Hors Sujet EP01 : La naissance des trottinette électriques

Je commence une série de vidéos Hors Sujet sur les trottinettes électriques. Cela va être long et pénible pour ceux qui ne viennent sur le site que pour les minimachines habituelles mais je tenais vraiment à faire le point sur tout ce qui nous arrive en ce moment sur ce segment. On commence donc cette série avec un premier épisode pour la présenter.

Cela fait plusieurs années que je surveille attentivement le petit monde de ce que l’on n’appelait pas encore les Engins de Déplacement Personnel Motorisés puisque c’est comme cela qu’il va falloir les appeler désormais. Les trottinettes électriques, les Monoroues ou Gyroroues, les hoverboards et les skateboards électriques qui vont intégrer le Code de la Route à la rentrée de Septembre.

Le texte qui suit est une reprise de ce qui est dit dans la vidéo ci dessus.

Tous ces bidules électriques qui font pas mal l’actualité ces derniers temps avec l’explosion du Free Floating avec ces milliers de trottinettes lâchées dans les grandes villes. Une explosion des usages des ces EDPM qui rime avec beaucoup de faits divers, de micros trottoirs sur la gène que ces engins provoque chez les piétons, des tensions entre les utilisateurs de la voie publique et malheureusement aussi d’accidents très graves puisque l’on compte de nombreux blessés et même plusieurs morts ces derniers mois. Dans la rue, on sent que l’atmosphère s’est tendue. La grogne a envahi les usagers et personne ne semble vraiment comprendre ce qu’il se passe.

Cette activité de veille de ma part, surtout visible sur Twitter, a fini par se faire remarquer et au fur et a mesure de mes publications, j’ai reçu de plus en plus de messages. Des témoignages variés d’utilisateurs de ces trottinettes comme de piétons, des commentaires techniques ou juridiques, des demandes d’avis sur des produits ou sur des situations rencontrées. Des demandes d’informations de la part d’industriels, de revendeurs ou de grandes chaînes de distribution nationales. Des juristes m’ont interpellé, des policiers, des gendarmes et j’ai même pris le temps de répondre directement à des questions d’élus ou de représentants de conseils municipaux.Enfin, à mon grand étonnement, j’ai récemment rencontré des gens vraiment haut placés sur la chaîne alimentaire politique autour de ce sujet.

Je suis juste un de ces types qui, quand il s’intéresse à un sujet, creuse. Quand j’achète un truc ou quand je me renseigne sur un produit, je ne peux pas m’en empêcher, je creuse. Je lis les manuels par exemple. Je comprends que se coltiner le manuel d’un appareil photo-numérique, d’une cafetière ou de trottinettes, ça puisse rebuter. Mais moi, j’aime ça. Enfin c’est pas vraiment que j’aime ça, c’est plutôt que je ne peux pas m’en empêcher.

Et quand j’ai commencé à m’intéresser aux véhicules électriques, je me suis mis à lire tout ce qu’il me passait sous la main. Et comme cela ne date pas d’hier, j’ai commencé cette veille en 2000, j’ai vu apparaître au fil des ans des tas de solutions sur ce segment. J’ai commencé par les vélos électriques1, puis je me suis intéressé aux skates électriques et enfin, ces dernières années, aux trottinettes électriques. Personnellement, je suis un piéton assidu, un cycliste également, je possède plusieurs vélos ainsi qu’un Vélo à Assistance Electrique. Mais j’ai aussi des skates, beaucoup, électriques ou non, ainsi que des trottinettes électriques. Des engins que j’utilise depuis des années.

2019-06-07 19_03_10-minimachines.net

Un Hoverboard

J’ai donc pas mal potassé le sujet à titre perso jusqu’au jour où dans le cadre de mon boulot2, on m’a demandé mon avis technique sur les Hoverboards. Je ne sais pas si vous vous souvenez de ces trucs ? Des jouets avec deux roues sur lequel on monte en équilibre. Un système de gyroscope les stabilise et en se penchant en avant ou en arrière on peut avancer ou reculer.

C’était au début de l’année 2016. Les engins avaient vraiment bien cartonné pour les fêtes aux US, beaucoup d’enfants avaient reçu ça sous leur sapin. Du coup, les magasins français voulaient absolument les vendre. Et on m’a demandé un retour sur des catalogues de différents fabricants Chinois. Alors j’ai potassé le truc, j’ai demandé des infos supplémentaires, des schémas et des photos et au final j’ai dis STOP. J’ai vraiment dit beaucoup de mal techniquement de ces engins. Déjà à l’époque sur Twitter, j’en mettais une bonne couche pour informer au mieux tout le monde. Les modèles qu’on me présentait il y a trois ans étaient technologiquement et écologiquement catastrophiques.

A la différence des trottinettes et autres gyroroues que le grand public découvre aujourd’hui, les Hoverboards étaient des jouets. Mais des jouets qui utilisaient des composants préoccupants. Des batteries très polluantes pour commencer et, dans le meilleur des cas, des éléments électroniques qui étaient juste passables en terme de sécurité électrique. On m’a demandé mon avis sur des engins vendus 50$ en sortie d’usine en Chine. Et prévus pour être proposés de 99 à 149€ en France, en grande surface notamment.

2019-06-07 19_22_20-minimachines.net

Des Hoverboards qui, pendant que tout le monde envisageait de les importer en masse en France pour suivre la mode, étaient purement et simplement retirés du marché US. Dès Février 2016, les géants de la distribution américains ont tous annoncés ne plus vouloir en vendre à l’époque: Amazon a procédé à un rappel massif. Les magasins type Best Buy, Target, Toy’s R US ont fait de même.

2019-06-07 19_23_40-minimachines.net

Tout le monde bannissait donc ces bidules en Amérique du Nord pendant que, chez nous, ils entraient au catalogue de la grande distribution et étaient poussés en avant par des campagnes de publicité massives. Et quelques mois plus tard, la CPSC, la Consumer Product Safety Commission, un organisme de contrôle très sérieux qui vérifie la qualité des appareils électriques importés aux US. Cette CPSC annonçait donc tout simplement que jamais aucun des hoverboards ayant pénétré le sol US (même chez les grandes marques) ne correspondait au standard minimum requis en terme de sécurité électrique.

2019-06-07 19_21_43-minimachines.net

Un feu de Hoverboard à Londres

Et comme ces standards US sont assez proches des standards Européens au niveau des risques encourus, notamment en cas de surchauffe des batteries, il y avait franchement de quoi avoir peur. Il y a d’ailleurs eu quelques cas de défaillances électriques graves sur ces engins premiers prix en France comme aux US. Vous vous souvenez sûrement de vidéos virales de batteries d’hoverboard qui s’enflamment brusquement, d’histoires de maisons parties en fumée et même, malheureusement, de morts et de nombreux blessés à cause de ce type d’incendie. Nos voisins Anglais ont organisé un rappel massif de ces appareils, de tous les appareils… Et en France ? Et ben, rien du tout.

Il y a eu certes quelque sujets à la télé, des conseils d’achat qui orientaient les gens vers les modèles les plus haut de gamme. Mais ce n’était que des conseils et l’état n’a pas spécialement cherché à réguler les ventes de ces engins. On pouvait trouver dans la plupart des enseignes des engins très bas de gamme mis en avant, en tête de gondole, avec des prix très très bas : 199, 149 et même 99 euros.

Quand j’ai interrogé des responsables politiques à l’époque, on m’a répondu que chaque revendeur devait suivre les règles de commercialisation de sa branche. Apposer un label CE et suivre les différentes réglementations européennes. Que des inspections pouvaient avoir lieu. En pratique, les engins interdits aux US pour cause de danger électrique étaient les mêmes que ceux vendus en France par la grande distribution avec un label CE et une homologation qui semblait convenir aux vendeurs… Seule différence entre les modèles ? Le cordon d’alimentation US devenait un cordon d’alimentation EU pour se brancher sur un chargeur identique et un Hoverboard sortant de la même usine. 

L’état a compté sur l’auto discipline des vendeurs. Les vendeurs se sont réfugiés derrière les promesses des certifications des fabricants. Et tout le monde a fait l’autruche. Avec le label CE chacun est responsable de ce qu’il vend et l’état n’a donc pas à mettre son nez dans ces affaires. En pratique, c’était un vrai foutoir et le législateur aurait dû être beaucoup plus virulent.

2019-06-07 19_18_28-minimachines.net

Certains de nos revendeurs ont procédé à des rappels sur des modèles précis, à cause de risques bien identifiés de malfaçons, d’autres ont préféré jouer la fameuse politique de l’autruche…

Aujourd’hui encore, je suppose que des étagères, des garages et des caves, renferment ces vieux Hoverboards premier prix de la première génération avec cette électronique très préoccupante. Je suppose qu’un jour quelqu’un en découvrira un et le branchera, il aura alors peut être la mauvaise surprise de voir ce que donne un feu de batterie en direct. Si vous avez ce genre d’engin chez vous, emportez le à la déchetterie la plus proche.

Ce ne fût donc pas, pour ma part, une grosse surprise de voir ces engins se transformer en véritables bombes incendiaires. Un simple coup d’oeil sur leur fabrication, un listing du matériel qu’ils employaient, donnait déjà une bonne idée du cocktail explosif qu’ils représentaient. Dans la plupart des cas, c’était simplement évident. La partie électronique gérant la charge des batteries était importée directement des années 60, on voyait souvent des soudures grossières ou des batteries vraiment minables à peine fixées dans des châssis qui pouvaient se fendre facilement. 

2019-06-07 19_03_45-minimachines.net

Les Hoverboards sont réapparus sur Amazon depuis lors, avec des logos rassurants…

Pourquoi je vous parle de ces engins ? Parce que le soufflé des Hoverboards est retombé aussi vite qu’il est né il y a deux ans environ. Quand tout le monde s’est rendu compte que ce n’était qu’un gadget dangereux. Quand en plus les US ont bloqué la totalité de leurs importations… Plus grand monde n’a voulu acheter ces engins. La conséquence immédiate a été simple. A l’autre bout du monde, c’était un peu la panique. Comme cette industrie avait généré pas mal de bénéfices et pas mal d’investissements, les fabricants Chinois se retrouvaient avec du matériel en stock et des locaux mais… plus de clients. Alors qu’est-ce qu’ils ont fait ? Ils ont pivoté comme on dit dans le monde des startups. Ils ont changé leur fusil d’épaule. ils se sont mis à fabriquer des Skateboards électriques et surtout des trottinettes électriques.

Mais ça, on en parlera dans le prochain épisode !

Notes :

  1. Des engins 100 % artisanaux fabriqués par des passionnés
  2. Je conseille des marques pour leurs importations et exportations de produits. Pas forcément en informatique.
Soutenez Minimachines.net !
36 commentaires sur ce sujet.
  • 20 juin 2019 - 15 h 57 min

    Pas encore vu la video, mais le texte est intéressant.
    J’attends la suite avec impatience !

    Répondre
  • 20 juin 2019 - 17 h 36 min

    Très très bonne vidéo, bravo pierre

    Répondre
  • 20 juin 2019 - 17 h 41 min

    Merci, super instructif ! vivement les autres épisodes :)

    Répondre
  • 20 juin 2019 - 17 h 44 min

    Merci, super idée, à suivre ….

    Répondre
  • 20 juin 2019 - 17 h 52 min

    Comme toujours un article creusé et bien construit.

    Répondre
  • 20 juin 2019 - 17 h 56 min

    Une émission super intéressante. Un générique énorme (t’aurais le titre de ce son techno-jazz stp ?), et j’imagine que ça veut dire que t’as la fibre (ils auront tardé, bravo !). Merci !

    Répondre
  • 20 juin 2019 - 18 h 15 min

    @prog-amateur:

    Shazam me dit : Montmartre 15-40 – Uncle Skeleton

    tres bonne article en passant!!

    Répondre
  • 20 juin 2019 - 18 h 28 min

    @prog-amateur: Nope j’ai toujours pas la fibre et c’est pour ça que je découpe les vidéos en épisodes. Je suis obligé de faire des acrobaties pour les uploader. Pour le titre @Djaw à trouvé !

    Répondre
  • 20 juin 2019 - 19 h 02 min

    Bravo pour la rubrique. J’ai adoré. Vivement la suite !

    Répondre
  • 20 juin 2019 - 19 h 11 min

    @Pierre Lecourt: idem, je suis sous ADSL 1MB/s (oui… 1MB/s), et la fibre dans tout le quartier sauf mon immeuble car le syndic a géré étrangement le dossier ^^ (apparemment ça devrait se décoincer (enfin j’espère).
    Merci à @Djaw pour le titre, j’aime bien en général les génériques intro/outro de Blogeee, ça me rappelle les musiques que je faisais avant d’arrêter il y a quelques années.

    Répondre
  • 20 juin 2019 - 20 h 16 min

    Bon !
    je vais ENCORE coller un pavé comme j’en ai l’habitude mais là;
    Y EN A GROS !
    (et depuis longtemps)

    J’habite en région parisienne, ai de la famille en Asie comme aux us (on en reparlera peut être, plus tard, car elle est à San Francisco, ville qui a bannie les trottinettes en free floating).

    Dans ma famille, des accidents de ce type (liés à la glisse en général), on en a eu
    (et un PAQUET ! ).

    en passant par tous ce qui ce fait, aussi bien à ski qu’en roller (deux chevilles cassées par exemple) et dans mon cas, une CONNASSE (oui, en majuscule) qui m’a percutée alors que je sortais de mon immeuble et elle, en contre sens sur le trottoir à vélo qui m’a littéralement foutue à terre (et je suis pas un petit gabarie) parce que cela l’arrangeais vu que ma rue était en sens unique de se mettre sur le trottoir (sauf que moi, ben un vélo sur mon trottoir, quand je sortais, j’ai rien entendu et PAF !).

    Le soucis se pose actuellement à paris (ou j’ai franchement été à deux doigt de plusieurs fois mettre les personnes à terre) ou les gens prennent les virages trop court et donc, si on regarde une vitrine dans un “angle”, et bien les gars VOUS RENTENT DEDANS par exemple, mais en plus VOUS GUEULENT DESSUS !!!

    Je me souviens des premiers gyroscopes que des mecs de boutiques du boulevard voltaire que je fréquentais achetaient à l’époque et des pauvres cons qui maintenant circulent à trottinettes (pas plus tard que la semaine dernière, un mec à pris une rue À CONTRE SENS et j’ai du faire un écart pour l’éviter, mais MERDE quoi et je rentre dans la bagnole d’à coté si elle n’a pas vu ce connard ? et là, qui est en tort ?)

    Alors oui, les engins, j’ai rien contre, mais les utilisateurs, je leurs en veux et BEAUCOUP!

    Je précise également que j’ai une choupette,étudiante de même pas 60 kilos qui a été happée sous un bus en velib parce que les voies ne sont pas réellement adaptées (voir l’exemple des pays bas par exemple. là bas, elle serait encore en vie! tous ça pour un putain de taxi !).

    Ce sujet, je le suis de près et suis, personnellement, excédé par les usagers (les engins, je les connais, je connais les risques et ne comprends même pas que ce sois possible de les avoir sur la voie publique. pour info, l’inventeur, et fondateur des segway est décédé avec une de ses machines ! et les pays bas ont bannit ses machines de mort ! ).

    On veut être en bonne santé ?
    et bien,mieux que le bio, MARCHEZ !!!

    Sinon, CCTV (oui, comme en Angleterre, et j’assume vu les comportements) et puces GPS sur ces “saloperies” pour que les autorités sachent qui, ou, quand et comment ça arrivent (en free flating si ça reste en place, mais aussi pour la flotte restante).

    Sinon, ça ferra du taf pour ma famille qui fait de la rééducation, mais c’est long, handicapant (quoi qu’on en dise) et ÇA COÛTE CHER À LA SÉCU.

    À vous de voir
    (MARCHER, Métro, MERDE quoi! )

    Répondre
  • 20 juin 2019 - 22 h 04 min

    Article très intéressant et vidéo… redondante (si on lit l’article avant de regarder la vidéo). Et inversement.

    Je ne comprends pas pourquoi je retrouve cette situation sur plusieurs sites : une vidéo d’accompagnement d’un texte est en fait la même chose que le texte lui-même. Ça gâche le plaisir de visionner la vidéo :/

    Sinon, si j’ai bien compris, tu es le référent national pour tout ce qui est “Engins de Déplacement Personnel Motorisés” ^^

    Répondre
  • 20 juin 2019 - 22 h 31 min

    @MacGivre: J’ai fait les vidéos pour toucher un autre public que celui du site. Je le fait pas pour le fric, pas pour la gloire mais bien pour informer au max. Notamment les plus jeunes.

    Ca aurait été plus simple pour moi de faire juste un grand billet à rallonge et de tout expliquer mais je veux que ça touche un maximum de monde.

    Répondre
  • Lou
    20 juin 2019 - 22 h 34 min

    @PierreLecourt:
    Merci pour cet article j’attends les autres avec impatience!
    Personnellement, le texte me convient beaucoup plus que les vidéos, j’ai la flemme d’attendre que les gens aient fini de parler, je vais bien plus vite en lisant, et au moins je ne zappe pas!

    Répondre
  • Xo7
    20 juin 2019 - 22 h 43 min

    Excellent sujet, vivement la suite.

    Il y a dix ans je protégeais mon jeune fils des cyclistes occasionnels ou en club (!) qui empruntaient les trottoirs pour griller les feux de circulation. En vain…”cause toujours”. Le laxisme d’hier et l’individualité d’aujourd’hui génère des problèmes non prévus par les autorités. Au lieu de faire appel au civisme de la population, on légifère comme toujours en France. Le carnet de souche en représailles.
    J’entend beaucoup parler de trottinettes mais peu des autres moyens de locomotion non motorisés. je pense notamment aux rollers que j’utilisais sur la route dans les grandes grèves des années 90 (2×25 km) car les trottoirs étaient encombrés par les vélos !! La fédération de patinage sur route n’a jamais eu les oreilles des autorités et ce sport qui a toujours été considéré comme un jeu dans le code de la route. Certes je ne conseille a personne d’en faire dans la circulation urbaine mais il est toujours impossible aux pratiquants de s’entrainer ou d’en faire le pendant du cyclotourisme comme je l’ai fait.
    Les Patinettes (à pied) route ou trottoirs ?
    Les vélos a assistance homologation ou pas ? Casque ou pas? Assurance obligatoire ou pas ? je suis aussi fan de vélosolex et ces nouveaux engins vont souvent plus vite que mon antiquité qui ne joue pas dans la même cour concernant les frais à supporter.
    En 86/88 j’ai parcouru de nombreuses régions avec un engin motorisé (de mon invention) qui me propulsait assis les pieds dans des patins à roulettes sur les routes de nos belles régions. Je n’ai pas connu de réels problèmes, les gens étaient curieux comme il y a un an avec ma patinette électrique flambant neuve (que j’aimerai bien déguiser en solex revisité !). Maintenant, je sent que les temps changent. Paris succombe sous les patinettes et la multiplicité des inconvénients créée les gros problèmes.
    Une grande part des gens qui emprunte ce patinettes ne savent pas lire une route (apprécier le terrain), n’ont aucune connaissance du code de la route ni une habitude de la glisse (Terre, mer, air) et ne savent pas apprécier des distances et les inerties liées a leur utilisation. Comment ces gens là vont maîtriser leur engin dans le flot de la circulation ????

    En Parachute de pente (parapente après le passage de la FFP à la FFVL) on a toujours fait attention a ce que l’on faisait pour ne pas que notre sport favori soit classé comme sport à risque et soit interdit par les autorités. On a agit avec prudence et on a gagné, maintenant c’est un sport impressionnant et chouette mais certainement pas un sport extrême. Après 30 ans d’autorégulation, ce sport est devenu familial et mondial. Les deltaistes qui nous décriaient ont même quasiment disparus.
    Quand je vois comment ce comportent ces nouveaux usagers (de vrais punks sans le look), je crains à court terme, à une sévère restriction des libertés, voir une interdiction pure et simple de ces nouveaux modes de locomotion car je ne crois pas que les autorités fermeront les yeux devant la sélection naturelle qui va rapidement opérée.

    J’espère me tromper car je l’aime bien moi ma xiaomi ! Un petit moment de liberté entre la maison et mon fournisseur préféré de croissants le dimanche matin. (je n’habite pas à Paris !)

    Merci Pierre

    Répondre
  • 20 juin 2019 - 23 h 24 min

    @Lou: Pas de soucis, je sais que pas mal de lecteurs sont des lecteurs avant tout. J’ai aussi pu me rendre compte de combien de profils différents il y avait chez mes lecteurs. Des malentendants notamment. Je suis donc toujours attaché a leur proposer un contenu lisible. D’autant qu’ils souffrent apparemment assez gravement, comme les malvoyants, de ces nouveaux engins.

    @Xo7: J’attaque la partie légale dans l’épisode trois. La partie sur la future loi de mobilité arrivera ensuite. Le rythme des vidéos devrait être assez rapide. Nonobstant le temps d’uppload.

    Répondre
  • 21 juin 2019 - 5 h 56 min

    @Pierre Lecourt: Merci pour l’article.

    Comme @Lou je préfère lire qu’écouter une vidéo. Mais c’est très bien d’essayer de toucher tout le monde.

    Répondre
  • 21 juin 2019 - 6 h 02 min

    la suite avec impatience !

    Répondre
  • 21 juin 2019 - 8 h 13 min

    Bravo Pierre pour ta clairvoyance.

    Pour revenir aux trottinettes électriques sur les trottoirs et autres espaces piétons je ne comprends toujours pas pourquoi les autorités n’ont pas réagi plus tôt. Début 2019 je déclarais à ma Métropole que je ne payais pas mes impôts pour voir l’espace public envahi par des prestataires privés, que c’était un scandale, une honte de se laisser ainsi abuser.
    Cause toujours … Aucune réponse. Forcément.
    Mon propos n’était pas le danger que cela représentait car à l’époque (il n’y a même pas 6 mois) ces engins étaient bien rangés en général.
    4 mois après c’est un véritable bordel : trottinette au milieu des circulations piétons, trottinettes par terre, enchevêtrées, interdisant tout passage aux autres moyens de transports (livreurs, vélos, vélocity, etc).
    Si les autorités avaient réagi tout de suite (via un arrêté) nous n’en serions pas là : quelques sanctions avec publicité et hop …
    Et elles avaient le temps … depuis 2016 !
    Mais non.
    Comme d’habitude donc : maintenant que le phénomène est devenu ingérable et que la presse s’en est emparé c’est la nuée d’abeilles avec des décisions prises sans recul, sans discernement.

    Pfff.

    db

    Répondre
  • 21 juin 2019 - 9 h 08 min

    pour moi, le vrai soucis restera toujours la disparition de la police de proximité. Il y a longtemps, un ami avait pris deux contraventions pour remonter une rue sur le trottoir. Et bien ceux qui le faisaient etaient des exceptions.
    Maintenant, pas de risque, donc hélas pas de règle.
    Contrairement a certain, je ne pense pas que les gens méconnaissent les droits ou les lois, simplement sans sanction possible, l’humain ne suit pas les règles, c ‘est hélas aussi simple que cela.
    On pourra légiférer ce qu’on veut (je rappelle que les vélos sont interdits sur les trottoirs, les trottinettes électriques sont interdites à paris sur les trottoirs, etc). Sans surveillance minimale, rien ne se passera.

    Donc loi ou pas loi, tout s’aggravera tant qu’il n’y aura pas un peu de proximit pour échanger (même pas forcément verbaliser d’ailleurs). Montrer qu’on surveille suffit souvent a gérer une grande partie des situations.

    Pour terminer j’ai utilisé une seule fois une trottinette… L’effet est grisant et addictif, je “comprend” qu’un pilote de trottinette (égocentr quand meme) soit amené a aller “plus loin”. On n’est plus à une époque ou on se fixe des limites hélas, mais à celle du 100% libre (comme on me le dit souvent) et donc du 100% fight avec les autres

    c etait mon coup de gueule du jour :-)

    merci a pierre que je suis depuis blogee. Et la video est un complément de l’écrit pour moi. selon l humeur et le loieu je regarde l’un ou l’autre

    Répondre
  • dja
    21 juin 2019 - 9 h 47 min

    Je suis possesseur de trot, ~6000km à date paris intra muros, précédemment vélo et scooter 125 (15 ans à paris) ou bagnole, j’ai commencé il y a deux ans sur une xiaomi m365 et maintenant j’ai une minimotors.

    Alors, je vous donne mon avis rapidement: oui c’est dangereux… oui il faut porter un casque et des gants de moto… et oui il faut anticiper, presque plus qu’en moto.
    Les gens ne sont pas formés. Les touristes ne devraient pas avoir le droit de louer sans aucun antécédent, sans formation et sans connaitre la législation…
    Les législateurs, parlons-en, d’une lenteur affligeante, ont laissé faire les loueurs et les mesures, qui vont s’activer seulement à la rentrée, sont bien insuffisantes pour assurer la sécurité des citoyens.
    Ce sont les législateurs, par leur inaction, qui sont responsables du bordel général et de la haine ambiante envers les EDPM.

    C’est d’autant plus malheureux que les trottinettes électriques sont un véritable moyen de transport individuel ultra efficace et non polluant, répondant à 99% à la nouvelle problèmatique posée par la sur-densité des grandes agglomérations.

    Concernant le problème technique soulevé par Pierre sur la dangerosité des batteries, je serais tenté de dire que la responsabilité est à l’acheteur et encore une fois au législateur / organisme de controle.
    A l’acheteur parce que c’est lui qui décide d’acheter une daube de hoverboard ultra cheap et se met à l’utiliser à la limite technique prévue, donc non seulement il a consciemment acheté un truc premier prix tout pourri, mais en plus il le met en surchauffe.
    Si tu prends une machine à laver 7kg et que tu la bourres avec 15kg de linge, elle va péter à l’essorage. Là c’est pareil.
    Au législateur et organisme de controle car ce sont eux qui autorisent un produit à être vendu sur le marché francais, on parle ici de grande distrib! Comment des engins “explosifs” ont pu passer les controles et les normes?

    Je suis ingé, j’ai ouvert des xiaomi m365 plusieures fois pour réparation et je peux vous garantir que la qualité est plus que correct, notamment sur les failsafe de recharge et de court-circuit. Idem pour les minimotors. J’ai jamais ouvert une daube premier prix mais ce qu’on voit sur la vidéo sans même regarder les composants, avec les cartes de controle moteur et batterie non coulés/non siliconés et des fils non sécurisés qui se proménent dans le boitier, c’est du grand n’importe quoi pour un truc qui doit rouler et se prendre des vibrations.

    Si vous achetez du premier prix, vous aurez de la m**de.
    Si vous achetez officiellement un jouet et que vous mettez un adulte dessus pour monter des côtes, vous aurez du feu.

    Darwinisme…

    Répondre
  • 21 juin 2019 - 9 h 52 min

    Tout va bien.

    Moi je suis émerveillé devant l’inertie des pouvoirs publics qui voient leur espace public occupé et exploité sans redevance, la circulation mise à mal, les utilisateurs mis en danger et tout va bien.

    A marseille des dizaines de trotinettes posées au bord du port sont maintenant au fond, il a suffit d’un coup de vent. Il n’est pas rare de voir deux à trois personnes sur la même trotinette au milieu de la route et tout va bien.

    Ni casques ni protections et les urgences qui s’emplissent et comme chacun le sait du coté des urgences aussi tout va bien.

    Ben oui on va crouler sous les donneurs d’organes décérébrés…

    Répondre
  • 21 juin 2019 - 10 h 41 min

    Merci Pierre. Je n’ai fait que lire le texte et les commentaires. Je ne suis pas spécialement intéressé par ces produits mais je sens bien que je dois savoir à quoi me’ tenir car ils pullulent. à Paris, les ranges-vélos sont maintenant en passe d’être squattés par les trottinettes électriques, en plus des motos et des scooters plus nombreux qu’avant à le faire.

    Je fais du vélo (pas électrique) en ville depuis longtemps. Les trottinettes sont problématiques : elles ne font pas de bruit (un vélo fait toujours un peu de bruit), elles vont souvent plus vite que moi et vous surgisse de derrière vous à l’improviste, et se rabattent vivement. C’est encore une nouvelle source de dangers qu’il faut scruter en plus des engins à quatre roues. Mais furtives comme elles sont, elles constituent juste une fatalité. Il faudrait avoir confiance dans les usagers des trottinettes, c’est tout. C’est pas demain la veille.

    Répondre
  • 21 juin 2019 - 11 h 32 min

    Hors-sujet très intéressant.
    Je viens de lire l’article, et soumettrais la vidéo à mes enfants.

    Répondre
  • 21 juin 2019 - 13 h 02 min

    @Jean-Pierre, certes Paris… dans ma petite ville, la mentalité parait différente, je poserai mes 2 roues toujours de manière à ne pas gêner la circulation générale… et c’est généralement le cas de la part des autres utilisateurs de ces véhicules.
    Mon vélo ne fait pas “toujours un peu de bruit”, en dehors du son rauque des pneus sur la route (et a pourtant 20ans seulement, sans rejet de CO²/Azote, aucune batterie polluante et mangeuse d’uranium). Ton vélo attend certainement une petite goutte d’huile aux points névralgiques à mon avis ;)

    Sinon la question que je me pose… n’y-a-t-il jamais personne qui balance dans un coin ces trottinettes qui trainent dans les rues afin d’étouffer leur nuisance ?

    Répondre
  • 21 juin 2019 - 13 h 52 min

    Très bon article et très bonne vidéo.
    Merci beaucoup @Pierre Lecourt
    (profité pour m’abonner à la chaîne Youtube et Twitter)

    Répondre
  • Wam
    21 juin 2019 - 14 h 34 min

    Pourtant il suffit de lire les réglementations existantes pour savoir que la loi encadre déjà ces mode de transport…
    J ai eu des trot elec avec sièges depuis un bail et c’est très clair.
    Suivant la puissance ET la vitesse soit immatriculée comme un 49,9CC soit comme un vélo donc hors trottoirs.
    Assurance obligatoire (comme un 49cc ou comme un vélo a déclaré a son assurances)
    Si 49 alors rétroviseur lumières etc… passage au mine et carte grise etc…
    Si <49 alors comme un velo…
    Il suffit de s’informer comme tout mode de transport ou sport ou activité quelconque
    Le vrai problème cela reste l’éducation des utilisateurs, au final le comportement du vivre ensemble = chacun sa geule.

    Répondre
  • 21 juin 2019 - 14 h 37 min

    Le soucis, c’est pour beaucoup les usagers, on va pas se voiler la face (meme si les société qui louent sont pas irréprochables non plus !).

    Comme dit plus haut, les trot comme les vélos, c’est sur la route POINT !
    sauf que dans la “VRAIE” vie, ben c’est pas le cas !

    Ça m’a pas empêché de me faire reverser sur un trottoir par un vélo (à Saint Germain en Laye, pas Paris) et d’en voir toute la journée sur les trottoirs et rues piétonnes (ou ça joue du klaxon excédé qu’on les laissent pas passer !) à Paris comme dans toute la banlieue.

    Si on rajoute à ça les trots plus petites, rapides et qui cherchent à se faufiler partout, n’importe comment et sont plus agressif dans leur conduite que les vélos (de par leur petites tailles, rapidité et maniabilité);
    ben ça se termine au urgence ET PAS QUE POUR LES CONDUCTEURS DE TROTS !!!

    et là, perso je dis stop.
    plusieurs dizaines d’accidents jour à paris !
    Je vous dis pas les problèmes et le coût d’une “simple” fracture du coude par exemple (le plus classique avec le poignet mais le plus chiant surtout. opération, broches plus rééducation parce qu’immobilisé plusieurs mois, problème au boulot si impossible de bosser ou juste d’aller au boulot etc etc).

    Je parle pas quand c’est plus compliqué (bassin par exemple, l’enfer. surtout si la personne est âgée) et que les loueurs n’ont en plus PAS PRÉVU D’ASSURANCE pour leurs clients !

    On marche sur la tête en ce moment, c’est pour ça que ce serait plus sage de bannir les trot en free floating comme à San Francisco pour commencer (au moins, ça permettrait d’en finir avec les accidents sans assurés).

    Sinon, à Paris, la police de proximité changerait pas grand chose (il se ferait distancer puisque à pied) et pour les scooters en double sens, il reçoivent les prunes directement chez eux (verbalisés via les caméras de surveillance et ou les agents sur le terrain (piétons, pas les voitures “radars”) qui relèvent les plaques via leur matos – oui, le même que ceux qui vous mettent des prunes pour stationnement. et ça marche TRÈS bien. pas mal s’en sont mordus les doigts).

    Les trottinettes et vélos, ben il y a pas ça

    Du coup, ceux ayant un comportement “délinquant” sur la route se rabattent sur ces engins.
    Et bonjour pour les flics de les rattraper et de les verbaliser.
    Généralement, c’est après accident.

    En tous cas, moi les trottinettes sur les trottoirs (qui ROULENT dessus, je parlent même pas du bordel sur les trottoirs maintenant), j’en peux plus.

    Et ce serait pas mal de rappeler aux vélos qu’eux non plus n’ont pas à adopter les mêmes comportements
    (les roues, c’est sur la route POINT les piétons TOUJOURS prioritaires PARTOUT, même en rue piétonne donc pas de klaxon et on zig-zag pas n’importe comment).

    Répondre
  • 21 juin 2019 - 15 h 48 min

    @orangina rouge, mouais la répression…, je me permettrai de dire que ca ne sert pas à bien grand chose… regarde le sujet du cannabis (qui revient à l’actualité une énième fois), nous sommes le pays le plus gros consommateur du coin, alors que c’est interdit (la version “récréative” du canabis…) ! Donc ?

    À mon avis, comme précédemment cité, je pense qu’il ne s’agit que d’une histoire de comportement. Après ca, je laisse l’avis aux spécialiste de l’éducation et du savoir-vivre.
    “Il ne faut pas prendre les cons pour des gens” :p

    Répondre
  • 21 juin 2019 - 16 h 24 min

    @Pjotr: On est bien d’accord, c’est un problème de comportement.
    Mais comme dans le cas des scooters qui prennent des sens interdits, s’ils ne se prennent pas de prunes et bien ils continuent !
    (les vélos par exemples ! et bien sur, les trottinettes !)

    Si on ne pose pas de règles malheureusement, les gens font n’importe quoi et provoquent des accidents…

    Je ne ferais pas vraiment le rapport avec le cannabis, pour moi, c’est un autre sujet (je suis pour la légalisation depuis le temps ou j’étais encore mineur et suis bien d’accord avec le paradoxe, qui illustre pourtant bien mon propos).
    Parce que là, le seul qui prends des risques pour sa santé, c’est uniquement l’usager (si on prend en compte de ne pas le fumer – ou via un système de vaporisation type ballon uniquement – et surtout de ne pas faire comme avec l’alcool, c’est à dire conduire sous influence ! et en cas de légalisation, les risques lié au trafic n’existant plus, je n’en parle pas non plus.)

    Là, on parle bien de vivre ensemble, et donc il faut mettre des règles régissant ce vivre ensemble.
    “la liberté des uns s’arrêtent là ou commencent celle des autres”, c’est à ne pas oublier quand même.

    Après, je persiste et signe, le free floating, c’est une immense connerie et devrait être interdite ou sévèrement encadré et contrôlé (assurance, formation, code de la route ou de “bonne conduite” pour les étrangers, parkings adaptés et surtout PROTECTIONS, rappeler de ne pas prendre son gosse en même temps que soit pour économiser du fric par exemple etc etc).

    Mais si on fait tous ça, le service serait plus cher qu’un taxi ou uber et on va encore nous accuser de “tuer” l’innovation et de polluer (l’électricité, c’est pas si propre que ça non plus si on y regarde bien).

    Personnellement, je préfère qu’un mauvais service disparaisse plutôt que des personnes.

    Répondre
  • 21 juin 2019 - 22 h 35 min

    Très bon, très bien dit. Moi j’aurai aimé une vidéo du Pierrot sur ces engins …

    … wait ‘n ses
    François

    Répondre
  • 22 juin 2019 - 0 h 58 min

    J’ai de la chance, j’habite la campagne non encore envahie de trottinettes.
    J’ai eu l’occasion de passer dans une assez grande ville dotée de rues piétonnes, il y avait quelques trottinettes, dont deux guignols qui zigzaguaient au milieu des piétons, le premier est passé devant une terrasse, a frôlé le serveur, le deuxième n’est pas passé … il a été soulevé de la trottinette et balancé dans une poubelle par deux serveurs … sous les applaudissements de personnes en terrasse.
    ça donne une idée des tensions entre piétons et trottinettes…

    J(ai pratiqué le vélataf sur la métropole Lilloise, il faut un partage clair des zones partagées entre cyclistes / automobiles / piétons / autres moyens de déplacements, avec une signalétique claire et visible, et un respect mutuel. J”ai utilisé quelques temps des pistes cyclables, la police y stationnait pour flasher les automobilistes … des piétons y promenaient leurs chiens en laisse … les entreprises qui travaillaient dans les maisons voisines y stockaient régulièrement des matériaux …
    Comment voulez vous que les cyclistes n’aient pas ensuite envie de coller une beigne à l’automobiliste qui ouvre sa portière sans regarder ?

    J’attends de découvrir la suite avec impatience.

    Cdlt

    Répondre
  • 22 juin 2019 - 12 h 38 min

    Le coût écologique de ces trotinettes en free floating est loin d’être Green. Avec une durée de vie estime à 130 jours, les allers-retours en camionnettes des juicers (un nouveau boulot de la start-up nation, rechargeur de trotinettes, youpi), l’encombrement de la voie publique et les accidents, ont est loin d’un mode de déplacement ecolo-responsable.
    On vit une époque formidable.
    Et merci Pierre pour tes analyses toujours pertinentes qu’on aimerait retrouver dans la presse payante.

    Répondre
  • 22 juin 2019 - 14 h 33 min

    @FBaumard: Merci, rien n’empêche de transformer la lecture en billet payant :X :D

    Le coût écologique j’y viendrais plus tard, mais oui il est énorme.

    Répondre
  • 22 juin 2019 - 19 h 13 min

    […] sur ce qu’on a envie de raconter. Pierre Lecourt se fait plaisir sur sa série hors sujet sur les trottinettes électriques, et il aborde en introduction que ça va être pénible pour ceux qui s’en foutent, qui ne […]

  • 24 juin 2019 - 19 h 19 min

    “ça va être pénible” (je te cite au début de cette vidéo)

    non non, tes vidéos sont très agréables à suivre. Et je précise que j’écris ce commentaire après avoir vu les épisodes 2 et 3.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *