CES 2020 : Le créatifwashing ou comment s’accrocher à un “nouveau” marché

Voilà que se profile le Créatifwashing, une nouvelle façon de vendre ses appareils en les destinant aux créateurs. Un marché en croissance qui semble faire de l’oeil à beaucoup de monde.

18%, c’est le taux de croissance du marché PC “créatif” à la fin de l’année 2019. Voilà qui doit donner envie à de nombreux constructeurs d’accrocher leurs wagons sur cette nouvelle locomotive face à un paysage beaucoup plus morose. Nous allons donc assister au créatifwashing, un moment pendant lequel toutes les machines seront orientées vers ces fameux créateurs de contenu… Avec évidemment plus ou moins de bonheur.

Chaise gaming lol

En 2017-2018, l’heure était au marché du jeu avec une croissance du matériel lié au gaming de l’ordre de 14%. En 2019, la tendance s’est tournée vers les créateurs de contenus. Ainsi après avoir vendu tout ce qu’il était possible de vendre à des joueurs en leur collant des LEDs RVB – du tapis de souris au fauteuil bas de gamme avec des enceintes – voilà que les constructeurs se tournent vers des produits plus sobres mais pas forcément plus adaptés aux créateurs.

Le marché du gaming n’est pas mort et les gammes continuent à s’étoffer mais le nouvel Eldorado semble de faire croire qu’en achetant un casque pour “créateur” ou un ordinateur “créatif”, on sera un vrai génie aux idées foisonnantes. Le sous entendu expliquant à demi-mot que c’est la machine qui fait le moine me parait être une grosse ficelle mais elle a toujours très bien marché. Combien ont acheté un siège bas de gamme tout droit sorti d’une usine où la pointeuse n’a jamais signalé la présence du moindre ergonome sous le prétexte que son mauvais skaï était aux couleurs d’un jeu vidéo ? Pensant réellement qu’un siège aussi cher allait les aider à mieux jouer ? Combien se sont retrouvés dépités après avoir englouti une bonne centaine d’euros dans un clavier bourré de LEDs RGB dont la principale caractéristique était un bruit assourdissant ? Sans que cela n’influence évidemment la qualité de leurs tactiques ? 

Combien vont se dire qu’ils seront plus créatifs en achetant des casques ou des claviers repeints en blanc, des microphones argentés ou des PC qui, bien que munis des mêmes composants que les autres, bénéficieront d’une finition particulière ? Une peinture sobre peut être censée ouvrir leurs chakras créatifs ? 

C’est la naissance du Créatifwashing, ou comment vendre un matériel parfaitement identique à celui proposé ces dernières années en ajoutant simplement un nouveau coloris à la gamme. En présentant surtout des bénéfices techniques parfois bien difficiles à identifier. Sous prétexte de rendre ces engins plus adaptés aux créatifs par la magie de la finition. Et surtout grâce aux réseaux sociaux qui permettent de donner envie de s’identifier comme membres de la grande famille des possesseurs du casque recommandé par bidule, DJ à la mode et aussi expert en création de membranes de casque que je suis astrophysicien ascendant gémeaux.

Beaucoup de materiel pro…

Il faut bien s’entendre sur la définition d’un créateur pour comprendre le tour de passe passe des constructeurs. Quand vous vous entendez créateur, vous pensez à votre musicien préféré, le réalisateur que vous adorez ou le papa des mondes imaginaires des jeux qui vous font voyager. Quand un fabricant de PC ou de matériel PC s’intéresse au public des créatifs, ils visent en réalité deux mondes différents.

D’abord des gens qui vivent de leur travail avec leur PC. Vidéastes, designers, musiciens, monteurs, photographes et tous les métiers qui nécessitent une machine vraiment puissante pour fabriquer des contenus à titre professionnel. Pour en vivre. Ceux là ont droit à des engins haut de gamme estampillés pro. Avec des processeurs performants siglés Xeon ou Threadripper, des finitions impeccables et des puces graphiques type Nvidia Quadro pouvant encaisser des travaux intenses. 

Mais ce qui se cache derrière cette appellation “créatif “, c’est également une catégorie de personnes cherchant à créer des œuvres pour se divertir : Des vidéastes, créateurs de podcasts et autres créateurs de contenus numériques… à titre personnel. Non pas que je dénigre l’un par rapport à l’autre, je connais des musiciens amateurs de grand talent, des dessinateurs numériques plus habiles que bien d’autres ayant la  reconnaissance du grand public et des vidéastes du dimanche bourrés d’idées et de savoir faire. La principale différence n’est pas dans leur talent mais dans la destination de leur travail.

Un professionnel qui vit de ses créations aura une obligation de qualité que n’aura pas un amateur. Il devra également rendre son travail suivant un calendrier précis et sera tenu à une certaine productivité pour gagner sa vie correctement. Il ne pourra pas se permettre de compenser un matériel bancal en amont par un surcroît de boulot en aval. Acheter un microphone coûtant le prix d’un PC portable complet peut paraître un énorme investissement mais si il permet ensuite de travailler vite et sans avoir besoin de retoucher le son pendant des heures pour gommer des défauts de captation, cela a du sens pour un professionnel. Moins pour un amateur, tout aussi éclairé qu’il soit. Même constat pour un tablette graphique ou un ordinateur complet. L’investissement doit se confronter à la réalité des besoins de l’utilisateur et à la destination de ses créations.

Je ne vais pas cracher dans la soupe, je suis ravi de voir des finitions plus sages sur certains portables. Avoir enfin le choix d’acheter des machines puissantes qui ne soient pas dessinées à la hache et bardées de plus de LEDs qu’une mauvaise soucoupe de science fiction.

2020-01-17 17_05_41-minimachines.net

Mais il ne faudrait pas non plus tomber dans l’excès inverse et se mettre à déballer tout et n’importe quoi de manière trop voyante. Les annonces au CES de certains constructeurs de leurs gammes de produits “créatifs” sont un excellent exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Présenter des casques, clavier, micro et souris spécialement dédiés aux créatifs n’a pas vraiment grand sens quand on est un fabricant de PC sans expertise dans ces domaines particuliers. Proposer du matériel “gaming” pourquoi pas, on se rappellera simplement de la fable du corbeau et du renard. Mais le matériel à destination des créateurs n’évolue pas dans le même monde.

Cela n’a aucun sens de lancer des portables absolument identiques à ceux des joueurs mais justes estampillés d’un blason “créatif”. Certes, ils sont sobres, mais cela ne changera rien pour leur possesseur qui ne gagnera pas d’un coup en créativité grâce à la finition employée… Il faut à minima proposer des éléments réellement différenciants : Des circuits son séparés, des écrans bien calibrés, des machines pensées pour le calcul de montage vidéo. Pas tenter de proposer des machines sorties de nulle part avec ces engins sans aucun bagage particulier.

Il y a micro et Micro

Est-ce qu’un microphone “créateur” aura un quelconque point commun avec ne serait-ce que la cheville d’un microphone professionnel ? Quels avantages aura un clavier à membranes “blanc” par rapport aux merveilles déjà disponibles sur le marché ? Quel intérêt à une souris “créative” pour un créateur ?

Je n’ai rien contre les marques qui tentent l’expérience et je sais que beaucoup de produits de ce type sont dans les cartons, prêts à inonder le marché. On ne s’étonnera pas finalement que tous essayent d’accrocher leurs wagons au train de ce créatifwashing. Mais quel bénéfice à court terme ? Les gens seront forcément déçus de vos  matériels par rapport à ce que le marché propose déjà. Si vous voulez que vos PC créatifs arrivent réellement à se différencier avec la concurrence, faites un tour sur les forums des créateurs que vous visez. Comprenez qu’un portable avec deux ports USB ne sera jamais la machine retenue par un créateur de podcast qui préférerait de loin avoir une vraie extension de carte son permettant de brancher plusieurs micros et un partenariat logiciel pour enregistrer en multi-pistes sur son PC. Faites un tour du côté des vidéastes et des photographes qui pestent de voir encore et encore des portables sortir avec aucun lecteur de cartes mémoire ou un simple – et souvent inutile – lecteur MicroSDXC.

Le marché est difficile et chaque point conquis a un impact important pour la vie des fabricants. Mais il serait peut être opportun de se concentrer sur l’essentiel, faire ce que l’on sait faire vraiment et nouer des partenariats avec d’autres constructeurs véritablement spécialisé pour ces machines particulières. A moins de ne vouloir voir ces gammes ne durer que quelques trimestres avant de disparaitre. Certains pourraient vraiment tirer leur épingle du jeu en présentant simplement des produits à l’écoute de leur clientèle.

 

Soutenez Minimachines, partagez le !


Violet
12 commentaires sur ce sujet.
  • 17 janvier 2020 - 19 h 05 min

    Si les gens accordaient plus d’importance au fond qu’a la forme, ce genre de marketing serait a l’abandon depuis longtemps, du McDo, mème après un coup de greenwashing, reste de la Junk Food
    Je trouve, aussi, que trop d’outils nuit a la créativité justement, on compte trop sur la technologie et sa puissance. On peut avoir le plus puissant des PC pour un montage vidéo ou retouche photo, si des le départ, la prise de vue est pourrie, le résultat sera médiocre, on peut avoir le puissant dsp multi effet derrière sa gratte, si le riff ou la mélodie est plat, ça le restera….
    C’est un peu a l’image de beaucoup de productions actuel, musique/vidéo/photo, noyées sous des effets “spéciaux”, une fois l’effet “WHAOU” passé…bah y’a pas tant de créativité finalement.
    Pour ta petite video, Pierre, je suis bien marré, cela m’a fait penser au syndrome du banc de muscu, le truc qui, parce-que on l’a acheté 1000 balles, on crois que l’on se va transformer Mister Univers…après 2 séance sur 6 mois lol

    Répondre
  • Xo7
    18 janvier 2020 - 10 h 26 min

    “Gaming” est une définition, une marque de style qui fait vendre… c’est pas plus efficace mais ça flatte l’ego. Très peu de très belles photos connues de part le monde ont été faites par des énormes reflex… Il faut vendre, alors tant qu’il y a des crédules….

    Répondre
  • 18 janvier 2020 - 10 h 37 min

    +1 pour la video, j’ai explosé de rire et en ai bavé sur mon touchpad :D. Heureusement j’avais de quoi essuyer, il m’aurait fallu une autre mini-machine sinon.
    Je suis allé sur YT pour lire les commentaires, malheureusement inintelligibles pour moi qui ne suis pas hispanophone, j’aurais voulu savoir ce qu’en disaient les internautes.

    Pour les amateurs de belle musique qui auraient raté cela, je recommande:
    https://www.koreus.com/video/titanic-flute.html

    Bonne journée à tous !

    Répondre
  • 18 janvier 2020 - 10 h 47 min

    Je suis tout à fait d’accord avec ce constat, mais que voulez-vous, on manifeste notre mécontentement mais ça n’empêche pas les constructeurs de nous proposer leurs vagues de mode :
    – VR
    – matériel “connecté”
    – LED
    – écran tactiles

    Le seul point positif de cette nouvelle tendance : des machines plus sobres. Et encore, je me méfie des “finitions”, souvent voulant dire “imitation”.

    Répondre
  • 18 janvier 2020 - 14 h 18 min

    Par contre, en tant que “créatif”, je perçoit une tendance qui n’est pas pour me déplaire : celle des barebones ultra-puissants

    Il est agréable de voir poindre des mini ou des micro tour dotées de core i9 desktop ou de ryzen haut de gamme épaulés par un ou deux SSD nVme et un seul slot, mais ça suffit, qui intègre une RTX2080 ou une RX5700, et la limite des 16Go qui a enfin sauté pour accueillir 32 ou 64Go de RAM, et enfin, la démocratisation du Thunderbolt 3

    Le tout dans des boites pas plus grosses que deux macs minis

    Parceque bon, les tours de 1m de haut comme unique moyen de faire tourner After Effect (ou Nuke ou Fusion), Cinema 4D ou Première Pro (ou FCP X ou Media Composer ou Reslove), ça va deux minutes

    Après, j’ai le même discours depuis des décennies dans tous les forums dans lesquels j’interviens : une voiture qui gagne c’est pas une voiture plus rapide, c’est un bon pilote.
    Dans mon métiers, j’ai pris pour habitude de me méfier comme la peste des gens qui parlent matos. Et à raison, j’ai croisé de nombreuses personnes extrêmement talentueuses qui me sortent des rendus de ouf, le tout avec des machines d’un autre siècle (des Mac Mini out-datés, des Macbook Pro qui ont 5 gen de retard, etc), j’ai aussi croisé, malheureusement en plus grand nombre, des gens qui me ramène la dernière bête de course de folie, qui m’explique que les cartes graphiques AMD c’est des merdes sans nom et qu’il faut la toute dernière nVidia pour arriver à travailler, idem pour les CPU, mais quand ils taffent, ils sont à peine bons à reproduire et tutos VideoCopilot et autres vidéos Youtube, et proprement incapables de faire ce qu’on leur demande, du sur-mesure donc, ou alros à y passer 4x le temps qu’il faut, et avec nombre d’allers retours

    Le matos c’est important, mais l’essentiel c’est le talent.

    Le problème d’un bon créatif, dans tous les métiers, c’est d’arriver à gérer les demandes qui affluent, il est toujours difficile de dire NON à un client

    Le problème de quelqu’un de pas bon, de moyen, de pas au niveau, c’est de trouver du boulot.

    Répondre
  • 18 janvier 2020 - 14 h 43 min

    @AlxV: Je suis plutôt d’accord avec toi.

    Reste que pour un pro être trop outdaté c’est difficile.

    Le marché rend impossible de travailler avec une machine trop ancienne. Passer 2 jours a faire un rendu quand un concurrent mettra 2 heures, c’est impossible. La rentabilité, le nombre de boulots que tu pourras faire… tout cela donne le tempo de tes investissements.

    C’est comme tous les usages pros, si ton concurrent direct investit dans un nouveau materiel permettant un truc en plus, il risque de rafler plus de marchés. La part d’investissement d’un pro est constante.

    Après je crois que tu as raison sur le fond. Je connais des retoucheurs de folie mais ils passent un temps incroyable sur chaque image. Un temps qui, si il était facturé, serait invendable. Quand on leur laisse moins de temps ils ont l’oeil, l’expérience et l’intelligence d’aller à l’essentiel et font de belles choses avec trois fois rien.

    Répondre
  • 19 janvier 2020 - 11 h 44 min

    Je suis d’accord avec vous à condition de ne pas perdre de vue que le matériel ne force jamais le talent.

    Pour exemple 1/2 maitre gims ou jul disposent niveau matériel de ce qui se fait de mieux…

    Moi je dirais plutôt que la différence entre matériel grand public et “créatif” ce sont aussi les capacités du dernier à être modé par un artiste. Et d’accord avec toi pierre, le total look msi ou asus n’apporte rien niveau technique.

    Enfin on verra bien ce qu’ils vont nous sortir, mais déjà les portables qui tiennent 14 heures c’est pas mal !

    Répondre
  • 19 janvier 2020 - 15 h 00 min

    @Pierre

    Je n’ai pas précisé, mais je parle de métiers pas forcéments tous liés à la technique : Direction Artistique, création graphique, Illustration, etc

    Pour d’autres métiers vraiment liés à la technique : vfx, montage (4k), motion design, 3D, c’est sur, il y a une mise à jour matérielle est constamment indispensable.

    Répondre
  • 19 janvier 2020 - 15 h 07 min

    et encore …. du motion design sur des PC de 10 ans, j’ai vu faire

    le gars faisait masse de prérendus pour tester ses animations

    j’ai ouvert ses fichiers sur mon iMac Pro, j’avais quasi les preview en temps réel

    je lui explique que si il changeait son laptop par un “monstre” récent, il gagnerait du temps et du confort

    Et lui de me répondre qu’il fait du free à 95% pour une grande agence parisienne qui fournit des stations de travail de malade, et que son PC portable pourri qu’il utilise, c’est juste pour moi de temps en temps, donc investir 4000€ ou plus pour le renouveler …. ben …. non

    Arf… c’est pas faux

    Répondre
  • 20 janvier 2020 - 8 h 34 min

    Je vous trouve un peu dur : OK c’est un effet de mode dont le nom est vide de sens et ne reflète pas forcément la réalité. Mais au moins cette tendance touchera plus de monde que la tendance précédente sauce licorne-RGB-gaming, avec des LEDs partout, des portables de 5kg et du noname inadapté à tout utilité mais qui clignote.

    Avec du matos étiqueté créateur, on a des choses par trop laides, et souvent assez qualitives.
    Il ne faut pas non plus sous-estimé le public, beaucoup voient bien le côté marketing, et savent faire la différence entre un noname peint en blanc, et du vrai matos de qualité peint en blanc.

    Après tout, les gens prennent bien des options peintures métallisée / laquée à plusieurs centaines voir milliers d’euros sur leur voiture : c’est la même chose purement esthétique et n’a aucun intérêt technique.

    Répondre
  • 20 janvier 2020 - 10 h 49 min

    Perso je suis un grand fan des endoscopes créatifs. Avec des LEDs.

    Répondre
  • 22 janvier 2020 - 7 h 34 min

    @fofo: “Il ne faut pas non plus sous-estimé le public, beaucoup voient bien le côté marketing, et savent faire la différence entre un noname peint en blanc, et du vrai matos de qualité peint en blanc.”

    Tout à fait d’accord. Ce n’est pas parce que ce qu’on estime soit-même être un attrape couillon se vend, que l’acheteur s’est fait avoir. J’en ai croisé des gens qui achetaient, dans bien des domaines, du matériel bien trop cher à mes yeux. La plupart du temps ils étaient parfaitement conscient que leur achat était irrationnel ou simplement émotionnel.

    Dans tout les cas par contre la part de leur budget consacrée au domaine en question était largement au dessus du mien. Ceci explique peut-être cela.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *