Portabook XMC10, un ultraportable 8 pouces avec un clavier de 12 pouces

Le Portabook XMC10 reprend une idée déjà déployée par le passé par différents constructeurs. Proposer un clavier plus large que la diagonale de son écran. A savoir, ici, un format de clavier de 12 pouces pour un affichage de 8 pouces. Bonne idée ?

Bonne idée, oui, assurément, l’ergonomie et le confort de frappe y gagnent forcément. La diagonale 8 pouces ne permet pas d’offrir un confort équivalent à celle d’un 10 ou d’un 12 pouces. Difficile de dire le contraire, pourtant cette machine, signée du Japonais King Jim, a faux sur toute la ligne en ne s’intéressant ici qu’au confort de frappe et en oubliant tout le reste.

Portabook XMC10

Le Portabook XMC10 part d’une proposition justifiée donc, garder un format compact pour être vraiment ultraportable et pour cela le choix d’une diagonale de 8 pouces, avec des bords étroits, est très bien trouvée. Le dispositif de clavier chiclet qui se déplie pour être plus grand que l’écran est intéressant, avec son trackpoint optique, l’ensemble doit être efficace.

Portabook XMC10

Mêler ainsi compacité et ergonomie est pourtant une alchimie délicate et il est rare de voir des expériences réussir parfaitement. Ici la greffe a bien pris mais le produit délivré est catastrophique.

Portabook XMC10

D’abord parce que le prix est élevé, le Portabook XMC10 coûte 90 000 yens soit environ 670€. Un prix qui pourrait se justifier si les caractéristiques globales de l’engin suivaient l’idée de base mais ce n’est clairement pas le cas. L’écran par exemple affiche un maigre 1280 x 768 pixels ce qui est très bien pour un 8 pouces mais pas forcément des plus confortables face à des solutions hybrides actuelles.

Portabook XMC10

La puce embarquée est un Intel Atom x7-8700 Cherry Trail accompagnée de 3 Go de mémoire vive et de 32 Go de stockage eMMC5.0. La connectivité se résume à un Wifi de type  802.11b/g/n et du Bluetooth 4.0. Pas de réseau ethernet, un unique port USB 2.0, un MicroUSB pour se recharger et des sorties VGA et HDMI.

Portabook XMC10

Ce n’est pas franchement le profil d’un engin à ce tarif et on aura mieux fait de combiner une tablette Cherry Trail 8 ou 9 pouces avec un clavier dépliable Bluetooth comme celui de Microsoft. La facture sera moins salée et le service rendu quasiment identique au vu de la maigre connectique proposée.

Portabook XMC10

Parce que si le profil de performances de la machine n’est pas au niveau,  le profil physique de l’engin est encore pire. Difficile d’imaginer gagner en largeur ce que l’on perd en épaisseur avec ce Portabook XMC10… L’engin mesure 3,4 cm d’épaisseur… Dommage.

Source : Gizmodo

10 commentaires sur ce sujet.
  • 10 décembre 2015 - 11 h 37 min

    Un peu trop épais, en effet…L’idée était pourtant là, et elle se doit d’être creuser.

    Répondre
  • 10 décembre 2015 - 11 h 38 min

    que c’est laid !

    Répondre
  • 10 décembre 2015 - 11 h 46 min

    C’est la quadrature du cercle : j’aimerais, comme beaucoup, un outil durable qui soit hyperconnecté et avec une grosse autonomie, un confort de l’écran et du clavier digne d’un ordi de bureau, une compacité et une légèreté élevées, une puissance de calcul, et une capacité de stockage maximum, le tout à un prix raisonnable et avec un design pas trop moche. Pas encore trouvé la perle rare, alors on fait des compromis (constructeurs comme utilisateurs).

    Répondre
  • 10 décembre 2015 - 11 h 57 min
  • 10 décembre 2015 - 12 h 02 min

    lol ils ont même mis une prise VGA !

    Design et connectique avec 15 ans de retard en gros…. pourtant l’idée n’était pas si mauvaise.

    Répondre
  • JC
    10 décembre 2015 - 12 h 05 min

    @dimitri:
    whaou !
    je connaissais pas cet ibm.classe

    je regrette moi mon thinkpad X40… pour moi le portable idéal qu il faudrait remettre au gout du jour, vive les ecrans 4/3 mate et le redoutable trackpoint… il faudrait un constructeur qui proposerait des ordi a la carte comme du lego.

    Répondre
  • 10 décembre 2015 - 12 h 22 min

    @JC

    J’ai beaucoup de thinkpads et le x40/x41 reste le juste milieu parfait. Fin mais solide, clavier au design classique etc etc

    Au passage, y’a une compagnie asiatique, nb51 je crois, qui s’amuse a fabriquer des cartes meres pour anciens thinkpads mais avec des cpu intel recent (sandy bridge ou mieux).

    Répondre
  • 10 décembre 2015 - 15 h 21 min

    @samy: Vous voulez mettre une tour dans un truc qui fait moins d’1KG. Et vous demandez de l’extrême puissance avec de l’extrême autonomie, ce qui est antinomique. Sans parlez de la dissipation thermique.

    Répondre
  • 10 décembre 2015 - 15 h 53 min

    @Thera:

    C’est plus ou moins ça : et c’est en faisant ce genre de compromis que j’arrive à un portable du constructeur thaïlandais clevo, avec écran 13 pouces et 1,5 kg sur la balance, sous proc intel i3 basique. Transporter en plus une alim + des batteries externes supplémentaires dont j’ai besoin en mobilité pèse en effet dans la balance.
    Pour mon activité (énormément de saisie au clavier) un linux debian + virtualisation de Win est la combinaison gagnante. Machine moche mais fonctionnelle.

    Répondre
  • 11 décembre 2015 - 11 h 18 min

    haaa ! La grande époque du EEEPC premier du nom…. une jolie connectique, ses seuls véritable défauts son manque d’espace disque, et encore (avec la feu CrunchBang linux c’est un petit bonheur – et oui il fonctionne encore)et sa résolution. Je me souviens encore faire les compte rendus DP dans mon ancienne boite avec cet engin.
    Messieurs les constructeurs, un petit retour dans le futur ;-p, et remettez au gout du jour ce type de machine (avec des composants plus récent). Moi perso j’adorais ce petit format (7 pouces), et même encore maintenant que je possede un T100 je regrette encore ce petit format.

    PS : Rappellez-vous un peu de l’olivetti quaderno et des psion serie 5 et serie 7. et dépoussiérez ces concepts.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *