One Netbook 4S : un netbook Alder Lake-U qui se trompe de cible

Il est maintenant possible de se procurer le netbook 10.1 pouces One Netbook 4S sous Core Intel Alder Lake-U.

Equipé de puces Intel Core Alder Lake-U Core i3-1210U ou i7-1250U, le One Netbook 4S est un véritable netbook dans son format. Avec un écran 10.1, un vrai petit clavier et une connectique très correcte, on se prend a rêver à un retour vers des engins sobres et accessible pour travailler en ultra mobilité.

Et puis à rêvasser ainsi, on se prend assez vite les pieds dans le tapis. Celui des tarifs et des spécifications de la machine. Si le format est bien proche du netbook, les ambitions sont largement supérieures. Ce qui donne au final un produit assez bancal à mon goût

L’écran 10.1″ est un bon format pour cet engin qui mesure 22.7 cm de large pour 15.7 cm de profondeur et 17 mm d’épaisseur. On est plus proche du format A5 que du A4 et c’est véritablement une solution ultraportable qui pourra vous accompagner n’importe où. Le châssis est en aluminium, ce qui porte le poids global de la machine à 770 grammes. Encore une fois un très bon point pour ce One Netbook 4S pour qui cherche vraiment un compagnon informatique permanent.

Le clavier est un QWERTY rétro éclairé, pas énorme mais suffisant pour pianoter après une phase d’adaptation. Un petit pavé tactile est présent, probablement peu confortable, mais qu’on pourra facilement compenser par une souris ou en exploitant la dalle capacitive tactile de l’engin. Car le netbook est souple, sa charnière s’ouvre sur 360° et permet de l’utiliser en tablette pour jouer, regarder des vidéos ou prendre des notes. Compatible avec un stylet actif optionnel, il secondera parfaitement vos usages dans un rôle de tablette.

Là où cela commence à se compliquer, c’est dans les choix du constructeur autour de cette bonne base travail. Les puces Alder Lake-U employées sont excellentes mais cela positionne ces engins dans des sphères de tarif assez élevées. Le ticket d’entrée est situé au delà des 1000€ pour un modèle en Core I3-1210U avec 16 Go de mémoire vive et 512 Go de stockage. J’adore l’idée d’un tel engin mais en réalité, je n’ai pas besoin d’un ultraportable de type netbook comme remplaçant d’un portable classique. Le format 9-10″ n’est pas censé cannibaliser les dalles supérieures. Il ne peut d’ailleurs pas le faire puisqu’il apporte une ergonomie bien insuffisante pour y parvenir.

Mon netbook peut me permettre de répondre à un email, de travailler des documents bureautique et d’afficher des contenus. Il est censé m’ouvrir les portes des principaux logiciels grâce à une bonne compatibilité avec des systèmes d’exploitation classiques. Mais ce n’est pas un engin qui fera le travail d’un portable plus sérieux. Je ne ferais pas de retouche lourde d’images avec un écran 10.1″. Pas de montage vidéo ni de composition musicale ou autre publication papier. Parce que ce n’est pas confortable de le faire. L’argument de la vraie portabilité correspond à des usages en extrême mobilité. J’ai déjà remis à flot mon site planté avec un écran 7 pouces au travers d’une interface texte. J’ai déjà fait des montages photo basiques sur des écrans 9 pouces et écrit des centaines de billets sur un affichage 1024 x 600. Mais je n’ai jamais prétendu vouloir faire de ces outils des solutions de remplacement de mon PC sédentaire ou d’un portable plus classique bien plus aptes à mener à bien des tâches lourdes.

C’est le problème du One Netbook 4S. Avec ces puces haut de gamme, il s’invente un alibi pour justifier son tarif. L’emploi d’un processeur comme le Core i7-1250U est sur le papier une excellente chose mais il apportera quoi en pratique ? Qui va se servir réellement des capacités de cette puce avec ce type d’engin ? Le prix monte ici à 1370€ en version Core i7 16Go / 1 To. Cela donne une machine aux capacités théoriques formidables mais ce n’est pas à mon sens ce qu’on lui demande. Le même engin avec une puce plus légère aurait finalement les mêmes usages. Parce qu’utiliser un Core i7 12e Gen pour lire des emails ou des vidéos ou pour pianoter des textes n’apporte pas grand chose de plus que le même engin en Celeron ou Pentium au final. Sauf que des versions Celeron seraient à des années lumière question tarif.

Et le reste de la machine va dans ce sens. La dalle du One Netbook 4S est une solution haut de gamme en 2560 x 1600 pixels. Un format haut de gamme en 16:10 qui ne pourra pas être employé sur un dispositif 10 pouces sans un zoom prononcé. Cela apportera de la finesse au contenu avec 300 points par pouce mais encore une fois pour quel usage ? Qui va réellement profiter de cette dalle 10.1″ pour faire de la retouche photo ou du développement numérique ? Personne. On pourra aussi bien faire défiler des images sur le petit écran en 1920 x 1200 pixels avant de les retravailler sur un poste plus confortable avec grand écran et tablette. 

Tout le reste est intéressant. La présence de 16 Go de mémoire vive est une bonne chose, peut être la plus intéressante des choix effectués car cela permettra de piloter de nombreux programmes en parallèle sur le petit écran sans broncher. Le stockage de 5200 Go à 2 To offrira lui aussi ses avantages avec une énorme capacité on pourra transporter beaucoup de documents, de vidéos et autres contenus. J’ai connu des utilisateurs de netbooks qui voyaient leurs engins comme des cinémas ambulants et je peux parfaitement comprendre cet usage même si la majorité des utilisateurs pourraient tout à fait se contenter de 8 Go de mémoire et de 128 ou 256 Go de stockage sur ce genre d’engin.

La connectique est assez complète avec la présence d’un port Thunderbolt 4 qui ouvre bien des possibilités. Deux autres ports USB Type-Cen 3.0 et 3.2 sont présents mais le One Netbook 4S oublie d’intégrer un port USB Type-A pour faciliter les usages du quotidien. Si l’absence d’un port HDMI peut se comprendre, le manque d’une solution pour connecter une simple clé USB ou une webcam puisque l’engin en est dépourvu, est plus problématique. Un lecteur de cartes MicroSDXC est présent1 et un port jack combo ferme la marche de cette connectique. Pour le reste, on retrouve un module Wi-Fi6 et du Bluetooth 5.0, une batterie 38.5 Wh et un chargeur USB Type-C 45 Watts, une simple enceinte et un lecteur d’empreintes intégré dans le bouton de démarrage.

C’est tout le paradoxe de ces machines qui est présenté ici. A mon sens, elles se trompent de cible. Le One Netbook 4S comme d’autres modèles auparavant visent un format d’exception avec des artifices. Excellent processeur, grosses capacités et affichage haut de gamme. Le seul problème étant que cela ne change pas l’ergonomie de l’engin qui reste prévue pour des usages beaucoup plus basiques que ce qu’offrent ces composants. Un peu comme si on vous invitait à monter à bord d’un magnifique voilier, avec un équipement haut de gamme et tout un équipage, la cale bourrée à craquer de vivres et de matériel d’exploration pour… traverser un petit lac de montagne.

Trop cher, trop puissant, le One Netbook 4S essaye de justifier une position de prix lié à son propre état. Le fabricant gonfle son tarif pour valider sa niche et la rendre rentable. A vendre ce format moins cher avec des composants moins performants, le risque est de ne pas réussir à gagner de l’argent en visant une supposée faible clientèle. One Netbook n’a toujours pas compris qu’en proposant un engin au tarif, et aux composants plus raisonnables, il pourrait trouver en réalité de nombreux clients ravis de revenir à ce type d’investissement secondaire. Clients qui n’importeront jamais un engin de ce type à plus de 1000€.

Un One Netbook 4L, pour « Light », reprenant le même format avec un processeur Alder Lake-N, un écran plus léger et un prix plus abordable serait sans doute bien plus attirant et pourrait déclencher de nombreuses ventes. Pas la peine de réinventer la roue ou de changer le châssis de l’engin. Il est parfait. Il faut juste modifier l’objectif de la machine. Passer d’un usage fantasmé du netbook à son usage réel. C’est exactement la recette qu’a employé Valve avec son Steam Deck… Avec le succès qu’on lui connait.

Faites découvrir le site en le partageant

Notes :

  1. Dommage de ne pas avoir choisi un SDXC classique

Soutenez Minimachines avec un don mensuel : C'est la solution la plus souple et la plus intéressante pour moi. Vous pouvez participer via un abonnement mensuel en cliquant sur un lien ci dessous.
2,5€ par mois 5€ par mois 10€ par mois Le montant de votre choix

Gérez votre abonnement

13 commentaires sur ce sujet.
  • 13 janvier 2023 - 15 h 26 min

    Entièrement d’accord avec toi,
    c’est helas une mode de faire des choses qui remplissent des besoins basics de les transformer en objet premium… Ca marche sur les clients qui sont pris pour des vaches a lait…

    Personnellement je me suis tourné sur le win max 2, qui pour un prix équivalent donne au moins la possibilité de jouer dans de très bonnes conditions.. on a pas la finesse mais l’ergonomie est exeptionelle, et on a tout pleins de ports, des carte sd, 2 ssd… Un vrai bijou technologique qui justifient de se rapprocher de la barre des 1000e, contrairem a ce produit

    Répondre
  • 13 janvier 2023 - 15 h 59 min

    Je partage l’avis de Pierre sur ce produit. Le Chuwi MiniBook X semble plus indiqué pour ce genre de machines:
    https://www.minimachines.net/actu/chuwi-minibook-x-104983
    Mais c’est vrai qu’avec un processeur Alder Lake-N et un prix contenu, cet revival du netbook aurait visé juste ;)

    Répondre
  • 13 janvier 2023 - 17 h 11 min

    Hello, merci pour cet article qui démontre qu’on peut faire de magnifiques netbooks à la sauce 2023. Et toujours le même souci de clavier (QWERTY) : tant que les constructeurs de ces engins ne sont pas des constructeurs « mondiaux » comme Asus, Acer, Dell, etc., ça reste un marché restreint et plein de compromis (clavier anglais/tarif). Dommage.

    Répondre
  • 13 janvier 2023 - 17 h 28 min

    Dommage pour le prix/CPU.
    Moins puissant, moins cher surtout, c’est le genre de machine qui pourrait remplacer le T100 qui commence à montrer ses limites (version 2/32+500GB).
    D’ailleurs il y a quoi de raisonnable actuellement (Windows & AZERTY obligatoires) ?

    Répondre
  • 13 janvier 2023 - 17 h 35 min

    @Gwelvin: en petit format, il y a la Surface Go 3 qui rempli les besoins classiques, mais son clavier, bien que de qualité, se tord un peu car trop fin, il y a aussi son trackpad qui n’est pas top (à souligner que j’ai acheté le clavier d’occaz à cause de son prix élevé en neuf, j’ai donc peut-être un clavier défectueux).

    Répondre
  • 13 janvier 2023 - 18 h 28 min

    @prog-amateur:
    J’ai une Go2 et une Go3, effectivement, ce sont en azerty, les dignes successeurs des T100. Perso, j’ai pas de pb avec mes claviers acheté avec les Go sur Leboncoin. Je pense que tu es probablement tombé sur un modèle fatigué/défectueux.

    Répondre
  • 14 janvier 2023 - 10 h 27 min

    Oui, le produit est cool, mais carrément overkill (et le prix aussi du coup)
    Mais auriez-vous une recommandation de netbook? Dans l’esprit du netbook de l’époque quoi: pas trop puissant mais utilisable, écran < 10´´, prix < 500€, et surtout trouvable en ligne?

    Répondre
  • 15 janvier 2023 - 13 h 31 min

    Moi, je viens d’installer MX linux 32bit sur mon vieux EEEPC901 (version initiale 4Go+8Go) et j’ai même eu l’occasion de remplacer sa barette SODIMM de 1Go d’origine par une 2Go suite au décès de mon nettop atom D525 + CG Nvidia (ION) ! Seul bémol : j’ai dû l’installer sur le ssd de 8Go, encore moins rapide que l’autre (trop gros ce MX linux… Le prochain coup, ce sera plutôt du Debian à la carte).
    Vous croyez que c’est encore une bonne alternative ? Ou un peu trop underkill ? La batterie d’origine (2008 donc) se recharge encore à 21% de sa capacité initiale pour 45mn-1h d’autonomie en gros…
    Un vrai killer ce netbook (mais un vrai de vrai, d’époque, celui-ci)
    Bon, je sors :-)

    Répondre
  • 15 janvier 2023 - 13 h 35 min

    Ah, j’oubliais : prix d’achat à l’époque : 259€ (la version avec ssd unique de 16Go + batterie ++ venait de sortir…)

    Répondre
  • 15 janvier 2023 - 15 h 51 min

    @prog-amateur: apprendre à taper sans regarder….

    avec connection à un écran externe tu peux t’en servir comme ordinateur principacl avec toute cette puissance

    Répondre
  • A.S
    16 janvier 2023 - 3 h 57 min

    @archeee,

    tu viens de ravivé en moi le souvenir de mon Compaq mini 311C.

    Répondre
  • 19 janvier 2023 - 21 h 42 min

    @A.S: Nostalgie, quand tu nous tiens…

    Répondre
  • 25 janvier 2023 - 15 h 57 min

    Il me semble parfait pour remplacer mon Xiaomi air 12 qui avait remplacé mon Lenovo Thinkpad 11.6 et lui même MSI Wind 10.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *