Faire un netbook 2017 ? Mission (quasi) impossible…

Depuis quelques semaines, je me suis plongé dans le grand bain. Décalant mes horaires de travail, grappillant sur mes heures de sommeil et mettant un peu de côté le blog. Je voulais savoir si il m’était possible de mener à bien le projet de recyclage de netbooks dont je vous parlais au début du mois de Février. Ou alors concevoir un netbook 2017.

Au dépouillement du sondage sur le recyclage de netbook, sondage qui continue d’être alimenté aujourd’hui, je me rends compte que la demande est belle et bien là. Une partie du public est toujours intéressée par le format même si il veut retrouver une association logique de taille et de performances correspondant aux normes d’aujourd’hui.

Minimachines.net

Beaucoup de machines ont été plébiscitées dans ce sondage, les EeePC 900/901, les EeePC 100x, le Samsung NC10, le Dell Mini 9 et le MSI Wind remportent haut la main (et dans l’ordre) les trois premières places du podium. Il y a bien cinq machines sur trois places car l’écart entre les trois dernières est trop faible face aux autres pour les départager. Il reste également un bon nombre de gens ayant toujours un EeePC 701, un HP DM1 ou un Compaq 311C et quelques autres références et souhaitant profiter de ce type de mise à jour. Les résultats du sondage ont été comme d’habitude assez explosifs pendant ses premières heures avant de se raréfier. Ce qui fait que j’ai pu dégager il y a déjà quelques semaines un premier tri de machines susceptibles de recevoir ce projet de greffe numérique.

Une tentative de recyclage, totalement contraire à la vision de l’industrie actuelle

L’idée était, pour rappel, de faire revivre des netbooks mis  au rebut en leur adaptant une carte mère moderne à la place de leur ancien matériel de manière à recycler le reste : clavier, connectique et écran. Un cerveau neuf dans un vieil engin en quelque sorte.

Beelink BT7

La carte mère d’un MiniPC avec Atom Cherry Trail. La mémoire est soudée faute de place.

Fort de ces résultats j’ai donc passé pas mal d’appels et contacté des professionnels en Asie. A Taiwan et Hong Kong en particulier. Pas des fabricants en tant que tel, mais plutôt des intermédiaires capables de dessiner les cartes mères et ayant assez de contacts pour se procurer les pièces, trouver une usine, faire fabriquer l’ensemble, le tester, le corriger, le faire certifier, l’emballer et le livrer.

C’est peu dire si l’idée les a surpris, la notion de recyclage n’est franchement pas au centre de leur préoccupations. C’est mêmes aux antipodes de leur problématique est cela est d’ailleurs quelque peu effrayant. Pour eux, recycler ce genre de produits c’est aller directement dans le mur. Cela confirme le constat habituel, l’acheteur moyen Chinois s’intéresse plus à un produit si il est neuf et pas cher plutôt que compétent et durable. Ils préfèrent dépenser 300 euros pour acheter 2 MiniPC neufs à 150€ pièce qui ne dureront qu’un an plutôt que de s’offrir un MiniPC à 250€ plus compétent qui pourrait en durer 3… Flippant.

Bref, cette approche ne les a pas séduits mais j’ai insisté et obtenu des tarifs “à la louche” pour un lot de 1000 cartes à destination d’un EeePC 900 qui seraient capable de reprendre en théorie les éléments internes du netbook 2017. J’aime autant vous dire que ce n’était pas foufou. Je n’ai pas le droit de vous donner le tarif  exact mais à ce prix autant acheter un 11.6″ entrée de gamme neuf. Aucun intérêt. Il aurait fallut monter à 5000 cartes pour voir le prix baisser un peu et ce n’était toujours pas une solution viable pour un matériel de ce type. D’autant qu’il faut encore ajouter derrière une batterie neuve pour l’ancien modèle, un stockage et de la mémoire vive. Bref, on oublie. Le projet tombe à l’eau, il n’est pas économiquement viable même si on découvre assez vite qu’un constructeur avec ce genre d’idées en tête pourrait tout à fait proposer des engins en série conçus pour pouvoir évoluer au fil du temps en rachetant une carte mère. Pourquoi pas.

Asus Transformer Book T101

L’Asus transformer Book T101, une tablette hybride 10.1″ pourrait être un bon gabarit de netbook 2017

Recyclage difficile, pourquoi ne pas s’orienter vers un netbook 2017 ?

Changement de tactique donc, pourquoi ne pas s’intéresser à la construction d’un netbook 2017 ? Un netbook remis au gout du jour ? Toujours en se basant sur le sondage, et parce que les formats 9 et 10″ y sont les plus représentés, j’ai demandé un tarif pour 1000 et 5000 pièces d’une version basée sur les éléments techniques suivants.

  • Ecran IPS de qualité non tactile mat en 8.9″ et 10.1″ en 1280 x 800 et en 1920 x 1080 pixels.
  • Châssis en ABS de qualité avec bordures d’écran minces pour un encombrement minimal. Présence d’une trappe d’accès inférieure pour accéder à la batterie, au stockage et à la mémoire vive.
  • Processeur Intel Cherry Trail Atom X7-Z8750 (4C/4T) de 1.6 à 2.56 Ghz + Chispet HD Graphics 405. Intégré dans un dispositif de refroidissement sur mesures : Dissipateur alu sous le clavier pour contenir les 2 watts du processeur, ventilateur présent mais mise en marche uniquement en cas de vraie nécessité. Développement et fourniture des solutions logicielles pour cette prise en charge sous Windows et Linux (pilotes).
  • 2 Slots SoDIMM DDR3L vides.
  • 1 emplacement M.2 pour un SSD vide.
  • 1 emplacement MiniPCIe pourvu d’une carte Wifi 802.11AC et Bluetooth 4.0 avec double antenne dans le châssis.
  • Une paire d’enceinte stéréo correctes, une webcam basique sauf si elle gène l’implantation de l’écran à faibles bordures.
  • Une batterie interne sur support amovible offrant au moins 10 heures d’autonomie en conditions réelles avec recharge via MicroUSB. Alimentation secteur fournie.
  • Connectique complète : 2 USB 3.0 pour le 8.9″ 3 USB 3.0 pour le 10.1″, un RJ45 Gigabit, 1 Mini HDMI, un lecteur de cartes SDXC, jacks audio, un MicroUSB de recharge.
  • Clavier AZERTY Chiclet (et QWERTY également) et pavé tactile minimaliste ou trackpoint.
  • Pas de licence Windows mais une compatibilité réelle Linux.
  • Certification et emballage. Garantie 24 mois.

Minimachines.net

La réponse à ce cahier des charges a pris un peu de temps mais dans l’ensemble la réactivité de ces professionnels est impressionnante. Là encore, je n’ai pas le droit  de vous communiquer de prix précis, je vais juste vous donner une fourchette au départ de l’usine. Ces prix sont à prendre comme des tarifs Hors Taxes d’importation. Il ne faut pas perdre de vue qu’il faudrait leur ajouter un stockage au format M.2 et de la mémoire vive.

Pour la version 8.9″ en 1280 x 800 pixels, moins de 210$ pour 5000 unités. Soit 1  050 000 $ d’investissement.

Pour la version 8.9″ en 1920 x 1080 pixels, moins de 240$ pour 5000 unités.  Soit 1  200 000 $ d’investissement.

Pour la version 10.1″ en 1280 x 800 pixels, moins de 240$ pour 5000 unités.  Soit 1  200 000 $ d’investissement.

Pour la version 10.1″ en 1920 x 1080 pixels, moins de 270$ pour 5000 unités.  Soit 1  350 000 $ d’investissement.

Bien évidemment, ce sont des tarifs “sortie d’usine” avec boite en carton et mousse de calage pour les  expédier à l’international. Le prix comporte une “marge de SAV” en cas de pépin sur un modèle qu’il faudrait remplacer, avarie, aléas divers etc. Il faudra également payer des frais de port et d’éventuelles taxes d’importation mais je ne les  inclus pas dans le tarif pour le moment.

Vorke V1 : Le test

Cela nous fait un coût final brut de 256€ pour le 10″ le plus haut de gamme en barebone. Comptez 10€ de frais de port. 266€. Je vous laisse faire le calcul pour les autres engins… Sachant qu’il faut ajouter de la mémoire vive – Comptez 32€ pour 4 Go – et un SSD au format M.2 – 100€ environ pour 250/275Go – on arrive à un tarif pas forcément très intéressant d’un point de vue économique de 430€ le netbook le plus évolué,

Pour le 8.9″ en 1280 x 800 pixels, on part sur un prix de base de 199€ et avec les mêmes composants que pour l’autre, on arrive à 230€ environ pour la solution la plus entrée de gamme..

Evidemment cette dernière partie reste l’affaire de chacun, c’est un netbook proposé en barebone. Si vous avez de la DDR3L qui dort dans un tiroir suite à une évolution de portable, vous pourrez les recycler. Si un SSD de 64 Go vous convient, la facture va considérablement s’alléger… Le problème du système d’exploitation est également le votre : Entre un Linux gratuit et une licence de Windows 10, il y a un monde.

Minimachines.net

Il faut 6 moules différents pour ce châssis de netbook. Sans compter la batterie ni le clavier.

Alors c’est super ? On se lance ? Plusieurs choses à comprendre à partir de ces données. D’abord ces tarifs sont encore très hauts et on m’a bien fait comprendre que les  éléments incompressibles empêchent leur optimisation. 5000 pièces, c’est peu et fabriquer des moules pour ce type de machine est coûteux. Il faut plusieurs moules pour réaliser la coque, la bordure d’écran, adapter le clavier.. Chaque moule a un impact direct sur le prix. Passer de 5000 à 10000 pièces fait baisser mécaniquement le coût d’un moule, la matière première se négociant pour une bouchée de pain à la tonne.

Même raisonnement pour la certification du produit à la norme CE. Cette certification, comme une certification pour la FCC indispensable pour vendre aux US, à un impact sur le tarif. Pas forcément énorme mais qui serait logiquement encore plus dilué pour plus de pièces. La demande d’une garantie de 24 mois de ma part, pour être cohérent avec une distribution en France, a également une grosse influence sur le prix. Les fabricants ne semblent pas spécialement habitués à ce genre de demande et préfèrent parier sur les pertes et profits des matériels qui “si ils durent un an dureront bien deux ans”…

Mais le plus gros souci vient des sommes de base à investir pour que les fabricants bougent le petit orteil et commencent à élaborer le produit. Au bas mot, 10 à 15% du prix global de la commande finale. Non remboursable évidemment. C’est le prix à payer pour que les ingénieurs soient sur le pied de guerre et commencent à travailler sur les différentes pièces et composants du projet. Je ne parle pas d’ici d’un prototype mais bien de la conception de l’engin. Il faut avancer, au bas mot, 100 000$ pour que le premier engrenage commencer à se mouvoir.

Minimachines.net

Alors je sais ce que tout le monde va me dire : “Kickstarter !”

Oui, mais non. car il faut être cohérent. Je ne peux pas reprocher moi même à des sociétés de venir sur Kickstarter ou autre sans même un prototype et m’y pointer sans avoir commencé la conception du produit. Pas la fabrication mais bien la conception. Kickstarter exige un prototype valide en fin de campagne et ce genre de projet ne se monte pas le temps d’une campagne. Si la solution du financement participatif est possible, cela n’enlève pas le problème de l’investissement initial. en gros il faut sortir 100 000 à 115 000$ pour avoir un engin techniquement réalisable et un prototype viable de l’engin le plus entrée de gamme. Environ 160% de cette somme pour avoir 2 prototypes de deux modèles différentes dans la liste ci-dessus.

Et si la campagne Kickstarter échoue ? Et bien ces sommes partent en fumée. La société qui conçoit le produit aura été payée, le fabricant du prototype également et je serais propriétaire du prototype de netbook le plus cher de l’histoire.

Autre souci lié au financement participatif ? C’est un boulot à plein temps. Cela a déjà impacté le site dans sa production ces derniers jours mais passer à la case engagement signifierait probablement une chute très conséquente du nombre de billets quotidiens. Et donc de mes revenus. Non seulement, je n’ai pas l’argent nécessaire pour lancer ce projet mais je me couperais de toute rentrée d’argent pour la suite. Avec des factures à payer et environ 6 mois de développement avant la mise en place du projet en financement, j’ai comme un trou dans ma compta.

Yepo 737s

L’écran du Yepo 737S, un 11.6″ sous Atom Bay Trail 4Go / 128Go qui a été vendu à moins de 170€

Quelle solution reste t-il alors pour voir ce genre de bestiole en production ?

La seule solution, me semble t-il, est de passer par une marque  déjà existante sur le marché. Soit un grand fabricant international comme HP, Lenovo, Asus ou Acer. Soit un petit fabricant comme Voyo, Chuwi, Cube ou autre et peut être des marques plus locales.

Dans le premier cas, je m’y emploie sans succès depuis des années. Les grands fabricants semblent tous passés “à autre chose” et personne ne croit plus dans un format netbook. Peut être que la réussite de projets comme le GPD Pocket pourra réveiller quelques appétits mais je n’y crois guère. Dans le second cas, il faut parvenir à démontrer à ces fabricants l’intérêt de développer des solutions qui ne sont pas “prêtes à l’emploi” et croyez moi, ce n’est pas facile.

Si par bonheur j’y arrivais, dans un cas comme dans l’autre, les tarifs ne seraient pas les mêmes. Car dans les prix annoncés plus haut, je n’ai pas ajouté de marge pour minimachines… Je pensais le faire via une option sur Kickstarter si tout se passait bien, libre à chacun de participer à la vie du site via un pourcentage du prix global de la machine. Mais un fabricant externe réfléchira différemment.

Cela ne veut pas dire que l’impact sur le tarif sera énorme pour les  fabricants locaux : Si la marge arrive en plus, les frais de développements seront intégrés à des équipes salariées et déjà rémunérées. L’un dans l’autre cela peut s’équilibrer. Par contre pour une marque comme Voyo ou Chuwi, difficile de passer par les case “normes CE” et “garantie 24 mois”. Eux jouent sur le fait que vous importez le produit. Pas besoin pour eux de certifier ou de garantir outre mesure… c’est pour cela qu’ils peuvent commercialiser des engins comme ce Yepo 737S, un 11.6″ IPS avec Atom Bay trail, 4 Go de ram et 128 Go de SSD et licence Windows 10 à moins de 170€.

Les fabricants internationaux, par contre, auraient évidemment une chaîne beaucoup plus longue et des obligations à satisfaire : Certification obligatoire, garantie obligatoire mais également distribution et équipes à prendre en compte. TVA et autres taxes à payer, charges et salaires en France… Le prix augmenterait donc sensiblement.

Voilà où j’en suis, un mois après avoir posé mon sondage de recyclage de netbooks, j’y ai consacré pas mal de temps  et j’y ai investi pas mal d’heures de sommeil. Je vais reprendre les activités du site plus régulièrement mais je tenais, ne serait-ce que par respect envers tout ceux qui ont participé au sondage, vous faire ce petit bilan. Je n’enterre pas le projet, j’ai toujours dans l’espoir de retrouver une machine simple, efficace, autonome et avec une bonne connectique. Pas de devoir me contenter de l’actuelle lubie de design malhabile et impossible à mettre à jour.

87 commentaires sur ce sujet.
  • 3 mars 2017 - 13 h 40 min

    J’admire ton engagement et ta persévérance ;-) Au moins tu auras essayé, et pour nous c’est déjà beaucoup !

    Peut-être qu’un jour, dans 6 mois, 1 ans ou 3 ans, ces petites bêtes avec écran de seulement 9 ou 10″ reviendront à la mode, pouvant alors à nouveau faire notre bonheur.

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 13 h 46 min

    Très intéressant comme article. Mais je comprend pas bien si tu cherche seulement à rendre disponible ce type de produit pour les gens comme un passionné nostalgique ou que en plus du passionné que tu es, tu souhaite faire de cette aventure une façon de gagner un peut d’argent?. Car sinon je vois une autre solution à ce problème. Plutôt de de faire construire des machines en chines, ce qui, comme tu l’explique met en jeu des sommes très importantes et dont l’issue est plus que périlleuse, pourquoi ne pas faire l’intermédiaire entre les constructeurs chinois (chuwi, cube, teclast) en proposant des garantie française. Je dit ça mais ça veut peut être dire une activité à pleins temps, ce qui n’est peut être pas possible et une certification dont je n’ai aucune idée du prix et des contraintes. Bref.

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 14 h 12 min

    Projet très intéressant, l’alternative me fait pensé au projet pi-top à base de rapsberry. Un solution avec une carte du même type avec un peu plus de puissance ne serait pas envisagable ou plus viable?

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 14 h 23 min

    Je pense qu’il y a une autre solution pour le recyclage de netbooks.

    Il s’agit de suivre un principe lointainement similaire à ce que fait PINE.

    Donc choisir un nano-ordinateur adéquat, puis consulter des fabricants chinois pour réaliser les adaptateurs entre ce nano-ordinateur et ce qui est recyclé du netbook. Au final, l’utilisateur reçoit un kit à assembler.

    Les prix devraient ainsi rester raisonnables :)

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 14 h 30 min

    5 euros, c’est peu, mais c’est la première fois que je fais un don pour un site d’actualités. Je l’ai fait car j’apprécie ta ligne éditoriale depuis près de 10 ans, ainsi que ta persévérance.
    Félicitations pour tout le travail, j’imagine que se prendre autant de murs quand on essaie de monter un projet comme celui évoqué ici ne doit pas être facile tous les jours…

    Goulou.

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 14 h 32 min

    Merci pour ce retour, ton temps pour investiguer tout ça et pour nous le restituer.

    Je n’ai pas répondu au sondage, tar j’ai vendu mes netbooks (notamment un dell mini 9 très bien mais qwerty et un eeepc 900 très sympa mais trop limité) pour me racheter un netbook 11.6″ et 11.1kg, en soldes, avec 2Go de RAM’ 32Go de SSD, tout soudé sur la carte mère et batterie inamovible. Mais à 150€ avec une meilleure définition d’écran et une capacité vidéo raisonnable.

    C’était une bonne affaire. Je l’ai mis sous debian car avec son bios 32bit, c’était jla seule solution installable en 64 bit. Je n’ai pas fait fonctionner le bluetooth car ça marche pas tout seul hélas et que ça me prendrait trop d’effort pour l’utilité que j’en ai. J’ai le pavvé tactile, et peut-etre la webcam (je ne m’en sers jamais).

    Je crois bien que je ne suis pas prêt de changer cette bécane, et en cela ton billet me conforte dans cette conclusion. Et pourtant je craquerais bien pour truc un peu moins bridé, mieux supporté par linux, un peu plus cher mais plus pérenne.

    Mais je n’y crois pas. Surtout que mon expérience du Dell mini 9 m’a vacciné contre le qwerty.

    Répondre
  • phm
    3 mars 2017 - 14 h 32 min
  • phm
    3 mars 2017 - 14 h 33 min
  • 3 mars 2017 - 14 h 46 min

    Salut Pierre,

    Je possède un 1015Bx sur lequel j’ai installé un XP Sp3 mais reste anémique mais j’estime que c’est un format idéal pour des engins qu’on est censé transporter partout.

    C’est dire si ton projet est pour moi très intéressant.
    As-tu regardé du coté de Telcast (site web : telcast.com) ? Ils font des hybrides très prometteurs sachant qu’ils sont le plus souvent dual boot Windows 10/ Android.

    Voici un exemple avec le Tbook 16 power :

    Android 6.0 Marshmallow OS
    Microsoft Windows 10 64bit OS
    Intel Atom x7-Z8750 ( Cherry Trail ) 64bit Quad Core 1.6GHz, up to 2.56GHz
    11.6 inch IPS 10-Point Capacitive Touch Screen with 1920 x 1080 Resolution
    8GB LPDDR3 RAM
    64GB eMMC Storage Capacity
    HDMI Output
    Cameras 2.0MP front and 5.0MP rear cameras
    port USB 3 type C
    TF Card Expansion ( Only for FAT32 )
    Accepts compatible cards up to 128GB (not included) for easy expansion
    Bluetooth 4.0 Interface
    Clavier et stylet en option
    Avec le clavier et le stylet la facture de 399 € dispo en espagne (http://www.mediaelectronica.com)

    Peut-être seront-ils intéressés par ton projet

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 15 h 11 min

    @Mxte29Fr: Je l”espère. La réussite de GPD changera peut être les esprits ?

    @Ayziaa: En fait c’est assez compliqué à gérer et c’est effectivement un job a part entière. Cela ne rendrais de totues façpns aucun serrvice. les prix en importation seraient moins bons et le fait de distribuer les marques rendrait caduque ma possibilité de les tester/critiquer sur le blog derrière. On ne peut pas être à la fois juge et parti.

    @Zallow: En fait je suis parti d’un pré-requis qui était une compatibilité avec des engins existants sous une base x86. Et donc j’ai naturellement pensé à des PC x86. refaire ces étapes avec du ARM serait une solution mais après on s’engage vers d’autres travers comme la certification Google pour obtenir un accès au play store et autres joyeusetés si on veut de l’android ou le développement d’un Linux plus ou moins bien supporté avec des pilotes travaillé en aveugle du fait du manque de communication des fondeurs de puces…

    @Jean-Philippe: C’est une solution tout à fait convaincante mais je ne souhaites pas rentrer dans ce genre de trucs. Le Barebone de recyclage correspondait bien a mon public. Pas le kit à monter à 100%.

    @Goulou: Bah merci, c’est gentil :) Je bois un ptit café à ta santé !

    @Jean-Pierre: Je vise souvent les craquages… Moi non plus je n’ai pas besoin de ces machines, j’aurais surtout aimé reussir un bon coup, activer mes réseaux de potes blogueurs et journalistes à l’international et dépasser les 5000 unites pour arriver à 10 fois plus (on peut rêver) et ainsi montrer qu’il y a un intérêt à ce format. Il est là mon honteux fantasme secret…

    @phm: Je connais bien Evi et Nicholas, c’est un lecteur et je suis un des sien. Il ne le dis pas mais c’est un supporter assidu du blog. Ce n’est pas le dernier a m’offrir de bons cafés :)

    @Puppermaster87: J’ai peu qu’ils me fassent le même discours que les autres : Recycler non. Fabriquer pourquoi pas mais alors tu engages tous les risques…

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 15 h 12 min

    Merci beaucoup pour ce beau compte-rendu :)
    C’est vraiment agréable de connaître les coulisses de cette initiative.
    Je m’en doutais un peu mais c’est mieux d’avoir une confirmation sur ces modèles de fonctionnement.

    L’aventure mini-machine continue !
    :D

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 15 h 29 min
  • 3 mars 2017 - 15 h 39 min

    Quel beau combat ! J’aime les personnes qui vont jusqu’au bout d’une étude !!

    Bon, on se doutait un peu du résultat, mais ça montre que les technos chinois sont réactifs et ouverts à tout plein de trucs exotiques.

    Mais, en ce qui concerne un recyclage de vieux netbook ou un netbook 2017, on laisse tomber pour l’instant.

    Toutefois, je me demande si la première idée à avoir ne serait pas de relancer un projet de lapdock (ensemble écran+clavier+batterie dans une coque vide) à vil prix, histoire que tout un chacun puisse ajouter une Pi, une odroid, voire démonter la carte mère d’une STB à placer dedans ?
    Quand on voit les prix des tablettes à moins de 100€, on doit pouvoir faire avec le même prix un lapdock de bonne résolution, avec un écran 10-12″ qui s’alimente en HDMI interne+externe, une batterie avec gestionnaire de charge (qui sort sur de l’USB, dont la data pour avoir les infos énergie), un clavier+pad en USB aussi. Il faut ultrabien calibrer la place intérieure pour laisser place à la créativité, et ça peut être un produit intéressant car quasi universel : on peut prévoir, en face arrière, un capot remplaçable pour la connectique, qu’on pourra imprimer 3D pour la carte désirée (raspi&co).

    Le moule reste l’option la plus coûteuse pour ce genre de projet, mais je suis sûr qu’avec tes contacts, Pierre, tu pourrais éventuellement réutiliser tout ou partie d’un moule de laptop déjà existant…..

    Ca serait trop cool un produit comme ça (rien que l’écran seul réutilisable en HDMI, un vrai carton !)

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 16 h 03 min

    Merci beaucoup pour le travail accompli.

    En conclusion tu auras peut être ces fonctions de recyclage / evolutivité du matériel au travers de pc utilisant le Raspberry pi (sous forme barrette de ram) ou la compute card d’Intel qui offre l’avantage de pouvoir évoluer/renouveller les ports physiques de la machine

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 16 h 41 min

    Mais du coup le projet c’est d’avancer 100 000 euros ? Tu compte te reconvertir dans la vente ? C’est fou comme somme pour un particulier après je ne connais pas tes finances mais se lancer seul dans un tel projet franchement c’est beau

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 16 h 43 min

    Je tiens à féliciter ton engagement, tu as fait un super boulot.

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 17 h 06 min

    C’est moi ou les écrans 10 pouces Full HD, c’est juste illisible passé 40 ans ? 12 pouces d’accord.

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 17 h 09 min

    Sinon, oui, la présentation de ce projet est très intéressante. On comprend mieux pourquoi les machines de niche coûtent cher. J’ai bien peur qu’on soit dans une impasse.

    Concernant l’incompréhension des industriels chinois pour le recyclage, ils y viendront…quand il n’y aura plus de matière neuve à utiliser à un prix permettant de vendre leurs produits…ou qu’on sera tous morts à cause des déchets…

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 17 h 13 min

    @Pierre Lecourt : “Ils préfèrent dépenser 300 euros pour acheter 2 MiniPC neufs à 150€ pièce qui ne dureront qu’un an plutôt que de s’offrir un MiniPC à 250€ plus compétent qui pourrait en durer 3… Flippant!!!”

    Vois-Tu Pierre, j’espèrais recycler de vieux laptops, pour en faire de véritables monstres, pour des coûts dérisoirs par rapport à des neufs en France ou en Indonésie…

    Mais je me suis rendu compte que les gens étaient fondamentalement ignorants et “stupides”, et ne juraient que par le neuf, même si les spécifications pour de l’occasion remis à niveau pouvaient être de loin très supérieurs…et beaucoup moins cher !!!

    J’aime voir, mes “bébés” humilier la majorité des ordinateurs portables neufs…
    et dire à son propriètaire, tu vois ce vieux “clou”, il en a 3 fois plus sous le cappot, que le tien…
    et pour moins cher !!! Plus puissant, plus autonome, et avec un SSD…

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 17 h 47 min

    Merci Pierre.

    Répondre
  • Max
    3 mars 2017 - 18 h 11 min

    Bon le recyclage coûte cher et ce n’est pas dans l’intérêt des constructeurs c’est sûr.

    Comme le dit @Pierre Lecourt, des barebones que l’on pourrait faire évoluer

    Une coque, plusieurs cartes mères avec en interchangeable :
    – carte réseau
    – combi processeur/carte graphique performant
    – mémoire vive
    – disque dur

    On pourrait alors moduler dans un même moule plusieurs déclinaisons et faire évoluer en douceur.
    On peut même rêver sur une multitude d’écran à différentes résolutions (dans la limite de la carte graphique).

    Le PC PORTABLE MODULABLE.

    Pour amortir les coques, on crée des coloris (comme pour les consoles de jeux).

    Pour que ce soit réalisable, il faudrait lancer la mode dans le monde entier comme ça on aurait un PC portable modulable à pas cher.

    Répondre
  • to
    3 mars 2017 - 18 h 23 min

    C’est quand meme plus logique d’acheter une machine neuve a 150€ tous les ans plutot que de mettre 250 et esperer la faire durer, surtout pour ce genre de matos mobile, non?

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 19 h 51 min
  • 3 mars 2017 - 21 h 21 min

    je reviens à aliexpress , mais c’est pas ce qui manque de pc 10′ atom windows a 200 eu , tu y rajoute un clavier bluetooth et ca te fait un netbook .
    Le format netbook n’est pas mort , il porte juste un nouveau nom = chromebook ou tablette pc .

    Répondre
  • FQ
    3 mars 2017 - 22 h 10 min

    Que ça se concrétise ou pas, chapeau pour l’effort.

    Répondre
  • 3 mars 2017 - 22 h 14 min

    Salut !

    Analyse très intéressante. J’ai deux opinions à émettre:

    1) Pour recycler les vielles machines, pourquoi ne pas passer par un OS léger (debian ou archlinux) avec un petit serveur perso à la maison qui ferait tourner les taches plus gourmande et la minimachine qui affiche simplement ? J’avais bidouiller des tests avec un vieux schlaptop en 2007 (32Mo de Ram, petium 233 !), ma tour de l’époque et une variante de VNC et ça tournais (tant bien que mal mais ça tournais !).

    2) Quitte à se lancer dans l’aventure du durable et de la fabrication d’ordinateur portable, pourquoi pas opensourcer l’intégralité du design ? Les moules serait du coup réutilisable par le fabricant, les cartes mères standardisées remplaçables …
    Pourquoi ne pas imprimer/fabriquer ses propre coques ? Du coup vente de kit de composants et différents aspects du matos open/source avec la créativité des gens en ligne (travail du bois, travail du métal, impression 3d).

    Où sont les standardisation des composants informatiques pour les formats de cartes mères de laptop ?

    Merci pour ton taf et merci pour ton blog !

    Répondre
  • Bug
    3 mars 2017 - 23 h 24 min

    Merci pour ton taff et je suis sur que l’on arrivera a trouver une solution pour produire un jour la MiniMachine EEEPC made in MiniMachine from France :)

    Répondre
  • 4 mars 2017 - 3 h 12 min

    J’ai toujours du mal à saisir l’intérêt d’avoir des hautes résolutions sur des dalles 10 pouces ou moins! Je trouve que même du 1366×768 sur du 11 pouces sa tire déjà les yeux au bout d’un moment, alors en dessous… Au moins les anciens netbooks sous xp avaient quelque-chose de cohérent dans leurs caractéristiques… On ne retrouvera jamais cette belle période!

    Répondre
  • 4 mars 2017 - 4 h 40 min

    dommage meme si c’était prévisible
    au moins, ça aura été essayé
    et ça, c’est rare de nos jours

    @phm: evigroup, c’est la première chose auquel j’ai pensé au moment du billet original
    mais generalement, le prix fait péter un câble quand on les mentionnent ici
    maintenant, certains comprendront mieux la galère que c’est (et le prix)

    Répondre
  • uko
    4 mars 2017 - 5 h 47 min

    @Pierre Lecourt:
    Merci pour ce feedback. Tu n’as pas complètement perdu ton temps, ça fait un super article de fond :)

    Dommage cette histoire de moule. Je me demande dans quelle mesure les imprimantes 3D industrielles pourront à terme remplacer les moulages et permettre de petites séries à des tarifs abordables.

    Répondre
  • 4 mars 2017 - 7 h 37 min

    @uko: l’impression 3d, ça coûte cher aussi pour avoir un bon résultat

    tous ce que j’ai vu (rerap souvent) c’était quand même assez grossier comme résultat (et les petites commerciales étaient pire ! )
    il fallait au minimum tous re poncer pour avoir un bon rendu
    sinon avec une imprimante plus moderne, ça doit être mieux, mais cher aussi j’imagine

    à une époque, je voulais me faire un boîtier pour mes pi, 45 euros minimum !

    les imprimantes 3d, ça m’intéresse, mais pour un bon résultat, ça chiffre vite
    du coup, je regarde ça de loin pour l’instant

    Répondre
  • 4 mars 2017 - 9 h 16 min

    Moi mon rêve depuis tout gosse c’est d’avoir un ordinateur modulaire, avoir des bases fixes et portables doté d’un minimum d’intelligence, et de me promener dans ma poche mon CPU et mon SSD qui contiendrai tout mon système (OS & applications)
    Ainsi je me pointe chez n’importe qui, j’y branche mon module et hop comme a la maison, rien a configurer et avec la puissance que j’ai besoin.

    Pour revenir au recyclage peut être faudrait il prendre le problème dans l’autre sens, chercher à recycler peut paraitre une bonne idée, mais finalement si l’on change tous les composants interne, la seul chose qui sera recyclé c’est la carcasse.

    Donc peut être serait il plus judicieux de plutot partir sur une nouvelle carcasse, mais de la concevoir de façon qu’elle puisse recevoir des solutions existante de carte mere de PC portable ou de tablette.
    Par exemple je récupère l’écran d’une tablette ou la carte mère est HS et la carte mère d’un mini PC ou d’un portable a l’ecran trop petit.
    et pour le prototypage même si cela restera grossié, les imprimantes 3D pourraient faire l’affaire.
    Car finalement si beaucoup de personnes préfèrent changé plus souvent, en dehors de la puissance c’est visiblement à cause du design qui deviens trop vieillot, c’est ridicule mais c’est ainsi :/

    Répondre
  • 4 mars 2017 - 9 h 51 min

    Comme d’autres ici je pense que les netbook d’autrefois s’appellent Chromebook..
    Un crouton et hop. Linux sur une belle machine autonome.

    Et pour le reste en neuf.
    Pour la problématique du recyclage, la seule façon économiquement viable est de diminuer l’appétit de l’os, vu que les composants sont soudés.

    Os moins et moins gourmand, hop, machine de nouveau véloce :)

    Clin d’oeil à Nicolas d’EVI aussi :)

    Répondre
  • 4 mars 2017 - 9 h 55 min

    @uko: Trop lent… Les imprimantes 3D indus c’est très très lent face à une machine d’injection. Avec un moule tu as une coque ABS toutes les 25 secondes :)

    @steph: Trouver un bon IPS Grade A+ en 10.1″ 1366 x 768 pixels c’est devenu impossible :/

    @Pierre: Petit 1 : Pourquoi pas oui mais cela ne va pas dans le sens de mon idée originale. mais cela peut faire l’objet d’un tuto intéressant. Petit 2 : Il y a zéro standardisation parce que aucun acteur n’a d’intérêt a le faire. Je m’en suis assez vite rendu compte car les solutions utilisées pour les écrans des différents netbooks proposés en recyclage nécessitaient un vrai travail de fond et un changement de composants pour les exploiter. ce qui fait qu’on ne pouvait pas faire “une seule” carte mère avec différents form factor mais un développement à chaque fois.

    Mais standardiser serait une bonne idée, même si c’est là encore une tâche énorme, chaque choix aura des conséquences importantes et tu ne peux pas décider de créer un format comme tu décides de créer une machine. Même avec les meilleures intentions du monde.

    @X3n0: C’est pas une mauvaise idée mais avec 3 cas utilisateurs tu dois vite grimper a plusieurs dizaines de solutions différentes. Pas un truc industriel donc mais bien un pur développement DIY.

    @mike: Je suppose que tu voulais dire tablette. J’aime beaucoup moins l’idée d’une tablette avec un clvier qu’un netbook. Ne serait-ce qu’à cause des contraintes liées au fait que la tablette embarque tout le hard. Cela limite d’emblée la connectique et les possibilités d’extension de l’engin. Mais je comprend le point de vue (et je suis encore très amoureux de mon T100)

    @brousse.ouillisse: Ca sera bien tard alors…

    @Haruhi: Tu as du lire en diagonale ^^

    Répondre
  • vlk
    4 mars 2017 - 11 h 06 min

    Bonjour Pierre,
    Je suis moins assidu qu’avant à la lecture de ton blog, car la vie m’a conduit à réorienter quelque peu mes centres d’intérêt. Mais je tenais à te remercier pour cet article que je trouve comme d’autres très enthousiasmant même s’il donne l’impression de se terminer en (quasi?) impasse.
    Enthousiasmant, car, quels que soient les rêves d’un homme, il est toujours vivifiant, même pour un autre, de constater qu’il les poursuit au fil du temps.
    Et puis comme disait l’autre patate : « Si vous avez bâti des châteaux dans les airs, votre travail n’aura pas à se trouver perdu ; c’est là qu’ils devaient être. Maintenant posez les fondations dessous. »

    Aussi… je me demandais, très naïvement, s’il te semblait totalement irréaliste de trouver parmi ton réseau, tes lecteurs, une vingtaine de bipèdes suffisamment fêlés, désintéressés, et argentés acceptant le risque de carboniser 5000 roros, sans escompter nécessairement plus que la satisfaction d’avoir posé une pierre sous un château dans les airs…

    Au pire, ça ferait un prototype en garde alternée 1 semaine sur 20 pour à peine 5000 boules :)
    Si tant est qu’elle soit possible (faut vraiment avoir les moyens d’être joueur), j’imagine que ce genre d’aventure humaine peut être compliquée à assumer personnellement quand même… et cela ne règle pas la question de savoir comment payer tes factures à la fin du mois pendant ce full time job…
    Désolé je ne peux pas avoir des idées délirantes pour tout… à ma décharge, la Terre n’est pas ma planète d’origine et la semaine a été rude…
    Bon WE à tous les minimachinistes…

    Répondre
  • 4 mars 2017 - 11 h 33 min

    Merci Pierre, d’avoir lancer l’idée puis d’effectuer toutes ces recherches.

    Répondre
  • 4 mars 2017 - 11 h 51 min

    Bonjour

    J’ai une question à poser à ceux qui lisent ton blog :
    est ce que vous le faites juste pour être informé ou est-ce, aussi, pour trouver un jour la Minimachine parfaite que Pierre aura testé ?

    Pour ma part, c’est les deux et grâce à Pierre j’ai acheté trois machines dont une en bon plan et surtout deux au prix fort (c’était un NC10 puis un Asus 1018) car elles correspondaient exactement à mes besoins.
    J’imagine que pour vous, si vous êtes un fidèle lecteur de Pierre, c’est que vous avez aussi bénéficier de ses tests, bon plans, etc.

    Maintenant, Pierre vous propose de la construire avec sa pertinence.
    Vous comprenez maintenant, grâce au détail du financement, que ce n’est pas aussi simple que l’on pourrait le croire.

    Avant Kickstarter, faut que Pierre puisse vivre 6 a 12 mois.
    On est 1500 à avoir répondu au questionnaire donc intéressés ce type de projet et, au moins, autant de Patreon potentiels…
    Je ne connais pas les finances de Pierre mais à plus ou moins 4€/mois/personne, il est possible que le projet démarre demain…

    Ensuite, Pierre fera peut être ses Minimachines à prix coûtant pour ces 1500 premiers Patreon…

    Pierre, je suis toujours impressionné par la qualité de tes productions…

    Mais, désolé, je vais te juger, un peu.

    Tu as fait le tour de la question en 10 ans de blog. Tu aimes cela mais tu as probablement qqch de plus grand à accomplir : THE Minimachine

    Je ne sais pas si tu te rends compte du nombre de réponses que tu as eu pour ton questionnaire.
    Ce n’est peut être pas tous des acheteurs mais sûrement, des personnes comme moi, qui seront prêt à mettre au moins 30€ rien que pour tes yeux, pour voir une Minimachines®…

    Car, je pense que beaucoup de personnes sont convaincus par ton projet.

    Alors, je ne dirai qu’un mot : fonce.

    Tu as toutes les connaissances, compétences et contacts pour.

    Tu as la possibilité de faire un marketing incroyable avec ton blog, via ceux de tes confrères et via tes sponsors (j’imagine bien Shuttle te distribuer par exemple).

    Y en a qui se lance alors qu’ils n’ont pas la moitié de tes opportunités.

    Reste l’argent… le point sensible, en général, pour toi !

    Je trouve des similarités entre ce billet et celui qui a précédé Patreon and Co, sur les aspects financiers.

    Et comme pour mon grand-père, mon père (et finalement moi-même), je trouve que tu as trop de “principe”…
    C’est bien d’avoir des valeurs mais quand elles te bloquent dans ton évolution, il faut les remettre en question.

    Sur le plan financier, tu veux donner beaucoup avant de recevoir éventuellement un peu.
    C’est, selon moi, ce que tu dois changer pour entreprendre ce projet.

    Simplement, il faut que tu acceptes de te faire payer sur Indigogo avant même d’avoir le prototype (à moins que tu aies 6000 Patreon).

    Et ta cohérence concernant tes critiques sur les projets Indigogo sans prototype et le fait que ce projet, il faut que tu revois cela.
    Parce que tu as une légitimité (X milliers de lecteurs) pour que l’on te suive sans prototype !

    Répondre
  • GdB
    4 mars 2017 - 11 h 53 min

    UN grand merci Pierre pour cet article très intéressant.
    C’est dingue que les grands fabricants n’aient pas le courage de se lancer la-dedans. En te prenant en consultant, ils auraient déjà une base de réflexion poussée sur le sujet.
    Mais comme je suis un éternel optimiste, je me dis que le succès du GDP pocket peut changer les mentalités (ils vont les atteindre leur 2M$! …)

    Répondre
  • GdB
    4 mars 2017 - 12 h 15 min

    @Vincent: Perso, je ne dirai pas non à une super minimachine made in Pierre… Mais c’est avant tout pour la qualité des articles et pour la personnalité de Pierre que je suis le blog depuis le début.

    Répondre
  • 4 mars 2017 - 17 h 46 min

    @Vincent: Je suis assez d’accord, le problème d’indiegogo c’est le manque d’honnêteté, empochr 400 ou 500 $ en promettant une machine et laisser le mec se barrer dans la nature avec l’argent c’est malhonnête !! Par contre demander 50€ en expliquant clairement le projet et en indiquant clairement qu’il n’y a aucune garantie de retour, là c’est pas la même chose, les gens qui participeront seront qu’il ne doivent avoir besoin de ce billet mais qu’il peuvent participer à une super histoire industrielle.
    Perso je suis partant @Pierre ;)

    Répondre
  • 4 mars 2017 - 18 h 01 min

    Merci Pierre

    Répondre
  • 4 mars 2017 - 21 h 13 min

    Bon alors, pourquoi pas ajouter un truc inédit comme une coque en bambou ou en bois ? Moi perso il y a un moment que je l’attend le petit netbook avec MM.net gravé sur la coque ! Et Pierre j’ai hélas moins de temps que prévu pour l’attendre donc persévère et essaye voir une levée de fond… Juste ne risquer aucun argent personnel, seulement le nôtre c’est OK.

    Répondre
  • 5 mars 2017 - 10 h 21 min

    Pierre, le pb ne vient il pas principalement de la carapace, et des moules pour la construire ? si mon analyse est bonne, ne peut on pas se baser sur des moules existant.
    par exemple LDLC propose des 11.6″, j’imagine qu’ils achètent le plastique déjà moulé => pourquoi ne pas se servir d’une carapace disponible au catalogue ?

    Répondre
  • 5 mars 2017 - 10 h 52 min

    Bravo pour le boulot, mais pense aussi à dormir

    Répondre
  • 5 mars 2017 - 11 h 01 min

    @brousse.ouillisse:
    Non. La taille de l’interface et des caractères se règle très bien sur Windows et Ubuntu, indépendamment de la définition de l’écran.

    Répondre
  • 5 mars 2017 - 11 h 05 min

    @to:
    C’est une total aberration au contraire, à moins que tu saches recycler ou faire recycler la machine que tu jettes chaque année ?
    Tu te rends comptes que si tout le monde fait ça il n’y aura bientôt plus de matières premières pour construire du neuf et surtout une montagne de déchets sur les bras ?

    Répondre
  • Xo7
    5 mars 2017 - 11 h 17 min

    Je n’ai pas encore lu le billet, mais Pierre tu as fait un boulot tu tonnerre on ne peut pas tout faire. Il me vient en tête la charte des écologistes que Nicolas Hulot avait fait signé aux candidats à la présidentielle… L’acte est important et la prise de conscience en est une autre peut être encore plus forte si elle est partagée, il nous appartient donc de relayer et de faire circuler cette envie ce désir pour être entendu …. Une année deux ou trois peut être et un constructeur se penchera sur le problème, tant que l’information circulera nous aurons une chance d’obtenir des systèmes recyclables une coque équipée d’un écran des entrée sortie un clavier et un emplacement pour une carte mère remplaçable. Le changement ne viendra peut-être pas d’un grand constructeur informatique je verrai bien des PC lego Meccano ou venant du monde de l’apprentissage de la domotique qui utilise déjà des systèmes modulaires….Le monde est encore plein de surprise…On peut rêver à un nouveau Sinclair Atari Commodore….Pierre tu as posé la première pierre d’autre sont sans doute aussi en train de le faire, les bonnes idées ne se perdent jamais elle circulent au travers de l’humanité jusqu’à sortir dans le monde réel . Ce phénomène est connu tant dans le monde relevant des historiens que dans notre monde moderne industrialisé ( d’où la course aux brevets) . Merci Pierre je suis sur que nous en reparlerons d’ici quelque temps. (À present Je vais lire ton formidable billet).

    Répondre
  • lo
    5 mars 2017 - 11 h 32 min

    tres bon article merci

    Répondre
  • uko
    5 mars 2017 - 16 h 26 min

    @Trouveur:
    Oui et non en fait. Si les interfaces de l’OS se règlent plutôt bien sous Windows, ce n’est pas nécessairement le cas de celles des applications. J’ai compris ma douleur avec un écran QHD 12″, certains logiciels étaient complètement inutilisables en résolution native (et je déteste devoir downscaler). Je me suis empressé de le faire remplacer par un modèle FHD quand on m’a remplacé la machine.

    Répondre
  • to
    5 mars 2017 - 19 h 28 min

    @Trouveur, les machines obsoletes, tu les ramenes dans des Recyclerie et ils … recyclent les composants et le platoc (depuis plusieurs annees deja) donc maintenir en vie des vieux trucs juste pour pas gacher, c’est pas forcement optimal -surtout au niveau conso electrique. C’est un biais psychologique de dire “faut pas jeter, faut reparer coute que coute”. Acheter a moins cher tous les ans et recycler ou revendre, globalement c’est mieux d’un point de vue eco (nomique et logique).

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *