Apple M2 : la poursuite logique

Avec l’Apple M2, la marque reprend la recette lancée en 2020 mais la bouscule pour la rendre encore plus efficace.

En 2020, Apple annonce le M1 et tout un écosystème logiciel qui transforme ce basculement du x86 vers ARM. Et le résultat est époustouflant, les machines vont vite, consomment peu et font brillamment leur travail. 2022 est là et Apple annonce un Apple M2 dans la directe continuité de cette révolution.

Pour résumer l’Apple M2 quoi de plus simple que de dire qu’Apple n’en avait pas encore besoin ? Que les machines que la marque propose encore en 2022 sous Apple M1 n’ont pas de véritables concurrentes sur le segment ? Il y a bien sûr des engins plus rapides dans certaines tâches spécifiques, des puces ayant des capacités que le M1 n’a pas mais aucune qui propose cet exact cocktail qui font du SoC de la pomme ce qu’il est. Une solution capable de piloter un montage vidéo UltraHD sur un engin portable sans déclencher sa ventilation ni altérer grandement son autonomie.

Avec l’arrivée de cette nouvelle puce, Apple ne comble pas un vide ou ne répond pas à un besoin, c’est simplement la poursuite logique d’une entreprise classique. Elle a des ingénieurs qui travaillent et qui sont payés à améliorer ses puces. Elle a une équipe marketing qui travaille et qui doit également être payée, des salariés par milliers, des boutiques et une logique d’évolution permanente à respecter. Les puces Apple M2 ont toutes les raisons économiques d’exister car elles vont créer immédiatement un sentiment de nouveauté d’un côté et d’obsolescence de l’autre qui participent à la vie des boites High-Tech. Mais leur sortie n’a rien d’indispensable techniquement parlant. 

Je ne vais pas pour autant faire mon rabat joie, le gain en performances de cette nouvelle puce est toujours bon à prendre, juste que les possesseurs de MacBook des générations M1 n’ont pas vraiment de raison de basculer vers un Apple M2. Leur machine fera encore largement le travail et pour longtemps. 

Apple annonce que le nouveau SoC serait 18% plus performant que le M1 de 2020. Cela d’un point de vue calcul pur. Pour les traitements graphiques, la solution gagnera jusqu’à 35% de vitesse de traitement et 40% pour la partie Intelligence Artificielle avec son Neural Engine. Au total, la marque estime que son Apple M2 propose 87% des performances d’un Intel Core i7-1260P tout en utilisant qu’un quart de sa consommation.

Gravé en 5 nanomètres, l’Apple M2 développe 8 cœurs de calcul divisés en deux groupes façon big.LITTLE. 4 coeurs hautes performances et 4 autres à la recherche de plus d’efficacité. Un schéma classique et très optimisé chez Apple.

La partie graphique hérite désormais de 10 cœurs exploitant plus de mémoire cache L2 et proposant plus de capacité de traitement avec 3.6 Teraflops de puissance de calcul.

Le Media Engine qui s’occupe du décodage et de l’encodage des flux vidéo est toujours présent. C’est lui qui participe au côté le plus « magique » à l’usage des solutions de la marque, lui qui transforme les tâches de montage vidéo en tâche quasi subalternes. Les SoC Apple décodent des flux 8K très compressés comme certains autres processeurs décodent des fichiers audio MP3. Cet ensemble emmènera les nouveaux MacBook vers de nouveaux horizons de performances. Pour donner un exemple simple, le nouveau Macbook Air sous Apple M2 est 40% plus rapide en montage vidéo sous Final Cut Pro. Pas négligeable.

Apple insiste beaucoup sur ce poste du montage vidéo pour des raisons très évidentes. Sa puce ne peut pas briller partout. Si sur la vidéo la machine est exceptionnelle, elle ne saura pas aussi bien gérer d’autres postes et en particulier le jeu vidéo. Ce n’est clairement pas sa volonté première et le travail mené par les équipes tend à peaufiner des fonctionnalités plus productives que ludiques. Avec ses circuits spécialisés en décodage de flux vidéo ou son moteur d’intelligence artificielle, la puce permet de venir à bout de créations graphiques sans un souffle de ventilation là où les concurrents sur PC finissent toujours par s’emballer. Mais elle ne pourra pas prétendre à la même qualité graphique d’un point de vue ludique. Un choix assez ancien chez Apple  qui n’a jamais fait des possibilités de jeu son principal argument. Et qui a toujours réussi à fonctionner ainsi.

Autre gros chantier pour la marque, la mémoire vive puisque celle-ci gagne en densité avec un maximum de 24 Go pour le M2 quand le M1 était « limité » à 16 Go. Toujours directement intégrée dans le SoC, cette mémoire profite d’une bien meilleure bande passante. Une augmentation de 50% de celle-ci pour un débit de 100 GB/s ! C’est peut être un des chiffres les plus impressionnants de cette nouvelle solution. Cette énorme bande passante est clairement un des éléments les plus importants de la réussite des SoC Apple.

Annoncé pour les nouveaux Macbook Air et Macbook Pro, ce nouveau SoC devrait être décliné comme l’a été son prédécesseur en versions M2 Pro, M2 Max et M2 Ultra afin d’être intégré dans d’autres produits comme les Mac Mini ou les futurs iPad. Si l’évolution n’est évidemment plus aussi spectaculaire au moment du grand saut qu’a été le passage du x86 aux puces ARM, cette solution Apple M2 montre qu’il y a encore probablement beaucoup de marge de manœuvre pour la marque. 

Apple M1 : un nouveau chapitre de l’histoire informatique

Faites découvrir le site en le partageant


Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

13 commentaires sur ce sujet.
  • 7 juin 2022 - 16 h 33 min

    @Pierre : je te rejoins sur le fait que la sortie en 22 du M2 n’était pas forcément nécessaire. Toutefois, le Ryzen d’un côté, pour ne citer que ce proc ARM, la feuille de route marketing d’Apple de l’autre, reposant, à l’instar des processeurs d’Iphone, sur des annonces annuels (légitiment une hausse assez salé des tarifs au passage sur le Mac) et enfin, les obligations de la Pomme auprès des investisseurs, ont du les contraindre à faire cette annonce cette année. Après le rapport hausse de tarif sur le MacAir (+ 300 EUR sur du M2) vs perf (sauf si on est gameur sur Mac :)) va ss doute en conduire plus d’un à s’orienter vers la version M1 qui reste, pour des usages de bureautique, tt à fait convaincant.

    Répondre
  • JLE
    7 juin 2022 - 18 h 02 min

    Peut être que les futures générations de CPU Apple géreront correctement la virtualisation, car dans l’état, c’est une catastrophe. Le reste est performant, mais la virtualisation semble ne pas être une priorité pour Apple. L’utilisateur moyen s’en fichera, pas tous les développeurs.
    Ceci dit, l’OS pose aussi soucis, car avec les puces x86 il y avait déjà de gros soucis avec la virtualisation. Mais avec les CPU Apple, ça semble être double peine.

    Répondre
  • 7 juin 2022 - 18 h 44 min

    Ahhhh!! Que de bons souvenirs. Cela me rappelle l’époque ou Apple nous montrait que son Mac était plus rapide qu’un PC. De mémoire, c’était sur une application précise : Photoshop :-)

    @Raph, je me demande si la clientèle qui s’achète un Mac est à 300€ prêt (non, ce n’est pas une erreur de syntaxe ;-))

    Répondre
  • 7 juin 2022 - 19 h 54 min

    @Gibus….

    Il est est vrai que les Mac d’une certaine époque à processeur Power PC étaient plus rapide dans Photoshop pour la gestion des trucages incluant la gestion des flous, flou radial et autres. Pour le reste, c’était Kif-Kif avec les PC avec lesquels l’écart de prix était faramineux.

    Mais je valide ce que dit Pierre pour la vidéo. 5 couches 4K fluides en temps réel avec mon Macbook Air M1 16 Go. Que ce soit dans Davinci Resolve (version gratuite) ou Videoproc Vlogger (gratuit sur macOS ou Windows). Mais, ces dernières années, l’écart de prix etaient bien plus raisonnable avec des modèles de notebooks PC comparables qu’à l’époque du Power PC. Dommage pour les prix à la hausse dont je ne peux discerner ce qui est imputable à la crise Covid ou à la guerre en Ukraine…

    Répondre
  • 8 juin 2022 - 8 h 13 min

    @JLE: Pourquoi dit tu cela ? J’utilise Parallels Desktop avec beaucoup de bonheur

    Répondre
  • 8 juin 2022 - 9 h 28 min

    @Pierre : À mon avis, le jeu vidéo n’aura plus besoin de grosses capacités de calcul à l’avenir, mais de bonnes capacités de compression/décompression vidéo avec l’arrivée des solutions de streaming.
    Et Apple sera gagnant sur ce tableau également … Si Microsoft s’en-tête sur l’émulation avec ARM, je ne vois plus que ChromeOS comme concurrent direct à moyen/long terme. Donc des machines fermées à toute évolution. C’est triste, mais je pense qu’on y arrivera. :(

    Répondre
  • SGT
    8 juin 2022 - 9 h 58 min

    Merci pour l’analyse Pierre. J’aurai pu me laisser tenter par un MacBook Air M2 qui signe enfin le retour du Magsafe mais le prix quand on veut une config pouvant durer et cette fichue encoche, qui ne se justifie pas sur un laptop, sont rédhibitoires pour moi. D’autant que je n’ai aucun besoin de montage vidéo et que la virtualisation c’est pas vraiment ça. Il est donc pour ma part urgent d’attendre.
    Plus généralement j’en reste à mon questionnement initial, lorsque le M1 est sorti, quand à l’évolubilité des performances en mono core. A voir ce que donnera le 3 nm. Reste un ratio perfs/conso sans égal… pour qui veut adhérer au monde Apple et son marketing parfois too much.
    https://www.tomshardware.com/news/apple-m2-gpu-analysis?utm_medium=social&utm_campaign=socialflow&utm_source=twitter.com

    Répondre
  • 8 juin 2022 - 12 h 46 min

    @Eric
    je comprend ou veut en venir @JLE. avec les macbook x86, il etait possible de faire des lab avec GNS3, qui est essentiel pour l’implementation d’un réseau. la cible de apple avec ces pc c’est pas les admin réseaux… c’est possible, mais bonjour le bricolage

    Répondre
  • JLE
    8 juin 2022 - 19 h 28 min

    Non non, je pensais bien à la bonne vieille virtualisation; par ex avec VirtualBox, VMware Fusion, etc.
    A mon taff on a tous des mac (plusieurs milliers), dont des récents, x86 ou arm, et c’est l’horreur pour virtualiser du Linux. Sur de vieilles machines ça semble mieux passer, mais sur du récent, VirtualBox est inutilisable sur plein de postes (gros soucis de stabilité, et performances globales très faibles), et VMware Fusion est lent mais tout de même utilisable. En fait on les a tous essayé, y compris plusieurs types d’hyperviseurs, mais ça reste faible.

    Répondre
  • 8 juin 2022 - 21 h 25 min

    @SGT: Pardon de vous poser cette question, mais si vous deviez changer de machine, vous partiriez sur quoi pour un équivalent Macbook air. Le dell XPS me tente dans cette optique. les différents échanges sont intéressants. Merci

    Répondre
  • 10 juin 2022 - 13 h 49 min

    @Matt:

    j’ai un dell xps i7 de 2020 et un macbook m1 13 pouces et je n’utilise plus le xps. L’écran 4k tactile du xps est beau d’accord mais ça chauffe à mort sans rien faire, la batterie tient pas alors qu à l’usage la mac la batterie est increvable , ça chauffe pas et y-a la perf, donc pour le prix pas si eloigné je prends clairement le mac

    Répondre
  • 11 juin 2022 - 7 h 06 min

    Pour la virtualisation, Apple semble prendre en compte ce vrai soucis:
    https://fr.postsus.com/technology/545252.html

    En lançant l’interpréteur Rosetta sous Linux, tout binaire Linux x86-64 sera automatiquement traduit en ARM à l’aide de Rosetta, tout comme cela se produit pour les binaires x86-64 sur macOS fonctionnant sur Apple Silicon.

    Répondre
  • 12 juin 2022 - 11 h 41 min

    Que c’est cher ce M2 sans apporter de réelle nouveauté !!!! Tout le monde se plaint ! Le prix est excessif, +300€ en trop !!

    Je devais changer d’ordinateur, mais là je m’abstiendrai, tant pis. A moins que les e-commerces français fassent un gros effort… ou alors d’acheter à la frontière belge, suisse, etc, le MacBook M2 coutera forcément moins cher (comme d’habitude).

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *