Project Alias : Un hack pour rendre sourd vos assistants personnels

Vous avez choisi d’intégrer un assistant personnel du type Google Home ou Amazon Alexa chez vous mais vous redoutez que l’on puisse écouter vos conversations ? Project Alias permet de transformer votre assistant en le rendant sourd en permanence sauf au moment où vous l’interpellez.

Les assistants personnels se frayent un chemin dans les foyers et avec eux la suspicion d’une vie totalement sous écoute. Dans les faits, c’est très inquiétant car si ces objets proposent des boutons destinés à retrouver votre intimité, ils sont peu pratiques et rendent l’usage de ces machines beaucoup moins intéressants.

2019-01-16 19_36_08-minimachines.net

Devoir se lever pour lancer son assistant puis prononcer une phrase afin qu’il vous réponde est contre intuitif, on a plus vite fait de poser la question à son smartphone ou de faire une recherche en ligne. L’intérêt de ces objets et de pouvoir poser une question ou envoyer un ordre à la volée. Sans même y penser. Problème posé par cette solution, elle écoute alors la totalité de ce qu’il se passe chez vous. Si votre Amazon Alexa ne réagit que quand vous l’interpellez par son nom, elle est tout de même en écoute – et en enregistrement – permanents.

2019-01-16 19_35_20-minimachines.net

Project Alias veut rajouter un filtre à cette écoute et un dispositif assez intéressant. Il s’agit d’un Hack composé d’une carte Raspberry Pi A+, d’une carte d’extension ReSpeaker avec deux micros et de deux petits hauts parleurs. Le tout est monté dans un petit châssis imprimé en 3D qui vient coiffer un Google Home ou un Amazon Alexa. Le rôle de ce dispositif est très simple, son auteur le présente comme un parasite des assistants personnels. Il émet un bruit continu vers les microphones de votre assistant qui vient couvrir vos conversations et écoute de son côté vos ordres. 

2019-01-16 19_34_56-minimachines.net

Vous devez “l’entraîner” via une application smartphone pour qu’il comprenne un nouveau mot clé pour qu’il reconnaisse quand vous voulez interroger votre assistant personnel. Vous pouvez l’appeler Alias, Médor ou comme vous le voulez et l’engin ne réagira qu’à ce nouveau mot clé. Si vous dites Ok Google ou Alexa, l’engin ne réagira pas. 

Donc si vous dites, “Médor, qu’elle sera la météo pour demain ?” Project Alias se mettra en marche, arrêtera de brouiller le signal, réveillera votre assistant et le laissera répondre. Mais si vous ne dites pas le bon mot clé ou si vous avez une simple conversation chez vous avec votre famille, rien de ce que vous direz ne sera entendu ni enregistré par votre assistant. Toutes vos questions seront donc bien capturées par Google ou Amazon mais uniquement vos questions et pas le reste.

La page Instructables du projet détaille les étapes nécessaires à la fabrication de votre Project Alias. Rien de bien compliqué, les fichiers à imprimer comme le code source et les différents liens sont fournis. Elle ne dit pas, par contre, si votre assistant personnel perd en acuité avec ce dispositif. Les assistants personnels bénéficient d’un excellent système de microphones capturant sur 360° pour mieux vous écouter et vous servir. Ici, on réduit ce dispositif à deux micros seulement. Il est possible que les engins perdent donc en capacité d’écoute.

Source : Liliputing

16 commentaires sur ce sujet.
  • 16 janvier 2019 - 19 h 49 min

    bien mais c’est un pis-aller j’ai l’impression, à bas les télécrans !

    Répondre
  • O2L
    16 janvier 2019 - 20 h 11 min

    vu le matos autant faire son jarvis:
    https://www.openjarvis.com

    mais c’est vrai que les solutions du marché sont clé en main.

    Répondre
  • fpp
    16 janvier 2019 - 21 h 17 min

    Le plus simple finalement c’est de ne pas avoir d’assistant à la maison :-)

    Répondre
  • 16 janvier 2019 - 21 h 19 min

    @fpp: En effet, quand tu as des craintes à propos de l’espionnage, tu n’achètes pas ce produit.

    Répondre
  • 17 janvier 2019 - 7 h 31 min

    Ce ne serait pas plus simple d’utiliser le même montage pour piloter un relais qui agirait sur le bouton mute de l’assistant?

    Répondre
  • 17 janvier 2019 - 9 h 12 min

    @jackoz:
    Bonne idée,
    d’autant plus que je suppose Alexa et Google ne vont pas apprécier ce bruit sur la ligne … ils’vont réagir car ce bruit doit être analyser pour rien… De plus cela utilise de la bande passante réseaux ou pas?

    Répondre
  • K1
    17 janvier 2019 - 9 h 43 min

    @Bzels :
    En théorie ils s’en foutent puisque la requête n’est envoyée qu’à la détection du mot clé. Donc le bruit ambiant n’est pas analysé en continu (et heureusement).

    Après en effet je préfère la solution de jackoz, j’ajouterai qu’il y a encore plus simple que tout cela : une prise connectée sur le Google Home qu’on appelle “toi”, quand j’ai envie d’être tranquille je lui dit “OK Google, éteins-toi.” CLAC ! c’est radical. Un peu bourrin mais ça marche très bien. Seul défaut il faut rallumer via un autre moyen et attendre 30 secondes le temps de l’allumage.

    Enfin pour les vrai inquiets de la vie privée… Vous avez une caméra en facade de votre smartphone qui ne s’obstrue pas physiquement et un micro dans la poche qui ne peut pas être coupé matériellement… donc avant de s’inquiéter des Assistants…

    Répondre
  • 17 janvier 2019 - 10 h 13 min

    @K1: Donc parce que les smartphones peuvent déjà le faire, on ne doit pas s’inquiéter ? Pierre dirait que tu as moins de 10 ans pour le coup … :p :p :p

    @jackoz: L’idée est excellente ! Il faut voir si la mise en œuvre n’est pas trop complexe et ne dénature pas trop le design de l’appareil (qui doit être bien visible pour être bien audible).

    Répondre
  • 17 janvier 2019 - 14 h 45 min

    @jackoz
    @Bzels
    @K1
    @Lionel

    Pour infos le bouton “mute“ des assistants ne sont qu’un leurre.
    Ca ne coupe absolument pas les micros (l’écoute est toujours la) mais l’assistant ne répond pas aux demandes pour faire croire qu’il n’entend pas.

    Répondre
  • 17 janvier 2019 - 15 h 25 min

    @K1: “Vous avez une caméra en facade de votre smartphone qui ne s’obstrue pas physiquement et un micro dans la poche qui ne peut pas être coupé matériellement… donc avant de s’inquiéter des Assistants…”

    -> oui c’est vrai, c’est pour ça que je mentionne aux intéressés le projet de smartphone de Purism : Librem 5. Il est censé être doté d’interrupteurs physiques de caméra/micro/réseau, etc. pour la partie vie privée.

    On sait tous que vu que c’est sous Linux (donc ni Android, ni iOS), ça devrait susciter peu de clients mais j’admire l’initiative.

    Répondre
  • 17 janvier 2019 - 20 h 06 min

    @dgrgt: tu as une source?

    Répondre
  • 18 janvier 2019 - 10 h 04 min

    Franchement, plutôt que de poser cette question puis d’attendre le lendemain, ca n’aurais pas été plus rapide de faire une recherche ou tu aurais eu le résultat en quelque minutes ?
    D’autant plus que c’est un fait connu.

    Tout est parti d’une découverte :
    “En octobre dernier par exemple, un journaliste découvrait que son Google Mini l’écoutait 24 h/24. Quelques heures après, Google corrigeait le bogue“

    https://www.konbini.com/fr/tendances-2/pourquoi-jai-debranche-google-home/
    https://www.lesnumeriques.com/assistant-domotique/google-home-mini-p41483/quand-google-home-mini-joue-espions-n67267.html
    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2017/10/12/32001-20171012ARTFIG00207-l-enceinte-connectee-google-home-mini-espionnait-ses-utilisateurs.php

    Ca aurait pu s’arrêter la MAIS…les “bidouilleurs“ de chez XDA dont la réputation n’est plus à faire, on aussi remarquer que malgré le correctif rapide (pour étouffer l’affaire) le home envoyait toujours ses rapports journalier même si le micro était sur off depuis plusieurs jours.
    Je te laisse chercher c’est en anglais (c’est pas mon élément ;-) )
    https://www.xda-developers.com/

    Il est curieux de constater qu’on a plus de résultat sous qwant.com ou duckduckgo.com plutôt que sous google.fr

    Répondre
  • 18 janvier 2019 - 13 h 19 min

    On n’est pas obligés d’avoir un téléphone espion sous Android ou iOS.
    Le futur Librem en effet, ou les variantes propres comme LineageOS et /e/ permettent de se protéger.

    Répondre
  • 18 janvier 2019 - 13 h 33 min

    @petitevieille: Même si c’est une version expurgée des Google apps LineageOS c’est Android (avec tous les blobs propriétaires) …
    Je ne sais pas sur quoi se base les développements de /e/.

    Librem est dévloppé à partir d’un OS Libre (Debian il me semble) et à partir d’un noyau Libre également (“mainline” sans blobs). Il me semble aussi que la partie communication (baseband) est séparée du reste, cette partie n’existant pas sous forma Libre.
    Le gros avantage que je vois à Librem, c’est le même que pour Apple : ils conçoivent le matériel ET le logiciel. Ça laisse espérer une bonne optimisation de l’ensemble et une durée de vie assez longue.

    En espérant que la “sauce” prenne.

    Répondre
  • 31 janvier 2019 - 17 h 00 min

    Je travaille dans l’innovation pour un promoteur immobilier. C’était mon jour de départ aujourd’hui et il m’ont offert tout le kit DIY à monter + Un Alexa. Merci pour ton article, je vais bien m’amuser !

    Répondre
  • 31 janvier 2019 - 18 h 51 min
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *