Découvrez le PastaPC : un ordinateur fait avec un châssis en pâtes italiennes

Quand Antoine m’a envoyé ce lien vers une “machine avec un châssis en pâtes”, j’avoue avoir été quelque peu dubitatif. Au final, je découvre une vidéo qui m’a bien fait rire d’un type qui a eu envie de recycler une tablette PC Asus.

Prenez une tablette Asus Transformer Book cassée et une épouse qui vous met presque au défi de fabriquer un PC avec des pâtes et voilà que vous vous retrouvez à coller au pistocolle des cannellonis sur une plaque de lasagnes pour intégrer des composants pour inventer le PastaPC…

La vidéo est amusante, elle montre comment on peut réussir à glisser un ordinateur moderne dans à peu près n’importe quoi aujourd’hui. Ultra plat, très peu gourmand en énergie et dégageant que peu de chaleur, ce PastaPC est véritablement construit avec un châssis en pâtes alimentaires.

2019-04-18 15_11_57-minimachines.net

On appréciera tout particulièrement la gestion des flux d’air réalisée avec les cannellonis qui laisseront l’air chaud s’évacuer naturellement. Je n’imagine pas le coût final en bâton de pistocolle mais l’ensemble, une fois peint couleur garniture tomate, semble tenir la route.

2019-04-18 15_16_43-minimachines.net

La machine est d’abord fonctionnelle, sinon ce ne serait pas drôle. Le Transformer Book était Hors Service à cause de son écran brisé mais la partie materielle interne fonctionnait toujours. Il suffit donc de la relier avec une prise HDMI vers un écran externe pour retrouver un PC complet.

Mais, rapidement, il apparaît ce qui semble le plus logique : La machine crashe à répétition. Au bout d’un certain temps, après le lancement d’une vidéo en streaming ou un jeu, l’engin ne répond plus et il faut le redémarrer… Le processeur Atom Bay Trail, aussi peu gourmand soit-il, dégage une énergie que les pâtes accumulent au lieu de la dissiper. Arrivé à une certaine température, le processeur Atom se coupe pour éviter de se détruire en surchauffant. Il ne faudrait finalement pas grand chose pour sauver cet engin… Probable qu’une fourchette en aluminium, fixée avec de la colle thermique directement sur la puce, réglerait le problème en se transformant en dissipateur.

6 commentaires sur ce sujet.
  • 18 avril 2019 - 15 h 32 min

    Le PC de tous les pastafariens.
    Vivement l’édition Pirates.

    Ramen.

    Répondre
  • 18 avril 2019 - 15 h 33 min

    @Pierre: merci pour ce moment.

    Répondre
  • 18 avril 2019 - 16 h 58 min

    Complètement barré lol !

    Je connaissais des boîtiers fait avec des boîtes de carte mère ou des Lego mais là on franchit un autre cap.

    Par contre très bonne idée de recycler un PC portable dont l’écran s’est cassé au lieu de le jeter comme bien souvent c’est le cas.

    Répondre
  • 19 avril 2019 - 10 h 32 min

    En suivant, la tablette-pizza ! c’est cool ces créations loufoques, on en redemande ! Un PC en pierre, par exemple, ça existe ? (aucun rapport avec notre Hôte, je précise) Ou en vannerie ! En papier origami ! En poterie, ça en jetterais ! J’ai pleins d’idées mais malheureusement pas les bases en électronique pour les mettre en oeuvre…

    Répondre
  • 19 avril 2019 - 15 h 04 min

    C’est pourtant évident : Il suffit de faire cuire les pâtes ! Elle offrent un coefficient lambda bien plus faible ;-)

    Répondre
  • 19 avril 2019 - 22 h 59 min

    C’est donc cela la pâte thermique !

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *