    En théorie, il y a toute la logithèque qui existait pour les Palm.

    Maintenant, vu comme je me fais “chier” depuis que j’ai du passer de Palm Os à Androïd (4,3), j’attends cette montre avec impatience.

    Répondre
  • 3 mars 2015 - 0 h 57 min

    Ça me parait difficile pour webOS de rivaliser avec android wear. Certes ils ont plein d’idées mais comme à chaque fois, leur système est développé pour quelques appareils : difficile de créer un marché suffisamment important pour intéresser de futur développeur. D’autant plus que Google ne va pas se gêner pour mettre à jour leur système en empruntant quelques-unes de leurs idées.
    Donc comme d’habitude WebOS risque d’être remisé au fond d’un tiroir.

    Répondre
  • 3 mars 2015 - 9 h 20 min

    Personnellement, plus que le format c’est l’autonomie qui pourrait me rebuter. En effet, avec un bon usage de la reco vocale (mais gérée localement, non à la siri), le clavier ne serait plus un réel problème une fois couplé avec une oreillette BT. Avoir un truc autonome et suffisant plus proche dans l’usage d’un PDA amélioré et communicant que du smartphone qui tends de plus en plus vers le format tablette avec une tétrachiée d’apps plus invasives les unes que les autres trouverait je pense son public.

    Pourvu que LG poursuive le développement au delà de ce probable ballon d’essai.

    Répondre
  • 3 mars 2015 - 10 h 41 min

    “une tétrachiée d’apps plus invasives les unes” –> parce que les applications pour smartwatch seront moins invasives, c’est sûr ;)

    Répondre
  • 3 mars 2015 - 14 h 04 min

    A mon sens, le seul véritable usage d’une montre connectée est de permettre de faire certaines choses plus rapidement qu’avec un mobile ou une tablette (car dans une poche ou un sac, …).

    Le domaine privilégié de ces montres est donc principalement la notification au sens large du terme (un quart de tour de poignet, et hop, on a l’info).

    Pour le reste, il est tout simplement irréaliste d’imaginer propager les applications mobile/tablette sur montre. On n’a donc pas besoin de cinquante douze apps pour cela.

    Et le facteur déterminant reste(ra pour longtemps) l’autonomie de ladite montre! A moins d’une semaine, passez votre chemin, ça ne marchera jamais (je ne vais tout de même pas passer mon temps à courir après un fil à la pa^H^Hmain, non mais).

    Pour ceux qui ne l’auraient pas encore fait, regardez-donc la prochaine itération de Pebble, ou comment conserver la simplicité (et l’autonomie), une facilité de programmation (C ou JS), une interface championne du morphing pour un écran e-ink dont ils ont même su exploiter les faiblesses (flicker) pour en tirer avantage (ledit morphing). Ce ne sont pas les plus gros et les plus clinquants, mais ils sont pragmatiques.

    Je suis et reste un fan de WebOS (je vis avec un H/Palm Pre2 et une tablette TouchPad), il m’arrive encore de développer/fixer des applis, j’espère que cette montre LG/WebOS retiendra toutes les bonnes choses de Pebble, c’est le seul truc qui compte au final…

    Répondre
  • 26 avril 2015 - 10 h 20 min
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *