COMPUTEX 2013 : Sony VAIO PRO 11 et VAIO PRO 13, des ultrabooks haut de gamme

Au CES en début d’année, j’avais été frappé par le retour en grâce de Sony sur ses réalisations : Des engins à nouveau haut de gamme, sans concessions sur les matériaux employés ou les composants choisis. La marque recentrait son image sur un segment “premium” qui lui va a ravir. Ces Sony VAIO Pro 11 et VAIO Pro 13 en sont l’éclatante démonstration.

Je connais un Sonyphile. Un amateur de la marque. Sa télé, son ampli, son PC et son portables, tous sont signés des 4 lettres du Japonais. Et ces dernières années il était perdu. Il n’achetait plus rien. Il faut dire que les productions Sony avaient perdu de leur superbe et il le reconnait volontiers, si il achetait la marque c’est parce qu’en tant que non expert il était a peu prêt sur de trouver un niveau de qualité satisfaisant mais aussi parce que Sony dispose d’une équipe de designers et une touche qui lui plait.

Sony VAIO PRO 11

Mais il faut bien l’avouer, la production 2011/2012 de Sony n’était pas au niveau des années passées : Matériaux parfois cheap, peu d’innovation, materiel embarqué identiques aux concurrents. Pas de magie ni de design à tomber. La marque nous avait habitué à beaucoup mieux. Je pense que Sony a voulu traverser la crise en baissant ses tarifs ce qui n’était pas à mon sens une bonne stratégie pour elle.

Aujourd’hui, et depuis les CES de Las Vegas en janvier donc Sony a changé et semble être repartie sur un segment haut de gamme sans compromis ni sur le design, ni sur la qualité. Et ces nouveaux SONY VAIO Pro 11 et VAIO Pro 13 semblent le confirmer.

 Sony VAIO PRO 11

Les 2 VAIO Pro embarquent des processeurs de quatrième génération Intel, des Core i5-4200U et i7-4500U de type Haswell. Ils intègrent 4 Go de mémoire vive non amovible et non extensible pour le VAIO Pro 11 et configurable en option à 8Go pour le Vaio Pro 13. Le stockage est par défaut de 128 Go et peut passer à 256 Go de SSD pour le 11″, à 512 Go pour le 13″.

Sony VAIO PRO 11

Tous deux ont des dalles différentes en diagonales mais aux caractéristiques très similaires : Définition 1920 x 1080 pixels sur des dalles d’écran IPS aux très larges angles. Sony utilise sa technologie Triluminos LED de rétro éclairage qui assure un excellent contraste aux écrans mais aussi de belles couleurs. Les dalles ont bien entendu une option tactile et toutes sont brillantes.

Sony VAIO PRO 11

Photo © The Verge

Les claviers sont de type chiclets et semblent très bien construits. Ils sont rétro éclairés et taillé dans de l’aluminium, fini cette désagréable sensation d’un châssis en métal et de touches en ABS. Reste que les premiers retours font état d’un  rétro éclairage a revoir sur la version argent des machines : Les lettres des touches ne semblent pas assez éclairées et quasiment invisible en faible luminosité malgré le rétro éclairage. La version noire de la machine n’a pas ce problème.

Sony VAIO PRO 11

Le châssis de Sony emploie 2 matériaux : Aluminium et fibre de carbone. Si j’ai désormais appris à me méfier du côté marketing du second, le premier semble être un gage de qualité par sa résistance et sa légèreté. C’est en tout cas un châssis qui permet au Vaio Pro 11 de n’afficher que 870 grammes sur la balance. Et 1.06 kilo pour le Vaio Pro 13. Des poids records pour ces engins qui annoncent des autonomies correctes par défaut situées autour de 6H30. Des options batterie de voyage permettent de doubler ce score mais cassent un peu la ligne ultrafine de ces engins (17.2 mm pour le VAIO Pro 11).

Sony VAIO PRO 11

Pour le reste c’est sans concession : Sony a intégré tout  ce qui se fait sur le marché, Wifi N, Bluetooth, NFC, USB 3.0 x2, un HDMI plein format, un lecteur de cartes SDXC, une prise jack combinée casque et micro, une webcam Exmor de la marque, et un adaptateur HMI/VGA. Pas de port Ethernet sur la machine mais un adaptateur est fourni.

Sony VAIO PRO 11

Reste à voir la qualité globale de l’engin, les premiers retours font état d’une certaine flexibilité du châssis et du clavier, accentuée par l’épaisseur ultrafine du modèle 11″. Les tarifs des machines variant entre 999 et 1399€, on est en droit d’attendre un produits parfaitement abouti de A à Z de la part de Sony.

17 commentaires sur ce sujet.
  • 7 juin 2013 - 12 h 39 min

    C’est le retour de Sony dans la tranche haut de gamme. Le Xperia Z, on est la parfaite illustration. La cuvée 2011-2012 fut une catastrophe pour leur réputation de matériel fiable et solide. Toujours est il que la marque doit regagner des clients déçu de la marque et ce n’est pas chose facile en voyant La concurrence féroce. Apple a toujours respecté les ingénieur de Sony par leur innovation, et les design, espère juste que ce n’est pas de la poudre aux yeux…

    Répondre
  • 7 juin 2013 - 12 h 42 min

    @Teufke: Tout semble suivre ce chemin du retour en grâce en tout cas. C’est bon signe pour la marque.

    Répondre
  • CLC
    7 juin 2013 - 13 h 01 min

    Dommage que Sony fasse payer au prix fort ces appareils certes de qualité mais en tant que consommateur, est-ce que ça vaut le coup de payer quasiment 2 fois plus cher pour quelques grammes en moins? A mon avis non.

    Ils restent néanmoins réussis à mon avis, notamment la résolution d’écran!

    Répondre
  • 7 juin 2013 - 13 h 27 min

    Un port ethernet directement accessible, c’est quand même plus pratique… Et quid de l’écran brillant ? Il faudrait une option “mat” !

    Après, avoir un engin d’un tel poids, c’est tout bonnement génial.

    Répondre
  • 7 juin 2013 - 13 h 42 min

    @Pass: salut Pass, oui le problème des écrans brillant devient critiques… Mais avec le tactile ça devient non seulement la mode mais en plus indispensable :/

    Répondre
  • 7 juin 2013 - 13 h 49 min

    Sommes nous condamnés à devoir payer pour des écrans tactiles même si on ne désire pas s’en servir ?

    Je veux dire que si ces modèles existaient en non tactiles pour 150 à 200€ de moins j’aurais pu les trouver attirants/attrayants mais là je suis réservé : c’est joli, les specs vont bien, mais je ne comprend pas pourquoi ils se sont embarqués dans du tactile, c’est presque du gâchis.

    Répondre
  • 7 juin 2013 - 14 h 09 min

    @fabrice compte-deux de FB: cahier des charges Ultrabook Haswell d’Intel : Tactile obligatoire. Le surcout n’est pas de 150€ je terassure mais c’est facturé suivant les marques entre 40 et 100€

    Répondre
  • PJL
    7 juin 2013 - 14 h 31 min

    @Pierre Lecourt: Pierre, pourquoi un écran brillant est indispensable avec le tactile ?

    Répondre
  • 7 juin 2013 - 16 h 48 min

    C’est dommage car ils ont pourtant de bons écrans mats, comme celui de mon SVS-15112C5E.
    Par contre je vois qu’ils continuent sur leur lancée du trackpad sans bouton apparent…C’est joli à l’utilisation…Les cliques gauches sont TRES souvent interprétés comme des cliques droits (et vice versa). Je suis pourtant d’un naturel patient, mais j’avoue que je me tape de bonnes sueurs froides :)

    Répondre
  • uko
    7 juin 2013 - 19 h 26 min

    @PJL:
    Sans vouloir trop m’avancer, je vois trois axes qui justifient l’utilisation d’écrans brillants:

    – Les traces de doigt. Sur un écran brillant, les traces sont bien plus faciles à essuyer que sur du mat.

    – La réactivité de la dalle: Le doigt est détecté par conduction électrique. Plus le contact est franc (sans aspérités, même microscopiques), mieux le courant passe… et donc plus le geste est précis.

    – La rigidité de la dalle: Tu as du remarquer que les écrans mat sont souples, si tu appuies le doigt dessus un halo de couleur se forme autour de la zone de contact. Les dalles brillantes sont plus rigides et donc probablement plus résistantes aux impacts des doigts. Elles sont d’ailleurs le plus souvent en verre, alors que les écrans mats seraient en plastique.

    Ce ne sont que des spéculations, je n’ai aucune connaissance dans le domaine et il est probable que d’autres éléments m’échappent.

    Répondre
  • fpp
    7 juin 2013 - 19 h 28 min

    Sur un autre site j’ai cru comprendre qu’il y aurait plusieurs variantes de chacun, avec des options tactiles ou non, et même une version du 13″ moins chère que le 11″ !

    Répondre
  • 7 juin 2013 - 19 h 47 min

    @fpp: Ben écoute je n’ai pas les infos exactes et officielles de Sony. Alors oui j’ai lu aussi des prix bizarres qui semblent changer suivant l’interlocuteur sur le stand. Je reste donc plutôt évasif pour le moment.

    Par contre qui dit Haswell et ultrabook dit tactile. Sony peut bien sur coller du Ivy Bridge sur des modèles non tactiles…

    Répondre
  • fpp
    7 juin 2013 - 20 h 46 min

    @pierre: oui bien sûr ce n’était pas un reproche mais plutôt un étonnement, chacun semble avoir compris ce qu’il pouvait/voulait… sur encore un troisième site j’ai vu des annonces sur l’autonomie des bestioles qui me semblent assez délirantes vu leurs poids plume…

    Répondre
  • 7 juin 2013 - 20 h 56 min

    @fpp: Pas de soucis, je suis moi aussi assez étonné. Les autonomies délirantzq qont dûes aux protocoles des japonais pour les tests, des trucs super optimisdés à l’avantage des fabricants. Genre CPU en idle avec luminosité a 30% sans réseau actif ^^

    Répondre
  • 7 juin 2013 - 21 h 20 min

    Tu sais pierre tu dis qu’ils sont du haut de gamme des ultrabooks mais ils sont moins chers aussi !!! (fin moins cher fin 1000 euros pour la version de depart ULTRA BIEN EQUIPEE !!!)

    Répondre
  • 8 juin 2013 - 21 h 29 min

    @PJL:

    Un écran n’est pas obligé d’être brillant pour être tactile, car il existe différent technologie de dalle tactile: résistive, capacitive, infra-rouge etc.

    Pour être précis, c’est la techno capacitive qui implique des écrans brillants et pour cause, cette techno est basé sur une couche métallique (de l’indium) entre le lcd et le verre qui provoque l’effet miroir.

    On n’avait pas ce pb d’écran glossy à l’époque des dalle résistive sur les pda.

    Mais le capacitif (popularisé avec l’iphone) offre un certains nombres d’avantages: écran plus lumineux, moins sensible aux rayures par l’utilisation de verre type Gorilla Glass, meilleure sensibilité (il suffit d’effleurer la dalle pour interagir avec elle), multitouch avec plusieurs points de contact (là où le résistif se limite à 2 points).

    Répondre
  • 9 juin 2013 - 10 h 22 min

    Honnêtement quand je vois la débauche de progrès technologiques (réels même au delà du bullshit marketing) et que finalement j’ai pas encore trouvé de machine qui m’inciterait à lâcher la mienne qui a 2 ans et n’est vraiment pas dénuée de défaut, je me dis qu’ils n’ont pas encore tout à fait compris : Ce Sony Vaio pro 11 pourtant si miam (connecteurs et touches fléchées surtout) aura au final une autonomie grosso modo aussi mauvaise que ma machine alors le le poids et la finesse d’un mba sont encore largement acceptables à mon sens en 2013 ; le gain de la partie graphique sera mangée par la haute définition (alors qu’on aurait pu éventuellement arbitrer à 1600×900 par exemple, pas de quoi saigner des yeux en matant un film, faut arrêter le délire), il offre le tactile mais du coup adieu le confort de l’écran mat en mobilité, le tout pour un gain en fluidité/puissance qui ne sera peut-être pas super significative en pratique pour un usage basique (je veux dire par là qu’un 11,6″ sert pas à numériser tous les jours des BR ou faire du gimp intensif).
    C’est pas que cette machine soit mauvaise, c’est juste le manque de choix que je déplore. La même en version 120g plus lourde et réellement autonome ça se tenait aussi.

    Finalement ma proposition préférée tous modèles confondus de ce Computex ça restera sur le principe le Transformer Book Trio. Si le prix était décent ce qu’il ne sera certainement pas, je veux dire. Même si je me suis bien moquée de ses ancêtres. Parce qu’équiper intelligemment une famille dont les membres se servent souvent de claviers ça prend déjà bien la tête, mais que c’est juste ingérable à partir du moment où on introduit le facteur “tablette” en plus dans l’équation.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *