HP 14 : un ultraportable sous Windows 11 et Snapdragon 7c Gen2

Présenté comme une solution entrée de gamme parfaite, le HP 14 embarque à son bord un SoC Qualcomm Snapdragon 7c Gen2 et 8 Go de mémoire vive pour faire tourner Windows 11.

Difficile de savoir comment se positionnera cet HP 14 en terme de performances. Chez HP on le considère comme une solution parfaite pour de l’entrée de gamme. Avec un SoC Snapdragon 7c à son bord, l’ultraportable 14″ embarquera un Windows 11 Home qu’il compte bien  faire tourner. Et si on connait la mayonnaise que propose l’émulsion ARM et Windows 10 on ne sait pas encore exactement quel goût aura la formule avec Windows 11. Je ne me fait pas trop d’illusion et je pense que le changement de version ne devrait pas donner des ailes à ce Snapdragon. Tout juste quelques aménagements pour prendre en compte certaines de ses spécificités.

HP 14

L’idée est donc de proposer un engin aux capacités entrée de gamme classiques sous Windows 11 avec comme avantage de pouvoir.. de faire.. enfin, d’avoir en plus des autres… ah oui ! Une option 4G. Bon, ok, c’est pas un vrai avantage et c’est pas une exclusivité du format. En vrai je ne comprend toujours pas vraiment l’intérêt de ces puces face à ce que proposent els concurrents traditionnel dans le monde Windows. Par contre je vois bien leurs défauts : la machine livrée sous Snapdragon ne sera pas compatible avec un autre système d’exploitation, ne pourra pas accepter de mises à jour non validée par Microsoft et proposera un BIOS totalement fermé. En échange de quoi elle vous promet des performances suffisantes pour piloter un Windows 11 des des applications bureautique et multimédia classiques et la possibilité d’émuler des applications x86 avec des performance qui pour le moment n’ont jamais été vraiment à la hauteur. C’est exactement ce que peuvent faire des AMD Ryzen classique en Zen1 ou Zen2 ou une solution Intel Celeron/Pentium habituelle. Mais avec la possibilité de pouvoir changer son système d’exploitation et de le bidouiller à loisir.

HP 14

On retrouvera couplé à ce Snapdragon 7c un total de 8 Go de mémoire vive LPDDR4x à 4266 MHz non évolutive et 128 Go de stockage en eMMC. Des composants qui, comme le SoC, seront définitivement soudés à l’engin. Le tout illuminera un écran 14″ IPS tactile en FullHD garanti comme respectant 60% du spectre sRGB avec une luminosité de 250 petits nits.

Cette faible luminosité ne poussera pas HP 14 à des exploits d’autonomie. Le constructeur annonce 11.5 heures en lecture vidéo et 8.5 heures en streaming vidéo, une des fonction « câblée » de la puce Qualcomm qui ne lui réclame que le minimum d’énergie pour fonctionner. Il n’est pas sûr que l’ensemble des usages classiques soit aussi généreux en terme d’autonomie. La batterie de 32 WHr pourrait avoir du mal a tenir plus longtemps dans des usages classiques. Même si elle proposera de se regonfler de moitié avec 30 minutes de charge grâce à un chargeur 45 watts.

HP 14

On retrouvera un module Wifi5 et Bluetooth 5.0. Des standards assez dépassés que l’on aurait aimé voir basculer vers une solution au moins Wifi6 pour une sortie à l’automne 2021… Un lecteur de cartes MicroSDXC qui pourra épauler le maigre stockage de base, un port USB 3.0 Type-C sera également présent avec PowerDelivery et DisplayPort 1.4 ainsi que deux USB 3.0 Type-A et un port jack audio combo en complément de la paire d’enceintes intégrée. 

HP 14

Le clavier est un modèle assez classique avec un très large pavé numérique. Le repose poignet propose un lecteur d’empreintes digitales. On retrouve un système qui va soulever la partie basse du HP 14 lors du déploiement de l’écran pour plus de confort de frappe. Une webcam basique avec une ouverture de 88° est également intégrée à l’ensemble.

Cet HP 14 aura donc tout à prouver tant en terme de performances que d’autonomie. Un pari que semble vouloir tenir la marque avec le duo Qualcomm et Microsoft. Les deux compères ne sont pas à leur coup d’essais et promettent monts et merveilles depuis Windows 10, difficile de savoir comment l’ensemble se comportera et si il arrivera au moins aux performances des machines x86 sous Windows. En attendant cela reste un engin enfermé dans un système totalement verrouillé, ce qui ne sera pas du goût de tous les utilisateurs.


Jaune
8 commentaires sur ce sujet.
  • 22 septembre 2021 - 17 h 28 min

    Chez Clubic ils ont installer Windows 11 sur RP 4 (le CPU était surcadençé à 2,2 Ghz) pour voir, ils parlent d’une interface plus réactive que ce qu’ils avaient prévus pour un système pas du tout optimisé donc à voir…

    Répondre
  • 22 septembre 2021 - 17 h 29 min

    @Le Breton: Je voulais dire « surcadencé » et « surcardençé »

    Répondre
  • 22 septembre 2021 - 18 h 15 min

    « Le clavier est un modèle assez classique avec un très large pavé numérique et il embarque un lecteur d’empreintes digitales. »

    Ce sont les photos d’un autre modèle du coup ?

    Répondre
  • 22 septembre 2021 - 21 h 11 min

    @wanou: Il faut lire « Pavé tactile » je pense.

    Felkin

    Répondre
  • 22 septembre 2021 - 21 h 28 min

    Je trouve le Galaxy Book Go mieux fini et plus intéressant, reste à savoir s’il va arriver en France.

    Répondre
  • 23 septembre 2021 - 7 h 29 min

    Pour moi, l’objectif de la machine est simple : proposer un engin le moins cher possible à designer, fabriquer, acheminer, puis balancer quelques mots sexy pour le consommateur comme « Windows 11 » (hein quoi ARM c’est quoi chut tais toi), « 11h d’autonomie », « 8Go de RAM », « sécurisé », tout ça pour en vendre le plus de palettes possibles.

    Ca n’est pas une machine pour satisfaire un consommateur, mais pour satisfaire un investisseur. Bref, l’autre nom pour ça c’est un attrape-nigaud.

    Répondre
  • 23 septembre 2021 - 11 h 02 min
  • 23 septembre 2021 - 13 h 37 min

    Je le verrais bien tourner sous GNU/Linux pour le coup.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *