MIPS Open, la licence gratuite de Wave Computing

Après le rachat de la licence MIPS annoncée en Juin dernier, Wave Computing lance MIPS Open, une licence sans royalties permettant d’accéder gratuitement à l’architecture des puces.

MIPS Open, c’est une sorte d’Open bar sur les architectures MIPS désormais détenue par Wave Computing. En 32 comme en 64 Bits, cette licence gratuite permettra de développer logiciellement comme matériellement des architectures MIPS…

2019-04-01 12_10_03-minimachines.net

Cela fait partie d’une promesse que la marque avait faite au moment du rachat de la licence. Promesse alors assortie d’une seconde, celle de proposer une licence Open Source de ce même matériel.  Sauf que la réalité d’aujourd’hui semble avoir gommé ce côté “Open Source” pour le remplacer par un “Open Use”. 

Cela veut dire qu’il est possible pour un développeur de travailler gratuitement sur cette architecture. Pour un fabricant de travailler conceptuellement à la sortie d’une puce employant la technologie MIPS mais qu’il faudra l’accord de Wave Computing pour sortir un processeur et probablement s’acquitter d’une licence auprès de la marque.

2019-04-01 12_09_47-minimachines.net

En fait, l’ensemble des données publiées par MIPS Open semble être disponible depuis longtemps, la grosse différence entre la nouvelle solution et l’ancienne est un accord légal. Alors que les données permettant de travailler sur l’architecture MIPS étaient disponibles depuis fort longtemps mais sans encadrement légal. La solution de Wave Computing permet de retrouver un cadre juridique autour d’une commercialisation. Si un constructeur voulait travailler sans pour autant sortir une puce, il aurait pu voir toute sa production être bloquée par une décision juridique. Avec cette licence, ce ne sera plus le cas mais il faudra payer des royalties à Wave Computing. Il est depuis longtemps possible de profiter de morceaux hybrides de code mais dans un gloubiboulga de révisions incompatibles entre elles. De ce côté, la marque n’a fait aucun effort pour améliorer les choses et a juste encadré juridiquement le tout.

Ce que ne semble pas avoir compris Wave Computing, c’est que MIPS n’intéresse plus grand monde dans ces conditions là. Si le projet avait été totalement ouvert et Open source, certains auraient sans doute trouvé très bénéfique de bénéficier d’une licence permettant de concevoir un système totalement ouvert et libre. Mais si il faut encore passer par la case licence pour en profiter, je suppose que les développeurs ne vont pas perdre leur temps à développer sur ce support.

2019-04-01 12_16_40-minimachines.net

Quelques membres de la fondation RISC-V

Wave Computing espère donc que divers acteurs se penchent à nouveau sur le berceau du MIPS pour travailler de nouvelles puces et de nouveaux programmes. Qu’ils délaissent les architectures x86 et ARM aujourd’hui très fortement établies. Ils entrent également en concurrence avec l’architecture RISC-V qui semble mieux partie que MIPS avec plus de travaux en cours et des supports de taille chez les industriels, à commencer par Western Digital et Nvidia. Le premier devrait annoncer d’ici l’année prochaine un processeur RISC-V qui entrerait dans la recette de ses supports de stockage. Nvidia, de son côté, utilisera cette architecture pour piloter un micro-contrôleur destiné à prendre en charge des éléments de ses architectures graphiques. De nouvelles entreprises, comme la française GreenWaves, ont bâti toutes leurs solutions autour de RISC-V.

Autrement dit, le projet Open MIPS ne ressemble plus vraiment à la promesse qui avait été faite lors du rachat. Il s’agit plus d’une annonce marketing qu’autre chose et cela ne devrait absolument pas bouleverser le marché du processeur.

https://www.mipsopen.com/

4 commentaires sur ce sujet.
  • 1 avril 2019 - 13 h 13 min

    ” je suppose que les développeurs ne vont pas perdre leur temps a développer sur ce support.”
    Il y a toujours des motivés ^^
    Il y a toujours des niches ^^

    Répondre
  • 1 avril 2019 - 13 h 17 min

    @R2D2: Oui… et “cela ne devrait absolument pas bouleverser le marché du processeur”

    Répondre
  • Alu
    1 avril 2019 - 20 h 57 min

    Ca me fait pensé à opensparc et openpower…l’open source est le cimetière des architecture CPU…

    Mais bon c’est quand même cool. Ca peut peut-être servir un jour.

    Répondre
  • Tof
    3 avril 2019 - 9 h 28 min

    @R2D2: Oui il y a toujours des niches.

    La sempiternelle base Arduino (et clones) se fait doucement remplacer par une base STM32 Arm Cortex-M3. Et pas que pour les hobbyistes/bidouilleurs… y-a qu’à regarder ce qu’il y a dans le cerveau de toutes ces trottinettes électriques jetées sur les trottoirs des grandes villes à travers le monde.

    La plateforme Expressif ESP8266-ESP32 commence à avoir de la concurrence sérieuse.

    Il peut y avoir de belles niches pour du microprocesseur MIPS (qui bénéficie du support dans le noyau Linux)…

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *