Le Zen 5 d’AMD se profile pour 2024 avec une toute nouvelle archi

AMD annonce les Zen 5 pour 2023 avec une toute nouvelle architecture et une meilleure prise en compte des IA et du Machine Learning.

C’est dans la présentation financière de son activité qu’AMD détaille son futur et les bouleversements techniques auxquels nous pouvons nous attendre. L’objectif de ce genre de communication est de rassurer sur la bonne santé technologique de la société et donner envie aux actionnaires de renforcer leur position. Pour ce faire, on parle au présent mais également au futur pour essayer de faire la lumière sur les objectifs que l’on s’est fixé. Et c’est dans ce contexte qu’AMD a levé un petit coin du voile de ses intentions technologiques pour les deux années à venir.

Ce Financial Analyst Day nous donne donc quelques informations intéressantes sur les futures solutions Zen 4 et Zen 5 de la marque. Cette gamme de puces Zen, qui a sauvé AMD de la noyade boursière en relevant ses ventes à un point qui a commencé à faire une belle ombre à son concurrent de toujours, va logiquement continuer d’évoluer. Et il est ici largement question de ce futur très technique car les analystes financiers ont bien compris qu’il s’agissait du nerf de la guerre.

Le Zen 4 améliorera l’efficacité des puces AMD dès 2022

AMD a commencé à développer les solutions pour démarrer la production de ses puces sous architecture Zen 4. Les processeurs au nom de code Raphaël, les Ryzen 7000 à destination du grand public, mais également les version EPYC pour serveurs sous le nom de code Genoa sont prévues pour cette année. Laissant une marge de manœuvre assez courte sur le podium pour les Ryzen 6000 mais on peut supposer que les deux gammes cohabiteront ensemble pour un moment.

On sait déjà pas mal de choses sur le Zen 4, suite aux conférences du Computex sur les Ryzen 7000. On aura droit au nouveau système de chiplets, un nouveau Die et des prises en charge intéressantes comme la DDR5 ou le PCI-Express 5.0. Un gros travail sur l’efficacité des processeurs avec un meilleur ratio de performances par watt dépensé ainsi qu’une évolution des fréquences atteintes par rapport aux puces sous archi Zen 3.

Un graphique comme on vous apprend à ne pas en faire à l’école

AMD profite de ces annonces professionnelles pour être un peu moins spectaculaire et se concentrer sur des éléments particuliers. Le nombre d’Instructions par Cycle est ainsi évoqué. Zen 4 devrait marquer une hausse significative sur ce plan avec 8 à 10% de ces IPC par rapport à Zen 3. C’est une information intéressante par rapport aux annonces du Computex qui mettaient uniquement en avant l’évolution de performances de la nouvelle architecture grâce à sa montée en fréquence. Le travail a donc été plus en profondeur que ce que AMD annonçait et on peut s’attendre à l’annonce de diverses autres optimisations d’ici le lancement effectif des puces.

AMD annonce également que ses Ryzen 7000 devraient améliorer d’au moins 15% leurs performances Mono Thread tout en apportant la confirmation de l’implantation de jeux d’instructions AVX-5121 et surtout de gestion d’IA sur l’architecture. La montée en puissance des IA au sein de plus en plus de logiciels pour des tâches variées en font un poste important pour les concepteurs de processeurs. AMD joue donc ici une carte essentielle pour ne pas revivre la situation embarrassante du processeur de PC haut de gamme incapable de faire ce qu’une bête tablette entrée de gamme gère sans soucis. Situation vécue avec l’apparition des SoC ARM capables de décoder des formats vidéo en très haute définition que les processeurs x86 de l’époque n’étaient pas en mesure de prendre en charge autrement que logiciellement.

L’Idée d’architecture processeur est de plus en plus à prendre au premier degré…

Il est possible que toutes les puces Zen 4 ne soient pas traitées de la même manière et on sait qu’AMD prépare au moins quatre versions de cette architecture dont deux à destination des processeurs grand public. Deux finesses de gravure seront proposées en 5 et 4 nanomètres. Les Ryzen 7000 comme les puces serveurs EPYC sont au calendrier du fondeur TSMC sur sa chaine de production 5 nm. En conséquence de quoi, on ne sait pas exactement ce à quoi les 4 nanomètres font référence. Il est possible qu’une déclinaison 4 nano soit prévue quand la technologie sera disponible ou qu’une variante « affinée » du processeur prenne la place du précédent pour de meilleurs TDP.

Les annonces actuelles font état d’une évolution importante de l’efficacité énergétique du Zen 4 par rapport au Zen 3. On parle d’une augmentation de 25% de performances par watt pour le Zen 4 par rapport au Zen 3 sur certains tests avec des solutions 16 coeurs. Le gain global, en déchainant les watts nécessaires et supportés par la nouvelle architecture, montrent une hausse dépassant les 35% par Thread. Mais je doute fortement que de tels chiffres soient atteignables dans des configurations compactes. La demande en watts pour y parvenir étant bien trop importante pour de vraies minimachines.

Zen 5 : une toute nouvelle architecture prévue pour 2024

2024 semble signer l’arrivée des puces Zen 5, et on comprend qu’AMD ne perd pas la cadence des sorties. La marque ne veut pas  dormir sur ses lauriers et a tiré toutes les leçons des mésaventures d’un Intel ronronnant. En tout cas, elle ne veut pas proposer le même scénario à ses actionnaires. Evidemment, ce type de calendrier est soumis à tous types de bousculades  extérieures mais l’intention est belle et bien là. Zen 4 dès 2022 et pour 2023 avec une possible amélioration de gravure et Zen 5 pour 2024.

Le travail mené sur Zen 5 semble encore plus important que celui des améliorations techniques du Zen 4 puisque AMD indique qu’il s’agit d’une architecture « totalement nouvelle »2. Evidemment, il s’agira d’une construction basée sur les mêmes fondations que la précédente et AMD ne va pas jeter aux orties ses travaux passés ni même le principe du x86. Mais cela veut dire que leur approche sera différente et que les ingénieurs sont repartis d’assez loin en arrière pour revoir le fonctionnement de leur puce afin d’améliorer leurs capacités de calcul.

C’est également un moyen pour AMD d’intégrer plus profondément des fonctionnalités de Machine Learning et d’Intelligence Artificielle. En 2024, je suppose qu’encore plus de programmes et d’outils utiliseront l’IA au quotidien. Pour de la biométrie mais également de la retouche d’images, de son ou de vidéo. AMD va donc intégrer de nouvelles instructions en ce sens tout en développant ses propres outils de gestion.

On retrouve encore trois designs différents pour ces puces Zen 5 avec une seule gamme à destination du grand public. Les Zen 5 estampillés « c » pour « compact » et les modèles V-Cache seront lâchement enfermés dans des salles serveur. 

Les puces Zen 5 sont là encore prévues en deux finesses de gravure et nous ne savons pas vraiment la signification de ce choix pour le moment. Le Zen 5 de base est prévu pour être gravé en 4 nanomètres par défaut mais une version 3 nanomètres semble être aussi annoncée. S’adressera t-elle vraiment à tous les processeurs de cette gamme ? Le coût de cette gravure pourrait être trop élevé pour concerner les Ryzen mais plutôt orienter une partie de la production de puces serveurs. Si le 4 nanomètres est une sorte de variante optimisée du 5 nm, le 3 nano est un tout nouveau processus qui sera probablement fort coûteux et dont la production ne montera en puissance que lentement en 2024. Il est donc possible que cette annonce en 3 nanomètres soit une hypothèse de travail, si le jeu en vaut la chandelle, mais que les puces Zen 5 ne soient jamais vraiment proposées dans cette finesse.

Cette annonce d’un Zen 5 pour 2024 est intéressante et positive pour le marché. Le fait qu’AMD ne cherche pas à étirer la durée de vie des produits est assez significatif de sa philosophie. La marque veut toujours aller de l’avant et forcer la compétition à poursuivre dans le même sens. Ce qui est bon pour les utilisateurs finaux… surtout si AMD continue de faire cohabiter plusieurs lignes de puces ensemble pour s’adresser à tous les marchés avec des Zen 3 accessibles et des Zen 4 plus chers. Puis des Zen 4 légèrement déclassés quand les Zen 5 seront de sortie.

AMD Ryzen 7000 : Zen 4 et RDNA 2 pour 15% de performances en plus

Faites découvrir le site en le partageant

Notes :

  1. Je suppose que les Ryzen n’auront pas droit à ce poste mais qu’il sera réservé aux processeurs serveurs.
  2. « All-new microarchitecture »

 

Salut, c'est Pierre ! Depuis 2007 j'écris sur Internet. Je propose un site totalement indépendant et sans publicité. Pour continuer a le faire vivre j'ai besoin de mes lecteurs.  Vous pouvez participer à cette aventure très simplement. Quelques euros, le prix d'un café, tous les mois peuvent totalement changer la donne et me permettre de travailler avec une base de financement solide. Alors si vous voulez que le site perdure et fonctionne, vous pouvez participer simplement en cliquant sur les liens ci-dessous. Cela ne prend quelques instants et cela change tout pour moi.

2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

8 commentaires sur ce sujet.
  • 10 juin 2022 - 17 h 38 min

    « AMD joue donc ici une carte essentielle pour ne pas revivre la situation embarrassante du processeur de PC haut de gamme incapable de faire ce qu’une bête tablette entrée de gamme gère sans soucis. Situation vécue avec l’apparition des SoC ARM capables de décoder des formats vidéo en très haute définition que les processeurs x86 de l’époque n’étaient pas en mesure de prendre en charge autrement que logiciellement. »

    Après n’importe quel GPU sur le marché depuis 2006 est capable de décoder un flux 1080p (H.264).

    Répondre
  • 10 juin 2022 - 18 h 29 min

    @Le Breton: Oooh il y a eu une époque assez drôle où le grand public ne comprenait pas pourquoi leur tablette noname pouvait piloter un film en 720p sans soucis mais pas leur PC acheté une fortune.

    Répondre
  • 10 juin 2022 - 19 h 07 min

    Je dirais grandeur et décadence des fabricants de x86…

    J’en viens à me demander si Intel et AMD sont encore capable
    de concevoir un CPU, équivalent au M1 d’Apple !

    Honnêtement, ils en metttent du temps pour nous sortir un Soc x86 potable
    et consommant moins de 7 watts pour un prix raisonnable !!!

    Oui, ils nous sortent des CPU de plus en plus monstrueux et chers…

    Alors que le besoin des utilisateurs de portables,
    c’est surtout l’Autonomie…

    Il me semble qu’il y a un momment, où certaines
    politiques commerciales deviennent
    complètement Absurdes…

    Il y a comme une perte de notion
    des réalités du terrain !!!

    C’est comme la pyramide de Maslow,
    l’Essentiel, ce sont les besoins élémentaires…

    Répondre
  • 10 juin 2022 - 20 h 46 min

    @JeanD: Intel sait faire avec ces SoCs N et U (6 Watts pour les premiers et sûrement pas plus de 10 ou 15 Watts pour les seconds) qui ont des performances logiques et graphiques pas aussi bonnes qu’un M1 mais meilleures que les références conçues sous archi arm et que nous retrouvons dans nos smartphones et nos ordinateurs nano-cartes, AMD est toujours descendu avec plus de mal dans la basse consommation.

    Répondre
  • 11 juin 2022 - 8 h 26 min

    @JeanD: Justement. Est-ce qu’un besoin élémentaire
    est d’avoir un soc figé
    quelque soit ses performances ?

    Parce que c’est le cas du M1.

    Je connais des utilisateurs
    pour qui l’autonomie n’est pas primordiale
    mais la fiabilité oui.
    Et d’autres qui ne jurent
    que par le partage des flux
    et pour qui un grand nombre de ports
    est un bien meilleur calcul.

    Répondre
  • 11 juin 2022 - 9 h 43 min

    @Kikimoo:
    Tu as déjà tes réponses…
    les différentes évolutions du M1,
    avec plus ou moins de coeurs et de GPU !

    Tu as le M1 standard,
    ensuite le M1 Pro,
    le M1 Max,
    et le M1 Ultra,
    et tous leurs dérivés…

    Je signale en passant que le M2 n’apporte quasiment rien
    au M1 standard, si ce n’est une hausse
    de prix extravagante ! lol…

    Quand Tu regardes les gammes Intel et AMD,
    je penses qu’il y a beaucoup trop de références très proches !

    Es-Tu auhjourd’hui capable de trouver un CPU x86 avec
    un TDP maximum de 4 watts ?!

    Alors que ça intéresserait la grande majorité des utilisateurs
    de PC Portable, et il n’y a pas de barrières technologiques,
    seulement Marketing !

    Un SoC ne pose pas de problèmes de fiabilité !
    Et rien n’interdit d’avoir un grand nombre de ports,
    c’est un Choix marketing !

    Personnellement, j’apprécie avoir un grand nombre de ports !!!
    Car cela simplifie la vie des utilisateurs…

    Répondre
  • 11 juin 2022 - 15 h 21 min

    @JeanD: Ce que je veux dire,
    c’est que mon besoin élémentaire
    est de pouvoir faire évoluer
    la mémoire et le disque de ma machine.
    Pas de prévoir cinq ans à l’avance
    mon besoin dans ces deux domaines.

    Et je préfère pour cela
    consommer un peu plus
    (mon PC n’est pas tout le temps allumé)
    et un peu de puissance en moins.

    Tout à fait d’accord
    pour le nombre de ports.

    Répondre
  • 11 juin 2022 - 22 h 32 min

    @JeanD: Ta position se conçoit. Mais il ne faut pas oublier qu’Apple a DEUX énorme avantage : un marché plutôt captif ET la maitrise du Hardware+Software.
    Cela a permis à Apple de changer à 3 reprises d’architectures de µP : Motorola 68K => IBM PowerPC => Intel X86 => ARM .
    Je ne dis pas qu’ils ont tord : je dis que ça oblige leur client à renouveler régulièrement leur ordinateurs ET logiciels car il n’y a pas de réelle rétrocompatibilité .
    C’est justement la raison pour laquelle les industriels et les grandes entreprises sont plutôt sur du X86 que de l’Apple : le but est de pouvoir conserver longtemps les logiciels qu’ils ont fait développer pour leur usage interne : la rétrocompatibilité est importante, les performances sur de nouveaux usages beaucoup moins :)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *