Enviro+ : Une extension Raspberry Pi pour suivre la qualité de l’air

La carte d’extension Enviro+ est un module adapté aux 40 broches des cartes d’extensions Raspberry Pi qui permet de mesurer la pollution atmosphérique. Une recherche d’information malheureusement de plus en plus d’actualité.

La première fois que j’ai mesuré la qualité de l’air, c’était il y a longtemps. Je travaillais comme moniteur dans une colonie de vacances scientifique où on réalisait des expériences variées allant de la micro-fusée à la station météo. C’était plus par goût de l’expérience que par soucis environnemental. Aujourd’hui j’aimerais bien pouvoir mesurer la pollution atmosphérique dans ma ville pour d’autres raisons… Comme beaucoup de citadins, la pollution de l’air commence a me préoccuper.

2019-06-17 14_27_47-minimachines.net

L’extension Raspberry Pi Enviro+ est peut être la solution. Cette petite carte propose de mesurer plusieurs éléments en regroupant sur un seul PCB différents capteurs.

2019-06-17 14_28_08-minimachines.net

Un LTR-559 qui est un capteur de proximité et de lumière. Un BME280 pour mesurer la pression atmosphérique, l’humidité ambiante et la température. Et un MICS6814 qui analysera analogiquement les gaz. La carte Enviro+ propose également un ADS1015 pour convertir les informations analogiques en signaux numériques interprétable par les cartes Raspberry Pi ainsi qu’un minuscule microphone. Un petit écran de 0.96″ affichera en couleur sur 160 pixels de large et 80 de haut des informations choisie et une librairie Python permettra de l’exploiter finement.

2019-06-17 14_27_34-minimachines.net

Conçue en partenariat avec l’université de Sheffield, la carte est prévue pour analyser la qualité de l’air autant en terme de gaz que de particules. Elle saura mesurer la température, la pression, l’humidité, la luminosité et même le niveau sonore pour une éventuelle pollution par le bruit. Il est possible d’ajouter un capteur de particules externe PMS5003 pour augmenter la précision des mesures et des analyses et surtout conserver le capteur et la carte Raspberry Pi chez vous pendant que vous laisserez le capteur à l’extérieur. 

Les capteurs de pression, d’humidité et de température servent également a affiner les mesures de particules et de gaz puisque ces dernières peuvent être affectées par les autres conditions climatiques. La capteur de proximité permettra de réveiller le petit écran intégré pour vous donner un retour sur les mesures quand vous vous approcherez.

2019-06-17 14_27_57-minimachines.net

Le tout se trouve chez Pimoroni en précommande pour une livraison début Juillet : A 45£ la carte Enviro+ ce n’est pas forcément donné, le module externe PMS5003 coûte également 25£ ce qui donne tout de même le joli total de 70£ sans compter la Raspberry Pi, une alimentation et une carte MicroSD. Un prix élevé mais un projet qui peut être utile si vous êtes en ville et si vous souffrez de la pollution certains jours. Il est possible de coupler ce genre de solution à un serveur assez facilement pour consulter les remontées d’infos de n’importe où. Et pourquoi pas envisager de coupler la carte Raspberry Pi à une solution domotique comme un épurateur d’air. L’engin est également compatible avec des projets comme Luftdaten qui remonte les données mesurées par des capteurs de ce type sur une carte mise à jour régulièrement.

5 commentaires sur ce sujet.
  • 17 juin 2019 - 21 h 16 min
  • 18 juin 2019 - 0 h 09 min

    Les kits compatibles Luftdaten sont proposés par des associations locales, j’ai payé le mien 31€ il y a quelques mois (il est à 40€ maintenant). Marche bien jusqu’ici. Un chouette projet collaboratif.

    Répondre
  • 18 juin 2019 - 15 h 14 min

    La même chose pour faire une station météo facile, ce serait pas mal (quand on voit la fiabilité des prévisions rocambolesques des différents prestataires météo…)

    Répondre
  • 19 juin 2019 - 0 h 24 min

    C’est sur qu’à force d’acheter des trucs qui servent à rien sur des sites chinois…..quand on a un beau projet, utile, évolutif, bien pensé, tout le monde trouve que c’est cher.

    Désolé mais 100 balles pour ça, c’est vraiment rien.

    Répondre
  • 21 juin 2019 - 12 h 05 min

    @Jeff:

    Je suis complètement d’accord avec le point de vue de Jeff, le prix on s’en fout un peu.
    Pour avoir fait joujou avec quelques capteurs, c’est sympa mais souvent la combinaison de l’ensemble est plus difficile à mettre en place car les techniques ne sont pas forcément similaires, or l’avantage ici est que tout est centralisé et bien pensé, il y a même la possibilité d’interfacer le tout avec un capteur qui surveille la qualité de l’air en fonction des particules analysées.

    Il y a vraiment de quoi monter un projet complet et intéresser de jeunes curieux à ce genre de développement, ce qui est vraiment dans l’optique Raspberry pi. Pour le côté pratique, il y a moyen d’en faire un détecteur de gaz à monoxyde de carbone, ou encore un détecteur de pollens pour les allergiques, même si en réalité, il doit être assez difficile de déterminer si ce sont des pollens ou d’autres particules fines qui sont à la source de la pollution.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *