Intel embauche Tom Petersen de Nvidia

Tom Peterson a fait toute sa carrière chez Nvidia jusqu’au poste de directeur du marketing technique. Il vient d’annoncer son départ et rentre dans l’écurie d’Intel.

Le mercato  d’Intel ne finit pas  et le fondeur semble vouloir vraiment se créer une dream team pour ses nouveaux produits. Après les embauches successives de nombreux anciens AMD, la marque change de club et va voir du côté de Nvidia pour gonfler ses rangs. Tom Peterson change ainsi d’équipe et passe du maillot vert au maillot bleu. 

Il rejoint Chris Hook, un vétéran du marketing chez AMD puisqu’il a passé 17 années chez ATI puis chez AMD, qui a été embauché chez Intel en Avril dernier. Tom Peterson, vous ne le connaissez peut être pas mais il a  été chez IBM, Motorola et Broadcom avant de se faire embaucher chez Nvidia où il a passé 15 ans. C’est une plume du blog de la marque et un fervent défenseur du travail de Nvidia auprès  de tous les acteurs du marché.

Il vient donc rejoindre l’équipe en place pour travailler autour des projets graphiques d’Intel. Il s’occupera de la partie marketing où il y a  tout à faire puisque la marque ne s’est jamais adressée au grand public pour vanter le mérites de ses circuits graphiques externes. Il est un peu plus facile de vendre une puce Intel intégrée à un processeur Intel que de décider un particulier d’investir dans une carte graphique sur un marché largement dominé par deux poids lourds très concurrentiels comme Nvidia et AMD.

Tom Peterson va devoir trouver les clés pour séduire le public afin qu’il ait envie de, ne serait-ce qu’essayer, de tenter l’aventure d’une carte graphique Intel. Un challenge qui peut être suffisamment motivant quand on a sa carrière. Avec, je suppose, un gros chèque en prime.

3 commentaires sur ce sujet.
  • gUI
    1 avril 2019 - 15 h 32 min

    Pour celui qui ne cherche pas la performance absolue, il reste d’autres critères :
    – conso électrique (pour une CG passive mais toujours plus puissante que celle intégrée au CPU)
    – support dans le kernel Linux (comme c’est le cas des i915)
    – proposer des connecteurs qui ne sont pas forcément intégrés à la CM (display port pour moi par exemple)

    Je peux mettre 100€ dans un CG qui tout en restant passive me permettrait de faire mieux que mon chipset intégré (HD graphics 530), me proposerait des doubles écrans avec des connecteurs qui ne sont pas présents sur ma CM.

    Affaire à suivre !

    Répondre
  • 1 avril 2019 - 18 h 46 min

    Sérieux ou Poisson d’avril ?
    Premier cas ,INTEL fait un bon coup en investissant marketing .
    Perso ,j’ai pas bien compris le désintérêt d’Intel ou de Nvidia sur le coup du chipset ION .
    La petite capacité GPU du chipset avec un Nvidia 9300 ou 9600 aurait offert une bonne base avec un processeur au dessus de cet ATOM qui reste un choix bizarre pour beaucoup de pro INTEL .

    Ceci dit ,il reste évident qu’une machine bureautique ou de Rétrogaming 16/32 bits ne réclame pas beaucoup de puissance GPU .

    Reste a INTEL d’offrir a chaque processeur le GPU qui lui convient .
    Pour la solution carte graphique externe ,il reste a INTEL de trouver l’architecture qui offrira puissance et rapport prix intéressant pour l’acheteur .

    Si ,il reste évident qu’une bonne carte graphique coûte de l’argent ,un de ces défaut est aussi de consommer pas mal de puissance .

    Maintenant ,il reste évident qu’INTEL est capable de sortir une équivalence au Nvidia 1050 et Radon 560 RX , reste que la différence de prix devra etre conséquente pour un choix INTEL par l’acheteur .

    Ceci dit ,il manque de bon processeur Graphique sur les cartes a 80/120 euros , ce type de cartes pouvant alors mettre a jour un vieux PC INTEL .
    Au regard du parc de PC INTEL ,ce choix peut se révéler intéressant avant de viser la cour des GRANDS .

    Répondre
  • 1 avril 2019 - 19 h 05 min

    @ptitpaj: “Perso ,j’ai pas bien compris le désintérêt d’Intel ou de Nvidia sur le coup du chipset ION .

    Le ION était à la fois un circuit graphique et un chipset.

    Intel se fichait pas mal du circuit graphique Nvidia par contre le chipset remplaçait son propre Chipset. Quand Intel vend un CPU il vend également le chipset qui n’est absolument pas gratuit et va crescendo en tarif avec les puces. C’était donc un manque a gagner pour Intel.

    Suite à divers soucis entre les deux marques (dont une fermeture totale du mode SLI de Nvidia à Intel) Intel a donc conditionné l’achat de ses puces Atom avec l’achat d’un chipset de la marque. Les constructeurs pouvaient ensuite passer à une solution ION mais devaient alors faire payer 2 chipsets au client final… Et ne pas employer le chipset Intel. Ce qui a tué le ION sur le marché du netbook où l’argument prix était important.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *