Atomic Pi : Une carte de développement sous Intel Atom Cherry Trail

La carte de développement Atomic Pi est une solution basée sur une une puce Intel Atom Cherry Trail et équipée de tout ce qu’il faut pour lancer un système d’exploitation. Elle propose en plus son lot de GPIO pour piloter d’autres projets.

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures me disait mon banquier encore la semaine dernière. Les vieilles puces Intel Atom Cherry Trail ne sont plus forcément des monstres en terme de performances brutes mais elles savent toujours proposer des compétences intéressantes, surtout pour des usages spécifiques. Comprenez qu’aujourd’hui vous aurez du mal a concevoir un PC multimédia familial complet avec une puce de ce calibre. Par,contre si vous cherchez des compétences en vue de créer une solution dédiée c’est déjà largement plus jouable.

2018-12-28 12_42_36-minimachines.net

C’est ce qu’ont sans doute pensé les développeurs de l’Atomic Pi, une nouvelle carte de développement sous Atom Cherry Trail X5-Z8350 dans un nouveau projet Kickstarter. Le but de cette solution n’est pas de devenir la carte mère du nouveau PC de la famille mais bien de s’intégrer dans un projet en développement. Preuve en est, la présence de GPIO permettant de piloter des solutions annexes à l’instar des cartes Raspberry Pi.

Vous comprenez désormais le choix du nom Atomic Pi. Atomic pour le processeur Intel Atom et Pi en référence à la solution de la fondation Raspberry Pi. L’Atom x5-Z8350 est une puce intéressante, parce qu’elle est capable de grandes choses comme on a pu le voir avec de nombreuses minimachines ou des solutions type tablette comme l’Asus Transformer. Il s’agit d’un quadruple coeur et quadruple threads cadencé de 1.44 à 1.92 GHz avec 2 Mo de mémoire cache et un minuscule TDP de 2 Watts. Elle embarque un circuit graphique oscillant entre 200 et 500 MHz. dans l’Atomic Pi cette puce est associée à 2 Go de mémoire ive. C’est maigre dans une optique PC, c’est excellent dans une optique carte de développement. Idem pour le stockage avec 16 Go de eMMC seulement. Parfait pour embarquer un système Linux complet, pas assez pour un outil Microsoft.

2018-12-28 12_45_34-minimachines.net

La carte est d’ailleurs livrée avec une distribution d’Ubuntu en version 18.04 LTS et bien que la carte soit annoncée comme parfaitement compatible avec Windows 10 je doute que ce soit le bon matériel pour ce genre d’exercice. Les 16 Go de stockage sont trop faible pour que cela soit réellement pertinent sous Windows. Un lecteur de cartes MicroSDXC donné comme compatible avec des cartes 256 Go – qui sont de moins en moins chères aujourd’hui – est intégré. De quoi ajouter du stockage facilement.

2018-12-28 12_47_57-minimachines.net  2018-12-28 12_48_07-minimachines.net  2018-12-28 12_49_46-minimachines.net

Des images recto verso de la carte nue, issues de ce document, les numéros correspondent à des points de mesure de température dans le tableau

La carte propose également une connectique correcte avec un port HDMI plein format , des ports USB 3.0 et USB 2.0 type-A, un ethernet Gigabit, un Module Wifi5 (802.11AC) avec deux ports d’antennes IPX soudés sur la carte, un Bluetooth 4.0 et une foule de connecteurs et  autres spécificités. On retrouve pèle-mêle, un capteur 9 axes avec fonction boussole, un TTL, 26 pins de GPIO et d’alimentation au format JST et une carte de développement compatible qui permettra de composer un montage électronique proprement et facilement dans le même format que la carte Atomic Pi. 

2018-12-28 12_42_46-minimachines.net

A noter que la Atomic Pi bénéficie d’un vrai BIOS qui permettra de démarrer au choix sur son eMMC de base, une carte MicroSDXC ou un port USB… Ce qui ouvre des perspectives intéressantes de développement. Enfin il est possible d’alimenter facilement la carte qui se contente de 5 volts de 4 à 15 watts.

La carte est proposée en Early bird à 34$ ce qui est fort peu cher. Il faudra rajouter malgré tout 8$ de port ce qui monte la facture à 42$ et surtout trouver un moyen de récupérer votre joujou puisque la carte ne sera expédiée qu’aux US. Un service de re-routage type Shipito pourra faire l’affaire mais cela ajoutera encore des frais…

Atomic Pi

La campagne Kickstarter de Team IoT qui développe la carte n’est pas, selon leur dire, très “fantaisie”. On n’a pas de mannequin faisant semblant de souder des composants en tenant le fer par la panne ou de beau gosse fronçant les sourcils devant une page de code HTML face à une carte non branchée. Pas de plan aérien de drone survolant un type faisant du jogging avant de sortir de la douche pour développer un robot d’une main en envoyant un tweet à Elon de l’autre. Mais comme dit également la Team IoT, au moins, eux, ils respectent leurs délais.

La carte est entièrement développée et débugguée, beaucoup de modèles sont déjà en cours de fabrication. Il serait possible d’expédier les cartes pour al fin Janvier 2019…

12 commentaires sur ce sujet.
  • Luz
    28 décembre 2018 - 13 h 04 min

    Il n’y aurait pas eu les 38$ supplémentaire de shipito, je serais lassé tenter.

    Répondre
  • 28 décembre 2018 - 13 h 39 min

    @Luz: Tout pareil :/

    Répondre
  • 28 décembre 2018 - 14 h 37 min

    pourquoi il s’entête tous a rester chez intel alors qu’AMD à des puce bien mieux ? je parle de facon général pc portable carte de dev etc

    Répondre
  • Luz
    28 décembre 2018 - 14 h 57 min

    @leclerc: Parce que le VRP d’Intel est plus efficace ?
    Parce que les gammes d’Intel parlent plus aux gens ?
    Parce qu’AMD ne fait pas d’effort pour faire de la pub pour autre chose que les Ryzen en ce moment ?

    Un peu tout ça peut-être ?

    Personnellement, je suis incapable de donner une idée des possibilités des gammes A, G et R, ou encore Epyc qui est visiblement segmenté entre serveur et embedded.

    Au final, je pense qu’AMD est à l’origine de cette situation, d’un autre coté, ça ne fait pas longtemps qu’ils ont sortis la tête de l’eau grace aux Ryzen et à la politique Dymo d’Intel.

    Répondre
  • 28 décembre 2018 - 15 h 03 min

    @leclerc: Tu penses à quelle puce AMD pour une Atomic Pi AMD ? Je suis curieux de savoir ?

    Répondre
  • 28 décembre 2018 - 15 h 21 min

    ça existe des puces ULV chez amd ?
    PS : Perso j’ai un Ryzen7 1700x en 95w sur le desktop et un Ryzen5 2500U en 15w sur mon portable.

    Répondre
  • Alf
    28 décembre 2018 - 16 h 06 min

    @leclerc: Dans cette gamme de prix et de consommation, AMD n’a rien d’équivalent à proposer.
    Pour d’autres prix et d’autres usages, il y a de quoi faire chez AMD, mais ils étaient tellement au fond du trou depuis la sortie des Core ix de chez Intel que le grand public a complétement oublié leur existence et ne jure que par Intel, donc ils ont du pain sur la planche avant de pouvoir revenir. Mais ils sont sur la bonne voie avec les puces Zen qui ont réussi à convaincre les gens bien informés, il faut juste attendre que ça se diffuse vers un public plus large.

    Pour la carte en elle même, wow, je m’attendais pas à ce prix en arrivant en bas de l’article. J’avais cliqué sur l’article par ennui et sans grande conviction “une carte de développement de plus”, et je m’attendais au triple (en gros le prix de la carte UP Board mentionné dans la page KS).
    Pour pas mal de gens qui utilisent un Raspberry Pi pour faire du multimédia, ça remplacerait avantageusement : prix similaire mais nettement plus de puissance, et un port Ethernet en Gigabit au lieu du vieillissant 100Mbit/s.

    Juste une question pour clarifier sur le WiFi : la carte a tout ce qu’il faut pour se connecter, ou il faut rajouter des éléments ?

    Répondre
  • 28 décembre 2018 - 16 h 21 min

    @Alf: Tu as juste besoin de 2 antennes. On voit les connecteur en haut à gauche de la première image ou la carte est à plat.

    Répondre
  • 29 décembre 2018 - 0 h 11 min

    Une bonne concurrence pour en faire une petite machine sympa pour jouer .
    Pour la vidéo ,il semble pas que les versions UBUNTU disposent de codec pour lire les DRM de Prime ou Netflix a moins que le navigateur par défaut n’ai pas ceux ci .

    Répondre
  • 2 janvier 2019 - 11 h 31 min

    @Pierre Lecourt: surement au epyc après j’avoue que je n’ai pas vraiment étudier les différence

    Répondre
  • 2 janvier 2019 - 12 h 06 min
  • 8 janvier 2019 - 13 h 29 min

    Une connectique sata aurait été un plus quand même.
    mais surement plus cher

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *